#Rugby – Nationale / B.Noirot (Dijon) : «Massy est pour le moment avec VRDR, l’une des plus belles équipes de cette poule!»

Le manager du Stade Dijonnais, Benjamin Noirot nous a accordé un entretien à quelques heures défier Massy pour le compte de 6eme journée de Nationale. Rencontre avec un coach, qui a l’aube de la réception d’une des plus belles équipes du championnat, se projette sur le chemin restant à parcourir pour les bourguignons, mais aussi sur les forces en présences de cette division .

Benjamin, on va dire que le championnat de Nationale est en train de se décanter peu à peu et on voit que le Stade Dijonnais arrive à tirer son épingle du jeu avec des résultats assez équilibrés. Une victoire à domicile, une défaite à domicile, une victoire à l’extérieur, une défaite à l’extérieur et un match nul. C’est vraiment des résultats très équilibrés ?


Oui c’est vrai que nous avons perdu ce premier match sur ce premier bloc. En tout cas nous avons très vite réagis. Il y a un état d’esprit, des joueurs investis qui connaissent le niveau de cette poule Nationale et qui étaient en difficulté l’an dernier et qui savent quels ingrédients mettre pour exister dans cette poule et pour arriver à nos objectifs.


Avec un Stade Dijonnais qui comme il vient de Bourgogne, s’exporte bien cette année puisqu’on vous a vu aller gagner à Soyaux-Angoulême, ce n’est pas tout le monde qui ira y gagner, et aller arracher un nul à Aubenas avec le retour du public. Là aussi, ce n’était pas une mince affaire cette histoire …


Oui, même à Tarbes, nous aurions pu revenir avec un point qui nous échappe au dernier moment. C’est ce que je rappelle aux joueurs. Il faut être compétitif. Le championnat est long mais, il y aura des surprises toutes les semaines mais prendre des points partout. Dans l’état d’esprit, on veut prendre des points partout et montrer de belles valeurs partout et surtout à la maison. C’est comme ça qu’on va se déplacer et qu’on recevra les équipes à la maison.


Ce samedi arrive une belle équipe de Massy qui est dans le trio de tête. L’année dernière, ce Dijon-Massy avait été, je pense, le match le plus abouti en termes de jeu du côté du Stade Dijonnais. Vous aviez même annihilé en partie les ambitions de Massy d’aller en demi-finale. Ça va être une véritable revanche là ?


Oui je vais dire que le match l’an dernier est oublié. Il y a un nouveau manager, de nouveaux joueurs. C’est une équipe qu’on a joué en amical. Sur ce début de championnat, même s’ils ont été en difficulté sur leur premier match à la maison, c’est une équipe complète avec de la vitesse et des joueurs de potentiel avec des qualités individuelles. Une équipe qui se déplace très bien et qui est complète. Nous avons bien travaillé cette semaine. Nous sommes impatients de recevoir cette équipe de Massy qui est pour le moment avec Valence Roman, l’une des plus belles équipes de cette poule. Ça sera un vrai challenge et un vrai défi pour nous.


Un des points noirs du Stade Dijonnais dans ce début de saison, c’est l’infirmerie. C’est un véritable casse-tête pour toi ?


Du coup moins de casse-tête parce qu’il y a moins de monde (rires). Non oui il y a beaucoup de blessés, j’imagine aussi dans les autres clubs. On est à post-covid donc on savait que ça allait arriver. Par rapport au recrutement, certains joueurs qui ont joué en Nationale, d’autres qui étaient en Fédérale 1 donc qui n’ont pas joué, reprendre un rythme, un état de forme, une charge de travail. En tout cas, on fait avec et il y a des bons jeunes au clubs donc ça leur permet de s’exprimer.


On sait que l’ADN du Stade Dijonnais c’est d’envoyer du jeu. Un peu « la balle à l’aile, la vie est belle », souvent quand arrive l’hiver à Dijon on se gratte la tête parce que c’est moins propice à envoyer du jeu. Mais on a vu des prémices face à Bourgoin, dans un match qui était quasiment dans une météo hivernale. On a vu que vous avez su tirer votre épingle du jeu. C’est un bon signe c’est positif quand même.


Dans le recrutement et dans l’identité qu’on veut proposer c’est qu’on veut être une équipe complète. On veut bien sûr déplacer le ballon mais en gommant toutes les imperfections de l’an dernier. C’est pour ça qu’il y a un certain recrutement. Aujourd’hui, bien sûr que devant nous sommes plus conquérant, que ce soit sur la mêlée ou sur la touche. Bien sûr que ça nous aide à gagner des matchs, à aller faire des matchs nuls. Les matchs sont plus, je ne dirais pas plus facile, mais plus maîtrisés.


Quel est l’objectif que vous vous êtes fixés pour ce bloc ? A quel résultat comptable tu seras un manager ravi ?


On ne se projette pas comme ça. Moi je le fais de mon côté mais il faut à tout prix gagner contre Massy. Tout d’abord pour notre public et pour nous, puis pour continuer à travailler dans la joie, la bonne humeur et la sérénité. C’est primordial pour continuer dans ce championnat et bien terminer ce bloc. Bien recevoir Massy et après on verra si on fait tourner un peu à Nice. Toujours pareil, pour gagner à Nice, pour jouer et ramener des points. C’est tout ce qu’on veut.


Pour rester dans le registre comptable, on sait qu’il y a deux écoles de coachs. Il y a ceux qui jusqu’à mi-saison regardent plutôt le classement Britannique et ceux qui se fient plutôt au classement général. Tu es de quelle école toi Benjamin ?


Moi je ne regarde pas de classement (rires).


C’est pas Guy Roux qui disait ça ?


Si (rires) . Pour le moment je ne regarde pas. Si je le regarde, mais voilà je regarde l’état d’esprit des joueurs, je regarde comment on travaille, je regarde comment on a joué, comment on a joué, comment on a perdu. Le but est de faire évoluer cette équipe. Les résultats seront les conséquences de ce travail et ce qui nous permettra d’être bien classés ou pas.


Un regard général sur les adversaires du Stade Dijonnais, entre-autre Massy, l’adversaire de ce week-end, mais aussi tous les adversaires. Ce championnat réserve une surprise par week-end, voir plusieurs même.


Oui, franchement c’est une superbe poule. Cette année, nous allons pouvoir la jouer totalement. On voit que tout le monde est compétitif et que tout le monde se déplace bien. Il y a des surprises. Il y a des équipes qui étaient en difficulté l’an dernier qui ont changé de manager. Tout le monde a recruté et tout le monde s’est équipé. Ça donne un championnat intéressant en tout cas. On sait qu’il faudra se battre jusqu’au bout pour pouvoir exister.


Toi qui es un passionné de peinture, tu la verrais comment la Nationale ? Version nature morte ? Abstraite ? New Age ?


Là, tu me poses une belle question. Ça prend de la réflexion. Il y a un peu de tout. Il y a un peu d’ancien, de nouveau de moderne. Il y a un peu de tout dans cette Nationale que ce soit avec les joueurs, que ce soit avec l’identité des équipes, comment elles jouent avec des jeux peut-être chez certains plus joueurs. D’autres qui s’appuie sur une conquête, une défense. Il y a un peu de tout, c’est intéressant. Il y en a pour tout le monde du coup.


Dernière question, un de tes crédos de ton passage à Dijon c’est qu’une fois que tu laisseras le bâton de maréchal, il y ait une vraie identité Bourguignonne. Ça avance cette histoire ?


Oui. On va voir sur le temps avec tout le monde, l’avenir, ce que l’on peut faire de mieux pour aller d’ici deux-trois ans sur une Pro D2.


Une Pro D2, mais avec des Bourguignons !


Voilà (rires). Il y en a déjà, mais une deuxième équipe du coup.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s