#Rugby – Nationale / T.Breton (Albi) : «Il faut que le Stadium soit en ébullition!»

Enfant de la cité épiscopale, Thomas Breton a tout naturellement opté de sa plus tendre jeunesse pour le sport roi dans la préfecture tarnaise : le ballon ovale. Inscrit dès ses 5 ans à l’école de rugby du Sporting Club Albigeois, ce pur produit de la formation jaune et noire lancé dans le grand bain de l’équipe première par Arnaud Méla en 2019 (face à Mauleon), prend de l’ampleur dans la hiérarchie des piliers droits avec l’arrivée de Mathieu Bonello. Le néo-manager du SCA, adepte des profils de piliers droits modernes, donne de plus en plus de temps de jeu à cet enfant du Stadium. Quelques jours avant le déplacement à Suresnes (victoire 27-34), Thomas Breton s’était présenté en conférence de presse accompagné de son coach et de Maxime Escur, l’occasion de découvrir un peu plus l’un des chouchous du public tarnais. Rencontre avec un des étendards de la relève du sporting, qui espère voir l’antre albigeoise s’embrasser à l’instar du match face à Chambéry, pour la réception de Valence Romans Drome Rugby et le reste de cette saison en Nationale.

Crédit photo Pierre Bras

La mêlée a été importante contre Chambéry, notamment en fin de match. C’est cela qui renverse un peu le match avec une entrée en matière réussie pour toi qui venait de faire son apparition à droite ?

 

TB : C’est vrai que ce n’est jamais facile de rentrer comme ça, dans un match aussi serré avec un peu de pression mais j’ai pris beaucoup, beaucoup de plaisir sur le terrain. Il est sûr que la mêlée a joué un rôle mais il n’y a pas que ça. C’est un tout et c’est surtout le match que l’on a gagné, pas que sur les 3 mêlées à la fin. 

 

Pour toi l’enfant d’Albi, la ferveur qu’il y avait au Stadium contre chambery a dû te mettre des frissons ?

 

TB : Ça fait du bien de retrouver du monde au stade. J’ai vu des matchs où il y avait beaucoup, beaucoup de monde et ça fait plaisir de retrouver les supporters et de l’ambiance. J’ai plein de gens qui m’ont appelé après les matchs et qui m’ont dit qu’ils avaient eu l’impression de retrouver l’ambiance d’Albi d’il y a longtemps donc ça fait plaisir. Et on espère que les supporters vont venir encore plus nombreux pour le prochain match parce qu’il faut que le Stadium soit en ébullition.

https://www.debardautomobiles.com

Depuis quelques saisons, tu étais aux portes de l’équipe première et tu fais aujourd’hui partie intégrante de ce groupe. Est-ce que tu peux nous parler de l’évolution que tu as eu ces dernières années ? 

 

TB : C’est vrai que cela fait trois ans que je suis au centre de formation d’Albi et que je matche un peu en première et en espoirs. J’ai eu une année compliquée l’année dernière avec des blessures et je n’y étais pas totalement mais cette année, je suis repartie sur de bonnes bases avec le nouveau staff le nouveau projet et le nouveau jeu. C’est un projet qui me correspond bien et dans lequel je me sens bien donc, pour l’instant, ça ne marche pas trop mal. 

 

On sait que Mathieu Bonello est plutôt adepte de ce qu’on appelle les piliers modernes, des piliers  » fits « . C’est quelque chose qui doit te ravir ?

 

TB : Oui mais il faut de tout dans le rugby, il en faut des fins et des moins fins. Je suis content de la confiance qu’il me donne pour l’instant depuis le début de la saison. 

 

A Suresnes, en 1ère ligne, il y avait un client : Ousmane N’Diaye qui avait fait très, très mal au Sporting Club Albigeois l’année dernière. Comment tu te prépares en amont face à ce genre de client ?

 

TB : On ne sait jamais dans la semaine qui précède un match contre qui on va tomber mais peu importe le pilier, j’aborde le match de la même façon. Que ce soit lui ou un autre, ce n’est pas un problème, il faut rester concentrer sur soi.

https://www.roux-carrosserie.fr

Inconsciemment, en tant qu’ancien talonneur, est-ce que Mathieu Bonello n’a pas tendance à être un peu plus exigeant avec les premières lignes ?

 

TB : C’est vrai que l’on fait un gros, gros travail sur la mêlée. Moi, personnellement, je n’ai jamais connu ça aussi poussé, aussi précis et avec autant d’exigences mais c’est bien. Ça nous fait progresser et c’est comme ça que l’on va arriver à faire quelque chose, c’est avec de l’exigence. C’est ça le rugby de haut-niveau sinon, ça n’est pas la peine.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

https://www.debardautomobiles.com
https://www.eurinvest.fr/wave-park
https://www.eurinvest.fr/wave-park
http://les-freres-lecointre.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s