#SportStory – ASPTT : Sport Boules : Un recordman du monde dans un club Albigeois.

Le Mag Sport Radio Albigès se rend aujourd’hui chez nos amis de l’ASPTT Sport Boules. Cette section de l’ASPTT Albi est sûrement la plus titrée car disposant dans ses rangs d’un champion de France et recordman du monde, en la personne de Mathéo Roffino . Didier Revellat est allé à la rencontre de ces mordus de la boule lyonnaise et de leur président Didier Brunet.

 

Crédit photo DDM

 

Didier, j’ai indiqué sport boules en introduction mais boules, dans la tête des gens, cela veut dire pétanque. Mais, ce n’est pas du tout ça ? Expliquez nous un peu .

 

Non, ce n’est pas du tout de la pétanque, c’est vraiment de la boule lyonnaise. Tout le monde confond la pétanque avec la boule lyonnaise alors que cette dernière est vraiment un sport à voir.  Cela se passe au 14, rue François Arago à Albi et il faut venir dès le 30 Novembre pour commencer. On reçoit un club sportif, Sigean. Et les courses sont à voir, elles durent 5 minutes ce qui correspond à un 1 500 mètres en athlétisme. 

 

Tu as un peu avancé le programme puisque tu nous annonces des évènements à venir. Déjà, tu précisais que vous êtes à Albi ou à Saint-Juéry, au boulodrome Arago. Ce boulodrome est couvert mais il y a également des terrains en dehors. Combien de terrains en tout ? 

 

Ce boulodrome comprend 8 jeux intérieurs et 13 extérieurs. 

 

On peut donc bien s’adonner à ce sport comme tu le disais puisque, la différence entre la pétanque et la lyonnaise, c’est que la grosseur et le poids des boules ne sont pas les mêmes ? 

 

Tout à fait. Pour la grosseur, il faut compter 100 mm pour un poids d’un kilo. On pointe comme à la pétanque mais au tir, on fait au maximum 6 pas pour tirer des boules. 

 

Pour résumer par rapport à la pétanque et pour ceux qui connaissent, les boules ne vont pas au-delà de 700g alors que, comme tu le disais, elles font un kg à la lyonnaise. On les pointe ou on les tire en mouvement. Le pointage s’effectue avec deux, trois pas jusqu’à une ligne. Après, il y a aussi la distance des terrains ? 

 

La distance des terrains va de 12,5 mètres à 17,5 mètres alors qu’à la pétanque, ça s’arrête à 10 mètres. A la pétanque, le tireur et le pointeur ne bougent pas tandis qu’au sport boules, le pointeur reste sur place en faisant un pas maximum. Quant au tireur, il fait 6 pas maximum. 

 

Parlons du club, du Sport Boules, dont tu es le président. Combien y a-t-il de licenciés ? 

 

Nous avons 88 licenciés dans le club dont 22 en sport adapté. 

 

Pour parler un peu en occitan, qu’es aquo le sport adapté au sport boules ? 

 

Ce sont des personnes qui ont un handicap, soit physique, mental ou moteur. 

 

Ca requiert peut-être des éducateurs un peu spécialisés ? 

 

Oui, nous avons un éducateur qui a été formé, qui s’appelle Alain Balocco. Il vient tous les jeudis faire l’entraînement de ces personnes, de 8h à 10h.

 

En plus du sport adapté, vous avez aussi une section, une animation inter-scolaires 

 

Oui, tout à fait, toutes les semaines, du lundi au vendredi, à l’exception du mercredi. On reçoit les écoles d’Albi qui viennent s’entraîner ou simplement découvrir le sport boules pendant deux heures, soit le matin, soit l’après-midi. Et le mercredi matin, on va recevoir ceux de l’OMEPS , qui sont des jeunes qui vont venir découvrir le sport boule. 

 

Cela fait quand même quelques cordes à votre arc entre sport adapté et sport scolaire. C’est un peu l’école qui vient à la rencontre du sport boules. Quelles sont les retombées par rapport à ces jeunes qui viennent ? Parce-que ça fait maintenant que c’est en place, peut-être même un peu plus ? 

 

Cela fait même plusieurs années que l’on reçoit ces jeunes et on n’a pas beaucoup de retombées. Si on a un ou deux joueurs par an qui s’inscrivent au sport boules, c’est tout. 

 

C’est déjà pas mal. Après, il suffit que cela s’inscrive dans la durée ? 

 

On espère que cela soit dans la durée mais, pour le moment, on a seulement 7 jeunes entre 9 et 13 ans qui sont inscrits au sport boules

 

Revenons à ce qui intrigue nos auditeurs et nos lecteurs, à savoir la division dans laquelle vous évoluez. Quelle est la division au sport boules au niveau national ? 

 

Ca va de Nationale 4 jusqu’à Nationale 1, même l’élite. Albi, pour le moment, est en Nationale 3 avec dans notre groupe Le Puy en Velay, Coubon, Moulins, Sigean et Saint-Flour. 

 

Ca fait quand même de sacrés déplacements ? 

 

Oui, ce sont en effet de sacrés déplacements qui sont à la charge du club. Le week-end dernier, par exemple, nous sommes allés à Sigean rencontrer cette équipe à nos frais. 

 

Par contre, il y a quand même de beaux résultats et tu vas nous les annoncer. Il y a eu ces derniers temps une grosse réussite pour le sport boules ? 

 

Oui, on a un jeune de 18 ans qui est devenu champion de France en tir progressif au mois d’Avril à Martigues. Après, il a disputé le tournoi international de Tunis où il a remporté une médaille d’or. Et le summum, il a participé au championnat du Monde à Alassio, en Italie, du 24 au 28 Septembre, où il devient champion du monde de tir en double, vice-champion du monde en tir progressif et il a une médaille d’or aux championnats par équipe. 

 

Un sacré palmarès à 18 ans ! Et en plus, d’après ce que j’ai entendu, c’est une tête bien faite ? 

 

Oui, il a vraiment la tête sur les épaules et c’est un jeune vraiment sympa. 

 

Tu nous as parlé de tir progressif, par rapport à la pétanque, c’est quelque chose qu’on ne connaît pas trop. On voit quelques épreuves à la pétanque, on voit les tirs techniques. Mais quelles sont les catégories à la boule lyonnaise ? Il y a des parties ? Si oui, en combien de points ? 

 

Les parties se déroulent en 13 points, suivant le temps. Ça peut aller d’1h30 à 2h. Il y a le traditionnel avec une partie en simple, en double, en triple, en quadrette. Et après, on a les courses qui consistent à du tir progressif, à du tir rapide en double et enfin, nous avons le tir de précision. 

 

C’est quand même assez complet et c’est bien pour ça qu’on appelle ça un sport. Tu voulais rajouter quelque chose sur Mathéo Roffino , le champion du monde ? 

 

Oui. Quand Mathéo Roffino  a été champion de France en tir progressif, il a également obtenu le record du monde avec 45 boules frappées sur 47 lors de cette épreuve, record du monde qu’il détient toujours. Il en détient également un autre avec 55 balles frappées sur 59 tirées en tir rapide en double à Alassio

 

Avec tout ça, si l’Albigeois et la couronne albigeoise ne sont pas tentés d’inscrire leurs petits ou même de venir ! Parce qu’on peut pratiquer le sport boules jusqu’à 80 ans, voire même plus que ça ? 

 

C’est à partir de 9 ans jusqu’à 99 ans. On a un ancien qui a 95 ans. 

 

C’est vraiment le club de tous les records ? 

 

Oui, tout à fait (rires). 

 

Propos recueillis par Didier Revellat

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s