#Rugby – Fed1 / L.Magnaval (SC Albi) : «On a hâte de laver l’affront de la demi-finale contre Rouen. »

Laurent Magnaval, demi de mêlée du SCA est revenu à notre micro sur l’épilogue cruel de cette saison 2018-2019 en terre normande, mais aussi sur le ciment qui vient lier ce groupe jaune et noir à l’aube de cette 3eme saison en fédérale 1 : le sentiment de revanche. Entretien.
Laurent, une nouvelle saison s’annonce, les regrets de l’année dernière vont être enterrés. Ils serviront sûrement de levier pour aller chercher de nouveaux objectifs, c’est à dire la Pro D2 et qui sait, plus si affinités. Donc, tu repars sur une saison avec le plein d’ambitions ? 
Exactement. Ce qui est sûr, c’est que dans notre malheur évidemment, j’espère qu’on va avoir de la mémoire et réussir à en tirer des leviers et à l’entretenir toute la saison. Mais, ce qui est cool, c’est que ça repart sur quelque chose de nouveau. On a hâte de reprendre et on a hâte de laver l’affront de la demi-finale contre Rouen. 
Le match contre Rouen, on l’a vécu ensemble. C’est quand même, émotionnellement, quelque chose d’assez fort, avec une première mi-temps où on pense que le Sporting a fait le job et qu’il ne peut quasiment rien lui arriver. Et puis, une seconde mi-temps avec toute la polémique, tout le contexte qui ont fait une dramaturgie qui, derrière, créée cet engouement. On le voit avec des supporters qui sont encore plus présents, encore plus au soutien avec une cagnotte, avec un élan de solidarité. 
Voilà, c’est ce que je disais. Le match, on va l’oublier. On s’est fait un nouveau copain en la personne de Cardona donc ça, c’était cool. Après, c’est ce que je disais tout à l’heure, dans notre malheur, on a gagné peut-être sur ce match ou en tous cas, je l’espère, beaucoup de solidarité, peut-être plus qu’on aurait pu cumuler tout au long de la saison. A nous d’en tirer profit et de l’entretenir tout au long de la saison parce-que ça va être long et que l’objectif est élevé. Il va falloir qu’on l’assume parce qu’on sait pourquoi on se prépare. A nous de nous en servir et de nous débrouiller pour laver, encore une fois, cet affront de la demi-finale. 
Et puis, on sait qu’en France, on aime bien les perdants magnifiques. Le SCA, lors de cette demi-finale, a été une sorte de perdant magnifique. On a vu qu’il y a eu un élan au-delà du département du Tarn. Il y a des gens de Bourgogne, du fin fond des Landes ou du Pays Basque qui ont amené leur soutien au SCA. Ca montre qu’il y a une adhésion populaire ? 
Parce que, plus qu’un perdant magnifique, il y avait, en tous cas, on l’estime, une réelle injustice. C’est ça qui a fait se mobiliser et créer un peu la polémique, c’est plus le fait de l’injustice. Par contre, maintenant, les perdants magnifiques, on le laisse aux autres. En tous cas, c’était sympa, enfin non, c’était pas sympa du tout, mais à nous d’en tirer profit et maintenant, on a envie d’être des gagnants magnifiques. C’est en tous cas ce pourquoi en se prépare. 
On va se projeter vers l’avenir, il y a eu un recrutement qui a été fait. L’année dernière, on a vu un groupe qui était très, très soudé, surtout sur les trois derniers moi. La mayonnaise a pris, la souche a pris avec ces nouvelles arrivées ? Maxime Escur, Nicolas Chocou, Damien Nevers, Sabri El Gouhl, le petit Geoffrey Delserre et Charles Fourès  et bien sûr Benjamin Petre, la tête de gondole du recrutement, la mayonnaise prend ? 
Oui, oui, tu l’as dit, il y a 85% de l’effectif qui a été conservé ou qui est maintenu, qui a re-signé, qui a prolongé. Du coup, les arrivées, ça se fait de façon très facile et elles s’intègrent très facilement. Pour le moment, elles sont quatre donc ça se fait très facilement, c’est plutôt une bonne chose. Nous, ce qui est bien, c’est que c’est la 3e année, pour la quasi totalité, qu’on redémarre une année ensemble. Donc, clairement, on a de l’avance sur les autres années, ça se sent. On a fini un peu en queue de poisson avec cette demi-finale par contre, ce qui est sûr, c’est qu’on avait une grosse solidarité sur la fin de saison avec ces phases finales. Du coup, on est dans la continuité donc, c’est une très bonne chose. Pour le moment, il n’y a pas encore de match. Il faut qu’on le garde en tête et qu’on nourrisse un peu cette solidarité et cette amertume qu’on a vis à vis de cette demi-finale pour maintenir cette motivation tout au long de la saison. 
Pour beaucoup de joueurs, vous avez re-signé aussi parce qu’Arnaud Méla a continué l’aventure et tout le staff, Jérémy Wanin et toute l’équipe que vous êtes ? Ces valeurs que transcendent le staff, ça fait partie aussi de l’ADN que vous voulez inculquer et faire infuser cette année en Fédérale 1, dans cette poule 3 qui est une poule en plus assez régionale ? 
Exactement. Mais clairement, plus qu’une histoire de staff, de joueurs, c’est vraiment une histoire d’hommes. Je pense qu’on l’a tous très mal vécu, on a tous un sentiment d’amertume. Evidemment que ce sont les têtes de gondole et qu’ils font partie du projet. La quasi-totalité, on est là depuis leur arrivée donc, ils incarnent le projet. Par contre, ce qui est sûr, c’est que c’est une histoire d’hommes. On s’est senti trahis et victimes d’injustice donc, quoiqu’il en soit, on a envie ensemble, plus que la relation coaches/joueurs, joueurs/coaches. La vraie position hiérarchique, c’est d’inverser la tendance et de revivre les choses ensemble. 
Et puis, je vais finir ma question. Surtout, il y a une poule assez régionale qui va permettre de pouvoir créer une adhésion locale, avec des derbys et tout le folklore qui va avec. Ca permet aussi de créer une adhésion populaire ? Parce-que, on l’a vu l’année dernière à Saint Jean de Luz, quand il y a eu ce match un peu de haute volée, derrière, c’est là que s’est enclenchée un peu l’adhésion. 
Complètement, à nous de faire adhérer le public. En tous cas, on a tout pour, on l’a vu encore ce soir. A nous de nous débrouiller pour avoir le soutien du public. Après, je ne me fais pas de souci vis à vis de ça. Ce qui est sûr, c’est qu’on a envie de garder la bonne dynamique de la fin de saison malgré l’injustice de la demi-finale. 
Un dernier mot pour le public qui a été au soutien dans les rucks quand ça a été un peu dur pour le Sporting après l’élimination en demi-finale. Au moment où on se demandait un peu ce qu’allait devenir le Sporting, il y a avait des points d’interrogation sur l’avenir du professionnalisme, on a vu qu’il y avait eu une adhésion populaire et entre autres, le public avec le comité d’animations des supporters qui organise encore aujourd’hui cette soirée. Un petit mot pour eux parce que j’imagine que pour vous, en tant que joueurs, ça a permis de garder une lueur d’espoir ? 
Exactement. Ce qui est sûr, c’est ce que c’est touchant et que c’est en partie grâce à eux que le club vit encore et qu’on peut repartir sur une saison. On a autant besoin d’eux qu’eux ont besoin de nous donc, à nous de faire une saison et de travailler ensemble pour aller au bout de nos objectifs. 
Laurent, rendez-vous début juin pour essayer de fêter cette remontada du Sporting dont tout Albi rêve et où le SCA tend vers
Ca roule, il y a encore du travail mais le rendez-vous est noté . 

Propos Recueillis Par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s