#Foot Mémoire / Marssac, de la descente en PH au match de gala contre Pau !

Aujourd’hui devenu Albi Marssac TFA depuis la fusion avec l’ASPTT Football de l’Albigeois, le Marssac RDRSDT a écrit ces dernières années plusieurs pages de son Histoire même si cela aurait pu se passer différemment après le coup dur de la saison 2016/17.

Crédit Le Mag Sport NP

On est au printemps 2017, les pensionnaires du Stade Désiré Gach font grise mine. Là où dans cette poule B de DHR Fleurance et Aussonne fêtent la montée en Division d’Honneur, les Marssacois sont condamnés à la descente en PH avec la Juventus Papus. Ça se joue vraiment à pas grand chose. Les Tarnais sont à égalité de points avec la réserve de Toulouse Métropole. Mais les héritiers des Fontaines sont saufs à l’avantage d’une différence de buts très légèrement à leur avantage. Une différence à -9 pour les Toulousains, contre -11 pour les Marssacois. Comme quoi le football ne tient à vraiment rien… Deux petits buts lourds de conséquence. Là où les Marssacois rataient depuis quelques saisons la montée en DH depuis quelques saisons, les voilà à reculer.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est sans-titre-1.jpg

On peut alors penser que cette descente pourrait faire très mal. Mais pourtant, tel un phénix, le MRSRDT va vite renaître de ses cendres pour mieux s’élever. Les Bleus vont alors se recentrer sur l’essence même de leur club : la solidarité entre une bande de potes. Ils vont alors faire la saison parfaite et faire l’ascenseur pour remonter au plus vite en Division d’Honneur Régionale. Les Marssacois n’ont cependant pas boucler la boucle pour autant car comme on dit, l’appétit vient en mangeant. Les troupes de Mika Bertrand ont alors un appétit dévorant. Remontés en Régional 2 (le nom ayant été changé avec les nouvelles Ligues et les nouvelles régions), ils vont prouver cet appétit sur les terrains. Si en tant que promus, on pouvait les attendre à disputer le maintien, ils vont rapidement jouer les premiers rôles et privatiser pendant plusieurs semaines le fauteuil de leader. A la trêve hivernale, les analystes devront même chercher pour trouver des ratés dans cette première partie de saison. Heureusement pour eux, ils pourront se rabattre sur l’aventure en Coupe de France, qui elle s’est arrêtée plus rapidement que prévu. Les Marssacois ne se priveront d’ailleurs pas de conjurer ce manquement par la suite. Mais les membres du club Tarnais se veulent mesurés. La route est encore longue. Les vieux briscards du MRSRDT le savent bien. Plus d’une fois ils s’y sont cassés les dents sur cette fameuse montée dans l’élite régional. La faute souvent à des conditions de préparation compliquées au moment de la période hivernale.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_0686.jpg

Mais cette année, les Marssacois s’investissent encore davantage pour leur club sur et en dehors du terrain avec une remise à neuf du club house et l’installation d’un demi-terrain synthétique. Alors bien évidemment, pour que l’histoire soit belle, cette montée ne sera pas glanée haut la main. Ils seront coiffés dans un premier temps au poteau par St Alban Aucamville pour la première place. A égalité de points, les Haut-Garonnais profitent de résultats plus avantageux pour valider directement leur place en Régional 1. Les Marssacois, deuxièmes de leur poule, doivent attendre. Leur salut ne sera validé que par des calculs savants. Qui de Marssac, St Orens, Perpignan Nord et Montarnaud feront les trois meilleurs seconds (dans des affrontements directs avec les poursuivants) pour valider les tickets restants pour l’élite régional ? C’est tard dans la nuit, une fois les calculs effectués que l’on peut le valider : Marssac monte pour la première fois de son histoire en Régional 1 ! Deux ans plus tôt, les pensionnaires du Stade Désiré Gach avaient un genou à terre au moment où leur descente en PH était validée, en cette soirée de printemps 2019, ils n’ont pas besoin d’une fameuse boisson énergétique pour voler.

https://www.debardautomobiles.com/

La R1, la voilà, il est donc maintenant l’heure de valider cet acquis et ne pas faire un nouvel ascenseur, cette fois-ci négatif, qui ramènerait les Marssacois en Régional 2. Mais alors comment ce « petit » club de village, pourra-t-il rivaliser avec des clubs un peu plus trapus comme Colomiers II, Tarbes, Castanet ? Beaucoup estiment que le fameux plafond de verre est atteint pour les troupes de Mika Bertrand. Mais c’est mal connaître les irréductibles Tarnais. Ils font un départ canon en championnat, engrangent les points et déjouent les pronostics. Alors bien évidemment ils le savent, ce rythme ne pourra être soutenu toute l’année mais chaque point pris les rapproche de leur objectif initial : le maintien en Régional 1. Ce fameux maintien sera acquis, plus tôt que prévu, du fait d’une saison écourtée par la pandémie et la compétition arrêtée en mars 2020. Les Marssacois sont alors neuvièmes au classement et joueront la saison 2020/21 en R1. Mais, s’il est salutaire, ce maintien n’est absolument pas le fait le plus marquant de la première saison dans l’élite pour le MRSRDT.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_0684.jpg

Il faut plutôt regarder du côté de la Coupe de France, pour voir un parcours de légende pour les Bleus. Une entrée dans la compétition par la pointe des pieds, qui se finira avec un Stade Maurice Rigaud rempli un soir de décembre 2019 pour un 64è de finale historique. De telles sensations, on les avait déjà connues du côté de Marssac. Si entretemps, pas mal de choses ont changé en cet automne 2019, on ressort les « anciennes » photos, les « vieux » articles des caves. Oui Marssac a déjà vécu une belle épopée en Coupe de France en 2014. C’était alors Stéphane Bénédet sur le banc Marssacois, et ses troupes se frottaient pour le compte du septième tour de Coupe de France à un pensionnaire de Ligue 2, Clermont Foot, dirigé par Corinne Diacre, la future numéro 1 de l’équipe de France féminine. Pour cette édition 2019/20 de la Coupe de France, les Marssacois sont partagés entre plusieurs sentiments. Ils savent qu’ils peuvent laisser des forces dans cette Coupe, mais ont également une revanche à prendre sur leur parcours écourté de la saison précédente. Alors au fil des rencontres, les pensionnaires de Désiré Gach se prennent au jeu jusqu’au septième tour contre une équipe Girondine, St Médard en Jalles. Le stade Désiré Gach fait alors carton plein pour encourager Frede, Ferdouel, Maurice et leurs coéquipiers.

Une feuille de match historique pour le MRSRDT

Ils en auront besoin les joueurs Tarnais de leur public. Face à eux, c’est un autre pensionnaire de R1 qui a tout aussi faim. Les visiteurs vont même mener au score un long moment grâce à l’ouverture du score de Julisson à la 14ème minute de jeu. Les Marssacois vont même buter plus d’une fois sur un portier Girondin en état de grâce ce soir-là. Mais poussés par la ferveur de leur « petit Furiani » et leur propre motivation, les locaux ne lâcheront jamais. A 12 minutes de la fin du temps réglementaire, Jonathan Lacourt remet les compteurs à zéro, 1-1. Désiré Gach est bouillant, on sait que ça peut venir à tout moment, sur toute balle, sur toute occasion sur tout corner. Le corner, on l’aura ! Et il ne faudra pas attendre bien longtemps après l’égalisation. Fraîchement rentré en jeu, Quentin Michel reprendra de la tête le corner de Brandon Marianella pour une lucarne sublime, qui restera parmi les légendes. Marssac mène alors 2-1, Désiré Gach peut s’enflammer, la victoire ne filera pas d’entre les doigts Tarnais qui vont la fêter comme ils se doit en communiant avec leur public.

Le club est alors sous les feux des projecteurs après avoir validé pour la première fois de son histoire un ticket pour le huitième tour de Coupe de France. Le tirage leur offre cependant un gros poisson, leader de National, le Pau FC. Délocalisés à Maurice Rigaud pour l’occasion, les Marssacois ont bien évidemment emmenés leur public pour l’occasion. Le score final sera sans appel : 4-1 pours les visiteurs qui feront respecter la hiérarchie. Mais pendant longtemps, les locaux pensaient pouvoir faire l’exploit. Certes la première demi-heure n’aura pas été clémente avec eux, avec trois buts Palois. Ce qui changera la donne du match. Mais lors du deuxième acte, les pensionnaires de Régional 1 se prennent à faire jeu égal avec Pau, voir même parfois à dominer la rencontre. Alors oui, lorsque Marssac réduit la marque à la 50ème minute de jeu (1-3) on se dit qu’il y a encore le temps. On se met à espérer. Un espoir d’autant plus grand lorsque le capitaine Palois, Antoine Batisse, est expulsé à la 72ème pour un coup de tête sur Jonathan Lacourt. Marssac pousse. Pau résiste, pour finalement entériner le score à neuf minutes de la fin du match et valider l’élimination des locaux. Clap de fin, mais l’aventure restera légendaire, en attendant peut-être d’en vivre d’autres avec les nouvelles couleurs de l’AMTFA.

Nicolas Portillo


Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est img_0687.jpg
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est aristow-logo-1551248597.png

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s