#Rugby – Fed1 / N.Bouali (Châteaurenard) : «Nous, ici, on ne lâche rien »

Nassim Bouali alias «  Natcho « , après avoir porté haut les couleurs et le blason du bastion provençal de Chateaurenard , en est devenu un des stratèges. Pour le coach du RCC, ce retour dans l’élite fédérale, dans une poule 3 de « la mort », se dessine comme un combat de tous les instants. Mais pour ce club amateur aux vertus guerrières ancrées au plus profond de ses gènes, l’enfer que lui promettent tous les suiveurs, en devient un levier motivationnel. Aidé d’un bouillant public au tempérament méridional, l’unique représentant de fédérale 1 des Bouches du Rhône, se verrait bien cette saison, en équipe « poil à gratter ». Dans ce pays bordé par la Durance et bercé du chant des cigales dans un écrin de garrigue , cette citadelle de 15 000 irréductibles aficionados d’un rugby ayant la saveur d’antan, risque d’être un carrefour des torpeurs adverses. Focus sur un coach dont la passion transpire du verbe et sur un club qui avec ses armes ainsi que sa ferveur, s’élance dans cette fédérale 1 sans frémir, la devise de la cité en étendard : Tutus in arce vigil. (« À l’abri dans la forteresse je veille. »).

 

 

En Provence et dans les Bouches-du-Rhône, il y a bien sûr Provence Rugby, qui caracole dans les hautes sphères de la Pro D2, mais pas que. Il y a aussi le Rugby Club Chateaurenard, un club avec un ADN amateur et surtout, un public bouillant qui fait son retour en Fédérale 1. J’imagine que, dans toute la Provence, ce doit être une grande joie pour vous de revenir en Fédérale 1 ? 

 

Oui, c’est vrai que cela fait un petit moment qu’on l’attendait. Cela faisait 4/5 ans qu’on se battait pour remonter en F1 parce qu’on avait l’habitude d’y être, depuis des années. Ça avait été très facile parce-que sur 4 ou 5 ans, on a loupé 3 ou 4 fois le match de la montée pour monter en Fédérale 1. Donc, ça devenait pressant pour nous et ça devenait rageant. Cette année, on a fait ce qu’il fallait, on s’est donné les moyens pour pouvoir gagner ces matches de la montée. Voilà, on y est. 

 

Dès cette année, le chaudron de Château va revenir en Féd 1 avec des derbys qui vont valoir leur pesant de cacahuètes. Je pense à vos meilleurs amis-ennemis de Bédarrides-Châteauneuf-du-Pape ou de Nîmes ? 

 

C’est vrai que ça fait plaisir. Ce sont des matches qui apportent du monde, qui mettent de la ferveur dans toute la région donc on est contents. On est dans une poule qui va être très, très difficile. On est aussi contents de retrouver ces équipes parce-que les joueurs vivent pour ça. C’est fini le temps des derbys avec gifles et tout ce qui s’en suit mais c’est vrai que ce sont de bons moments. Pour un joueur de rugby, ce sont de bons matches à faire. 

 

Et puis, il reste tout un petit folklore autour même s’il n’y a plus les gifles et les gastouffes à l’ancienne ? 

 

Oui, c’est vrai mais ce n’est quand même plus comme avant. Avant, c’était rugueux, dangereux même des fois, mais là non, c’est sympa, ça attire du monde, ça met un peu de piment dans le quotidien des joueurs. Mais, c’est vrai que ça reste quand même un derby où chacun voudra défendre les valeurs de son petit village, à part que Nîmes est une grande ville. On fera ce qu’il faut pour rester invaincus dans ces derbys. 

 

Chateaurenard ayant débauché, passez-moi le terme, cinq joueurs de Nîmes, Nîmes risque de venir avec un certain supplément d’âme ? 

 

C’est peut-être nous qui irons chez eux avec un supplément d’âme pour faire honneur à ces joueurs aussi. Ce sont des joueurs qu’ils n’ont, pour la plupart, pas voulu conserver car ils ont voulu changer d’effectif, et d’autres qui ont voulu nous rejoindre parce qu’ils ont voulu changer d’air. C’est vrai qu’on se retrouve finalement avec 4 nîmois puisqu’on a le jeune Aleyrangues qui est finalement parti à Mâcon sur un contrat professionnel. 

 

Suite à la fameuse affaire Elliot Bale

 

C’est exactement ça, il y a eu un jeu de chaises musicales. En fait, Elliot Bale nous a contactés parce qu’il ne voulait plus rester à Mâcon donc on lui a proposé de venir faire un essai. Et quand on lui a validé son essai, il manquait un demi d’ouverture à Mâcon qui a contacté notre recrue Aleyrangues. On n’a pas cherché à compliquer la situation, on l’a laissé partir parce-que c’était un contrat professionnel et qu’il est jeune, donc, c’était une belle opportunité pour lui. 

 

Elliot Bale doit quand même arriver avec un certain esprit revanchard. Il a eu une intersaison assez compliquée, il arrive d’un club, Grasse, qui est descendu en Fédérale 2. Il doit en avoir un peu gros sur la patate ? 

 

Oui, franchement, depuis qu’il est arrivé, il s’entraîne sans relâche, il veut vraiment faire une bonne saison. Comme tu le dis, il est sorti d’une saison compliquée à Grasse. Après, il est parti à Mâcon où ça s’est très mal passé à l’intersaison pour lui. Donc, il a atterri chez nous, ça lui a plu, la région lui a plu, le village lui a plu, l’ambiance de l’équipe lui a plu. On n’est pas des professionnels, on est juste une petite équipe qui va essayer de prendre sa place en Fédérale 1 donc ça lui a plu, il a relevé le challenge et il nous a rejoints. 

 

Châteaurenard est donc un club amateur avec combien de budget et combien de joueurs pros ? J’imagine que la racine du club est très amateur et très pluriactive ? 

 

Oui, oui. Pour vous dire, sur l’effectif de joueurs qui ont eu la montée l’année dernière, je crois qu’on a eu 4/5 départs. Ce sont des joueurs qui se sont dits  » je n’arriverai pas à suivre en Fédérale 1  » et qui ont voulu partir. Tout le reste du groupe a continué l’aventure avec nous. On a eu par contre 15 arrivées. On s’est dit qu’il fallait étoffer l’effectif, parce-que c’est long, c’est dur. Donc, on s’est dit qu’au lieu de recruter 5/6 grands, bons joueurs, on a préféré étoffer l’effectif avec 15 arrivées dont 6/7 contrats pros, 7 joueurs professionnels. Enfin professionnels, avec des contrats Fédéraux, et le reste en pluriactifs, des joueurs qui continuent à travailler la plupart du temps, c’est toujours pareil. 

 

Par contre, la Fédération Française de Rugby vous a fait un cadeau un peu empoisonné pour ce retour en Féd 1, dans une poule, passez-moi l’expression, de dingos ? 

 

Nous, ici, dans la région, tout le monde l’appelle  » la poule de la mort  » (rires)

 

Ca lui va bien

 

Franchement, c’est la poule la plus relevée de France, c’est très épais . Déjà, juste pour sortir les 4, ils vont se tuer entre eux pour se qualifier. Après, la logique des choses et la logique de toute la France où tout le monde dit  » ce sont les deux promus qui vont redescendre  » parce qu’on ne voit pas qui d’autres logiquement pourrait redescendre. On a annoncé la descente, Châteaurenard et Mazamet devraient redescendre en Fédérale 2. On va faire tout ce qu’il faut pour … 

 

Faire mentir tout le monde

 

Oui, on va essayer. Je sais que ça va être difficile, il ne faut pas se leurrer. Quand on a va jouer contre des équipes comme Bourg-en-Bresse, Narbonne, Hyères-Carqueiranne on les a vus aussi, Nice, ce sont des effectifs qui, je pense, vont bientôt être prêts pour la Pro D2. Bourg-en-Bresse a annoncé qu’il voulait remonter, on a vu le recrutement de Narbonne qui fait peur à tout le monde. On va essayer d’exister dans cette poule et de faire honneur au maillot et au village. 

 

On sait que le rugby est un sport de combat mais c’est aussi un sport où l’orgueil fait partie de la composante de ce jeu. Le fait qu’on vous voit déjà au fond du panier, ça peut être la meilleure aide qu’on vous donne pour motiver vos joueurs ? 


De toute façon, comme je l’ai dit, il ne peut nous arriver qu’une chose : c’est la surprise de nous maintenir. Parce-que tout le monde nous voit descendre, tout le monde a annoncé la Fed 2 l’année prochaine donc, il ne peut nous arriver qu’une bonne nouvelle, c’est nous maintenir. La mauvaise nouvelle serait qu’on descende mais tout le monde nous voit descendre, tous les pronostiqueurs nous voient descendre. Donc, on va essayer de faire mentir tout le monde, d’essayer d’en laisser deux derrière nous et de ne pas être dans les deux. 

 

Après, comme je le disais l’autre jour avec un autre club de votre poule, les seules personnes contentes d’avoir cette poule, ce sont les trésoriers parce qu’avec des gros calibres plus des derbys, il y aura souvent des stades pleins à Château ? 

 

Sincèrement, je pense qu’il n’y a pas que les trésoriers. Quand tu es joueur de rugby, tu es un mec qui a envie de se faire plaisir, parce-que le temps de rugby est court quand même, on ne peut pas jouer toute une vie. Moi, j’étais joueur il y a 4/5 ans et tous les joueurs qu’on a à l’entraînement, franchement, ils sont contents. Même si ça va être dur, ils sont contents. Après, c’est toujours la même musique : est-ce que tu préfères être grand chez les petits ou petits chez les grands ? Quand tu es joueur de rugby, quand tu as envie d’ambitionner, que tu as envie de jouer au haut-niveau, il faut passer par ces matches-là, il faut les jouer parce qu’une carrière, c’est court et qu’il faut en profiter. Et je peux vous dire franchement, aujourd’hui à Châteaurenard, même si les joueurs savent que cela va être dur, ils sont très, très contents d’aller jouer à Bourgoin, d’aller jouer à Narbonne, de recevoir des gros calibres. Parce-que cela fait 4 ans qu’on galère en Fédérale 2 où parfois, sans manquer de respect à personne, on va jouer dans des petits, petits clubs ou des matches qui ne ressemble à rien, ça ne fait pas rire. Partir le dimanche, ça n’est pas sympa. Donc voilà, c’est vrai que ça va être dur, on le sait, mais il vaut mieux aller jouer à Bourgoin que dans un petit coin au fond de la France où il ne se passe rien. 

 

On parlait de gros calibres. Comme je disais en introduction, il y en a un de gros calibre en Provence, c’est le club de Provence Rugby. Est-ce qu’il y a des passerelles entre Château et Provence Rugby ? 

 

Oui, c’est tout nouveau. L’année dernière, on a signé un partenariat avec Provence Rugby. Avec ce partenariat, on guiderait tous nos meilleurs jeunes vers Aix-en-Provence. Case faisait déjà depuis des années mais il n’y avait pas de convention, cela se faisait naturellement. Aujourd’hui, on a posé une convention, un vrai partenariat avec Aix-en-Provence. On a aussi la possibilité d’avoir quelques échanges avec la section pro. Les entraîneurs pros sont prêts à venir donner des séances à nos joueurs à nous donc, il pourrait y avoir des échanges entre staffs. Un des autres gestes du partenariat, c’est qu’Aix est venu faire un match amical chez nous à l’intersaison. On peut aussi amener des partenaires sur Aix-en-Provence voir des matches donc il y a tout un tas d’échanges qui se met en place et peut-être aussi pouvoir récupérer des joueurs après carrières, qui sont en reconversion. Ils pourront peut-être venir donner un coup de main chez nous pour faire encore un ou deux ans avant d’arrêter vraiment donc leur proposer une reconversion. Voilà, c’est aussi ça le partenariat. 

 

Comme vous nous le disiez, tout le monde vous promet la descente. Mais, j’imagine qu’à Châteaurenard, vous regardez aussi vers le haut. Pour vous, qui sont les favoris à l’accession en Pro D2 ? 

 

Moi, je pense que Bourg-en-Bresse ne sera pas loin du compte quand même. Je pense que, même si on annonce un très gros recrutement à Narbonne, Bourg-en-Bresse a pour moi de l’avance parce qu’ils connaissent le niveau au-dessus. Même s’ils ont perdu quelques joueurs, ça doit tourner quand même, ils n’ont pas perdu grand monde. Pour moi, à mon avis, dans cette poule, Bourg-en-Bresse sera dans les deux premiers. 


Et dans les autres poules, vous voyez qui ? 


Après, je vois bien Albi quand même parce qu’Albi a loupé de peu l’année dernière et a fait un beau parcours. Ils ont recruté encore, c’est assez intéressant. Franchement, je vois bien Albi. Je ne sais pas si, dans les phases de poules, il est possible qu’Albi et Bourg-en-Bresse se retrouvent en finale. 


Tout dépend du classement national


Oui, ça dépend du classement national mais je vois bien deux prétendants que je connais un peu par ici pour en parler, que sont Bourg-en-Bresse et Albi. Albi, je les vois bien cette année créer la surprise. 


Ce ne sera pas pour nous déplaire, nous, un média tarnais, si Albi remonte. 


Non, mais je pense. Ils ont fait un beau parcours l’année dernière. Cette année, je pense qu’ils vont avoir la place. 


Revenons sur Châteaurenard. L’année dernière, on a vu un club monter, qui s’appelait Lannemezan. Tout le monde leur promettait à eux aussi de redescendre aussi sec, ils sont allées accrocher le Du Manoir. C’est une d’inspiration Lannemezan pour vous ? 


Ah oui, bien sûr. Tous les petits clubs qui ont résisté, qui ont fait des parcours magnifiques, bien sûr que c’est une inspiration pour nous. On va se battre pour ça, ce sont toujours les belles histoires du rugby, le petit club qui se bat et qui résiste aux gros calibres. On va s’appuyer sur ça, on sait que ce sont des clubs qui s’appuient sur des valeurs très fortes. Nous aussi, on a nos valeurs à nous. On a un public qui va nous pousser, nous soutenir donc on va essayer de faire mentir tout le monde et on va essayer de se maintenir. 


L’année dernière, on avait vu Nafarroa faire tomber Albi et Tarbes et chanter Hegoak, le chant basque mythique à la fin du match. Si Château fait tomber Bourg, vous chantez quoi dans la tribune ? 


Ici, on a aussi un chant du village. Ils le chanteront, c’est un chant des fêtes, c’est un peu le même style. Ils chanteront, ne vous inquiétez pas, ils ont de quoi chanter (rires).

 

Je n’en doute pas. 

 

Déjà, qu’on les fasse tomber, après, on arrivera bien à trouver une chanson pour fêter ça, pas de problème. 

 

Je vais vous demander aussi de décrire ce rugby qu’on appelle  » rugby aïoli  » en comparaison au  » rugby cassoulet « . Quel est l’ADN, quelles sont les valeurs de ce club de Châteaurenard ? 

 

Les valeurs du club, c’est le combat. Ca a toujours été très dur ici, toujours avec un gros pack d’avants. Aujourd’hui, on est peut-être moins monstrueux devant mais on a une grosse solidarité, une bande de collègues. L’année dernière, c’est ce qui a tenu ce groupe, c’était une bande de collègues qui étaient prêts à mourir les uns pour les autres. Ça s’est super bien passé l’année dernière, on va essayer de s’appuyer sur ça cette année, en incorporant ces nouvelles recrues. On va leur expliquer que nous, ici, on ne lâche rien et que, si on doit mourir, on mourra les armes à la main. 

 

Une question on va dire un peu décalée. On me dit dans l’oreillette qu’il y a quelques années, dans des phases finales un peu bouillantes à Châteaurenard qui a un très beau public, il y avait eu un petit lancer de chipolatas d’un ou deux spectateurs. Ça existe encore ce genre de galéjades ? 

 

Ça ne fait pas si longtemps que ça (rires). Non, ça n’existe plus, c’est fini mais je m’en rappelle très bien de ce match où il y a eu quelques lancers de chipolatas. 

 

Contre des Bourguignons il me semble ? 

 

Oui, oui, je m’en rappelle très bien, je jouais même à l’époque. Non, non, c’est fini, ça s’est calmé. Depuis l’année dernière, il y a un vrai public qui est revenu au stade qui fait plaisir donc non, c’est fini toutes ses plaisanteries là. C’est plus sérieux. Même si ce n’était pas méchant ! 

 

C’est sûr, on le sait. Ça fait partie aussi du folklore et de la littérature qu’il y a autour de la Fédérale et c’est aussi ça qui donne un peu l’âme du rugby, toutes proportions gardées bien sûr. Dernière question très simple, les trois mots d’ordre pour cette saison 2019-2020 du come-back en Fédérale 1 ? 

 

Courage, courage et victoire. On essayera de s’appuyer sur ça. 

 

Simple et efficace. Merci Nassim d’être venu à notre antenne et on vous souhaite le meilleur pour vous et pour Château et bien sûr, de faire mentir tous ceux qui vous promettent l’enfer. 

 

Merci beaucoup et j’espère qu’on passera une belle saison. 

 

 

 Propos recueillis par Loïc Colombié

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s