#Rugby – Féminin / Martin Doan à la rescousse des joueuses du SCA !

Les féminines du Sporting Club Albigeois, ont vécu un moment compliqué dans leur aventure humaine et sportive. Elles ne disposait jusqu’à ce week-end (10-11 août), d’aucun encadrement et semblait se diriger vers de l’auto-gestion administrative et sportive. Pour cette bande de copines, qui vit le rugby à la bonne franquette (comme peut en attester la vidéo de leur tournoi de beach-rugby à Gruissan), ce coup d’arrêt ne mettait pas un frein à leurs détermination de vivre collectivement une passion et une épopée humaine. L’association du SCA (entité dont les féminines dépendent) qui dispose d’un nouveau président, Jérôme Assié, depuis quelques semaines, tentait de trouver une solution interne. Pour Jérôme Assié, le nouvel homme fort de l’asso SCA, l’état de grâce était bel et bien finit et la problématique des Féminines, apparaissait comme le premier dossier chaud qui devait mettre en exergue sa capacité à désamorcer les sujets épineux. Nous nous étions rapprochés, mardi dernier, de la sympathique et dynamique demi de mêlée du Sporting Club Albigeois, Cloe Noual, pour qu’elle nous éclaire sur la façon dont cette situation était vécu par ces demoiselles de l’ovalie albigeoise. Mais entre-temps, l’horizon s’est éclairci pour les représentantes du rugby féminin de la cité épiscopale, car Martin Doan, joueur de l’équipe première garçon (Fédérale 1) vient au soutien pour les encadrer . Un geste qui permet à l’ensemble des composantes du « Sporting » (SASP et Asso) de cimenter leurs liens. Mais les jaunes et noires recherchent toujours un soigneur et des joueuses pour la prochaine saison. Cela met tout de même en exergue une problématique de fond: Dans une ville les filles de l’ASPTT sont l’étendard du foot départemental (D2F), garçons et filles confondus, les cousines du rugby apparaissent clairement comme les parents pauvres du sport collectif albigeois, faute d’une volonté du club d’en faire à l’instar de Blagnac, un véritable levier sportif et médiatique. Gageons que la nouvelle équipe dirigeante au sein de l’association SCA, appuyée par Martin Doan , se fasse forte de donner un nouvel élan aux abeilles féminines du Sporting Club Albigeois. Focus sur un groupe d’amies et de joueuses, qui face à l’adversité, envers et contre tout, fait vivre leur amour inconditionnel du rugby .
Réaction Martin Doan:

« Cette année je fais un bpjeps sport collectif donc il me fallait trouver un sport dans lequel je pouvais entraîner donc j’ai trouver cette solution assez sympa.

Je reste dans le rugby mais sur quelque chose de totalement différent.Je reste dans le rugby mais sur quelque chose de totalement différent. »

« Je trouvais cette expérience pas mal cela peut être que du plus et pourquoi pas réussir à monter une belle équipe sur plusieurs années. C’est une très belle expérience qui sera très enrichissante. »

ITW Cloe Noual ( 6 août 2019, avant la nomination de Martin Doan):
Chloé tu es Joueuse au SCA, nous venons vers toi, pour que tu nous parles, bien sûr, des filles et du Sporting Club Albigeois mais aussi pour tirer un peu une sonnette d’alarme. Car actuellement, à l’heure où on parle, il n’y a toujours pas d’encadrement pour cette nouvelle saison 2019-2020 pour les jaunes et noires ? 
Exactement. Actuellement, on va dire qu’on est encore un peu une équipe en sursis puisqu’on repart en principe avec 98% de notre groupe. Maintenant, on repart si on arrive à trouver un encadrement. Et, aujourd’hui, on est un peu orphelines on va dire. 
Orphelines de Alexandra Cohard, partie à l’Aviron Bayonnais dans le cadre de son poste d’analyste vidéo qu’elle occupait au SCA pour les garçons. Elle a trouvé un nouveau rebond rugbystique ? 
Exactement et c’est bien pour elle. Forcément, on est hyper contentes pour elle. On peut pas faire mieux que le Top 14 donc on est très contentes. Après, nous aussi, il faut qu’on trouve un nouveau rebond de notre côté pour pouvoir continuer ce qu’elle a commencé, elle, avec nous. 
Comment tu l’analyses ce manque d’allant ou de bonnes volontés pour venir vous encadrer ? Parce-que vous êtes une joyeuse troupe, on l’a encore vu au tournoi de beach-rugby à Gruissan. Vous êtes une équipe qui vit bien, ça devrait normalement donner envie à des coachs ou des coaches de venir vous accompagner dans cette belle aventure ? 
Oui, c’est sûr que le groupe est là et l’ambiance est là. Le rugby, on a vu cette année, est là aussi. Maintenant, c’est vrai qu’on est encore dans une époque où, entraîner une équipe féminine, ne fait pas forcément rêver. C’est pour ça, on ne va pas se mentir. Après, je ne sais pas, il faut venir essayer au moins une saison à nos côtés et après, on ne repart pas en général (rires). Mais, il faut trouver la personne qui veut essayer. 
L’essayer, c’est l’adopter ? 
Exactement. Surtout que cette année, on vise d’autres objectifs. C’est vrai que, la saison précédente, on était reparties à zéro simplement parce qu’il fallait reconstruire la moitié d’une équipe dans un tout nouveau championnat qu’on ne connaissait pas donc on ne savait pas vraiment où on allait. On a recommencé à zéro, ça a plutôt bien fonctionné, on s’est trouvées et on a réussi à construire le début de quelque chose. Donc là, maintenant, clairement, l’objectif, c’est les phases finales. Les phases finales si on trouve quelqu’un. 
Est-ce que tu penses qu’il y a une corrélation entre le fait qu’il y a quelques années, quand on était en Pro D2 du côté Sporting, du côté garçons, il y avait une obligation d’avoir une équipe de filles et que maintenant que le Sporting est en Fédérale 1, il n’y a pas, pour l’instant, pas obligation d’avoir une équipe féminine. Tu peux l’expliquer comme ça, qu’il y ait un peu un désintérêt pour encadrer votre joyeuse troupe ? 
Je ne sais pas, sincèrement. Albi nous aide quand même, c’est vrai qu’on a de la chance sur ce côté là. Est-ce que le club peut en faire plus ? Probablement. C’est sûr que cette année, ce n’est pas la priorité parce qu’on sait le contexte du club. Maintenant, ils nous aident. L’an dernier, on a eu la chance d’avoir des garçons de la une ou des espoirs qui sont venus nous aider. Donc, Albi ne nous ferme pas totalement la porte, on l’a vu aussi avec Alex qu’ils ont autorisé à venir avec nous en plus de son travail. 
Ce qu’on appelle faire club, c’est à dire que toutes les composantes du club soient ensemble main dans la main ? 
Exactement. On sait aussi qu’Albi a fait passer le message aux garçons, si il n’y en avait pas un ou deux qui voulaient venir nous dépanner, mais actuellement ça n’a pas encore porté ses fruits et je ne sais pas si ça marchera. On est encore en train de chercher toute l’aide possible à l’extérieur. 
Et puis, à l’association, ça a bougé. Il y a un nouveau président, il y a une nouvelle référente pour le rugby féminin, Géraldine Martin. Ca va être aussi un levier, quelqu’un sur qui vous allez pouvoir vous appuyer, vous les filles, pour aller chercher cet encadrement pour les nouvelles ambitions et même pour la vie du club ? 
On a déjà rencontré le président avec Justine, notre N°10. En fait, on n’a plus du tout de staff chez les seniors, il ne nous reste que le préparateur physique. C’est vrai qu’on a plus tout ce qui est managers, on n’a plus personne entre le club et nous. Donc, on a rencontré le président pour essayer de trouver des solutions en terme de management, de relations avec le club, etc. On a trouvé la solution c’est à dire que, c’est nous joueuses qui reprenons tout en charge, qui allons faire tout ce qui est administratif, etc. Maintenant, du côté entraînements, on a besoin de monde et on rencontré le président et donc Géraldine pour voir ce qu’ils auraient à nous proposer, comment on pourrait chercher ensemble des personnes qui nous accompagneront cette saison. 
Pour finir cette interview Chloé, on va te demander de faire un peu la VRP, la commerciale de cette équipe féminine. En quelques mots, en quelques phrases, pourrais-tu nous donner envie de rejoindre la joyeuse troupe du SCA féminin ? 
En quelques mots, c’est une belle aventure, une belle bande de copines qui ont un objectif, les phases finales. Donc voilà, on cherche la personne qui se donnera à nous pour continuer à nous apprendre et aussi pour faire les repas de fin de mois chaque mois ! 
De l’effort et du partage
Exactement ! 
Merci Chloé. On va essayer de répercuter le message le plus haut, le plus loin et le plus fort possible pour que cette équipe du SCA féminine continue à vivre cette belle aventure, cette belle épopée. 
C’est gentil, merci à toi

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s