#Rugby – Nationale / Kevin Courties (Rennes) : «On ne peut pas faire d’impasse et on doit se donner corps et âme dans notre objectif.»

Du côté de la Bretagne avec le Rennes Etudiant Club qui découvre depuis le début de saison la Nationale nous avons fait un bilan avec Kevin Courties, l’entraîneur principal du REC. A quelques heures de recevoir le 4eme du championnat (Albi), les Bretilliens et leur technicien sont dans les starting-blocks pour tenter de s’extirper de la zone de relégation, et cela commence obligatoirement par une performance lors de cette 15eme journée. Alors que Rennes a atteint pour la première fois de son histoire ce niveau de compétition, joueurs, dirigeants et staff veulent se battre jusqu’à à la dernière seconde pour faire perdurer ce moment fondateur du club et arracher le maintien au printemps 2023.

 

Crédit photo Jacques Massine – Le #MagSport

 

Pour ce premier apprentissage de Rennes en Nationale, comme tu le redoutais et l’attendais, il faut s’employer ferme. C’est dur, c’est un vrai combat et un vrai ruck tous les week-ends pour essayer de s’arracher et d’accrocher le maintien ? 

 

Oui, les matchs sont serrés et intéressants, il y a du rugby. Je trouve que c’est un super niveau, mon avis de début de saison n’a pas changé et le collectif chez nous est vraiment en train de se rapprocher de tout ça. On va tout faire pour essayer de faire tomber les dernières barrières pour essayer de rivaliser pleinement face à tout le monde. 

Est-ce que tu penses que maintenant, avec l’expérience qui a été emmagasinée par tes gars plus la pause d’un mois qui a aussi permis de faire le point et de prendre un peu de hauteur sur la situation, vous allez pouvoir revenir et grappiller l’écart qu’il y avait entre les équipes rompues à la Nationale et vous-mêmes ? 

 

De toute façon, à un moment donné, il va falloir. On est dans un niveau de compétition qu’on a gagné et on ne peut plus parler d’apprentissage maintenant, il y a beaucoup de jeunes dans le collectif mais ils travaillent tous très dur et je pense que ça y est, la période d’apprentissage est passée. Maintenant, il faut batailler avec les autres et imposer notre style. 

Un bilan sur cette première partie de saison, quels sont les points positifs et les points négatifs ? 

 

Tout est lié à nos objectifs de début d’année. Le point positif est qu’on avait dit qu’on ne lâcherait aucun match et ça a été le cas, les résultats, c’est un fait mais dans l’état d’esprit, jamais l’équipe n’a lâché ni n’a baissé les bras. On a encore le cas à l’entraînement aujourd’hui où les mecs ne lâchent pas malgré un dernier bloc qui nous laisse pas mal de regrets. Le point négatif, c’est que par rapport à notre objectif de maintien, on n’est pas dans les meilleures dispositions, on passe à côté de trois matchs et il faut maintenant courir après ça, on joue un petit peu avec  » le couteau sous la gorge  » mais il y a encore 12 matchs à jouer et rien n’est fait. Ça fait chier de ne pas avoir plus de points ni plus de victoires car sur certains matchs, on y était sur le contenu. 

Si on suit tes idées, le dernier match avant la trêve face à Suresnes te laisse beaucoup de regrets ? 

 

Il est cruel, par rapport au contenu, il est cruel, c’est un match que, si on le rejoue 10 fois, on gagne 9 fois. Suresnes a très bien joué le coup jusqu’au bout, ils n’ont rien volé mais c’est un match que l’on doit tuer bien avant et que l’on doit gagner. Il fait forcément mal avant les fêtes car ça aurait été top de rentrer avec cette victoire-là. 

La différence est là, sur l’expérience en plus qu’a Suresnes et qui leur a permis de faire basculer le match du bon côté ? 

 

Je ne sais pas si c’est un manque d’expérience, je pense que c’est surtout un manque de réussite, quand tu laisses 17 points face aux poteaux, c’est complexe. C’est justement le match où on aussi vu que l’expérience commençait à être acquise et où on a pu mettre notre rugby en place donc maintenant, il ne faut plus d’excuses. Il faut aller au bout des choses et essuyer ce match au plus vite. 

On a vu que vous aviez recruté Clément Fontaine. C’est une belle plus-value et une belle recrue qui arrive du côté de Rennes ? 

 

Sur le CV, le morphotype et les qualités qu’on a découvert jusque-là, oui, c’est clairement une belle recrue. Il faut encore qu’il s’approprie notre jeu, la ville, le club et nous, il faut que l’on s’approprie le bonhomme pour que les deux côtés soient pleinement réjouis à 300% mais j’ai le sentiment qu’on est sur la bonne voie de ce côté-là. On a affaire à un mec qui est très agréable, avenant et ouvert d’esprit donc je pense que ça va matcher pleinement avec l’équipe, je souhaite en tous cas de tout coeur qu’il s’éclate dans notre projet de jeu. 

Quand on t’avait eu en interview cet été, tu nous avais un peu dit que le sportif était allé plus vite que l’administratif en montant en Nationale et qu’il vous fallait un peu démêler les fils en vol. Qu’est-ce qui a évolué à Rennes entre Septembre et Décembre, quelles ont été les structurations du club qui se sont mises en place ? 

 

En interne, tout le monde a un peu pris le rythme du championnat, les rouages et les obligations pour être dans la performance. Maintenant, on souffre clairement d’un manque d’infrastructures, c’est la ville qui est en retard dans tout ça, on est sur trois sites d’entraînement différents, il y a des journées où on n’a pas de vestiaires. C’est ultra complexe et ça nous fait une perte d’énergie assez conséquente pour avoir de la qualité, ne serait-ce que le staff, c’est près de deux heures de transport que l’on perd chaque semaine. En termes d’inconfort, on a quand même les deux pieds dedans mais en interne, tout le monde a commencé à prendre le rythme. On a encore des couacs car on a quand même des contraintes de déplacements assez importantes, il y a des moments où on fait de petits loupés et puis, malheureusement, ça sert de leçon mais bon, on fait bien des bêtises sur le terrain, on peut bien en faire dans l’organisation générale. 

On parle de la feuille de route que vous ont fixé le président et la direction rennaise pour cette seconde partie de saison : quelle est-elle ? 

 

C’est de poursuivre dans nos objectifs. Le maintien a toujours été le but de la saison, on s’est donné un cap et on bataille là-dessus, on ne va pas tout révolutionner à la mi-saison, à aucun moment on n’a parlé de qualification ni de haut de tableau. On sait la mission qui nous est confiée pendant un an et on va devoir s’y employer fortement. 

La reprise du championnat débute par la réception d’Albi, une équipe qu’en tout début de saison vous aviez faite trembler dans son antre du Stadium. Ce sont peut-être des éléments qui vont vous servir pour essayer de trouver la bonne clé et décrocher une victoire face à un gros de cette Nationale ? 

 

Je pense que c’était à ce moment-là qu’il fallait aller chercher des points contre Albi car ils n’étaient pas encore pleinement réglés. Depuis, on a bien vu que le travail a été mené, les victoires contre Bourg, contre Dax ne sont quand même pas anodines. On a pris un point en Septembre, on aurait aimé en prendre plus parce qu’on sait que si on rejouait le match maintenant, on va avoir affaire à un collectif qui est solide et très efficace. On va donc essayer d’au moins refaire la performance du match aller. 

Si vous voulez vous maintenir, vous êtes quand même obligés de faire chuter l’un des gros calibres de Nationale dans votre antre en Bretagne donc ça passe par une victoire contre Albi ce week-end ? 

 

En fait, il va falloir des victoires au plus tôt, on ne peut pas se maintenir si on ne gagne pas les matchs. Si on gagne le match aujourd’hui et que tu me le dis maintenant, je signe des deux mains mais ça ne va pas être aussi simple que ça et on sait qu’on va devoir batailler à tous les matchs. On ne peut pas faire d’impasse et on doit se donner corps et âme dans notre objectif.

C’est une équipe d’Albi qui, depuis le début de saison, s’est aussi créée en termes de collectif, on voit qu’ils ont beaucoup d’état d’esprit pour essayer de renverser des matchs face aux gros dans leur antre du Stadium. C’est aussi une équipe d’Albi qui a un gros pack et une grosse mêlée, une mêlée albigeoise qui doit vous inquiéter ? 

 

Oui, c’est performant dans ce secteur-là mais j’ai envie de dire que tous les week-ends, ça bataille dur. C’est très équilibré, je trouve qu’une grosse partie du championnat a des arguments dans ce secteur-là de la mêlée, Albi fait partie du haut du panier mais je pense qu’on n’est pas timide dans ce secteur. Ça va nous permettre de nous jauger, c’est une épreuve de force mais aussi une épreuve de tête et la mêlée ne sert pas qu’à faner les autres, ça sert aussi à lancer le jeu et on va garder notre principe d’être intelligent au maximum dans chaque phase de jeu. Ça va forcément être un secteur à prendre très au sérieux et on va essayer de faire au mieux pour contrer la puissance albigeoise et surtout, ne pas rendre des ballons bêtement et facilement par des fautes ou des bêtises. 

Après le match aller face à Albi, tu avais été un peu chafouin car Albi avait tapé en pénaltouche et n’avait pas pris les points au pied, tu avais trouvé ça un peu irrespectueux. Là, les Albigeois ne pourront pas s’amuser à faire ça à Rennes ? 

 

On verra. Ce n’est pas moi qui les entraîne, ce n’est pas moi qui leur donne les repères et ce n’est pas moi qui joue à Albi, ça ne m’appartient pas. Chacun mène sa barque comme il veut, je ne sais pas ce qu’ils ont prévu et je ne prépare pas un collectif en fonction de ça. Nous, on essaye d’être droit dans nos principes et dans notre jeu pour être à notre maximum, on ne se concentre pas trop sur ce que l’adversaire a décidé de faire contre nous. En tous cas, j’avais dit ce jour-là que tout le monde ne prendrait pas de bonus offensifs contre Rennes et ça a été le cas. On verra bien ce qu’on aura à vivre mais on va déjà se concentrer à bien faire nos propres principes et ça sera déjà une bonne tâche. 

Est-ce que dans cette première partie de saison, il y a une ou des équipes qui t’ont impressionné et que tu trouves au-dessus du lot ? 

 

Il y a plusieurs équipes qui sont intéressantes dans leur style. Aujourd’hui, l’équipe qui m’a le plus impressionné reste quand même Dax qui est performant dans tous les secteurs, en conquête, en défense, en attaque. En plus de ça, ils ont des joueurs facteurs X comme Rodrigo Marta, ils ont des mecs devant qui ont beaucoup de rugby, des 3/4 très audacieux, c’est une animation offensive qui propose un rugby de mouvements et qui est précis. Je trouve que Dax est vraiment à sa place, on va découvrir Bourg-en-Bresse à Verchère et j’imagine bien que ce ne sera pas la même chose que ce qu’on a vécu ici et ça va être ultra compliqué, Valence-Romains est quand même une équipe hyper précise dans son animation, on sent qu’il y a tout un collectif qui est dans un cadre clairement identifié et respecté quant à Albi, on a parlé de la mêlée mais il y a aussi un secteur défensif qui est ultra efficace dans l’intensité. Hyères-Carqueiranne La Crau bosse bien avec un état d’esprit fort que l’on ressent, qui leur permet d’avoir d’excellents résultats et puis de proposer un rugby à la fois dans l’intensité et dans le jeu, Cognac-Saint Jean d’Angély n’a quasiment pas pris une seule branlée à la maison. Je ne vais pas faire toutes les équipes du championnat mais si on balaye un peu tout le monde, il y a beaucoup, beaucoup d’équipes qui ont vraiment beaucoup de qualités. C’est chouette comme championnat. 

Hyères-Carqueiranne La Crau qui bat Suresnes, ça n’arrange pas vos histoires ? 

 

C’est leur histoire mais je ne suis pas étonné que Hyères-Carqueiranne La Crau batte Suresnes, déjà parce-que ce n’est pas facile d’aller jouer là-bas et Suresnes n’est pas le premier à y être tombé. Eux-aussi ont besoin de s’assurer au plus vite de se maintenir donc je ne suis pas plus étonné que ça. C’est leur réussite, félicitations à eux mais je me concentre déjà sur ce qu’on a à faire nous, je n’ai pas le temps de regarder tout ce qui se passe à l’extérieur. On aurait forcément été content que le résultat soit inversé mais je sentais bien que ça allait être compliqué pour Suresnes là-bas car Hyères-Carqueiranne La Crau a vraiment de la ressource. 

Dans quel état d’esprit est Kevin Courties pour cette reprise et, bien sûr, dans quel état d’esprit sont le vestiaire et les joueurs rennais ? 

 

Les vacances ont fait du bien car, mine de rien, les vacances d’été n’ont quasiment pas existé chez nous donc là, ça a fait du bien de couper. Une petite période d’hibernation et d’introspection pour remettre les idées en place et revenir à la reprise rechargé en termes d’énergie, d’idées et de détermination. L’équipe a aussi mis 3 / 4 jours à la reprise pour reprendre un peu de rythme lié à ce dernier match à Suresnes et ils se sont replongés pleinement pour défendre chèrement leur peau. Le vestiaire reste très mobilisé et très soudé, on a quasiment tout le monde sur le pont, il n’y a que Pierre Algans qui est malheureusement blessé mais sinon tout le monde est là donc on va forcément générer un peu de frustration et de déception chez certains joueurs par rapport à la compo mais je sais que quand ils vont reporter le maillot, ils vont être à fond derrière ce que l’équipe veut réussir cette année. On n’a pas de gars qui ont baissé les bras. 

Merci pour ce point de passage à Rennes, ce tour d’horizon de l’actualité rennaise et on te souhaite une belle fin de saison 2022 / 2023

 

Merci beaucoup.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s