#Rugby – Nationale / B.Trey (Blagnac) : «Même si on figure dans le Top 6, on reste humble!»

Nous sommes allés faire un tour en Haute-Garonne, du côté du stade Ernest Argelès, chez les Caouecs du Blagnac Rugby et de Benoit Trey leur président. Les Blagnacais qui a l’aube de la 7eme journée de Nationale occupent une place dans le top 6, n’en oublie pas d’où il viennent et les difficultés sportives rencontrées la saison passée en début de championnat. Alors que les hommes de Benoit Trey se déplacent ce samedi, chez un des rouleaux compresseur de la division et ex pensionnaires de Pro D2 (à Valence Romans Drome Rugby), rencontre avec l’ovni pluriactif qui vient secouer les écuries quasi professionnelles (voire totalement) jalonnant le 3eme échelon du rugby français.

 

Benoit Trey président Blagnac Rugby (Nationale) / Crédit photo Blagnac Rugby

 

C’est une seconde saison au sein du 3e échelon du rugby français, un échelon quasi pro où le Blagnac Rugby et sa pluriactivité arrivent à tirer leur épingle du jeu puisque, pour l’instant, vous êtes dans les 6 premiers aux places de qualifiables ? 

 

Je dirai que, contrairement à l’année dernière, on fait un bon début de saison. En tous cas, on l’a abordé et attaqué comme il le fallait en marquant des points rapidement et tout de suite en gagnant à Massy et Nice à domicile. Donc oui, on a fait un bon début de saison mais cette division de Nationale nous impose l’humilité et on va dire que pour l’instant, on est content de ce début de saison mais que, même si on figure dans le Top 6, on reste humble dans ce championnat puisque tout peut arriver et tout peut basculer. Mais en tous cas, on est fier de ce que font les joueurs, je suis très, très heureux de ce que font les joueurs et le staff puisque, comme on dit, la mayonnaise a pris.

 

Être dans les 6 premières places quasiment au quart du championnat est quand même quelque chose, non pas d’inespéré, mais qui vient concrétiser tout le travail qui a été fait depuis un an. On se souvient que, comme tu le disais, le démarrage avait été plus compliqué l’année dernière, qu’est-ce qui a changé entre ces deux saisons ? 

 

On va dire qu’on a fait un meilleur recrutement ou, en tous cas, un recrutement plus ciblé et meilleur. Les joueurs qui nous ont rejoint ont vraiment amené une plus-value dans le groupe, des joueurs expérimentés. On a aussi des joueurs issus de la formation blagnacaise qui ont éclos et on a une dizaine de joueurs espoirs, champions de France en titre, qui ont rejoint le groupe élargi. On a également cette maturité des 25 autres joueurs qui sont depuis très longtemps dans le groupe qui ont accueilli les 15 recrues et les 10 montants de façon homogène et bonne puisqu’on a une belle alchimie dans ce groupe entre les nouveaux joueurs, les jeunes montants et les joueurs historiques et anciens qui ont fait en sorte que cette équipe tourne, brille et vive bien ensemble. C’est surtout ça le mot d’ordre, le groupe vit bien, le travail des entraîneurs paye aussi donc, pour répondre plus précisément à ta question, je dirai qu’on a également retenu les leçons. On a démarré la saison et les entraînements plus tôt, début Juillet, au lieu du 1er Août l’année d’avant. Même si évidemment, on a nos joueurs pluriactifs puisque 90% de l’effectif a une activité extra-sportive, on a créé de nouveaux créneaux d’entraînement comme le mercredi matin. Donc, on va dire qu’on s’est adapté à cette exigence de la division et que, pour l’instant, au niveau de nos prévisions, notre travail préparatoire porte ses fruits. Il y a aussi la transition qui était délicate, le fameux virage avec le changement de la direction sportive et le fait que Christophe Deylaud ait arrêté la collaboration à Blagnac. J’ai forcément maintenu la confiance aux deux coachs, Romain et Éric, et je pense que là, pour le coup, les dirigeants et moi sommes heureux et fiers de voir ce duo d’entraîneurs mener de main de maître ce beau groupe. 

https://debardautomobiles.com

Tu nous parlais d’avoir étoffé l’effectif. Est-ce que cela a engendré une hausse du budget et de la masse salariale du Blagnac Rugby pour se pérenniser en Nationale lors de cette seconde saison ? 

 

Oui, forcément, puisque nous étions sur un budget un peu tronqué avec l’arrêt des compétitions, le nouveau départ sur un huis-clos donc c’était un budget qui n’était pas significatif ou en tous cas, représentatif de la saison charnière ou tronquée que l’on a eue dans cette Nationale l’an dernier. Donc oui, bien sûr que l’on a revu et retravaillé le budget prévisionnel car bien entendu, nous sommes sur des prévisions comme tout le monde et il faut quand même se mettre à la hauteur de l’enjeu. Nous avons augmenté le budget de fonctionnement lié à l’exigence de cette Nationale et aux 6 matchs supplémentaires contrairement à l’an dernier. On a une projection budgétaire à la hausse mais ce qui est logique et je pense que c’est le cas de tous les clubs de Nationale. 

 

6 matchs supplémentaires et plus si affinités si vous restez dans les 6 premières places ? 

 

Je crois que c’est à ton micro que j’avais dit qu’il faudrait compter avec Blagnac et que Blagnac serait là pour faire des coups. On va jouer nos atouts, on ne sera peut-être pas attendu mais on sera là et donc, le fait que l’on gagne des rencontres à l’extérieur et que l’on garde cette invincibilité à domicile nous positionne en effet dans les 6 premiers. Mais, encore une fois, même si certains de mes confrères s’y amusent ou s’y tentent, mon objectif est de rester cette année dans cette Nationale avec tous les défis qui nous attendent, à la fois budgétaires avec le nouveau départ de l’économie, le retour des partenaires dans les stades et dans nos budgets. Je ne voudrais pas m’hasarder à une projection trop haute, je répète encore une fois dans cette Nationale cette année car on considère que c’est un magnifique championnat qui est vraiment préparatoire et qui est une belle vitrine de nos clubs. Au vu de la saison dernière charnière, moi, je considère que l’objectif de Blagnac est d’y rester et, à la Guy Roux, de jouer le maintien. Ce n’est pas parce-que là, nous sommes dans les 6 premiers qu’on va viser ces places à la fin de la saison. Après, l’appétit vient en mangeant. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Tu évoquais tes confrères et certains de leurs propos. On a entendu de leur part qu’avec la création de la Nationale 2 l’année prochaine, c’est moins catastrophique de descendre de Nationale qui si ça avait été directement en Fédérale 1 où il y a un grand brassage entre l’amateurisme pur, la pluriactivité et le monde pro ? 

 

Oui, bien sûr. Les fossés qui nous séparaient jusqu’à maintenant vont être estompés ou, en tous cas, ils seront moins larges donc l’écart de niveaux et la difficulté pour remonter dans une autre division supérieure s’amoindrit et il faut s’en féliciter. Je faisais partie de ceux qui étaient favorables au resserrement des divisions du rugby français, je dirai que l’on a éclairci la vision de cette division pour le grand public. Il fallait resserrer les niveaux et limiter le nombre d’équipes pour qu’en effet, il n’y ait pas ces chutes vertigineuses que pouvaient vivre certains clubs en descendant d’une division. Une montée et une descente, c’est la vie d’un club, il ne faut pas que ce soit une sanction ou une peine de mort. 

 

On va maintenant parler du futur match du Blagnac Rugby, un déplacement à VRDR, l’une des plus belles si ce n’est la plus belle équipe de Nationale. Là encore, un menu de choix ?

 

C’est ce qui se fait de mieux dans cette Nationale donc bien sûr qu’on le prend au sérieux et à la hauteur de ce bastion et de ce magnifique club. On est très, très fier d’aller les défier chez eux, on a un groupe qui y va pour faire quelque chose. On peut être les trouble-fête partout, c’est un championnat avec beaucoup de surprises tous les week-ends. Je crois qu’Éric Escribano, notre entraîneur, l’a dit à votre micro, on joue le jeu à fond, on ne fait pas d’impasse. Évidemment que sur des blocs aussi longs que celui que l’on vient de vivre, il faille tourner un petit peu mais en tous cas, nous, on y va avec l’objectif de s’aguerrir, d’emmagasiner à nouveau de l’expérience, de se régaler et de ramener à nouveau quelque chose. 

https://www.eurinvest.fr/wave-park

Prendre VRDR en fin de bloc est quand même un moins bon tirage pour vous car, comme tu le disais, en fin de bloc, vous êtes un peu sur un chemin de crête physique ?

 

Oui, nos joueurs ont de grosses journées et de grosses semaines. Lorsqu’on fait autant de déplacements, et notamment le dernier avant le week-end de repos, il entame un petit peu le physique de nos joueurs mais de toute façon, il faut prendre les matchs quand ils se présentent et l’un après l’autre. Il n’y a pas de bon ou de mauvais tirage, on nous a dit  » aïe, allez à Massy d’entrée et recevoir Nice juste après, ce n’est pas le bon tirage  » mais finalement, on a fait le bon coup parce-que c’est peut-être à ce moment-là qu’il fallait gagner. Contre ces équipes bien rodées, ça aurait été plus difficile d’aller jouer chez eux donc, il n’y a pas de bon tirage, on prend les matchs comme ils se présentent et Valence-Romans, c’est la grosse équipe mais on y va avec nos armes et on va essayer de tout donner. 

 

Un mot sur le match du week-end dernier face à Suresnes à Ernest Argelès, à la piaule ? 

 

Suresnes était un peu le match de tous les dangers, celui que l’on avait perdu chez nous l’an dernier. C’est une belle équipe, joueuse, à notre image, qui joue autant que nous et comme nous. On était 6e, ils étaient 7es, c’était vraiment le match piège par excellence mais on l’a maîtrisé de bout en bout. Je suis très admiratif de notre équipe, de tout ce que l’on a proposé tactiquement et techniquement. C’était propre, on a réussi tout ce qu’on a tenté, les changements ont été bien menés et faits quand il fallait, on l’a vraiment maîtrisé de bout en bout. Pour la première fois de la saison, face à une équipe qui nous ressemble, on a eu beaucoup de sérénité, ce n’était pas un match à stress mais une rencontre où je sentais notre équipe forte sur tous les fondamentaux. 

https://www.roux-carrosserie.fr

Tu nous exprimais ta joie de voir le resserrement sportif entre les divisions avec la création de cette Nationale qui, pour l’instant, est une franche réussite sportive. Par contre, où en est-on de son modèle économique ? 

 

Pour l’instant, on avance doucement, on n’y voit pas encore grand-chose, il y a toujours un peu de brouillard sur un modèle économique et sur un statut semi-pro en tant que tel et sur un accompagnement fédéral plus global avec les retombées économiques directes d’annonceurs ou de télé. On est sur la 2e année et je pense que beaucoup de partenaires attendaient de voir ce que ça pouvait donner sur une saison normale donc, pour le moment, on n’y voit pas trop clair mais on espère que le brouillard va se disperser, que le soleil va arriver et que cette division aura vraiment rapidement un écosystème durable. On sait qu’elle va continuer, l’objectif est que ce soit terrain et que les télés s’intéressent à ce niveau national. On n’a pas encore cette vision-là ni cette possibilité, il faut s’adapter et attendre, il faut être patient, le mot d’ordre, c’est patience. C’est pour cela que l’on veut absolument y rester car on sait qu’à un moment donné, au-delà des clubs et de la Fédé, il y aura forcément des annonceurs qui s’intéresseront à cette division qui montre tout son atout et son intérêt de par les équipes et les clubs qui y participent de renommée historique nationale, de par le jeu qui est produit et de par l’attrait qu’elle génère auprès des supporters et des partenaires.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

https://www.debardautomobiles.com
https://www.aristow.com/fr/
http://les-freres-lecointre.fr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s