#Rugby – Nationale / P.Altier (Dijon) : «Avec deux-trois bons résultats sur les prochains matchs, on peut vite remonter le classement!»

Au Stade Dijonnais, il est une recrue qui s’est vite acclimatée au quinze bourguignon : cet l’arrière Paul Altier arrivé à l’intersaison en provenance de Hong-Kong. Capitaine de l’équipe nationale à 7 de la péninsule de la mer de Chine, passé par l’équipe universitaire de Bath en Angleterre, ce français expatrié en Asie depuis sa plus tendre enfance (il est né en Thaïlande) a joué l’ensemble des 7 rencontres de nationale depuis le début saison sous les couleurs rouges et bleus. Alors que cette première aventure dans une patrie que paradoxalement il découvre malgré sa nationalité française, Paul Altier débute fort bien à titre individuel ce French Challenge, mais le virevoltant arrière souhaiterait voir les pensionnaires de Bourillot enchaîner une 3eme victoire cette saison, et ce dès samedi à domicile face à l’Union Cognac Saint Jean d’Angely. Rencontre avec un joueur qui n’était pas dans les radars de l’ovalie française il y a peu, mais qui pourrait se faire un petit nom dans un avenir proche au sein de la division passerelle avec la Pro D2.

Paul tu es une des nouvelles recrues arrivées au mercato d’été en terre Bourguignonne. Première question qui coule de source, qu’est-ce qui t’a amené à pousser la porte du Stade Bourillot ?


Moi j’étais à Hong-Kong avant je venais de finir mes études que j’avais terminées en ligne avec le covid. J’avais un agent basé en Angleterre qui travaillait avec un agent ici en France qui s’appelle Gaëtan Mermoz. A la fin de la saison à Hong-Kong, on m’a proposé de venir au Stade Dijonnais en me disant que l’entraîneur était très intéressé par moi. Pour moi c’était soit venir découvrir le rugby en France, chose que je n’ai jamais fait auparavant, soit rester dans mon pays à Hong-Kong pour faire du rugby à 7. J’ai voulu me lancer dans cette aventure Française avec le Stade Dijonnais.


Parle-nous un peu de ton parcours avant Dijon, tu étais à Hong-Kong, tu es passé aussi par Bath. Tu nous expliques un peu ce parcours, parce que ce n’est pas commun pour un rugbyman Français ?


Mes parents sont expatriés depuis maintenant longtemps, presque 25 ans. Je suis né en Thaïlande et après on est vite parti à Hong-Kong. J’ai vécu là-bas presque 18 ans. C’est là où j’ai commencé le rugby. J’ai fait un an de rugby à 7 en tant que professionnel après le lycée. Après ça, j’ai voulu faire des études à l’étranger. Vu que j’avais fait toute mon éducation en anglais, j’ai voulu partir en Angleterre à l’université de Bath, qui joue dans un championnat universitaire là-bas et qui est plutôt compétitif. J’ai fait deux ans là-bas. A cause du covid, j’ai dû faire ma dernière année en ligne, et le championnat a été suspendu. Du coup, c’est là que je me suis dit pourquoi pas partir à Hong-Kong où on m’a proposé de faire un an en contrat avec la Fédé là-bas. Après, je n’ai pas renouvelé mon contrat pour poursuivre l’aventure ici.

https://www.debardautomobiles.com


En clair si on suit tes propos c’est l’une des premières fois où tu vis en France !

Oui c’est ça. Je venais souvent ici pendant les vacances, notamment dans le sud vers Orange où j’ai de la famille. Sinon y vivre oui c’est la première fois.

Cette découverte de la Bourgogne, comment ça s’est passé ? Comment as-tu appréhendé ces premiers jours ?

Franchement super. Il y avait du beau temps quand je suis arrivé début juillet pour la présaison. J’ai trouvé la ville super géniale, il y a de quoi faire. En plus de ça j’étais bien entouré par des bons mecs. Je ne m’embête pas du tout, c’est une belle région.

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Tu arrives à un poste d’arrière au Stade Dijonnais qui était tenu l’année dernière par le boute-en-train du vestiaire, Axel Ducellier, et la petite idole, le petit prodige du Stade Dijonnais, Enzo Marzocca. Ça dû être un peu compliqué quand tu es arrivé? Tu devais être regardé car tu remplaçais des gars qui avaient un peu marquer les supporters !

Oui. Enzo Marzocca, le joueur d’Albi, on a joué contre eux le premier match. C’était bien de pouvoir voir qui était à mon poste auparavant. Ça m’a mis un peu de pression, mais je suis venu ici pour vraiment pouvoir me lancer sans avoir peur. Oui je me sens bien maintenant à ce poste d’arrière.

On va parler maintenant de ce championnat de Nationale que tu découvres. Tu es arrivé un peu à visu, sans point de repère. Maintenant que tu as fait sept bons matchs de Nationale. Qu’est-ce que tu en penses de ce championnat ?

Je suis arrivé avec aucun repère comme tu le dis. Ça a commencé avec les matchs de présaison qui m’ont aidé à me situer en termes de niveau. C’est surtout le match de Massy en présaison que j’ai vachement bien aimé avec un bon niveau. On avait vraiment envoyé du jeu en première mi-temps. C’est à ce moment-là après le match que je me suis dit oui je suis bien. J’ai pu bien entamer les matchs de Nationale. Pour l’instant, sur les sept premiers matchs, le coach me fait confiance, j’ai pu jouer tous les matchs en intégralité. C’est top et c’est ce que je cherchais : me pousser pour pouvoir atteindre le plus haut niveau.

https://www.eurinvest.fr/wave-park


Dans la saison il y a deux points d’orgues : la victoire à Soyaux-Angoulême qui était l’an dernier en Pro D2, et celle contre Bourgoin, un mythe du rugby Français. Par contre, depuis quelques matchs face à Massy, Aubenas, Nice, on a l’impression que Dijon a du mal à finir ses matchs. Face à Massy, vous étiez largement en tête à la 55ème minute et puis vous vous êtes faits rattrapés par les gars de l’Essonne. Qu’est-ce qui manque à cette équipe de Dijon pour faire retomber la pièce du bon côté ?

Oui c’est vrai qu’on a fait des bons matchs notamment à Angoulême où c’était l’inverse. C’est nous qui avons bien terminé le match et sommes revenus de loin. Là récemment, ça ne s’est pas passé comme on le voulait. Je pense que les choses comme ça arrive. Je veux récompenser les autres équipes qui se battent jusqu’à la fin. Pour nous, il faut juste rester concentré et de 1 à 23 apporter notre pièce à l’équipe et nous donner à fond. Si c’est le cas, j’espère que pour les prochains résultats ça finira de notre côté et qu’on remportera plus de points.

Le bloc trois va commencer ce week-end avec la réception à Bourillot de l’Union Cognac Saint Jean d’Angély. Face aux Charentais, la victoire est impérative !

Oui c’est sûr. Personnellement, je ne connais pas trop le championnat. Ce qui me plait parce que toutes les équipes que j’affronte, je n’ai aucune idée de qui est en face. Ça me libère et me permet de jouer mon jeu. Notamment contre Cognac, s’ils sont au bas du tableau pour moi c’est comme une autre équipe. Je sais que mes coéquipiers misent beaucoup sur le fait de remporter les cinq points avec ce match.

https://www.debardautomobiles.com

On sait que tu as fait pas mal de chemin. Tu l’as dit tu es un peu un globetrotter. On parle souvent de la French Touch, du management à la Française. Benjamain Noirot, comment tu nous décrirais son management à la Française ?

Ça me fait penser à Thibaud Flament qui vient d’être sélectionné en Equipe de France. Lui-aussi c’est un globetrotter comme tu l’as dit. Il a un parcours similaire au miens. Il est parti jouer longtemps en championnat universitaire Anglais. Je le connais depuis longtemps et je sens qu’il a aussi lui cette French Touch, ce French Flair qui plaît beaucoup au Stade Toulousain et au sélectionneur de l’Equipe de France. J’aimerais penser que c’est pareil avec Benjamin, qu’il voit ça en moi. Que j’ai un peu ce côté French Flair dans mon jeu. C’est à moi du lui montrer.

Et puis tu es bien tombé à Dijon. C’est une équipe très joueuse et qui aime faire de belles envolées derrière. Tu dois te régaler.


C’est sûr. Je ne savais pas à quel point c’était une équipe joueuse. Mais après avoir vu les matchs de fin de championnat l’année dernière contre notamment Massy (que j’ai regardé sur « Le #MagSport ») où ils ont vraiment envoyé du jeu jusqu’à la fin. Franchement, ils ont marqué des beaux essais. Ça m’a donné encore plus envie de m’intégrer dans l’équipe et de montrer ce que je pouvais apporter à notre jeu.

En regardant le match entre Dijon et Massy de la saison passée, tu as pu avoir un étalage du personnage qu’est Anthony Fuertes avec un rouge et une petite bouderie dans la cahute…

Oui c’est sûr. J’ai vu ce petit gabarit que je voyais se donner à fond mais ça m’a beaucoup plu de voir un joueur avec autant de passion et d’envie de gagner et aussi un peu de frustration. J’aime bien ça dans le rugby Français. Tout le monde a tellement envie de gagner. Moi aussi. J’ai envie de montrer de l’envie à mes coéquipiers.


Et puis Anthony Fuertes qui est un boute-en-train, à peine tu avais passé la porte de Bourillot, il t’avait trouvé un surnom !


Ah ben oui. Dès que je suis arrivé c’est Anthony Fuertues et Thibault Dufau, la charnière, qui ont voulu absolument me donner un surnom. Du coup autour du stade, on m’appelle le Chinois. Je pense que ça se comprend facilement pourquoi ils m’appellent comme ça.


Dernière question, on a entendu le président Verney placer l’ambition des six premières places. Vous y croyez encore ? On ne lâche rien à Dijon ?


Oui évidemment, c’est notre objectif, même si pour l’instant, pour être réaliste, on est à la douzième position. Mais je pense qu’avec deux-trois bons résultats sur les prochains matchs, on peut vite remonter le classement et être dans ce top 6. Après, on a quand même des regrets sur cinq des sept premiers matchs. On laisse des points filer surtout contre Aubenas où on gère mal la fin de match et on laisse la victoire passer, et aussi contre Tarbes où on entame mal le match ce coup-ci et où on revient fort. Mais le rugby, c’est 80 minutes, ce n’est pas juste une mi-temps. Je pense qu’on a quand même appris de bonnes leçons après les deux premiers blocs. On espère avoir de bons résultats pour essayer de se mettre en bonne position dans le top 6.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s