#Rugby – Fed1 / SC Albi : Les dernières nouvelles avant le top départ !

Le Sporting Club Albigeois entamera sa 3 eme saison consécutive en Fédérale 1, avec envers et contre tous l’objectif ProD2, chevillé au corps. Faisons un état des lieux des dernières infos au pays des jaunes et noirs à quelques heures du départ d’une épopée que toute la cité épiscopale rêve victorieuse.

Récompense :

Alors que les joueurs évoluaient à Souillac dans le cadre de leur ultime match de préparation (Victoire 40 à 9 face à Cognac), deux dirigeants du club se trouvaient vendredi 30 septembre au CNR Marcoussis pour être distingués. En effet, Jean Jacques Veyrac directeur général de la SASP et Jérôme Assié président de l’association SCA recevaient des mains de Bernard Laporte, le trophée « Rugby passion » de l’accueil le plus chaleureux dans le meilleur esprit sportif. Une distinction qui a comblé de joie le président de la SASP, Alain Roumegoux, qui comme peut en attester la photo ci-dessous, a tenu à remercier l’ensemble des composantes du club pour ce prix .

Les autres lauréats sont Dax pour la poule 1, le RC Aubenas Vals pour la poule 3 et les bourguignons du CS Beaune pour la poule 4. Les dacquois doublent quant à eux la mise, car ils raflent le titre toutes divisions confondues. En plus de ramener la ProD2 au Stadium, le club albigeois aura comme challenge cette saison de conserver son titre de meilleur hôte de la poule, et qui sait d’aller titiller les landais au classement inter-divisions.

Licence :

Guillaume Cazes recrue albigeoise prêtée par Oyonnax n’a fait aucune apparition sous les couleurs jaunes et noires lors des 3 matchs de préparation (Blagnac, Lavaur et Cognac/Saint-Jean d’Angely). Que les esprits chafouins se rassurent, l’arrière formé dans l’Ain n’est pas au « frigo » ou black-listé par Arnaud Méla, mais voit sa licence pas encore validée. A l’instar de Lucas Vacarro qui avait connu la même mésaventure la saison passée (En provenance du CO), le club prêteur « Oyo » n’avait pas encore fourni les justificatifs concernant sa formation scolaire. Car dans le cadre de prêts entre clubs de Top14/ProD2 et de fédérale 1, le club formateur doit justifier auprès des instances, de la poursuite de la formation scolaire du joueur. Le week-end dernier, le jeune arrière n’ayant pas été couché sur la feuille de match, Albi ne pouvait toujours pas disposer de sa recrue. Un des enseignements de la « Conf » d’Arnaud Méla ce jeudi après-midi, sera en partie le « dossier Cazes » et son avancée . En tout état de cause, un dénouement rapide soulagerait le club tout comme le joueur, qui doivent trépigner d’impatience de voir ce soubresaut administratif s’évaporer.

Équipementier :

Kappa n’est plus l’équipementier du SCA depuis la fin de la saison dernière et nombre d’aficionados jaunes et noirs se demandent depuis juin quel sera l’heureux élu pour succéder à la marque transalpine. Pour ceux qui s’attendaient à du grandiloquent, ils en seront pour leur argent . Car le Sporting Club Albigeois n’aura pas d’équipementier à proprement dit pour cette saison. Le club du Président Roumegoux, dans sa quête d’optimisation des coûts a décidé de passer par une solution alternative et moins onéreuse. Jean Jacques Veyrac, le directeur général qui pilotait le dossier a décidé de fonctionner cette saison avec un grossiste en équipements sportifs, « Toptex » tenu par une personnalité de l’ovalie. Les gladiateurs jaunes et noirs arboreront donc des tuniques dépourvues de marques pour cette saison 2019-2020. En outre de permettre une flexibilité plus accrue et des achats au coup par coup, cette solution permettra d’après le directeur général de la SASP de réduire le poste comptable équipements. Selon les explications fournies par ce dernier, les équipementiers conventionnels disposent d’un inconvénient, en l’occurrence une contre-partie marchande. Les clubs en compensation de leur dotation d’environ 10 000 euros par saison sont obligés d’écouler dans le même temps pour 40 000 euros de marchandises. Le deal en PROD2 est facilement réalisable, mais l’attractivité moindre de la fédérale 1 et le fait que l’association SCA dispose d’un équipementier propre et différencié ne permettait plus de rentrer dans ces canons merchandisings. Le club ne voulant pas régler l’addition du delta entre chiffre à réaliser et celui réalisable, s’est donc rabattu sur cette solution transitoire. Mais déjà des pistes sont étudiées pour le futur, et certains pensent que le changement de direction et de président (Jerome Assié remplaçant Gerard Marion) au sein de l’association SCA , permettront une certaine synergie vestimentaire au « Sporting » et de nouveaux leviers de négociations. Affaire à suivre…,

Transferts :

En terre albigeoise de nombreux noms ont circulé durant l’été au poste d’arrière buteur (Burton Francis, Jaun Kotze, Elliot Bale ou encore Aslhey Moeke). Un des noms ronflants qui fut le plus près de poser ses valises dans le Tarn restera indéniablement le serial buteur puma Bustos Moyano. Mais il est un autre international, lui français, qui faillit rejoindre la bande à Méla en cette période estivale : Scott Spedding. Pour l’ex arrière briviste, le trajet aurait parut bien moins lointain, car ce dernier se trouvait dans la sous-préfecture tarnaise , où il venait de vivre une saison tumultueuse avec le Castres Olympique. Arnaud Méla a bien essayé de rapatrier son ex coéquipier au Stadium, mais l’originaire d’Afrique du Sud, en outre d’avoir psychologiquement coupé avec le rugby professionnel, a fait prévaloir une autre raison un brin cocasse pour décliner l’offre. En effet, selon des sources proches du club, Scott Spedding s’est engagé avec la télé sud africaine pour commenter les matchs des bleus lors du mondial japonais durant l’automne. La période des transferts se terminant le 30 septembre en fédérale 1, il était donc temporellement impossible que l’ancien clermontois plonge dans l’aventure albigeoise. Enfin les plus taquins diront, qu’aux vues des prestations de l’équipe de France depuis quelques saisons, la pige télévisuelle de Scott Spedding pourrait s’avérer des plus brèves. Quoiqu’il advienne ni Bustos Moyano ni l’ex bleu ne pourront enjouer les travées du Stadium au plus grand dam des supporters albigeois.

Infirmerie:

Maxime Escur est en phase de reprise, suite à son opération d’une hernie inguinale, tout comme Sabri El Ghoul qui a été contraint de se faire réopérer de son genou récalcitrant. Pour les deux compères le second bloc de matchs devrait être l’occasion de les voir étrenner la tunique jaune et noire. Pour Paul Farret qui souffre d’une fracture du pied, l’indisponibilité devrait être un brin plus longue, tandis que Tunu Tavalea soigne actuellement une gêne qui ne lui a pas permis de s’aligner en matchs amicaux. Quant à Lucas Vaccaro, après une opération de l’épaule prévue de longue date, si sa convalescence se déroule bien, ce dernier espère rechausser les crampons courant octobre. Albi s’était avancé pour la 1ere journée de fédérale 1 la saison passée avec une infirmerie quasi vide, gageons que cet inversement des pôles soit prémonitoire d’un épilogue différent.

Le Chiffre : 3

Comme le nombre de victoires en autant de matchs de pré-saison. Après avoir défait Blagnac (33-22) en challenge Vaquerin, puis survolé le match à domicile face à Lavaur (47 -7), les hommes d’Arnaud Méla ont frappé un grand coup à Souillac (Lot), en disposant largement d’un des prétendants à la ProD2, Cognac / Saint-Jean d’Angely (40-9). Pour les plus superstitieux du côté du Stadium d’Albi, cette triade est de bonne augure car lors des deux dernières saisons le Sporting n’avait pu faire la passe de 3 et s’était arrêté au bout de la saison en 1/2 finale. De-là a dire que le Sporting Club Albigeois est en route vers la ProD2, est un pas que personne ne saute dans la préfecture tarnaise, mais parfois il est de ces signes qui donnent du baume au cœur pour débuter une saison.

L’anecdote :

Les albigeois cette saison rencontreront Mauléon dont le President n’est autre que Benat Queheille, le paternel de l’ex demi de mêlée jaune et noir Gilen Queheille (Colomiers). Mais la filiation présidentielle trouvera un autre écho lors des derbys tarnais entre Albi et Graulhet. Car Alain Roumegoux n’est autre que le fils de André « Dédé » Roumegoux le président du SC Graulhetois de la grande époque (76-81 et 89-92). Pour l’actuel président albigeois, qui a grandi à l’ombre des travées de Pelissou, il est fort à parier que ce retour par la porte présidentielle dans son jardin d’enfance, revêtira un certaine dose émotionnelle. Quand on dit que le rugby est une grande famille, ce n’est pas qu’une boutade.

Article rédigé par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s