#Rugby – Nationale / M.Bonello (Albi) : «On n’a pas été bon du tout, mais on a gagné!»

Dans un match où le Sporting Club Albigeois à rendu une pâle copie d’ensemble, le manager du club de la cité épiscopale se réjouissait par contre, du supplément d’âme et du pragmatisme de ses joueurs, leur permettant de construire une victoire au courage. Lors de cette réception du RC Massy, dans un stade Mazicou enfiévré de 2000 aficionados jaunes et noirs, les tarnais ont su nourrir leur second succès de la saison, en capitalisant tant sur les erreurs des Massicois que sur une solidarité a tout épreuve. Mais dimanche, à l’issu de cette seconde journée de nationale pleine de surprises , le staff albigeois se satisfaisait amplement de ce succès (13-10), face à une équipe du RCME accrocheuse. Mathieu Bonello dont les débuts au SCA sont réussis (2 succès en 2 matchs et une 3eme place au classement général) , va donc pouvoir faire tourner son effectif face au Stade Niçois lors de la prochaine journée et se projeter avec sérénité sur l’avenir.

Une analyse à chaud de ce match ?

On n’a pas fait un grand match mais je suis un entraîneur qui se satisfait de prendre 4 points. Parfois, tu peux jouer bien et perdre et ça n’amène rien mais là, on n’a pas été très bon, je vais même dire qu’on n’a pas été bon du tout mais on a gagné. C’est bien pour l’esprit, pour la construction du groupe, on avait à cœur de valider le résultat de Dijon et ça n’a pas été facile car je pense qu’on n’a pas dominé sur grand-chose comme secteur aujourd’hui. Donc, j’ai espoir de jours meilleurs mais en tous cas, je suis très content et très fier d’avoir pris 4 points.

 

Une victoire au courage à l’état d’esprit ?

 

C’est l’esprit qui te fait gagner des matchs, quand tu n’es pas bon, tu te rejoins sur l’esprit. Cette première mi-temps m’a énervée parce-que oui, il fait chaud, mais il faisait chaud pour tout le monde et moi, je veux juste qu’on rende les gens heureux et fiers. On a le droit de ne pas être bon mais quand les mecs s’envoient en 2e mi-temps et qu’ils se rattrapent, c’est ça le rugby et c’est sur ça que l’on travaille. C’est vrai que cette victoire valide cette énergie que je leur demande et cette solidarité mais, de toute façon, c’est toujours la victoire qui te fait valider. 

 

Un public en feu, ça a quand même un apport supplémentaire pour les moments qui ont été très, très durs, surtout en fin de match ? 

 

Bien sûr, il faut que le public pousse et qu’on les transcende mais c’est aussi à nous de leur donner quelque chose, il ne faut pas qu’on attende que d’eux. Nous, il faut qu’on leur donne car, quand tu es généreux, le public va te donner. Je ne veux pas faire le vieux mais j’ai connu Albi avec un public où, quand tu y allais, tu avais peur d’y aller. Forcément, c’est la Nationale et ça fait moins rêver donc les mecs viennent moins mais putain, quand ils sont là, qu’ils poussent l’équipe, ils vont aider les mecs. Moi, je compte sur eux, sans eux, on n’y arrivera pas, c’est sûr donc, il faut bâtir cette unité ensemble, dans le club, les supporters et les autres. Il faut qu’on y arrive mais les joueurs doivent d’abord donner et mouiller un maillot car, quand tu donnes le maillot, les gens te le rendent. 

Quels sont les axes d’amélioration ? Dans quels secteurs ? Il y a encore beaucoup de taf ?

 

Je craignais ce match pour beaucoup de raisons, déjà parce qu’ils me connaissent par cœur en touche. Je savais qu’on allait avoir une partie compliquée dans ce secteur, on n’a pas su se sortir du fait qu’ils connaissent toutes mes annonces. Ça a été compliqué mais dans plein de secteurs, on a été maladroits, on n’a pas été construit, on est sorti de la ligne de défense. J’ai l’impression qu’on a tout fait en même temps, c’est à dire un coup l’un puis un coup l’autre et ça, ça fait chier parce-que sur quel domaine peut-on s’appuyer ? En gros, la mêlée mais encore trop peu. Et puis, il faut remettre le contexte avec une équipe de Massy qui, contre toute attente, avait perdu d’un point le week-end dernier et avait à cœur de se racheter à Albi, chez son ancien coach qui l’a entraîné pendant deux ans. Je savais que ce match, s’il y avait bien un match où ils y seraient, ce serait celui-là donc il faut leur rendre honneur et en tous cas, ils ont été égal à eux-mêmes. Je trouve que c’est une grande équipe, je vous avais dit avant le match que ça allait être un gros combat et que ça allait être très dur et c’était vrai. Donc, je les félicite pour la performance qu’ils ont faite, je sais qu’ils iront loin et qu’ils feront chier beaucoup d’équipes. C’est une vraie performance d’avoir gagné cette équipe de Massy aujourd’hui.

 

Face à Nice, une équipe qui compte deux défaites, il va falloir augmenter le curseur d’exigence car vous allez être attendus au coin du bois ?

 

On a fait le job, on a fait deux matchs, on en a gagné deux, c’est que du bonus. C’est une grosse équipe, on va y aller tranquillement, reposer les corps toute cette semaine. Notre ambition est de regarder plus loin que Nice, le bloc est déjà validé et il faut y aller maintenant avec beaucoup de simplicité. On essaiera de faire un bon match de rugby mais il n’y a pas de pression sur cette rencontre, vraiment pas.

 

L’indiscipline mal récurrent du SCA. Encore deux cartons jaunes, comment compte tu régler cette lacune?

 

C’est trop et c’est trop facile, on fait des fautes trop faciles, on ne peut pas dire que c’est la chaleur car il faisait chaud pour les deux équipes. C’est le gros point noir qu’il va falloir travailler, il faudra être exigeant et si on veut gagner d’autres matchs, ça ne se fera pas comme ça, l’énergie et la solidarité de fin de match ne suffiront pas. Je ne nous ai pas trouvés tueurs sur ce match : on a deux pénaltouches, on les domine sur la 1ère vraiment énorme et sur la 2e, tu dois aller au fond parce-que tu es convaincu. J’ai trouvé qu’on avait tout fait moyennement, il y a le contexte avec un premier match à la piaule chez toi et le changement de stade. Tu vois les résultats de la journée d’avant où tous les mecs tombent à la maison et même si nous, on n’a pas mis le résultat en premier dans les briefings, les gens voient que c’est le premier match. Ça, ça a pesé, j’ai trouvé les joueurs pas relâchés, pas comme je les avais vus à Dijon où on avait mis quelque chose. Là, on a subi et on a laissé passer la foudre. 

 

Il manquait peut-être la notion de plaisir aujourd’hui ? 

 

Oui mais ils l’ont trouvé puisqu’à la fin, ils m’ont dit  » on s’est envoyé tous ensemble et on a pris du plaisir « . Je leur dis tout le temps  » si tu joues ce sport, même en étant professionnel, c’est pour être heureux, prendre du plaisir et ne pas que réciter « . Et c’est vrai qu’aujourd’hui, il y en a quand même eu moins. 

La solidarité,le combat avant les grandes envolées , est-ce cela la patte Mathieu Bonello?

 

Je ne sais pas, je pense que c’est la victoire de tout un club. L’esprit que l’on veut essayer de faire avec Alex, c’est que nous nous sommes construits dans ce rugby-là qui était parfois en manque de mouvements mais par contre dans la solidarité. Tous les deux, on a été élevé dans la même marmite et c’est vrai que je veux donner ça aux joueurs, je veux qu’ils apprennent à être comme ça parce-que ça t’amène toujours quelque chose et c’est vrai qu’aujourd’hui, je suis fier de ce qu’ils ont pu donner. Je sais que ça a été dur donc je ne vais pas les accabler sur le rugby qui n’a pas été très bon, on va construire sur l’esprit et on y mettra le rugby. Le jour où on arrivera à faire les deux, peut-être qu’on arrivera à faire de meilleurs matchs mais je suis fier de l’esprit des mecs chez nous ce soir. 

 

Dijon qui va gagner à Soyaux-Angoulême, Tarbes qui a gagné à Bourgoin, ce championnat est vraiment surprenant. C’est un ruck géant ? 

Oui, je suis sûr que ça va être dur partout, tout le temps, surtout au début, tous les mecs ont leur effectif, le public revient dans les stades. Je pense que ça montre que ce sont les équipes qui vont être solidaires qui vont s’en sortir, encore plus que le beau jeu. Ce championnat est particulier, on a fait une partie du job sur ce premier bloc, ça confirme Dijon et maintenant, on va essayer de basculer et de continuer à construire. Je veux dire aussi un grand merci aux supporters et au public, merci de venir. Et je leur demande que, cette année, on est au moins une aventure humaine exceptionnelle tous ensemble, vous en faites partie vous-aussi, et qu’on arrive à construire quelque chose pour que, quand on aille au stade, on soit content d’y aller et non pas qu’on y soit obligé parce qu’on a des métiers qui nous rapprochent du stade. Je veux que les gens soient heureux de passer du temps avec nous et nous, contents aussi de passer du temps avec eux.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s