Rugby – Fed1 / J.Demai-Hamecher (Massy) : «Mathieu Bonello a été déterminant dans mon choix!»

Nous avons rencontré, l’international à 7 pyrénéen de Massy , Johan Demai-Hamecher à quelques heures de la victoire de siens, lors du match inaugural face au CS Beaune (12-33). Arrivé du Plateau de Lannemezan cet été, le néo massicois vient dans les bagages de l’ex coach Vauréens (M.Bonello) avec la ferme intention de passer un cap et jouer le haut du tableau . Focus sur le RC Massy, rétrogradé de ProD2 la saison passée et qui veut avec des joueurs de valeurs comme l’ex 3/4 du Stado et du CAL, pérenniser un projet menant à l’antichambre de l’élite en 2023.

 

 

Johan, tu arrives en terres franciliennes en provenance de Lannemezan. On peut dire que tu as sauté le grand pas entre le rugby amateur et le rugby professionnel pour cette saison 2019-2020 ? 

 

Oui mais je connaissais un peu avec Tarbes où j’avais joué quand on était en Pro D2 et ensuite en Fédérale 1 élite. Puis, j’étais en convention  aussi à la Fédé donc je connaissais un petit peu le circuit professionnel. Après, passer de Lannemezan à Massy, ça change un peu du tout au tout mais c’est une bonne chose. 

 

Quelle est la différence entre ce rugby pyrénéen et ce rugby francilien ? 

 

Les différences sont compliquées à décrire pour l’instant parce qu’on sort tout juste de la prépa. On a fait que trois matches amicaux donc, pour l’instant, ça se ressemble, tout se met un petit peu en place. Après sinon, c’est un jeu qui est beaucoup porté sur la vitesse, tous les joueurs sont très techniques. C’est la différence que je vois entre les deux mais sinon, c’est quand même assez similaire. 

 

Cette année, un peu comme à l’instar de tes années tarbaises, tu arrives dans un club, Massy, qui ambitionne de remonter en Pro D2. Comment appréhendes-tu cette saison ? Est-ce que tu sens cet effectif déjà soudé pour aller décrocher cette timbale ? 

 

Oui, on a fait un bon stage, une bonne intégration et on a travaillé fort sur ces dernières semaines. Cela fait quasiment 9, 10 semaines de préparation physique où tout le monde a travaillé dur. L’objectif est surtout de faire une très bonne saison parce-que c’est un groupe qui se reconstruit avec des nouveaux joueurs, des jeunes qui étaient en espoirs qui montent et qui avaient fait une très belle saison l’année dernière et quelques anciens. Donc, il faut que tout cela se mette en place. Après, l’objectif est surtout de faire une bonne saison, de trouver de bons repères pour se qualifier pour les play-offs. Pour la suite, on verra, ce sera un nouveau championnat. Mais, c’est sûr qu’on sent que tout le monde est concentré, que tout le monde a le même objectif et on avance ensemble. 

 

Souvent dans le milieu du rugby, on dit que Massy est habitué à faire un peu le yo-yo entre la Pro D2 et la Fédérale 1 et qu’en plus, avec sa base formatrice, c’est un club qui ne s’affole pas dans ce genre de situation. Est-ce que tu ressens cette sérénité ? 

 

Oui, c’est sûr. Là, je sais que le club a un projet Massy 2023, il me semble. L’un des projets est, dans les 3 ans, de remonter en Pro D2 mais c’est surtout de se stabiliser et justement ne plus faire cette navette parce-que cela fait 10 ans que le club fait des allers-retours. Donc, il y a tout un projet qui est mis en place par rapport à ça et ensuite, oui, c’est un club qui ne s’affole pas. Je pense que tout a été fait intelligemment pour pouvoir faire une bonne saison et après, on verra par la suite. On est dans une bonne dynamique. 

 

Parlons un peu des adversaires de Massy. On a vu que vous étiez tombés dans la poule 1. L’avantage de cette poule, si c’est un avantage, c’est qu’il y a 4 promus. Mais parfois, les promus ont les dents longues. Il y a aussi des gros calibres, je pense à Mâcon avec leur titre en Du Manoir, à Chambéry mais bien sûr aussi à Dijon. Pour toi, qui va être l’adversaire le plus coriace, le plus velu ? 

 

On a joué Dijon en match amical, c’est une grosse équipe avec un gros effectif. Après, je pense que tous les matches vont être serrés parce-que dans les promus, comme tu disais, ils vont avoir les dents longues. En plus, on a deux derbys, Drancy et Suresnes, qui sont des clubs d’Ile-de-France. Et puis, le fait que le RCME descende de Pro D2, de toute façon, tout le monde va vouloir faire un coup chez nous. Ça va être un peu comme les années précédentes avec Albi ou des clubs comme ça. 

 

Vous aurez la pancarte comme on dit ? 

 

Voilà. Après, pour les autres équipes, on verra sur les matches. Pour l’instant, la saison n’a pas commencé. Dijon, je pense, aune bonne équipe, les autres, on verra par la suite. 

 

Pour te rassurer dans le sens de tes propos, j’ai eu Vincent Lagassé et Vincent Carbou, de Drancy et de Suresnes, ils vous attendent de pied ferme. Ces derbys vont, je pense, être des grands moments de cette saison ? 

 

Ca ne m’étonne pas. C’est aussi le charme du rugby, il faut des derbys, c’est bien. Nous, ce qui est sûr, c’est qu’on sera prêts pour chaque match, les derbys encore plus et tant mieux. Après, moi, je découvre un peu ce secteur de la France donc je ne sais pas vraiment comment se font les derbys mais, si c’est comme ce qu’on a pu avoir à Lannemezan/Tarbes ou Lannemezan/Bagnères à la maison l’année dernière, c’est d’autant plus motivant.

 

On va parler un peu aussi des autres poules. Pour toi, qui seront les autres concurrents à l’accession en Pro 2 ? Qui vois-tu taper à la porte de la seconde division française ? 

 

Je crois que Narbonne a fait de gros matches amicaux avec un gros recrutement, Albi va toujours être costaud. Je pense que beaucoup peuvent prétendre à cette place. Après, c’est pareil, il faut voir comment va se dérouler la saison. Avec les derbys, il peut y avoir de belles surprises notamment avec des équipes comme Dijon, qui n’ont pas forcément un passé en seconde division mais par contre, qui y prétendent. Je crois qu’ils préparent des projets. Un peu pareil pour Chambéry qui a échoué plusieurs fois aux portes de la montée. Je pense qu’il y a pas mal de grosses équipes sur les autres poules. C’est sûr que Narbonne, sur les matches amicaux, a été solide. 

 

Peut-être Tarbes qui pourrait renaître de ses cendres ? 

 

Bien sûr, le Stade Tarbais, j’ai beaucoup de copains là-bas (sourire). Tarbes, cela fait un moment qu’ils préparent cela aussi. Ils avaient un projet sur 3 ans qui a, il me semble, débuté l’année dernière. Ça va être des clients, ils ont battu Nice, ils ont gagné tous leurs matches amicaux. Pour l’instant, sans que le championnat ait commencé, c’est un peu compliqué de donner des têtes d’affiches. 

 

Et puis, on a l’impression, à la différence de l’année dernière où il y a avait d’entrée deux têtes d’affiches, Rouen et VRDR, que cette année, c’est beaucoup plus homogène, beaucoup plus une meute groupée ? 

 

C’est un peu l’impression que j’ai aussi. Tout le monde va se battre à distance et après, ce sera un peu la saison de qualif qui va déterminer les équipes qui se feront un chemin  » un peu plus facile « . Ça va un peu être un duel à distance pour finir 1er, 2e nationaux histoire de choper les 1/4 de finale retour à domicile. Ça va être des duels à distance, à celui qui marque le plus de points. 

 

On l’a vu l’année dernière dans la demi-finale Albi/Rouen, le fait de recevoir au retour à domicile est quand même assez prépondérant ?

 

Ça, c’est sûr. 

 

On va revenir un peu sur Massy. On a vu qu’il y a un nouveau coach, Mathieu Bonello. Est-ce que de savoir qu’il y avait  » un petit gars du sud-ouest  » a participé à ton choix de venir à Massy ? De prendre un petit coin du sud-ouest avec toi ? 

 

Bien sûr. Il m’avait contacté directement suite à ma saison. J’ai bien accroché avec Mathieu mais je connaissais aussi du monde sur Massy. On connaît les qualités du club, c’est quelque chose qui m’a attiré avec un jeu qui, je pense, était porté sur mon profil. Il est sûr que Mathieu a été déterminant dans mon choix, j’ai bien adhéré à ce qu’il proposait, à ce qu’il allait amener et puis à la mentalité.

 

Une petite question un peu décalée. Il y a un ex-albigeois qui a signé, en l’occurrence Loms Tafili qui est un grand amateur de guitare. Tu as eu le temps de faire un peu de gratte avec lui pendant le stage de cohésion ? 

 

Moi, je ne gratte pas mais c’est vrai qu’on a chanté un petit peu du Francis Cabrel. En plus, le stage de cohésion était chez moi à Saint-Lary-Soulan.

 

Tu étais à domicile ? 

 

Oui, j’étais à domicile et c’est vrai qu’avec Loms et d’autres, on s’est fait quelques soirées guitare et chansons au feu de bois. 

 

Ca égaye les fins de soirée au bord du feu même si je ne pense pas qu’en plein été, il y avait encore le feu allumé dans la cheminée. 

 

Non, c’est exactement ça, il faisait beau encore. Et puis, ça permet de se connaître et d’échanger de bons moments. 

 

La dernière question, la sempiternelle question. Les mots d’ordre pour cette saison 2019-2020 pour Massy et pour toi personnellement ? 

 

Les mots d’ordre, comme je le disais, c’est de faire un gros, gros début de championnat avec des victoires de manière à se trouver et aboutir sur une bonne dynamique. Et moi, personnellement, de jouer, de prendre du plaisir sur le terrain. 

 

Croquer à pleines dents dans le rugby ? 

 

Tout à fait. Croquer à pleines dents, prendre du plaisir et aller le plus loin et le mieux possible tout au long de la saison. 

 

On te remercie Johan, on te souhaite le meilleur avec ton nouveau club et, tu le sais, tu es toujours le bienvenu sur les ondes de Radio Albigès

 

Merci beaucoup

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s