#Rugby (Fed1) / SCA: Tensions, frictions et espoirs chez les supporters sur fond d' »Imbroglio Carnaval d’Albi »

Le carnaval d’Albi, un des plus vieux de France, est une institution dans la cité épiscopale. Le rugby sport culturel dans la préfecture tarnaise y trouve donc sa place via le char du club fanion: le Sporting Club Albigeois. Mais cette seconde année en fédérale 1 a laissé des traces dans le club cathare, et même le « comité d’animation des supporters du SCA » doit réduire sa voilure. Pour se faire, ils ont décidé de ne pas participer, cette année, au carnaval d’Albi, décision qui a donné lieu à une galéjade méridionale, sur fond d’imbroglio. Mais le mal ne serait-il pas plus latent et les enjeux plus prégnant. Eclairage:

Le char du sporting club albigeois, son école de rugby en tenue, ses gladiateurs de l’équipe première qui déambulent dessus et ses pom-pom girls qui font la joie du public massé sur le parcours du carnaval : n’ont pas eu cours cette année. Enfin si; mais en service restreint et sans le bénéfice du Droit. Le club jaune et noir qui remontait en Top14 pour la dernière fois, il y a bientôt 10 ans, évolue dorénavant en fédérale 1. Alors que le club va tenter de ré-accrocher le wagon ProD2 lors de phases-finales haletantes, les ressources financières, de ce club qui vit ce passage dans l’élite du monde amateur comme un « Purgatoire », sont sur la pente descendante. Pour les supporters, groupés dans le comité d’animation du SCA, la courbe des recettes est proportionnelle à celle des entrées. Malheureusement, il est peu de dire, que’hormis, Albi – Rouen en demi-finale d’accession la saison passée (environs 4500/5000 personnes), la fédérale 1 est loin de faire recette au pays de Toulouse-Lautrec. Le portrait est même peu reluisant quand sur les 3 dernières journées, on le compare, à celui, des autres écuries de fédérale 1. 

Stats de @surlatouche.fr #J18 #Fed1

Mais il est aisé de comprendre, que pour un certain type de public , ils leur soient difficiles d’aller à la soupe, ou enfin au cassoulet de la fédérale 1 quand ils ont goûté le caviar du Top 14. Ou que pour d’autres beaucoup moins exigeant sur le standing (malgré que certains aient que très peu goûter certaines prestations sportives au Stadium), se soit plus l’affect et les conséquences de petites erreurs de relation humaine ou de communication du SCA, qui aient distendu le lien avec ce public si passionné auparavant (prix des places et abonnements, jugés démesurés la saison passée ou encore charge de la sécurité sur de jeunes supporters un brin véhéments lors de la demi-finale retour.). L’attractivité de la Fédérale 1 trop faible en Albigeois, peu à peu, tend à rendre le rugby de la préfecture tarnaise atone. Fort de ce constat, et d’une jauge de spectateurs oscillant entre 800 et 1200 personnes, le comité d’animation du SCA, dirigé par Reynal Bruned, voit son chiffre d’affaires diminuer.

Reynal Bruned (A droite) un des hommes forts du SCA avec son armada de bénévoles / Crédit Photo SCA

L’association des supporters, qui tire une grande partie de ses bénéfices, de la « bodéga » d’après-match, ne peut que constater que son panel de potentiels clients s’amenuise. Les supporters et la SASP, ont beau tenté de ré-enchanter, l’engouement populaire (Animations/Primeur/Loto/Prix attractif des places etc..) , il est comme une impression en terre albigeoise : certains bouderaient encore depuis la rocambolesque descente de ProD2 et ses suites (2016-2017). Ce qui fît dire il y a quelques mois de cela à Thibault Bisman fidèle demi de mêlée du SCA: « Ceux qui sont là, même pour un Albi – Nafarroa de fédérale 1, je les respecte 100 fois plus que ceux qui reviendront qu’en phases finales, ou si on est en Pro D2. Si je les croise, je ne leur serrerai même pas la main. Les vrais, ce sont ceux qui sont toujours là ». 

Arnaud Méla le manager jaune et noir, le sentait bien après le match contre Anglet: » il manque juste une étincelle pour que ce stade, se remette à vibrer ». À la direction du club, de nos échos, on mise beaucoup sur le dernier match de la phase régulière : le derby face aux voisins vauréens champions de France en titre. Pour ce match le repas d’après-match « VIP » seraient déjà plein à craquer (plus de 700 personnes), signe avant-coureur très certainement d’une des plus belles affluences de cette saison. En outre la production dans le jeu des hommes du Président Roumegoux, depuis 1 mois étant de fort bonne facture, avec du spectacle et des essais cela devrait créer un phénomène d’aspiration (deux victoires à domicile 52/0 et 54/10). 

Le SCA actuellement surfe sur une dynamique sportive positive et espère une forte adhésion populaire .

Pour la « Bodéga  » et Reynal Bruned, ses perspectives ne peuvent que les ravir, car cette année le comité d’animation faute des foules des grands soirs, a dû réduire l’âme en peine son champ d’activité. Celui qui se rappelle qu’à l’époque du Top 14, il pouvait, bien aidé par son armée de bénévoles « remplir 3,4,5 cars sur certains matchs », a décidé pour préserver le cœur d’activité de son association (les déplacements), de ne pas participer au carnaval d’Albi 2019. Cette décision sommes toutes, anodine mais révélatrice d’une période de vache maigre dans un club en mutation : déclencha au pays des briques rouges : esclandres et galéjades. 

Malgré qu’il ait fait le mur, le char du SCA avait triste miné cette année sans animations / Crédit photo Facebook Stephanie Guiraud-Chaumeil

Le point de départ, un membre du « Comité d’animation du SCA » prenant l’initiative de sortir le char lors des festivités, sans animations officielles et sans respecter la décision prise en AG Extraordinaire. Au-delà du côté clochemerlesque de cette anecdote de la cuisine interne d’une association et qui infusa une certaine tension lors du repas suivant le match face à Marmande (Pourtant habituellement si chaleureux et convivial). Ce climat de frictions, voire de fébrilité nerveuse chez les supporters, est symptomatique d’un club qui joue sa peau, « A balle réelle » comme le dirait Arnaud Méla ou Kévin Boulogne et surtout sans parachute (le pdt Roumegoux, ayant déclaré qu’en cas de non-montée, la SASP serait dissoute.). Conscient de cet état de fait, le comité d’animation du SCA par la voix de son président à décidé d’exclure, le contrevenant, mais surtout de communiquer. L’entité supportrice, ne voulant sûrement pas qu’un malaise s’installe, et que cela nuisent à la dynamique populaire qui commence à frémir. Le président des supporters, Reynal Bruned, a donc distribué à l’ensemble des médias un communiqué de presse officiel manière de remettre « l’église au centre du village » et faire taire les supputations en tous genres.

Communiqué de presse officiel du Comité d’animation SCA:

Une réponse qui tend à démontrer que le Président du comité d’animation des supporters, Reynal Bruned, disposait de la légitimité de cette décision. Quant à l’instigateur de cette manifestation, malgré toute sa bonne volonté, il a donc fait cavalier seul et soulevait une tempête dans un verre d’eau, dans un club ou les incertitudes en l’avenir tendent toutes les parties prenantes. À l’aube d’un tournant historique pour le club (maintien dans le professionnalisme via la ProD2 ou retour à l’amateurisme en cas de non-montée), le 16e homme, serait bien inspiré de former une union sacrée de façade ou pas…. Il y a bien, Daniel Cors un supporter cycliste qui tente de montré la voie en organisant un périple en vélo jusqu’au lieu du 1/4 de finale aller (Bourgoin, Nice,Dijon…) mais le courageux de ce supporter acharné et passionné, ne suffira pas. Car les défis qui attendent les abeilles du SCA seront colossaux ce printemps et l’apport d’un soutien populaire sera non négligeable. Les joueurs rêvant pour la grande majorité d’entre eux, que de vivre ou revivre, les soirées enfiévrées du volcan « Stadium » endormi. Le peuple jaune et noir, peut bien temporairement mettre dans un mouchoir les veilles querelles, pour participer, à cette « opération remontada ». Et qui sait à ramener un bouclier de champion de France dans l’armoire aux trophées du Sporting Club Albigeois. Les supporters albigeois, devraient se souvenir d’une des maximes favorites, de la figure tutélaire du Sporting, Eric Béchu : ensemble, on ne risque rien ! 

Eric Béchu l’homme des années de firmament et de Stadium comble / Crédit photo SCA

PS: Dimanche 24 mars 2019, à 7h au stadium, partira un bus direction Saint Jean de Luz, avec pour vocation d’aller soutenir les jaunes et noirs dans ce qui sera un quasi 1/8 de finale de cette fédérale1. A 3 journée de la fin du championnat les supporters doivent amorcer une relance salutaire, et cela passe d’abord par la cote Basque. Pour ceux qui veulent se joindre à la troupe du comité d’animation du SCA, il vous en coûtera 30 euros (Bus/Ticket/Repas compris) en appelant le 07 69 74 53 87 .

Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s