#Info #MagSport -Rugby / L’AS Bedarrides (Fed 1) se sépare de ses entraîneurs!

Après la défaite (38 – 15) face à l’ASVEL, qui met Bedarrides/Chateauneuf du Pape dans l’inconfort pour la bataille du maintien. Le Président Bellucci et les dirigeants de l’ASBC ont décidé de trancher dans le vif.

Jharay Russell / Crédit Photo YouTube


Après avoir soupesé le pour et le contre, couplé à la détermination qui le caractérise : David Bellucci a annoncé ce lundi, à ses deux coachs (Jharay Russell et Gérald Boileau) la fin de leurs missions. Le président vauclusien a dû se résoudre,à regret, de se séparer, d’un entraîneur (Jharay Russell) avec qui le club a glané son 1er titre de champion de France la saison passée. Quant au second (Gérald Boileau), il l’avait nommé en septembre dernier. Le nouvel homme fort du Club (élu a l’été 2018), de préciser : « C’est une décision purement sportive. Humainement, j’ai rien à leur reprocher ! Bien au contraire ils ont tout fait pour tenter de rétablir les choses ». Et de rajouter quelques phrases plus loin :  » Nous, on n’est pas pro, dans le monde amateur, c’est jamais de gaieté de cœur et très rares, qu’on en arrive là. Mais la situation me l’oblige. »

David Bellucci pdt de l’ASBC / Crédit photo Dauphiné Libéré

Chez « les verts », le sentiment général laissait présager de cette issue. Car au « club » beaucoup avaient vu, que le groupe n’adhérait plus aux messages des coachs. Pourtant l’an passé, le binôme (Jharay Russell/Mickael Babillon) avait sût transcender ses gars, pour aller chercher la plus belle page de l’histoire du club centenaire. Quand on demande, à David Bellucci si ce n’est pas le propre de la génération actuelle d’être dans la consommation à outrance et donc de vite se lasser ? Le président provençal, d’acquiescer du tac au tac : « Exactement, on est dans une société de l’instantané, de l’immédiateté, tout est éphémère ». Et de tancer : « moi quand je perdais un match parfois, j’avais envie de tout casser. Maintenant la demi-heure après ils sont déjà passé à autre chose. Dans le bus, ils sont déjà sur leurs smartphones, à rigoler en se montrant la dernière copine ou la connerie du moment sur Facebook. » L’ASBC conscient d’un état de fait (la fin d’un cycle) a fait un choix. Et de conclure : « Je n’allais pas virer 15 joueurs, du coup, c’est les coachs. Mais bon…. »

Dans ce club, où le public est sûrement celui (avec Grasse) le plus chaud bouillant de fédérale 1. Ce qui faisait dire affectueusement à Benjamin Bagate dans notre émission radio du 14 décembre« C’est des coins, où c’est rude de se déplacer ! Tu prends un peu des cailloux à l’échauffement, mais ça fait partie du folklore de la fédérale.  »

Hervé Di Noia (droite)le nouveau entraineur général de l’ASBC et Philippe Laborde son adjoint / Crédit photo ASBC

Il vaut mieux dans ses périodes de turbulences, nommées des personnes connaissant le contexte et pouvant supporter le poids d’une pression qui sera maximale lors de la sulfureuse réception de Grasse (match en retard face à la lanterne rouge). « Beda » actuellement antépénultième à égalité de points avec l’US Seynoise (premier relégable), doit se mettre en mode commando. Pour relever le défi, la direction du club a choisi de faire confiance à une solution interne : Philippe Laborde, actuel coach des espoirs qui entraînera désormais les lignes, arrière. Mais aussi à une solution externe, avec Hervé Di Noia qui sera le nouveau manager général. Enfin, pas, tout à fait, car il a déjà coaché au pays des vignobles



Le nouveau pack dirigeant de Bedarrides – Chateauneuf du Pape/ Crédit photo ASBC

David Bellucci vient d’abattre la carte du choc psychologique, en espérant faire renaître l’esprit de la saison 2017-2018. Car à défaut, l’épilogue pourrait être moins heureux et festif que la saison passée. Pour David Bellucci, la situation sportive peut aussi s’expliquer de la manière suivante :  » On a bien débuté et peu-être les gars se sont vus trop beau, trop facile. Mais si tu ne gardes pas l’humilité, ça passe plus ! ». Avec cet électrochoc présidentiel, Bedarrides-Chateauneuf du Pape commence un sorte playdown à 7 matchs. Un défi que va s’atteler à relever Hervé Di Noia et Philippe Laborde, pour que vive la belle épopée de l’ASBC.

Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s