#Cyclisme – TDF / Les Sanders: Le cyclisme, se vit et se pratique en famille …

Souvent dans le sport, des familles entières se font connaitre,  des dynasties se créent. Parfois dans des disciplines sportives différentes comme  les  Noah (football, tennis, Basket Ball), ou   les Escudé (tennis, football), les d’Oriola (Escrime, équitation), mais plus souvent dans la même discipline, il n’est pas rare de voir apparaître le même nom de famille pendant plusieurs  générations.

Le cyclisme n’échappe pas à la règle, les familles Louviot (Raymond et son petit fils Philippe) , Lapébie (Roger, Guy, Christian et Guy),  Danguillaume ( Camille et ses neveux Jean- Pierre et Jean-Louis) , les frères  Simon (Pascal, Régis François, Jérôme),  les Bobet,  ou encore à l’étranger avec les Coppi ( Fausto et Serse) les Mozer (Aldo, Enzo, Francesco, Moreno) sans oublier nos amis belges avec les Planckaert (Walter, Willy Eddy, Jo, Francesco),  les Merckx (Eddy et Axel)  ou les De Vlaeminck (Roger et Eric)

Actuellement,  la dynastie la plus médiatique du peloton, est transfrontalière,  elle est  représentée par Mathieu Van der Poel (fils d’Adri et petit-fils de Raymond Poulidor).

L’Occitanie n’échappe à cette règle. Les cousins Michel et Serge Perrin furent professionnels dans les années 70 et connurent les joies du Tour de France, plus récemment les illustres  frères Laurent et Nicolas Jalabert ont participé à plusieurs Tours de France parfois dans les mêmes équipes (Once et CSC Tiscali).

Mais notre rédaction a fait le choix de s’arrêter sur une fratrie : les Sanders.

Dominique Sanders : Un  sprinter talentueux et  méconnu

L’ aîné des  Sanders s’appelle Dominique. Il est né  à Lavaur (Tarn), le 16 août 1957. Sa carrière cycliste se fait essentiellement en Espagne où il obtient près de 200 victoires. Ses détracteurs diront que ses victoires n’avaient pas de valeurs au motif que le cyclisme amateur espagnol avait un niveau présumé faible. Alors pour se faire connaitre, e et reconnaître, encouragé par Georges Gay,  il remporte 20 succès en France dont le Grand Prix Recapet. 

Fin 1976, il signe un contrat professionnel dans l’équipe belge  Velda-Flandria-Latina, sous les ordres du Vicomte Jean de Gribaldy. Cette équipe cosmopolite à fière allure. On y retrouve Marc de Meyer, René Bittinger, Freddy Maertens, Michel Pollentier, Mariano Martinez et un jeune irlandais, Sean Kelly.

Dominique Sanders  se fait remarquer en remportant pour sa première saison  les 2ème et 3 ème étapes du Tour de Corse, puis le CLM par équipe de la semaine catalane. Au terme de cette saison, pleine de promesses, c’est Raphael Geminiani qui lui fait les yeux doux en l’engageant dans l’équipe Fiat montée de toute pièce l’année précédente  pour Eddy Merckx au crépuscule de sa carrière.

Dominique Sanders participe à son premier Tour de France en 1978, après avoir terminé 3 ème du Tour du Tarn et du Tour de l’Oise.  Il prendra la 50 ème place de sa première grande boucle.

En 1979, alors engagé dans l’équipe Téka en Espagne, il remporte la 2 ème étape de la semaine Catalane et la 4ème étape du Tour d’Aragon.  Aux cotés de Vicente Belda et Carlos Perrurena, Mario Lasa,  il participe à son 2 ème Tour de France qu’il termine à la 84 ème place.

En 1980, toujours chez Téka, il remporte encore une étape du Tour de Corse, et  il participe à son 3 ème Tour de France qu’il abandonnera lors de la 13 ème étape.

En 1981 et 1982, il portera les couleurs à damiers de la mythique équipe Peugeot-Esso-Michelin, qui cherche encore et toujours le remplaçant de Jacques Esclassan. Il est  aux cotés, de Phil Anderson, Jean René Bernaudeau, Gilbert Duclos-Lassalle, Pascal Simon, Sean Yates ou Stéphen Roche. Son passage dans cette équipe sera marqué par une victoire d’étape au Tour de l’Oise et une 3 ème place à Bordeaux-Paris. 

Colomiers 1983- Tour Midi-Pyrénées. Dominique Sanders à droite est battu au sprint par Bernard Hinault, mais il devance le bordelais Francis Castaing.

En 1983, le Viconte de Besançon, qui lui avait donné sa chance en 1977, lui tendra une deuxième fois la main, et l’engagera dans l’équipe Sem-France Loire- Reydel,  aux cotés de Joaquim Agostinho, Sean Kelly,  Eric Caritoux, Eric Boyer.

Au terme de cette saison, il n’est pas conservé et sera engagé dans l’équipe dite des « chômeurs » de l’UNCP dans laquelle on retrouve le tarbais Alain Dithurbide et Vincent Lavenu. Il mettra ensuite un terme à sa carrière de cycliste professionnel, disputera encore quelques courses dans les rangs amateurs, mais ne quittera pas la route puisqu’il embrassera avec succès  une carrière de VRP.  

Dominique Sanders sous le maillot de l’UNCP lors de sa dernière saison professionnelle en 1984.

Gilles Sanders : Coureur complet et pluridisciplinaire.

Gilles Sanders  est né à Narbonne, 7 ans après son frère Dominique, quasiment jour pour jour.  C’est sous les couleurs du VS Narbonne qu’il se fait connaitre dans le monde du cyclisme dès 1980 en terminant vice-champion de France de Cyclo-Cross Junior. L’année suivante, il devient Champion de France dans cette même discipline à Palavas (34).

Il continuera le cyclo-cross, mais commencera une carrière sur route.  L’année 1986 consacrera Gilles Sanders comme un des meilleurs coureurs amateurs français. Il remporte la course par étapes le Ruban Granitier Breton et la très prisée classique Tarbes –Sauveterre. Il manque de peu le titre de Champion de France sur route amateur, seulement devancé par Claude Carlin et Gérard Rué. Aux Championnats du Monde il obtient une 9 ème place qui lui permet d’accéder au professionnalisme après avoir été sacré meilleur coureur amateur de l’année 1986 en remportant le Wolber d’Or.

Il passe professionnel dans l’équipe espagnole KAS et deviendra ainsi comme son frère Dominique un équipier apprécié de Sean Kelly. Cette équipe est une des toutes meilleures du moment  avec des garçons comme Thomas Wegmuller, Jean-Luc Vandenbroucke, Javier Murgualdaï, ou Stéphen Hodge.

Il termine 2 ème du Trophée des Grimpeurs derrière Charly Bérard et participera à son premier Tour de France au service de son leader Sean Kelly. Il termine l’épreuve à la 28 ème place, avec une place 3 ème meilleur jeune (maillot blanc) du Tour de France.

En 1988, toujours à la KAS, il entre dans le top 10 du Critérium du Dauphiné Libéré, 8 ème à 6’15 du vainqueur le colombien Lucho Herrera. Il est à nouveau sélectionné sur le Tour de France où il est contraint à l’abandon à 2 jours de l’arrivée.

Christian Rumeau, son assistant chef d’équipe à la KAS, devient directeur sportif de la toute nouvelle équipe RMO du grenoblois Marc Braillon. Gilles Sanders est séduit par le projet, il participera au Tour 1989 qu’il termine à la 59 ème place. En 1990, il est 18 ème de Paris Roubaix.

En 1991, Gilles Sanders rencontre un entrepreneur atypique en la personne de Max Commençal un commingeois, ancien coureur de BMX et de Moto-Cross. Il vient de fonder sa  marque de cycles éponyme  de VTT. La discipline du VTT est nouvelle, et doit écrire ses lettres de noblesses coincée entre le cyclisme sur route, le cyclisme sur piste et le cyclo-cross . Gilles Sanders est engagé dans cette entreprise, il deviendra à la fois coureur de VTT et ambassadeur de la marque. Il est un champion de cyclo-cross connu, un coursier aguerri et il tient de son regretté père la  curiosité de la nouveauté.

Il sera professionnel, composant à lui tout seul l’équipe puis sera rejoint par des « stars » naissantes du VTT, comme Anne Caroline Chausson, Thierry Girard, Bruno Lebras. En 1995, il met fin à sa carrière de sportif de haut niveau . Il deviendra directeur des ventes de la marque Sunn de Max Commeçal puis se reconvertira dans le commerce de cycles à Graulhet notamment jusqu’en 2016. Aujourd’hui, il vit en Espagne avec son épouse Anne, et il représente la marque d’équipement pour cycles, Ekoï dans la province de Murcia.

Gilles Sanders et son épouse Anne ouvrent l’armoire aux souvenirs. (Crédit photos Le Tarn Libre)

Gilles Sanders ne compte aucune victoire à son palmarès de coureur professionnel sur route,  mais il est le seul coureur français a avoir été sélectionné pour participer aux Championnats du Monde dans 3 disciplines différentes :  le cyclo-cross, la route et le VTT.

Le Borgne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s