#Rugby – Nationale / Gauthier Bruté de Rémur (Chambéry) : «On est prêt à en découdre avec les Albigeois! »

Focus sur le 1/4 de finale entre Albi et Chambéry avec l’ex-talonneur de l’UBB, de Carcassonne, de l’US Bressanne, de Soyaux-Angoulême qui, fait le bonheur des couleurs savoyardes, Gauthier Bruté de Rémur. Arrivé au SO Chambéry à l’intersaison ce joueur de 26 ans mais dont l’expérience non négligeable en fait déjà un taulier du vestiaire, débarque avec ses coéquipiers dans le Tarn déterminé et emplit d’une ambition certaine pour affronter les tarnais dans leur bouillant Stadium. Les éléphants chambériens lorgnent sur cette place en 1/2 finale synonyme d’accès match en pro D2 et comptent bien en découdre avec le SC Albi (4eme), car pour cette équipe chambérienne(5eme) qui a finit une place derrière le club de la cité épiscopale lors des phases régulières, l’appétit vient en mangeant. Chambéry veut ponctuer cette belle saison en allant se chercher une part de rêve supplémentaire tout en faisant perdurer l’aventure humaine et sportive débuter en septembre.

Une rencontre à suivre des 14h45 ce dimanche 15 mai via « Le #MagSport Web Radio et LFM 81 en cliquant ci dessus:

 

Crédit photo Philippe Gervasoni

 

A chaque fin de saison, tout joueur rêve de jouer des play-offs avec ces saveurs et ces odeurs particulières. Là, on y est pour Chambéry avec un beau défi face à Albi ? 

 

Notre objectif était le Top 6, on termine finalement dans le Top 5 et notre objectif est un peu plus qu’atteint et maintenant, à nous l’équipe de prendre en main ces phases finales et d’aller le plus loin possible. 

 

Pour vous, c’est la cerise sur le gâteau, ça n’est que du bonus ? 

 

Oui, c’est ça mais je pense que tout garçon qui arrive en phases finales a envie d’aller toucher le bout de bois. Ce n’est pas juste cet objectif de Top 6 mais c’est d’aller au bout maintenant et ça, ça doit animer chacun de nous. 

Est-ce que tu sens quelque chose qui monte un peu dans l’effectif depuis 2 / 3 semaines, une excitation, une émulation ? 

 

On s’était bien préparé face à Nice car c’était le match qui nous permettait de vraiment valider notre place en phases finales. Depuis, on prépare bien et même si on a perdu à Cognac, on a quand même préparé ces phases finales pendant cette semaine-là et maintenant, on est prêt à en découdre avec les Albigeois. Tout est permis !

Avec cette victoire contre Nice et cette défaite contre Cognac-Saint Jean d’Angély, vous avez obligé tous les suiveurs, journalistes et clubs du haut de tableau de Nationale à sortir les calculettes dimanche dernier ? 

 

Même moi, car je n’y étais pas, on se disait  » mais du coup, on va tomber sur qui ?  » comme en plus Soyaux-Angoulême était allé gagner à Bourgoin. Mais, comme je l’ai dit, si on commençait à calculer qui on allait jouer en phases finales, je ne vois pas pourquoi on veut monter en Pro D2 puisqu’il n’y a que de grosses équipes en Pro D2. Pour moi, il ne faut pas vraiment calculer ces phases finales mais y aller à fond, se lâcher et juste prendre du plaisir. 

Parlons de ce match face à Albi, une équipe qui ne vous a pas réussi en phases régulières. A chaque fois, vous n’étiez pas loin mais ça n’est pas passé, j’imagine donc que vous êtes revanchards ? 

 

Souvent, les gros ne nous ont pas trop réussi entre Massy, Valence-Romans ou Albi, il n’y a que contre Soyaux-Angoulême que ça s’est un peu mieux passé. Albi est une grosse équipe avec un gros pack et pas mal d’expérience dans cette équipe tandis que nous, nous sommes une équipe plutôt jeune avec 25 ans de moyenne d’âge. Nous avons plus la caractéristique d’être une équipe joueuse par rapport à Albi qui s’appuie beaucoup sur sa mêlée et ses mauls portés. Nous sommes prévenus, je pense qu’Albi l’est aussi et maintenant, il n’y a plus qu’à lancer ce match et j’avoue qu’on a tous très hâte. 

Comment se passe la préparation mentale d’un match de phase finale pour un joueur ? 

 

Pour moi, il faut vraiment y aller. Tout doit être carré aux entraînements, savoir exactement où on va pour être le moins stressé possible avec toute la ferveur qu’il va y avoir au stade puisqu’en plus, on sera à l’extérieur avec ce stress du 1/4 de finale. Moi, c’est comme cela que je me prépare, en étant le plus carré possible, savoir toutes mes touches, où je dois me placer en défense et tout le reste pour arriver au maximum serein sur le match. 

Qu’est-ce que vous redoutez le plus de cette équipe d’Albi ? Le pack, je suppose ? 

 

Oui, c’est leur pack. Chaque équipe dans ce championnat a une force et, pour moi, la qualité première d’Albi, c’est ce pack. 

 

Ce sont tes premiers pas en Nationale que tu as découverte cette année. Maintenant que les phases régulières sont passées, comment trouves-tu ce championnat ? Il est quand même super intéressant ?

 

C’est vraiment une petite Pro D2 qui reste très intense avec un enchaînement de 26 journées et si je prends par exemple notre effectif qui est de 45 joueurs, ça puise dans les organismes. Il y a beaucoup de temps de jeu joués et c’est aussi un championnat qui attire aujourd’hui pas mal de joueurs de Pro D2 comme moi l’an dernier. Il commence vraiment à y avoir du niveau, ce sont toutes les meilleures équipes de Fédérale 1 d’il y a deux ans donc c’est vraiment corsé. Ce sont tout le temps des matchs très intenses et, comme en Pro D2, si on n’est pas à 100% à chaque match, on peut avoir des déconvenues même en étant premier de Nationale face au dernier. 

Qu’est-ce qui t’a amené à choisir Chambéry l’été dernier ? 

 

Ça s’était plutôt mal passé à Soyaux-Angoulême et j’avais envie d’une nouvelle aventure, d’être dans des conditions un peu plus sereines. Quand Cyril Villain et Johan Colliat m’ont appelé, ça m’a parlé et je n’ai pas vraiment beaucoup hésité. Je suis très content d’être à Chambéry depuis un an, très épanoui, je suis très heureux d’aller m’entraîner chaque jour, on se sent tous très bien avec l’équipe et je suis très content de ce choix. 

Parle-nous un peu de ce club de Chambéry, de cet ADN montagnard

 

Je trouve que les Savoyards en général sont très humbles. L’équipe de Chambéry sortait d’une saison assez compliquée l’an dernier où, je crois, ils avaient fini avant-dernier non relégables. On est un peu arrivés sur la pointe des pieds cette année et sans trop faire les beaux, on est allé à Dax qui avait gagné deux fois contre Chambéry la saison passée et là, on gagne d’entrée. Je trouve que ce match de Dax nous a vraiment permis de lancer cette saison, de fédérer cette équipe, de faire en sorte que tout le monde soit heureux de venir à l’entraînement et même ceux qui ne jouent pas, ceux pour qui la saison a été compliquée. C’est vraiment une équipe où je trouve qu’on est tous heureux d’être ensemble, même s’il y a parfois des entraînements un peu compliqués, on est content d’être là et c’est ce qui fait notre force sur le terrain. On n’a pas des infrastructures énormes autour de nous car il y a un stade en construction donc on est dans un stade un peu délocalisé et on peut parfois avoir un peu de manque de matériel par rapport à d’autres clubs comme Soyaux-Angoulême, Massy ou Valence-Romans. Par contre, ça nous permet de nous transcender sur le terrain et quand on est tous ensemble, on peut être invincibles. 

Question qui n’a rien à voir avec la Nationale : lors de la dernière journée de Pro D2 jeudi, deux de tes anciens clubs ont eu des trajectoires complètement différentes puisque Bourg-en-Bresse est relégué en Nationale tandis que Carcassonne a fait l’exploit de se qualifier en play-off. Quels sont tes sentiments et tes pensées sur ces deux équipes que tu as connues ? 

 

Je suis très heureux pour Carcassonne. J’avais connu le club dans une année assez galère, celle où on avait gagné toutes les phases retours mais les phases aller avaient été très compliquées. Donc, je suis très content, je vois que ça progresse chaque année et que Christian Labit mène vraiment bien sa barque et, à contrario, je suis très déçu pour Bourg. Je suis allé voir le match et je suis un peu déçu, c’est dur, j’avais déjà vécu une descente avec Bourg-en-Bresse et c’est un club avec des supporters qui sont derrière et à fond. Ils sont toujours là à supporter et c’est dur, moi, j’aurai bien aimé qu’ils restent en Pro D2 et continuer à les regarder mais c’est la dure loi de la Pro D2. On voit qu’ils étaient très bien en Nationale l’an dernier et que, finalement, ça a été très dur pour eux toute l’année. Dans le rugby, il faut éternellement se remettre en question et c’est ce qui permet de pouvoir exister au haut niveau. 

On revient sur le choc face entre Chambéry et Albi, ce 1/4 de finale de Nationale. Quel est le mot d’ordre pour les Chambériens ? 

 

Gagner, tout simplement. On a toujours fonctionné comme ça, on a toujours tout donné sur tous les matchs, que ce soit à la maison ou à l’extérieur, donc on va tout donner pour ce match. Ce sera notre mot d’ordre : gagner et aller à 300% à Albi. 

Une rencontre à suivre des 14h45 ce dimanche 15 mai via « Le #MagSport Web Radio et LFM 81 en cliquant ci dessus:

https://le-mag-sport.com/2022/05/14/directrugby-suivez-des-14h46-le-live-albi-vs-chambery-nationale-1-4-de-finale/

 

Merci et à dimanche

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s