#Rugby – Fed1 / S.Jaca (Mauléon) : «Avec notre poule très homogène, c’est un combat perpétuel!»

Dans la Soule au coeur du Pays Basque, le SA Mauléon se bat tous les week-ends face à des adversaires redoutables avec souvent une rivalité territoriale exacerbée. Sébastien Jaca, l’entraîneur adjoint du SAM nous fait un débriefing de ce début de saison dans cette poule 4 de fédérale1 haletante et homogène.

Crédit photo SA Mauléon Officiel

Sébastien, pour Mauléon est repartie la Fédérale 1, on l’espère pour de bon même s’il y a encore ces nuages du covid qui sont sur la tête du rugby amateur et du rugby Français. Pour toi, ça doit être déjà une grande bouffée d’air frais. On t’avait eu l’année dernière, c’était quand même compliqué de voir ce rugby quasiment à l’arrêt, quasiment à l’agonie.

Oui effectivement, c’est vrai que ça fait du bien de repartir. Depuis le début de l’année, il n’y a pas un match reporté dans la poule. Il n’y a pas eu de problème pour le moment. Jouer de week-end en week-end et essayer de se projeter, ça fait du bien. En ce moment, il y a peut-être le nuage qui revient un petit peu. On en entend de plus en plus parler. Mais depuis le début de la saison, ça fait entre guillemets un retour à la normale et ça fait du bien de faire des semaines d’entraînements, de rejouer, de se revoir, de revoir du monde autour du stade et d’être présent le dimanche sur le terrain.

On se souvient que lors de la saison 2019/20, juste avant le grand confinement, Mauléon marchait un peu au carburant d’aller chatouiller les gros clubs comme Albi, comme Tarbes. Vous vous faisiez une joie d’aller enquiquiner les gros clubs. Cette année, vous avez trouvé un nouveau carburant avec des derbys tous les week-ends !

Oui, vu la création de la Nationale, on a eu une poule un peu plus territoriale avec beaucoup de clubs aux alentours. Que ça soit dans le département ou à côté. Que ça soit les Landes, ou Tyrosse, il y a beaucoup de clubs aux alentours. Je crois que le plus gros déplacement c’est ce week-end à Fleurance où il y a trois heures de route. C’est sûr que c’est différent des structures d’il y a deux ans. Mais on est obligés de s’adapter. On fait avec et chaque week-end, avec notre poule très homogène, c’est un combat perpétuel. Il faut toujours être présents parce que sinon, on passe vite à côté.

http://debardautomobiles.com

On se souvient qu’à la création de la Nationale, vous vous étiez gagnés sportivement à la sueur du frond et à la cohésion de votre équipe le droit d’aller en Nationale. Le président Beñat Queheille avait refusé l’invitation. Si cette année, vous vous qualifiez en Nationale 2. C’est quelque chose qui peut s’envisager de voir Mauléon en N2 ?

Depuis en un an il y a quand même eu des évolutions en interne dans notre groupe déjà au sein du staff. Arnaud est parti à l’échelon supérieur. Et aussi sur l’effectif. Avec ce confinement, il y a eu beaucoup d’arrêts, voir de départs avec des joueurs partis dans leurs clubs d’origine. En début de saison, avec quasiment huit mois d’arrêts, on était quasiment dans l’inconnu total. On a un groupe bien plus jeune, avec moins de vécu collectif. Certes avec du talent, il y a des avantages et des inconvénients. En début de saison, et encore même aujourd’hui, avec toutes ces inconnues, on ne peut pas dire qu’il faut qu’on aille ou qu’on veut aller en Nationale 2. Ça sera sur la saison. A nous de construire la meilleure saison possible pour essayer peut-être d’atteindre maintenant ce niveau-là. Maintenant, si on part en début de saison, ça serait un peu présomptueux d’annoncer qu’on veut aller atteindre cet objectif pour notre équipe.

On sait qu’à Mauléon, quelque chose qui a fait votre réussite, c’est l’attachement à cette terre et ce maillot. J’imagine que c’est un terreau que vous êtes en train de labourer perpétuellement.

Oui, ça revient un peu à ce que je viens de dire. Il y a eu beaucoup de retours, de départs et d’arrêts. On a eu un bon début de saison. Il faut le dire et le constater. Il est dû à la promotion de beaucoup de jeunes qui sont là depuis plusieurs années. Ils étaient en espoir, se sont donnés les moyens, ont travaillé ensemble et ont fait le gap, ils ont franchi le pas assez facilement. Nous sommes obligés de faire ça car nous n’avons pas beaucoup de moyens financiers ou autre pour pouvoir faire venir des joueurs. On voit la source, on voit en interne. On essaye de donner la chance à des jeunes joueurs. Nous sommes obligés de le faire comme ça. On s’y prête. Pour le moment, sur le début de saison, il y a pas mal de satisfaction là-dessus. Je sais que le club, que ça soit avant, ou à l’avenir, fonctionnera toujours de la même façon.

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Ce week-end c’est le dernier match des phases allers. Vous allez à Fleurance. Quel va être ton bilan de mi-parcours ?

Je ne sais pas. Mi-parcours, je ne sais pas car le match de Fleurance n’est pas fait. Pour être honnête, on a plus de défaites à domicile que de victoires à l’extérieur. Je ne veux pas le regarder comme ça. On a bien débuté la saison, on a réussi à faire des bons matchs, de belles productions. Un groupe a vite pris conscience qu’il fallait se mettre au niveau le plus rapidement possible et ne pas lâcher des matchs. Il y a des côtés positifs là-dessus. Après il y a beaucoup d’améliorations sur certains secteurs de jeux. On va essayer de bien voir ça et de travailler là-dessus pour faire une bonne deuxième partie de saison.

Le dernier match avant la trêve de Noël, c’est le derby, l’incontournable derby face à Oloron. à St Pé, en terre Oloronaise. Vous avez gagné la première manche haut la main, vous allez être attendus au coin du bois.

Oui peut-être. Je pense, certainement. On sera très certainement attendus. Mais le match aller c’était la première journée de championnat, il faisait 35°. Oloron avait fait peu de matchs amicaux et c’est une équipe qui avait eu beaucoup de joueurs. Nous, nous avions fait une présaison moyenne. Avec 35°, ça a certainement facilité les choses. Le match retour de la semaine prochaine, je ne connais pas du tout les conditions climatiques et autres qu’il y aura, mais ça ne sera pas la même chose. En plus, on sera à l’extérieur. Je ne parle pas d’Oloron pour le moment car on aura assez le temps de l’aborder la semaine prochaine. Là nous avons une partie face à Fleurance qu’on doit aborder de la meilleure des manières vu qu’on ne veut pas lâcher un match de la saison. Il nous faudra le plus grand sérieux possible pour pouvoir essayer de faire le meilleur match possible.

https://www.eurinvest.fr/wave-park

A Mauléon, vous avez récupérer un joueur qui évoluait au Stade Nantais, Sylvain Bouillon, ça a dû lui faire du bien ce retour au pays.

Oui, avec l’histoire du Stade Nantais et les rétrogradations, il a souhaité revenir dans le coin. Il a été professionnel jusque-là. Il est revenu dans son club d’origine, lui-aussi parce qu’il a cet attachement au SAM. Pour nous c’est un joueur qui a de l’expérience, et apporte beaucoup, une certaine assurance dans le jeu. Il a des qualités qui vont bien aussi avec ce que l’on veut faire. Ça nous fait vachement de bien. Si ça lui va bien à lui, c’est le principal.

Une question décalée, la prochaine étape c’est faire revenir Camille Lopez ?


(rires) Là, il est en pourparlers pour signer à Clermont, mais ça serait bien oui. Tu parles de Camille, mais il y en a d’autres. D’autres joueurs sont issus du club et évoluent dans la division voir au-dessus. Ça je ne peux pas répondre, il faut l’appeler à lui et lui demander.

Toujours dans le registre décalé, on nous dit que ton président Beñat Queheille pendant les matchs de Mauléon a des fois une oreille sur l’écouteur en écoutant Albi parce que l’enfant du pays, Gilen Queheille est retourné au Sporting Club Albigeois, j’imagine que c’est une fierté pour Mauléon de voir quelqu’un comme Camille Lopez ou Gilen évoluer à l’étage au-dessus, qui plus est quand c’est le fils du président.


Oui, oui. Enfin, il a peut-être un écouteur, mais il est vraiment concentré sur les matchs. Quand il est présent devant un match de Mauléon, il est vraiment à 100% dedans. Je sais qu’il suit son fils, qu’il va le voir quand il peut, mais après sur les matchs de Mauléon, il est à fond là-dessus. Il pousse avez nous, il râle avec nous, il râle contre plusieurs choses. Il supporte, il est content, il félicite. Sur les matchs, ne vous inquiétez pas, il est présent derrière nous.

http://roux-carrosserie.fr


Dernière question, juste pour nous rassurer, Mauléon est toujours la plus belle buvette de Fédérale 1 ?


Plus belle, non il y en a des pas mal quand même. Elle est assez grande. Elle est plutôt pas mal et conviviale. Il y a de bonnes troisièmes mi-temps qui s’y font. J’espère surtout qu’il y en aura d’autres d’ici la fin de saison.

Et on en garde de très beaux souvenirs au Mag Sport quand on était venu à Mauléon pour commenter Mauléon-Albi de cette belle buvette, de ces belles troisièmes mi-temps en terre Souletine.

Oui c’était un moment fort de la saison 2019/20 avec la réception d’Albi. Le dénouement n’était pas là, mais c’était quand même un moment de rugby et une belle soirée ce jour-là.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

http://les-freres-lecointre.fr
http://debardautomobiles.com
http://debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s