#Rugby – Fed1 / R.Lalliard (SC Albi) : « Travailler avec Arnaud Méla et Jérémy Wanin, c’est un réel bonheur. »

Nous avons profité de la soirée de présentation des joueurs du Sporting Club Albigeois, pour nous entretenir avec le patron du centre de formation, Romain Lalliard. L’occasion de faire un large tour d’horizon de l’actualité du club , de la nouvelle génération qui « tape au portillon« , et des enjeux d’une nouvelle saison qui n’en manquera pas. Entretien avec un passionné qui prend un réel plaisir à évoluer avec le staff actuel.
Romain, tu es le directeur du centre de formation du SCA et on le sait, avec la non montée en Pro D2, il y a eu des conséquences sur celui-ci. Peux-tu déjà nous en donner les tenants et les aboutissants ? Le fait que ce soit un centre agréé ou labellisé, quel est la différence ? 
Ce qui est important de dire, c’est qu’on a réalisé l’agrément. La Fédération est venue nous voir en janvier pour nous le renouveler. Le plus important pour moi, c’est qu’on a fait du bon travail, on a été reconnus par la Fédération. Maintenant, dans le règlement, il est stipulé qu’un club pro qui a un agrément du centre, qui ne monte pas d’ici deux ans et qui reste sur un niveau de compétition amateur, ne peut pas continuer à conserver l’agrément. Ce qui veut dire qu’on va garder les mêmes moyens, la même structure, la seule différence, c’est que c’est le statut qui va changer. On n’est plus un centre de formation agréé, on est un centre d’entraînement labellisé. 
Donc, malgré cela, le SCA continue à faire de la formation, on le sait vecteur et levier d’avenir . On l’a vu avec les Louis Decrop, Loms Tafili et compagnie qui sortent de ce centre de formation, ou encore les Paul Farret , Martin Doan et consorts . Quelle est la nouvelle génération qui monte de cette formation ? 
Il est clair que nous, de part nos capacités financières qui sont modestes par rapport à d’autres clubs qui ont des capacités beaucoup plus importantes, nous, notre travail (où on fonctionne vraiment de manière transversale avec Arnaud et Jérémy), c’est de faire monter nos jeunes joueurs, de les fidéliser, de pérenniser leurs formations en étant ensemble, en ayant un discours cohérent, commun. On l’a retrouvé l’année dernière : sur 12 stagiaires au centre de formation la saison dernière, il y en a 10 qui ont joué dont 5 qui ont eu quasiment plus de 15 matches avec la première. 
Simon Veyrac, Arthur Castant, ça fait partie des joueurs qui tamponnent très fort à la porte de l’équipe première ? 
Alors, ça va être la relève. Ca l’a déjà été un petit peu l’année dernière puisqu’ils ont montrés qu’ils avaient les capacités pour évoluer à ce niveau là. Mais, on a d’autres qui arrivent. On a Alexandre Alibert qui a, vous le verrez, de très grandes qualités. On a un garçon comme Geoffrey Delserre qui vient d’Agen qui est sur un niveau de pratique plus élevé et qui je pense, nous apportera une vraie valeur ajoutée. 
Et Charles Fourès, qui a été recommandé entre autres par  » Papy Broncan  » comme on l’appelle affectueusement à Albi, c’est aussi une des pépites prometteuses ? 
Charles Fourès, c’est vrai que c’est le seul garçon qu’on a  » démarché  » sans forcément l’avoir vu à l’œuvre. Tout simplement parce qu’il dispose de qualités athlétiques importantes, qu’à la suite d’un entretien sur sa maturité, il était vraiment à même et déterminé pour arriver au haut niveau. Là, on l’a vu depuis une semaine sur les entraînements, où on avait quelques doutes, il nous a vraiment rendu la pareille et on pense que c’est un garçon qu’on va étoffer et qui pourra rapidement jouer en première. 
Même dans les catégories jeunes, il y a un mercato. Quels sont les départs ? On a vu qu’aujourd’hui, beaucoup parlaient du départ de Romain Uruty qui était acté depuis quelques semaines. On en a parlé il y a déjà trois semaines, c’était déjà acté qu’il partait à Béziers rejoindre un certain Thibaut Bisman (Rires). Mais il n’y a pas que lui! Il y a aussi Paul Armengaud qui va aussi à Graulhet. Il y en a d’autres qui sont partis comme Guillaume Vedel qui était un autre joueur qui tamponnait aussi à la porte de l’équipe première. Il y a d’autres départs ou bien c’est contenu à ça ? 
Déjà, la majorité des garçons qui sont partis de manière générale, parce qu’on n’est pas un club qui laisse partir nos garçons, c’est le règlement. Le règlement stipule qu’en espoirs, on était en moins de 22, on passe en moins de 21 ans. Inévitablement, les 98 ont basculé, on ne pouvait plus les avoir en Espoirs. L’idée, c’était de dire : est-ce qu’Arnaud souhaite les conserver ou pas ? Sur certains garçons, on n’était pas certains donc, pour ne pas être bloquants avec eux et ne pas leur proposer pas trop de temps jeu, on a préféré les orienter sur un autre club. 
Paul, il va pas bien loin, il va à Graulhet. 
Paul (Armengaud) ne va pas bien loin, il va à Graulhet. C’est pour ça que si on remonte en Pro D2, il est pas incertain qu’on puisse, un jour ou l’autre, le rappeler. Concernant Guillaume (Vedel) et Romain (Uruty), ce sont deux pertes importantes puisque eux, on leur avait proposé des conventions. Guillaume, c’est une histoire particulière parce que ça fait 18 ans qu’il est au club. Il avait besoin d’un nouveau challenge, de s’étalonner peut-être ailleurs. Donc, on l’a pas retenu malgré tout, même si notre proposition était vraiment intéressante. Romain pareil, on lui a proposé une convention mais, de par son faible temps de jeu en seniors, il n’y a peut-être pas cru comme nous on pouvait croire en lui. Et donc, il part vers un nouveau challenge mais en tous cas, on espère qu’ils en sortiront grandi et qu’ils sauront faire partie de la formation qu’on leur a proposé et qu’ils deviendront des joueurs professionnels. 
Et puis Béziers avait un bon commercial, Thibaut Bisman (Rires).
Alors, pour la petite histoire, une semaine avant, Romain nous avait dit que c’était OK pour lui, qu’il restait chez nous et qu’il était très content. Et Thibaut, parce que c’est un garçon qu’il apprécie beaucoup, l’a fait venir au club. On peut pas en vouloir à Thibaut. 
Non, avec tout ce qu’il a rendu au Sporting, personne pourra jamais lui en vouloir à Thibault.
Exactement, C’est son rôle de grand frère, il l’a fait venir là et j’espère que ça sera une bonne solution pour Romain. En tous cas, je le suivrai de très près. 
Et les arrivées, à part Charles Fourès, il n’y a pas des petites pépites qui risquent d’arriver ? Des petits de derrière les fagots ? 
Alors, on a fait un gros travail de recrutement puisqu’on a dû rajeunir l’effectif espoir. Dans ce rajeunissement, on a le capitaine de Roumanie des U18 qui nous rejoint, qui joue au centre. On a récupéré pas mal de garçons de grandes qualités, on a récupéré un talonneur de Bordeaux qui est en junior qui m’a été amené par le biais de Clément Meynadier qui était chez nous. On a des garçons qui tapent à la porte, on a un groupe junior très étoffé, on a un groupe espoirs de plus de 45 mecs. On a fait un gros travail sur le recrutement et on en est très contents. 
Puis, il va y avoir un nouveau staff avec des gars de la première qui viennent au soutien pour transmettre aux plus jeunes. Je pense à Benoit Sicart pour les lignes arrières, Patrick Toetu pour les lignes avants et encadrés aussi par notre ami Flo Fourcade, un ancien de la légion jaune et noire. Ca a de la gueule ce staff ? 
Alors, Patrick Toetu, il a une légitimité énorme au niveau du staff senior parce-que c’est un garçon humble, qui a d’énormes compétences sur les premières lignes et sur les postures en mêlée. Il va essentiellement intervenir sur cet aspect là. Flo Fourcade avait entraîné il y a deux ans en espoirs fédéraux et les joueurs l’avaient adoré. Ils avaient adoré sa démarche, ils avaient adoré sa manière de manager. 
Il a un discours qui passe comme on dit
Exactement. En fait, lui, de par ses contraintes professionnelles, il a mis un terme pendant une année. Je te cache pas qu’on l’a harcelé pendant deux mois pour qu’il nous rejoigne et c’est une très bonne nouvelle. Benoit Sicart, ce sera sa deuxième année. 
C’est la continuité
Plein d’humilité, un garçon avec de vraies valeurs, qui a de grandes qualités. Je souhaite souligner aussi Jean-Luc Hermine parce-qu’on en a beaucoup parlé. Jean-Luc, on lui a proposé d’autres missions parce-que c’était une fin de cycle comme peuvent en avoir beaucoup. 
Une mission transversale qu’il a acceptée récemment, là ? 
Exactement. Il interviendra sur la mêlée auprès des juniors, des cadets, des minimes et il aura ce rôle un petit peu d’ambassadeur parce-que ça reste une icône du club quand même et quelqu’un de très important pour nous. 
Certains l’appellent une mémoire vivante du club parce qu’on peut l’appeler pour lui demander un match qui s’est joué dans le fin fond des années 90, qui n’était pas très médiatisé, il peut nous dire le meilleur réalisateur du match et l’homme décisif. C’est bon aussi d’avoir aussi un ADN jaune et noir des anciens ? 
C’est une histoire du club qu’il faut continuer à conserver parce-que ce sont des gens qui s’impliquent depuis 15, 16 ans. Même quand le club n’avait pas forcément de bons résultats en jeunes, ils sont toujours restés là. Nous, dans les valeurs, ce n’est pas écarter un garçon pour quelqu’un d’autre, mais c’est peut-être proposer d’autres missions pour continuer à alimenter et à faire évoluer cette formation chez les jeunes. 
Pour finir, on va parler un peu du local de l’étape qui est sorti de la formation albigeoise. Je pense à Martin Dohan qui, année après année, s’installe en équipe première. Ca va devenir un fer de lance, un élément de recrutement. On est en train de regarder le petit Martin, 16 ans en jaune et noir, au bout du bout, ça paye ? 
Exactement, d’autant plus que Martin, c’est un garçon très attachant mais qui durant toutes ces années a eu, de par son caractère très important, des fois, s’est un peu désorienté sur ses performances. Il a eu un déclic l’année dernière en décembre, où il a évolué en espoirs pendant deux mois. Il était un peu mis  » au placard « . Il a eu un déclic impressionnant et là, depuis janvier jusqu’à maintenant, il est déterminé, il est impliqué. C’est plus le même garçon. 
Avec un point d’orgue, le match contre St Jean de Luz où il fait gagner l’équipe quasiment à lui tout seul. C’est lui qui met Kevin Boulogne sur un plateau pour taper ce drop venu de nulle part et qui a mis la gangrène dans le cerveau de nos amis luziens. 
C’est vraiment le bon exemple. C’est un garçon qui a 20 ans, c’était sa dernière chance pour rester dans le groupe senior avant les quarts. Il a pris sa chance, il a joué une pénalité rapidement, ils nous a fait avancer de 30m et derrière, ça droppe. Oui, c’est quelque chose qu’on peut lui rendre. 
Maintenant Romain, on a plus qu’à te souhaiter que le Sporting monte en Pro D2 pour récupérer ce centre de formation comme à la bonne vieille époque et que tu aies toutes les armes pour développer les nouvelles pépites jaunes et noires qui peuvent être le salut de demain. 
Il est clair que nous, le travail qu’on souhaite pérenniser, il sera surtout sujet à des finances, à des choses qu’on pourrait remettre en place. Pour nous, il est indispensable qu’on puisse monter en Pro D2. Et pour moi, à titre personnel, rien qu’en parlant de stabilité, c’est qu’en même toujours plus confortable de travailler en sachant que pendant 5 ans, 6 ans, on va continuer à travailler. Dernière chose, dire que moi maintenant, ça fait deux ans que je suis sur ce poste là, travailler avec Arnaud et Jérémy, c’est un réel bonheur. On a un staff de grande qualité. 
En osmose
On se lâche jamais, on mange ensemble le soir, le midi. On joue au foot ensemble. C’est très important et Arnaud est le fer de lance
Arnaud au foot , j’aimerai bien voir. Si tu as des vidéos, tu nous les transmets
Arnaud, c’est quelqu’un qui s’allonge très vite et très bien. Il est dur à contourner (Rires )
Un bon tacleur, un bon défenseur
Oui, en plus, il est très franc, il est pas du tout vicieux. C’est très important. 
Ce sont les valeurs qu’il transcende sur un terrain de rugby et je pense qu’il les transcende aussi au bord du pré en tant que coach. Et c’est aussi ce qui a permis de garder 80 à 85% des joueurs. 
Exactement mais en tous cas, on se régale. Le fait que beaucoup de garçons aient été appelés par d’autres clubs qui souhaitaient rester, c’est aussi remercier Arnaud et son management. Et de par tous ses évènements, même toi qui crée ce genre de choses qui dynamisent ce club, c’est important pour tous. Donc, nous aussi on te remercie à ce titre. 
Merci Romain et à très bientôt au bord des stades pour, espérons le, une année faste pour le SCA. 
Merci beaucoup, c’est tout ce qu’on souhaite. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s