#Rugby – Fed1 / N.Hallinger (Lavaur) : «On n’est pas dans la même cour qu’Albi »

Nicolas Hallinger le coach de l’ASV Lavaur, à quelques heures du derby tarno-tarnais face au Sporting Club Albigeois nous a livré son sentiment sur ce début de saison. Entretien avec le technicien vauréen dont les propos laissent transparaître une lucidité certaine et un calme olympien.

 

Crédit photo Xavier de Fenoyl / DDM

 

Vous êtes le nouveau coach de l’ASV Lavaur depuis cette saison 2019-2020. On va dire qu’un nouveau cycle débute en terre vauréenne. Déjà, comment se sont passés ces deux premiers matches avec des géométries un peu variables ? Une défaite à l’extérieur dans un contexte basquo-béarnais assez bouillant et puis une première victoire à domicile ? 

 

Comment ça s’est passé ? De nouveaux arrivants, un nouveau Lavaur, un groupe renouvelé à plus de 50%, beaucoup de jeunes joueurs donc, à recréer ce qui faisant la force de Lavaur pendant quelques temps. Et donc, par rapport à ces deux matches de championnat, une défaite à Mauléon avec un trou d’air de 15, 20 minutes qui nous coûté cher sur le match. Après, une victoire pas facile contre l’autre promu Pamiers, qui était une équipe costaud et qui est bien en place. Nous, on se cherche encore un peu. On travaille, on a un bon état d’esprit, on a un groupe qui est très jeune mais, on sait que ça ne sera pas facile d’autant plus qu’on a une poule qui est très homogène et qui sera compliquée sur la saison. 

 

Et aussi très axée sur les Pyrénées où on sait qu’au niveau des déplacements, il faut y aller, parce qu’il y a du public, il y a de l’ambiance et il y a un certain supplément d’âme chez ces équipes pyrénéennes ? 

 

Oui, ça aussi, on le sait pertinemment. On sait très bien que c’est un rugby amateur, un rugby qui nous plaît, un rugby qu’on a envie de vivre pleinement. Mais on sait aussi que ce sont des matches qui ne sont jamais faciles parce-que ces équipes ne lâchent jamais rien. Donc, il faut s’y préparer et travailler pour ça et mettre tous nos atouts de notre côté pour pouvoir faire une belle saison. 

 

Parlons un petit peu de Mauléon. On se rappelle l’année dernière de Nafarroa qui était l’un des publics les plus bouillants si ce n’est le plus bouillant de Fédérale 1 avec des supporters ? (1.59). Mauléon, ça n’a rien à envier à Nafarroa, c’est le même genre de contexte ? 

 

Ca fait quelques années que je bourlingue dans le monde du rugby et Mauléon et Nafarroa sont  » des frères ennemis  » quand ils se rencontrent. Mais après, ce sont des cousins ou des frères très proches dans leur état d’esprit, dans leur âme. Et oui, tout à fait, on savait où on allait, on savait que ce serait dur, on savait que c’était leur premier match à domicile, on connaissait le contexte. Malgré cela, quelques petites erreurs de jeunesse, un petit trou d’air comme je le disais tout à l’heure, ont fait qu’on n’a pas réussi à se sortir du piège de Mauléon. Après, un contexte je ne dirai pas très difficile quand même, Mauléon n’est pas les Catalans où là, c’est vraiment tendancieux et houleux. Mauléon est un contexte de connaisseurs, qui poussent leur équipe et qui sont de vrais supporters. C’est ce qui est beau à vivre. 

 

C’est ce qu’on aime aussi dans cette Fédérale 1, le fait qu’il y ait encore cette fibre amateur qui soit prégnante ?

 

Oui, c’est vrai que c’est quand même quelque chose de prégnant parce-que les gens s’impliquent vraiment par rapport à leur identité, leur club, leur région, leurs amis. Mauléon n’a rien à envier dans notre poule, ou Pamiers, sur ce secteur-là. Comme les autres clubs, comme Oloron. On sait très bien qu’Oloron à Oloron, ce sera compliqué, Bagnères à Bagnèresaussi. C’est encore justement la beauté et le charme de la Fédérale 1 où il y a une certaine pression mais il y a aussi ce beau côté que les gens vibrent pour leurs clubs, leurs identités. Graulhet en fait partie, Albi n’en parlons pas. Ce sont des clubs qui ont une identité forte avec leurs publics. 

 

Vous me tendez la perche en parlant d’Albi puisque samedi, il y a match mais, il y a surtout derby. Un derby, ça se joue et on le dit souvent, ça se gagne. A Lavaur, vous ne partez pas favoris chez les bookmakers mais, vous aurez peut-être un petit levier motivationnel. En match amical, Albi vous avait passé 47 points, il n’y a rien de mieux pour piquer au vif les joueurs ? 

 

Non, pas du tout. Aujourd’hui, on n’est pas dans la même cour qu’Albi. La Fédérale 1 a trois niveaux. On a des clubs comme Albi, Narbonne, Massy, Bourg et d’autres qui sont pros ou semi-pros et qui sont dans cette Fédérale 1 mais qui, quelque part, n’ont pas grand-chose à y faire. Après, il y a des clubs comme Lavaur, qui visent à se qualifier en Du Manoir et ensuite, il y a des équipes qui essaient de ne pas vouloir descendre. Donc, voilà, il y a trois étages dans cette nouvelle fusée de la Fédérale 1. Pour moi, il y a un étage de trop, c’est l’étage du dessus. Mais après, c’est un grand plaisir de rencontre cette équipe d’Albi, je leur souhaite qu’une chose, c’est qu’ils réussissent leurs quarts et leurs demi-finales en fin de saison et qu’ils montent à l’étage au-dessus. Parce-que, le Tarn en a besoin, parce-que la ville d’Albi en a besoin. Mais, se servir du match amical, ça ne sert à rien. 

 

De plus, vous n’étiez pas au même niveau de préparation. Que ce soit Albi ou Lavaur, il y a avait deux, trois semaines de préparation d’écart et ça fait aussi beaucoup de différences ? 

 

Oui, mais il y a aussi quand même un monde de différence entre Albi et Lavaur. Nous, ce matin, on est tous au travail et on le sera jusqu’à ce soir  Les Albigeois peuvent très bien préparer le match de demain, soit pas de la vidéo, soit par de la mise en place dans la journée. Alors que nous, on fera de la mise en place quand la nuit commencera à tomber parce-que les jours raccourcissent. Donc, c’est ce que je dis, il y a trois étages dans cette Fédérale 1. En toute honnêteté, je ne peux pas appeler ça un derby, je ne veux pas appeler ça un match où on fera référence. Non, on n’est pas dans la même cour, on n’est pas dans la même catégorie donc, il faut être lucides par moments et bien ouvrir les yeux. Par contre, oui, c’est un match qui, pour nous, peut-être intéressant pour le travail qu’on est en train de réaliser depuis deux mois. 

 

Et puis, entre Albi et Lavaur, il y a de grandes passerelles. On pense à Baptiste Hecker, à Benjamin Norkowski ou alors, anciennement, à Gilen Queheille

 

Dans l’autre sens aussi, je pense.  

 

Oui, Gaëtan Bertrand. 

 

Voilà. Donc, je pense que c’est une passerelle mais c’est bien pour tout le monde quand ça se fait dans le bon esprit et dans le bon échange, je crois que tout le monde s’y retrouve. Je pense que des garçons comme on a récupéré avaient des difficultés pour s’imposer sur Albi et ont trouvé une ressource et de l’âme dans notre club de Lavaur. Et Bertrand a retrouvé lui le niveau qu’il cherchait, c’est à dire le plus haut niveau donc, je trouve que c »est très bien. Je connais assez bien Arnaud pour aussi savoir que c’est pareil. On peut échanger, parler, parce qu’on n’est pas dans la même chose. Et le principal, c’est que les deux équipes, les deux clubs, trouvent leurs comptes. Ça, c’est important. 

 

On parlait de Gaëtan Bertrand. C’est un exemple aussi pour certains joueurs de Lavaur qui veulent tôt ou tard passer un cap, aller un peu plus haut, en disant  » regardez, on peut être en rugby amateur et avoir sa chance dans le rugby professionnel ou semi-professionnel  » ? 

 

C’est exactement ce à quoi je m’attache. Je trouve que c’est important de regarder vers le haut tout en étant lucide. Pour le club, ce n’est pas possible de viser plus haut, pour le club de Lavaur, mais par contre, pour des joueurs, il est sûrement possible de viser au-dessus. Et, on a quelques jeunes aujourd’hui qui ont de la qualité et bien sûr pour eux, ça doit leur servir, de savoir que c’est possible. Il y a Bertrand, il y a Gilen l’année dernière, après, la marche est haute mais rien n’est impossible. 

 

A cœur vaillant rien d’impossible

 

Pour le club de Lavaur, c’est impossible de viser au-dessus, maies pour des joueurs, surtout que nous, on a récupéré beaucoup de jeunes joueurs cette année qui ont du potentiel, qui doivent comprendre aussi ce que c’est que le travail, ils doivent l’avoir un peu dans le fond de leurs têtes, pourquoi pas. Ca, c’est important. 

 

On va passer sur un autre registre pour terminer cette interview. Il y a aussi un club où vous avez fait un passage, c’est le Sporting Club Mazamétain. J’imagine que vous auriez souhaité les avoir dans la poule pour avoir un autre derby et puis, retourner un peu dans votre ancienne maison. Quel est le regard que vous portez sur la poule où ils sont tombés ? Parce-que là, ils n’ont pas eu de cadeau. On les a invités en Fédérale 1 mais tout de suite, on les a mis dans le dur. Parce-que, Bourg-en-Bresse d’entrée en apéritif, c’est épais comme apéritif. 

 

Oui, c’est épais. Mais, vous savez, j’ai passé mes deux dernières années d’entraîneur à Mazamet, j’avais loupé le match de la montée deux fois. L’année dernière, ils ont pu avoir ce match de la montée et le gagner sur le terrain, y jouer et c’est ce qu’ils voulaient. Est-ce que tout était prêt pour le club, l’équipe, le joueur pour monter en Fédérale 1 ? Je ne sais pas parce-que je n’y suis plus. Après, ils l’ont voulu, ils l’ont donc la poule, voilà … Mais, il faut qu’ils se disent que ça y est, Bourgoin et Bourg-en-Bresse sont passés. Qu’est-ce qu’il reste en face, qu’est-ce qu’on va rencontrer maintenant ? Ils savaient très bien qu’ils ne luttent pas dans la même catégorie que les équipes qu’on a pu citer. Mais, comme nous aujourd’hui avec Albi, on ne lutte pas dans la même catégorie. Donc, il ne faut pas se mentir et il ne faut pas se leurrer, par contre, il faut s’en servir, travailler et surtout, jouer avec les étages que je disais au début, le 2e ou le 3e étage par rapport à où on se situe. Le premier n’est pas fait pour nous et bien, ce n’est pas grave. C’est bien de les rencontrer pour progresser, il faut en tirer des choses. Mazamet, ils ont une poule qui est difficile parce qu’il y a 4, 5 gros clubs mais après, les autres clubs se tiennent. Alors que nous, dans notre poule, on a trois clubs qui vont tirer le haut, tous les autres après sont du même niveau. C’est une poule qui va être très homogène et très compliquée. 

 

L’objectif est affirmé pour Lavaur, pour cette saison 2019-2020, accrocher une qualification en Du Manoir et puis, comme on dit, si l’aventure sportive et humaine va loin, qui sait, aller retoucher un petit bout de bois ? 

 

C’est surtout l’aventure humaine. C’est souvent l’aventure humaine qui fait aller loin dans le sportif. Donc, je dirai que oui, l’objectif, c’est de se qualifier en Du Manoir et qu’on crée une belle aventure humaine qui, souvent, débouche sur de belles choses. C’est le but de l’ASV 2019-2020. 

 

Dernière question. Quel seront sans trahir bien sûr les secrets de la causerie, les mots d’ordre pour vos troupes pour appréhender ce derby tarno-tarnais ? 

 

Appliquer ce qu’on travaille et prendre du plaisir, profiter du moment. Après, on sait que ce sera dur, il faut qu’on s’y prépare et qu’on prenne du plaisir et que ce ne soit pas une corvée d’aller jouer à Albi, bien au contraire. Et puis, pour les joueurs qui n’ont pas beaucoup de temps de jeu, c’est à eux d’acquérir beaucoup de temps de jeu contre cette formation d’Albi qui sera dure et trouver du plaisir, et continuer de travailler ce qu’on a vu depuis deux mois pour préparer le prochain bloc. 

 

Merci et on vous donne rendez-vous samedi au Stadium Municipal pour le premier derby tarno-tarnais de cette poule 3. 

 

Merci beaucoup

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s