Athlétisme / B.Maurel (ECLA) : «On veut quelque chose à nous, qui sera notre meeting.»

Brice Maurel, le directeur sportif de l’ECLA, nous a présenté les perspectives, les projets et les ambitions du club phare d’athlétisme albigeois. Pour celui qui mène les destinées sportives de l’ECLA, outre la progression de ses pépites (M.Zalawa, L.Battet, C.Pierron ou encore À.Lemitre), ce grand passionné de son sport, veut foncièrement que ses adhérents puissent être accompagnés dans leurs projets sportifs et personnels, avec la volonté d’être un club à dimension humaine. L’éclosion d’une relève précoce, sera aussi un des fils conducteur de cette saison avec Martin Madeline-Degy en étendard de cette jeunesse triomphante. Mais Brice Maurel et l’armée de bénévoles de l’ECLA, ont aussi dans les cartons l’organisation d’un meeting à dimension nationale au Stadium d’Albi , avec la volonté d’y associer des passerelles avec Paris 2024. Profitant de l’effet JO 2024 véritable incubateur d’une nouvelle dynamique pour l’athlétisme français, ainsi que de la vitalité de son club, Brice Maurel espère bien voir rayonner l’athlè albigeoise au delà des murs de la cité épiscopale .

 

 

Brice, quoi de neuf à l’ECLA pour cette saison 2019-2020 ? J’imagine que, comme d’habitude, vous êtes en train de mettre les petits plats dans les grands ? 

 

Exactement, c’est un peu ça. Après un mois, un mois et demi de rentrée, on voit que les effectifs sont toujours au beau fixe donc, c’est encourageant. Ça nous permet, comme tu le dis, de voir les choses en grand. Sur le côté sportif, on n’a pas d’athlète majeur qui nous ait quittés. Ils ont tous voulu rester au club et suivre le projet du club. Ça, c’était très important pour nous. On essaye vraiment de faire des efforts en termes de suivi, de soutien par rapport à leurs demandes pour vraiment garder les athlètes qu’on a formés à l’ECLA et vraiment de les garder ici. Au-delà de ça,  on devient aussi un peu plus attractif car on a quelques athlètes qui nous ont rejoints. Sinon, ce sont des retours au club. 

 

Tu peux nous faire quelques annonces ? 

 

On a un athlète, Aurélien Carcenac, qui a été formé à l’ECLA il y a longtemps et qui est maintenant un des meilleurs lanceurs de disque en France puisqu’il fait les championnats de France Elite chaque année. Il a voulu revenir au club par rapport à l’attractivité qu’il y avait, les bonnes dynamiques dans les groupes, notamment dans les lancers. C’est pour nous une recrue importante puisque ce sera certainement un athlète de plus en championnat de France Elite et pour nous, c’est important. Après, il a amené avec lui une jeune athlète de Saint-Affrique, Florie Cluzel, qui a fait finaliste des derniers championnats de France au lancer de disque junior. Voilà les deux athlètes un peu phare qui nous ont rejoints

 

Le disque albigeois risque de tenir le haut du pavé cette année ? 

 

Voilà, c’est ça. C’est vrai que là, on se renforce, il y a une bonne dynamique sur les lancers donc, c’est une très bonne nouvelle pour nous. 

 

Et puis, à l’ECLA, vous avez su garder les fers de lance. Je pense à Alexa Lemitre, Marie Zalawa, Célia Pierron ou encore à Laury Batet 

 

Exactement, ce sont nos athlètes phares. Ils veulent suivre le projet avec nous donc, il n’y a pas de souci. Alexa est toujours là, Célia Pierron aussi, Laury. Après, on a des athlètes même en handisport. Renaud Leclerc qui va participer le mois prochain aux championnats du monde handisport à Dubaï. Lui, c’est pareil, il souhaite rester au club. Donc, on essaie de tout mettre en place pour avoir une élite et pouvoir proposer du haut-niveau dans le club. 

 

Et puis, il y a aussi de l’accompagnement ? Parce qu’on avait Marie Zalawa au printemps dernier en interview qui nous disait que, si elle était toujours restée fidèle à l’ECLA, malgré qu’elle fasse ses études à Toulouse, c’est parce qu’il y avait un accompagnement scolaire, un suivi personnalisé ? 

 

Voilà, c’est ça. Après, on essaie de les mettre dans les meilleures conditions, de savoir de quoi ils ont besoin pour eux, pour réussir dans leur vie professionnelle et dans leur vie sportive. L’objectif est là à savoir de les mettre dans de bonnes conditions s’ils continuent leurs études et qu’ils puissent s’entraîner à côté pour être toujours aussi performants. Ça, pour nous, c’est important, c’est la priorité pour nos athlètes. Quand on arrive à le mettre en place, ça les satisfait, et puis je dirai qu’ils réussissent donc, quand ils voient que ça marche, il n’y a pas de problème pour eux. 

 

En termes de licenciés, l’ECLA représente combien de licenciés ? 

 

On va tourner autour de 500 licenciés sur Albi. Après, l’ECLA est une entente entre les clubs de Brens, Gaillac, Graulhet, Lavaur, Saint-Sulpice, de Lisle-sur Tarn. 

 

En clair, vous êtes une véritable locomotive départementale ? 

 

Exactement, c’est une grosse partie du département. Quand on se réunit, on est plus de 1 000 licenciés. L’année dernière, on était 1 087 licenciés, on devrait encore être autour de ces chiffres-là cette année. Donc oui, c’est quand même une grosse machine départementale mais l’avantage c’est que, quand on se retrouve au niveau départemental, au niveau régional et au niveau national, et bien, on existe. L’ECLA est connu et ça, c’est important pour nous. On l’a vu l’année dernière avec les résultats des championnats de France interclubs où le club s’est maintenu en Nationale 1 et pour nous, c’était une victoire de se maintenir avec un très bon résultat puisqu’on a battu le record du club en nombre de points. Parce-que, chaque athlète marque des points et on est comparé aux autres et on reste en Nationale 1B cette année, c’est la 3e division en France. Donc, pour nous, ce n’est vraiment que du positif et on va travailler dans ce sens pour essayer encore de rester à ce niveau-là cette année puisque ça apporte vraiment un plus à nos athlètes, notamment à nos jeunes athlètes qu’on forme. Ils sont confrontés à des athlètes de niveau national et ça, c’est important pour qu’ils continuent à progresser et qu’ils aient envie d’aller plus loin. 

 

Qui dit début de saison dit souvent aussi la période des objectifs et des caps à atteindre pour une saison. Quels sont les objectifs, que ce soit individuellement pour les athlètes et collectivement pour le club ? 

 

Individuellement, ce sont eux qui se les fixent. Nous, en général, on les accompagne pour qu’ils atteignent leurs objectifs. Il est sûr que nos athlètes les plus phares, notamment les plus jeunes, aiment bien souvent se fixer comme objectif d’être en équipe de France. On continue à avoir des internationaux au club, c’est important car c’est aussi une reconnaissance. Après, je pense que l’objectif collectif sera certainement les championnats de France interclubs au mois de Mai, de se maintenir à nouveau. Je crois qu’on a la capacité de faire aussi bien, voire mieux que l’année dernière donc ça, c’est plutôt encourageant. Le nombre de qualifiés varie mais ça reste toujours à peu près haut. Le but, c’est de maintenir le cap sur un club qui fait partie des 30 meilleurs clubs en France, en termes de résultats, en termes d’encadrement. L’objectif général, il est là. 

 

On sait que l’ECLA est quasiment devenu un porte-drapeau de la ville d’Albi. Mais, dans un club comme le vôtre, ce qui met en lumière, ce sont les manifestations organisées comme les meetings, les championnats de France ou toute autre compétition. Est-ce qu’on peut saliver d’avance en pensant recevoir de belles compétitions au Stadium Municipal d’Albi ? 

 

En tous cas, on y travaille. Notre objectif N°1 cette année, c’est de présenter un meeting national à Albi. C’est à dire un vrai meeting national avec un meeting sur deux heures, 12 épreuves, 8 épreuves de niveau national qui rentrent dans le cahier des charges de la Fédération Française d’Athlétisme. 

 

Un peu comme ce qui pouvait se faire à l’époque à Castres ? 

 

Exactement, c’est dans cette idée-là. On est moins sur des championnats de France dans les deux années qui arrivent donc, l’idée, ce serait vraiment de développer un meeting national, de le pérenniser, de faire venir des gens dans le stade. Qu’on arrive à leur montrer du haut-niveau chaque année sur Albi au niveau de l’athlétisme. On pense qu’on en est capables puisqu’on a déjà organisé en lien avec la Fédération des grosses compétitions. Trois fois les championnats élite, ça fait bien dans le CV. On sait qu’on en a les capacités, on a des gens qui sont motivés pour le faire. C’est quand même du travail mais ça devrait voir le jour cette année, la date sera samedi 30 Mai. Le projet est en train de mûrir, on en parlera un peu plus tard. 

 

Qui dit compétition de niveau national dit aussi des étoiles dans les yeux des plus jeunes, des futurs licenciés, qui sait 

 

Tout à fait. Notre objectif est de faire participer les légendes du club à cet évènement. On arrive à le faire sur les grands évènements, type les championnats de France Elite, comme on faisait. Maintenant, on veut quelque chose à nous, qui sera notre meeting. On va garder le nom de  » Music Jump  » parce-que c’est quelque chose qui est assez reconnu. Mais voilà, on doit faire participer ces gens. On a une idée, un souhait, on va en parler avec la municipalité car rien n’est fait encore, qui serait de faire une course qui partirait du centre-ville qui arrive au Stadium le jour du meeting. Ca permettrait de promouvoir l’évènement et de faire participer les gens du club et même tous les gens qui souhaiteraient participer à cette course. On voudrait faire un 2 024 mètres, tout simplement en vue des Jeux Olympiques de Paris en 2024 afin de promouvoir notre activité en vue de cette échéance. Donc, voilà un peu l’idée qu’on a, aller chercher les gens en ville et les amener au stade. 

 

On voit qu’il y a de la suite dans les idées à l’ECLA. On va terminer cet interview en te demandant Brice, quel est l’athlète qu’il va falloir garder un peu l’œil durant cette saison 2019-2020 ? Au niveau des performances, qui sens-tu avoir de grosses ambitions ? Et puis, comme on a bien parlé de la formation et de la jeunesse, quelle est la jeune pousse qui perce à l’ECLA ? 

 

Ça va être dur pour moi de mettre un athlète en avant

 

Ou plusieurs, on est preneurs. 

 

On a nos athlètes élite. Je suis persuadé qu’eux vont réussir parce qu’ils s’investissent énormément dans leurs projets. Donc, je pense que ça va le faire. Celui qui a rejoint un peu le groupe, c’est Martin Madeline-Degy sur 10 000 mètres marche. Il a eu deux sélections en équipe de France l’année dernière. C’est aussi une épreuve un peu atypique, c’est moins courant mais, d’avoir un jeune comme ça au club, c’est important. Après, on a des jeunes qui montent comme Thibaut Excoffon sur 800 mètres qui a montré de très belles choses l’année dernière et qu’on sent très bien cette année. Et dans les plus jeunes, on a aussi des satisfactions puisque, la semaine prochaine, on a nos deux équipes interclubs minimes, c’est à dire moins de 16 ans, qui sont qualifiées en finale nationale. Cela faisait un moment qu’on n’avait pas eu deux équipes, filles et garçons, qualifiées. Donc, là aussi, il y a des jeunes qui sont intéressants et j’espère qu’ils vont prendre la suite de leurs aînés qui, eux, brillent au niveau national dans les compétitions. 

 

Et on a pris nos habitudes au Mag Sport. On suivra les performances de Laury Batet, de Célia Péron, d’Alexa Lemitre, de Marie Zavala et du tout nouveau venu qui s’appelle … 

 

Martin Madeline-Degy

 

Le nom est retenu. On te remercie Brice de nous avoir fait un éclairage sur l’ECLA, le club d’athlétisme albigeois, qui est l’un des poumons sportifs de notre belle ville et on souhaite le meilleur à ton club pour cette saison 2019-2020. 

 

Merci à vous et merci pour votre soutien

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

Un commentaire sur “Athlétisme / B.Maurel (ECLA) : «On veut quelque chose à nous, qui sera notre meeting.»

  1. Des idées, des idées!!
    Ok, il faudra faire des choix.. Épreuves Marche 2024..athlé santé.. Athlé scolaire.. Athlé aménagé… Bravos pour ce travail.. Bien à vous.. La qualité de ce que vous faites doit aller vers une structure de très haut niveau départemental Règionnal. Occitan national.. C’est ton papa qui le dit…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s