#Rugby – Fed1 / O.Regnier (Graulhet) : «On l’a coché et la priorité, c’est la victoire. »

Nous allés à la rencontre d’ Olivier Regnier, l’inoxydable joueur graulhetoiset capitaine des mégissiers. A quelques heures d’un match capital, pour la course au maintien en Federale 1, à Pélissou (Graulhet – Pamiers), le seconde ligne Graulhetois nous donne toutes les clés du match ainsi que son analyse sur la défaite (40-12) dans le derby Tarnais face à Lavaur.

 

 

Olivier, on va faire une interview en deux temps. D’abord, on va essayer de revenir sur le derby tarno-tarnais face à vos meilleurs ennemis de l’ASV Lavaur. On va dire que Graulhet a tenu la dragée haute aux anciens champions de France de Fédérale 1. Puis, la seconde a été un peu de trop avec de l’indiscipline et un match qui vous a filé entre les doigts ? 

 

On savait à quoi s’attendre en allant à Lavaur. On voulait récupérer un maximum de points, on s’était fixé au moins un point. On n’avait pas de pression particulière. C’est sûr qu’on fait une entame un peu limite en prenant 11 points d’entrée. Après, on revient bien en passant devant à la mi-temps. A 12-11 à la mi-temps, on est bien, on était dans le match, on n’était pas trop mal. L’entame de deuxième mi-temps nous fait du mal aussi, on s’est beaucoup fait pénaliser, on n’a pas de ballon. Je pense que le banc a aussi fait la différence. Quand tu n’as pas de ballon, que tu es sous pression en permanence, tu prends des points. Mais je pense que le score est lourd quand même. 40 points, ça fait lourd au final. 

 

Pour Graulhet, on ne va pas se cacher, l’objectif cette année est d’avoir un maintien sportif parce-que cela fait plusieurs années que vous êtes sauvés grâce à des décisions administratives. Et ça passe surtout par un bon résultat face à Pamiers, à Pélissou. On sait que vos coaches veulent faire de Pélissou une citadelle inviolable. Ce dimanche va être une grosse réception ? 

 

On sait très bien que tous les matches à la maison sont très importants. Avec Tarbes, Albi et Blagnac, on ne joue pas dans la même cour mais après, je pense qu’à la maison, il faut accrocher tout le monde et prendre des points contre tout le monde. Il est sûr que Pamiers va être un concurrent direct même si on voit que la poule est très homogène, tout le monde peut gagner partout. Nous, ça passe déjà par Pamiers à la maison. On l’a coché et la priorité, c’est la victoire. 

 

Cette équipe de Pamiers a tenu la dragée haute à Albi la semaine dernière à domicile, en Ariège. Mais, c’est un signe que cette équipe qui monte de Fédérale 2 ne viendra pas faire du tourisme ? 

 

C’est sûr. On a vu que le recrutement avait été conséquent. Ils étaient déjà prêts l’an dernier, ils ont fait une très bonne saison en Fédérale 2, ils ont fait un bon recrutement. On les a suivis un peu, on voit que sur leur début de saison, ils ont tenu Albi à la maison mais, ils ont aussi perdu contre Mauléon chez eux. C’est un peu irrégulier mais on s’attend quand même à un gros, gros match et à un gros combat parce-que c’est une très belle équipe avec des individualités intéressantes. Il ne faudra surtout pas les prendre à la légère. 

 

Et puis, c’est un match qui est placé entre deux derbys, le premier face à Lavaur et le prochain au Stadium Municipal d’Albi face au Sporting Club Albigeois. C’est vraiment une mire un peu restreinte pour le Sporting Club Graulhetois ? C’est un match vraiment importantissime pour les graulhetois parce-que, on ne va pas se le cacher, à Albi, vous aurez un peu moins d’ambition de points ? 

 

On savait que ce bloc allait être compliqué avec deux déplacements et une réception, dont deux derbys chez les voisins. On comptait prendre un point contre Lavaur et vraiment la gagne contre Pamiers. Le point n’a pas été pris à Lavaur, il faut absolument se rattraper donc, victoire à tout prix dimanche. Après, le match d’Albi est tout bonus pour nous. Le bloc va être compliqué, on le savait déjà, il faut prendre le maximum de points contre Pamiers. 

 

J’ai essayé de compter le nombre de saisons que tu as passé à Graulhet, je n’y suis pas arrivé. Du coup, tu vas me le dire. Cela fait combien d’années que tu es à Graulhet ? 

 

C’est ma 13e saison en équipe première. Mon premier match en senior était en 2006. 

 

Les infos que j’avais s’arrêtaient à 2008 mais, en calculant, je me suis dit que tu devais avoir fait un peu de rab. 

 

J’étais encore junior quand j’ai commencé les matches mais oui, ça commence à faire un peu. 

 

Tu es un des meubles de la maison graulhetoise. Comment tu analyses l’évolution du club et le fait que cette Fédérale 1 qui se professionnalise soit de plus en plus dur d’année en année ? 

 

J’ai connu la Fédérale 1 il y a plus de 10 ans, ça n’a plus rien à voir. Tout s’est professionnalisé, tout a évolué. Les clubs ont su aussi évoluer et ça devient de plus en plus dur pour rester au niveau. On l’a vu quand on est redescendu en Fédérale 2, quand tu descends, ce n’est pas évident. Cette année, on a eu le choix de se maintenir ou de repartir en Fédérale 2. Ce n’était pas évident parce qu’on a passé quelques saisons galères donc il fallait reprendre du plaisir et retrouver la victoire. Mais c’est vrai que c’est toujours intéressant de jouer au plus haut-niveau amateur. Le club a toujours gardé ses valeurs et je pense qu’il mérite d’être à ce plus haut-niveau amateur même si niveau budget, on reste toujours loin, loin derrière. 

 

Graulhet restera toujours un bastion historique du rugby du sud-ouest ? 

 

Voilà, il faut garder cette place parce-que le club le mérite, les gens qui s’en occupent le mérite. On a un vivier de bénévoles important, tant qu’il y a ces personnes-là, c’est très important de laisser ce club à cette place-là. On voit certains clubs autour de nous qui ont dégringolé et qui maintenant sont au plus bas donc, il ne faut pas faire pareil ici. 

 

On va passer sur un autre registre. Il y a des nouvelles règles en mêlée. Toi, tu joues devant, tu es seconde ligne. Comment tu appréhendes ces nouvelles règles ? Qu’en penses-tu à l’usage ? 

 

Nous, on a eu surtout à s’en faire sur les premiers matches, les arbitres sont un peu tâtillons sur les bords. Mais après, on n’est pas trop, trop concernés non plus, il n’y a pas non plus d’énormes changements par rapport à la saison dernière, sauf peut-être un peu sur le placement mais ce n’est pas non plus terrible. 

 

On entendait des personnes râler parce-que ça arrivait plus fort ? 

 

Oui, c’est sûr qu’il y a un peu plus d’impacts car les piliers ne sont pas en contact. Les arbitres leur demandaient beaucoup sur la première journée mais là, je pense que ça va commencer un peu à se remettre en place. 

 

Les cervicales sont sauves ? 

 

Ça va oui mais il faut quand même préserver nos premières lignes. 

 

Et rester vigilants

 

Oui, voilà. 

 

On va finir en te demandant si cette victoire face à Oloron il y a de cela trois semaines a vraiment servi de catalyseur, de lanceur pour cette saison 2019-2020 ? Parce qu’on le sait, l’année dernière, vous avez eu une saison galère avec juste une victoire face à Fleurance. Là, la première victoire est arrivée très tôt dans la saison. Ça permet de vraiment lancer la dynamique ?

 

Le groupe a un peu changé par rapport à l’an dernier, il y a eu pas mal d’arrivées et l’arrivée de Philippe Oro avec, donc il y a eu du changement. On était sur un bon premier match contre Tarbes, un peu compliqué à la maison mais on était, on va dire, en reprise. On a trouvé un peu plus de points positifs contre Bagnères à Bagnères. Et après, c’est vrai que la victoire contre Oloron à Graulhet a vraiment lancé le truc. Il ne faut pas s’arrêter à la défaite contre Lavaur parce-que je pense qu’on fait une première mi-temps correcte. Après, la deuxième mi-temps est un peu à mettre de côté mais il faut rester sur cette dynamique. Donc oui, ça nous a permis de bien lancer la saison car, on le sait, ce n’est pas évident de s’entraîner quand on enchaîne les défaites. Le groupe vit bien, espérons que ça continue à partir de dimanche. 

 

On va te donner le mot de la fin en te laissant lancer le signal d’alarme, l’appel au rassemblement pour que tous les supporters viennent dimanche à Pélissou, pour voir Graulhet affronter cette équipe de Pamiers. 

 

Oui, venez nombreux nous encourager à Pélissou. Nous, on sait qu’on ne lâchera jamais donc il faut être tous derrière nous et faire le maximum pour gagner. 

 

Et, cette équipe de Pamiers, ce sont des vaillants donc, il risque d’y avoir un beau combat ? 

 

Voilà, ça sera parfait!

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s