#Rugby – Nationale 2 / Christophe Schneider (Lannemezan) : «C’est un joli challenge pour toute la ville, pour le club et surtout pour les joueurs!»

Sur le plateau de Lannemezan, Christophe Schneider, le co-président du CAL découvre la nouvelle division Nationale 2 et voit dans ce challenge sportif et humain une véritable dynamique de territoire. Focus sur l’un des plus petit budget de la division qui se bat avec ses armes et sa ferveur populaire.

 

Nouvelle aventure pour Lannemezan qui, un peu à l’instar de Graulhet, est le plus petit budget de Nationale mais qui montre que, sur le Plateau, on a de la valeur, un esprit combatif et qu’on ne lâche pas le morceau comme ça ? 

 

On essaye (rires). Comme d’habitude, on vend chèrement notre peau, on savait qu’on avait le plus petit budget donc on a essayé d’être très raisonnable à l’intersaison. Maintenant, on découvre cette Nationale 2, on découvre le niveau et les équipes donc on va voir ce que ça donne un petit peu cette année. 

Est-ce qu’une dynamique s’est créée autour de cette Nationale 2 ? On savait déjà que vous aviez un fervent public mais est-ce que ça a amené derrière de nouvelles ouailles au stade à Lannemezan ? 

 

On a bien fêté la montée mais, en ce qui concerne la dynamique sur la Nationale 2, on a de fervents supporters et des partenaires qui nous suivent depuis des années donc je pense que, qu’on soit en Nationale 2 ou en Fédérale 1, c’est kif-kif. Il n’y a pas plus de dynamique que ça, ce sont toujours les fidèles qui sont là, il y a du monde au stade donc ce n’est pas le niveau qui nous fait avoir nos supporters ou qui nous fait avoir une dynamique spéciale. 

Vous auriez aussi pu faire comme Saint-Sulpice sur Lèze, à savoir refuser la montée mais vous auriez peut-être malheureusement tué sportivement un groupe ? 

 

Je ne sais pas si on aurait tué le groupe mais en tous cas, ça n’aurait pas récompensé le travail de tous les bénévoles toute l’année ni, surtout, du staff et des joueurs. Nous, on a estimé qu’on avait notre place dans cette division, on estime aussi que certes, il y a des gros budgets qui peuvent même avoir plus dans les années à venir s’ils veulent monter en Nationale mais que c’est le haut de la Fédérale 1 qui s’est un peu renforcé. On pense qu’on a notre place dans ce niveau-là et qu’on peut jouer le maintien, certes que le maintien, mais c’est aussi un joli challenge pour toute la ville, pour le club et surtout pour les joueurs.

On le sait, on ne met jamais la charrue avant les bœufs à Lannemezan. Vous allez faire step by step, d’abord le maintien et on voit après ?

 

On ne rêve pas trop, on sait que la saison va être longue. Si on se maintient, ça sera déjà une très belle performance pour nous donc sincèrement, on ne pense pas aux 6 premières places mais on va tout faire pour avoir le maintien même si on sait qu’avec l’effectif que l’on a, l’enchaînement des matchs et les équipes que l’on a, on aura une saison très dure et très longue. En tous cas, on va essayer de ne rien lâcher. 

Un petit regard périphérique pour ces 4 premières rencontres de Nationale 2 pour Lannemezan ? 

 

Sur ces 4 premières rencontres, on se déplace deux fois chez des ogres de la Nationale 2, Niort et Périgueux, dont on pense qu’ils vont faire les 2 premières places. On a essayé de faire les meilleures prestations que l’on pouvait, on a pris une douche froide à Périgueux avec quand même 48 points donc ça n’est jamais agréable dans la tête. Sur les deux matchs à la maison, on joue Marmande et le Bassin d’Arcachon qui ont de grosses ambitions mais on a bien négocié nos deux réceptions donc on est assez content de notre premier bloc puisqu’on prend 9 points. Maintenant, il y a un gros 2e bloc avec 4 matchs, deux déplacements et deux réceptions donc on saura vraiment fin Octobre où on en est et le niveau que l’on a. 

Qu’est-ce qui vous manque par rapport aux top teams pour jouer les 6 premières places ? 

 

Il va nous manquer de l’effectif. Aujourd’hui, on a un bel effectif mais quand on a des blessés, on se gratte de suite la tête pour avoir autant de consistance que les équipes qui jouent les premiers rôles. On a des jeunes mais c’est un niveau exigeant, on peut leur faire confiance mais il faut qu’ils soient entourés et là où on risque un peu d’être en danger, c’est surtout sur le turn-over et l’effectif. 

Quoi qu’il arrive, vous ne regrettez pas de vous être lancés dans cette belle aventure humaine et sportive ? 

 

Non, on ne regrette pas du tout ! Ça montre à tous les jeunes qui sont derrière qu’il est aussi possible de jouer à un niveau très intéressant à Lannemezan et qu’ils doivent s’accrocher car ce sont eux l’avenir du club. Pour ceux qui sont aujourd’hui en équipe une, ça leur donne un gros challenge sportif, une joie de défendre nos couleurs à ce niveau-là. Je pense qu’on n’est pas ridicule sur le début de la saison et qu’on peut atteindre notre objectif qu’est le maintien. 

On vous souhaite de faire vibrer le bouillant public de Sarrat tout le long de la saison en Nationale 2

 

On espère, merci beaucoup.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s