#Rugby – Fed1 / B.Duclos (CAL) : « L’esprit de club et d’équipe, des vertus qu’on essaie de fructifier! »

Entretien avec Bernard Duclos, Co-Président du Cercle Amical Lannemezanais, qui vient de vivre un retour en fédérale1 , mouvementé mais prometteur. Focus sur les « gars du plateau  » pour connaître leurs ambitions pour cet AnII dans l’élite fédérale , ainsi qu’un bilan de la saison passée et un opinion tranché sur la demi finale de Fed1 retour (Rouen -Albi).

Bernard Duclos une saison 2018-2019 riche en évènements pour le Cercle Amical Lannemezanais. D’entrée, vous étiez partis avec un handicap de points puisque la Fédération vous avait retiré des points suite à un problème de licence. Puis, vous aviez dû vous battre pour le maintien pour, à la fin, arracher une qualification en Du Manoir qui a ravi tout le plateau. 

Oui, effectivement, ça a été un sentiment partagé cette saison. Déjà, le fait de retrouver la Fédérale 1.Fédérale 1 qui a beaucoup changé ces dernières années avec un niveau rugbystique qui s’est beaucoup élevé, avec une adversité je vais dire redoutable. Donc, début de saison, première phase aller on va dire compliquée sportivement parlant puisqu’à l’issue de la phase aller, on était relégables. Et puis, une phase retour où l’esprit de club, l’esprit d’équipe, toutes ces vertus qu’on essaie de fructifier sur le plateau, ont porté leurs fruits puisqu’on a arraché le maintien dans un premier temps, qui était l’objectif avéré du début de saison. Et aussi la qualification, cette 6e place, qui au bout du compte fait que cette saison a un bilan positif, ça c’est indéniable. Même si ça n’a pas toujours été facile mais on est habitués à être  » dans l’adversité « . On fait partie des petits clubs par rapport aux clubs un peu élite de cette poule, de cette Fédérale. Donc, une grosse satisfaction au bout du compte. 
Après, vous allez peut-être me dire qu’Albi n’est pas le nombril du monde mais ce n’est pas un peu à Albi que le déclic s’est fait ? Quand vous êtes parvenus à accrocher au cœur de l’hiver, dans un match où il y avait de la boue, du brouillard, ce point de bonus défensif au Stadium Municipal ? 
Oui, effectivement. Ca a été une succession, on va dire, de bons résultats. On a eu de bons résultats par rapport à nos derbys, que ce soit Bagnères ou Tarbes. Puis également Albi, Albi où on venait sans prétentions démesurées connaissant la qualité de cette équipe mais, tout en voulant ne rien lâcher et c’est ce qui s’est passé. On est allés chercher ce bonus défensif qui a mis du baume au cœur. Les joueurs se sont aperçus qu’avec du cœur, on peut déplacer des montagnes. Etant aux pieds des Pyrénées, je pense que ces montagnes, on a su les déplacer de match en match, grapiller un point défensif à droite, à gauche. Et puis, des victoires aussi qui nous permis de décrocher cette 6e place. 
Alors, il y a eu la cerise sur le gâteau, ce 8e de finale face à un des favoris, Cognac Saint Jean d’Angelys avec une première réception à Lannemezan, au stade François Sarrat. Ca a du être une grande fête du rugby et une ambiance assez caliente ? Cela devait avoir de la gueule, cette ambiance de Sarrat des grands soirs?
Oui effectivement, déjà, comme vous le dîtes, c’était la cerise sur le gâteau. Les beaux jours revenaient, c’était une ambiance festive. On n’avait pas de pression sur ce match, l’essentiel avait été assuré par le maintien et cette qualification qui était du bonus. Le seul regret que l’on a sur les deux oppositions, surtout celle à domicile, on était un peu amoindris par rapport aux blessures qu’on avait pu contractées dans les matches précédents. Quelques cartons aussi qui nous faisaient défaut lors de ces matches. Donc, on n’a pas pu, surtout à domicile, combattre à armes égales. 
Vous les avez fait quand même couiner en mêlée un peu ?
En mêlée fermée, surtout en première mi-temps, effectivement, on a fait une grosse prestation. Mais voilà, le seul regret, c’est qu’on n’ait pas un effectif complet. On aurait bien aimé, en effet, gagné sur le plateau déjà pour nous, nos supporters, nos partenaires. Aucun regret à la fin dans la mesure où les joueurs ont tout donné. Et Cognac, qui a échoué sur la dernière marche, dans les toutes dernières minutes de la finale, est quand même une équipe aussi très aguerrie et qui sera, je pense pour la saison future, un des prétendants on va dire au carré final. 
Totalement. En parlant de la saison prochaine, vous me tendez la perche, il y a les poules qui sont sorties il y a deux semaine et demi. Avec, bien sûr, des retrouvailles, avec le SCA. Mais c’est une poule surtout qui est très régionale, très axée sur l’ancienne région Midi-Pyrénées. Ca doit vous aller comme un gant en terme de derbys, en terme de folklore rugbystique et puis de déplacements parce-que, maîtriser les coûts de déplacements, c’est important pour un club de Fédérale 1 ? 
Tout à fait, c’est la poule la plus régionale. Quand on trace sur la carte de France le rayon des déplacements, c’est vrai que c’est la plus compacte. Nous, on était très attachés à nos derbys, que ce soit Bagnères ou Tarbes. Déjà, pour le sport, pour l’ambiance festive que peuvent donner ces derbys et puis aussi, pour ne rien vous cacher, pour l’aspect financier. Ca permet quand même d’avoir des recettes intéressantes lors de ces derbys. Et, au delà de ça, effectivement, c’est une poule régionale donc on retrouve Albi entre autres, on retrouve Oloron, Lavaur qui étaient dans la poule l’an passé. 
Mauléon, pour mettre un petit peu de piment basque, sera présent aussi ?
Oui, Mauléon qu’on avait croisé en Fédérale 2 avec qui on entretient aussi de très bonnes relations. C’est un des clubs sains, des clubs vrais comme on dit. 
Un club qui respire le rugby?
On s’était croisés avec le président l’an passé, parce-que son fils jouait à Lavaur. Je lui avais dit  » J’espère de tout cœur qu’on pourra se recroiser en Fédérale 1 « . Voilà, c’est le cas et ça fait partie des rencontres qui sont sympathiques à jouer. 
J’imagine que pour cette nouvelle saison, il y a quand même eu un petit mercato qui s’est fait au SAL. Même si, avec cette Fédérale 1 qui s’arme financièrement, ça doit quand même être compliqué pour des petits clubs comme vous. Comment on arrive déjà à recruter et à survivre dans cette Fédérale 1 où on voit des Narbonne, des Chambéry, des Albi ou autres clubs ou encore Dijon qui recrutent à tour de bras ? 
La période de recrutements a été compliquée. Au niveau des départs, sur l’effectif de l’équipe fanion, on a dans le pack devant deux joueurs, soit qui ont arrêté soit, enfin voilà, donc deux départs. Derrière, on en a trois qui sont un peu significatifs. Le recrutement pas évident parce qu’aujourd’hui, les joueurs sont de plus en plus gourmands dans cette Fédérale 1. Ce sont souvent des anciens joueurs pro, voire des joueurs pro, qui sont sollicités. Il faut essayer, avec nos réseaux, de trouver on va dire, un rapport qualité/prix qui corresponde à nos prétentions financières puisque, je le rappelle, on aura un budget de l’ordre de 600 000€ pour la saison prochaine. C’est pas évident, je pense que globalement, l’équipe sera aussi compétitive voire plus compétitive que l’an passé, c’est ce que l’on souhaite. 
Après, vous avez une arme secrète à Lannemezan. C’est la convivialité pour attirer les joueurs ?
Oui, il y a ça mais je vous avoue que la convivialité, dans le recrutement, c’est pas l’aspect N°1. C’est vrai que l’an dernier, on avait réussi un peu à recruter un peu plus localement, on va dire. On avait eu quelques opportunités donc là, c’est vrai que l’on peut dire que l’esprit club a pu favoriser le terrain. Cette année, c’est un peu plus compliqué. Déjà, on fait figure d’équipe qui se maintient, qui est affirmée dans cette division. C’est pas simple mais bon, on essaye toujours d’avoir un bon rapport qualité/prix dans notre recrutement. 
En terme d’ambitions, j’imagine que c’est un peu à l’image de Guy Roux dans le foot, d’abord le maintien et puis, depuis que vous avez goûté au Du Manoir, on se doute que vous avez envie d’aller retoucher du doigt ces play-off ? 
Oui, effectivement. Ca va être encore une poule très homogène sportivement parlant. C’est un peu à l’image de ce qui s’est fait l’an passé. Donc le maintien parce qu’on l’a vu l’an passé, les équipes qui descendent, ça se joue à quelques points, à quelques essais laissés à droite, à gauche. Personne n’est à l’abri de mauvaise surprise donc on va prendre très au sérieux cette saison, bien sûr, avec un objectif de maintien. Après, après avoir en effet goûté à la qualification, on ne va jamais rien s’interdire. On va jouer tous les matches à fond, que ce soit à domicile ou à l’extérieur. Et si par bonheur, déjà on se maintient, et ensuite la qualification s’offre à nous, évidemment qu’on fera tout pour y arriver. 
Puis, on vous fait confiance pour jamais rien lâcher sur le plateau 
Non on lache rien , tout à fait!
Allez, dernière petite question. Une question un brin décalé, c’est la marque de fabrique de Radio Albigès et du Mag Sport. A Albi, on a un enfant de votre pays, de votre plateau, c’est Arnaud Méla. Vous avez sûrement dû suivre comme tout le monde l’épilogue de la saison du SCA. Vous, en tant que petit club, quand vous avez vu ce qui s’est passé à cette demi-finale retour à Rouen, quel a été le sentiment, qui vous a traversé ? 
Arnaud, je l’ai eu. On a souvent échangé tout au long de la saison et après la finale et je l’ai eu récemment au téléphone aussi. Au-delà de l’entraîneur, c’est vraiment une amitié qui nous unit. C’est sûr que j’ai d’abord eu un sentiment de tristesse vis à vis d’Arnaud, plus par rapport à la personne et à l’amitié qui nous lie. J’ai vu à la télé les deux matches et dégoûté. Parce qu’on peut dire effectivement que, franchement, Albi méritait l’accession en Pro D2 sur les deux prestations par rapport au jeu qu’ils ont pu produire malgré le premier match avec des conditions météo difficiles. Les décisions arbitrales sont plus que contestables alors, j’espère ne pas être convoqué par la commission.(Rires), mais il n’y a pas de souci. Clairement, l’arbitrage est tout à fait contestable sur cette demi-finale retour. Pour en avoir discuté autour de moi, que ce soit avec des passionnés ou des gens moins passionnés mais qui ont suivi cette demi-finale. Tout le monde a quand même eu cette réaction :  » C’est vrai qu’il y a quand même une forme d’injustice qui a eu lieu « . Ca c’est clair. 
A minima, on dira quand même que les arbitres de Top 14, en Fédérale 1 sans la vidéo, ils sont un peu hors sol
C’est clair qu’arbitrer sans vidéo, c’est plus difficile. Pour avoir une connaissance arbitre en Pro D2, on en parle souvent. C’est vrai que, sans vidéo, c’est pas pareil. 
On voit que les arbitres de Fédérale 1, ils prennent plus de champs pour avoir une vision périphérique plus développée. Ceux de Top 14 sont plus au cœur du jeu. 
Oui, oui, tout à fait. Mais au-delà, les fautes, tout le monde les a vues en fait, l’arbitre  » ne peut pas tout voir ». Mais, il y a eu des propos qu’on a entendu quand même en direct au niveau de la télé. (Silence)
Ils étaient pas anodins ces propos
Au niveau de l’arbitrage, ça pose questions, ça c’est clair, ça pose questions. 
Ca crée tout un mythe et tout un folklore autour de ce match qui restera prégnant et pesant je pense durant quelques temps. Mais bon, il va falloir que le Sporting et la Fédérale 1 tournent la page pour une nouvelle saison 2019-2020. 
Tout à fait. Après, je pense que ça leur a permis d’apprendre. C’est vrai que cette année, c’était pour eux une découverte de cette nouvelle formule de la Fédérale 1 où, tout au long de la saison, ils se sont aperçus que ce n’était pas évident d’aller jouer à Nafarroa, à Lannemezan ou je ne sais où. Je pense qu’ils auront appris de cette saison. Par contre, j’ai trouvé qu’ils avaient vraiment dans ces phases finales su élever leur niveau rugbystique. Ils ont proposé des choses très intéressantes, que ce soit dans l’intensité ou dans les intentions de jeu. C’est pour ça que j’étais très déçu bien sûr pour Arnaud mais bon, pour le club, je pense franchement qu’ils méritaient, sur le plan sportif, de retrouver la Pro D2. 
Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s