#Football – D2F / Morin (Vendenheim) « J’ai les crocs »

A quelques jours de la reprise de la D2 Féminine, faisons à un tour des principaux acteurs de ce championnat : l’AMTF, Rodez, Brest, Montauban, Strasbourg, Orléans, Metz, Nimes ou encore Thonon. Vous retrouverez les objectifs pour cette saison 2021-2022, la préparation estivale, la reprise.

Après être allé à la rencontre du Stade Brestois, du FC Metz, du RAF, du RC Strasbourg ou de Montauban, on termine par l’Alsace avec le FC Vendenheim et l’une de ses recrues : Suzy Morin. Nous revenons avec elle sur sa préparation estivale, les objectifs collectifs et personnels et l’approche du premier match de championnat. Rencontre.

Suzy, avant toutes choses, nous voulions te remercier d’avoir répondu à notre sollicitation. Pour ceux qui ne te connaissent pas, tu as un parcours bien spécifique puisque tu as rencontré pas mal de difficultés au cours des dernières saisons. Formée à Guingamp, passée par Rodez et Nantes puis aujourd’hui à Vendenheim en D2. Est-ce que tu peux nous raconter ton parcours ?
J’ai 24ans, je suis formée à l’En Avant de Guingamp où je suis restée 6 ans puis je suis partie à Rodez pour 2 ans, ensuite je suis allée au FC Nantes pour 1 saison et me voilà aujourd’hui au FC Vendenheim.

Lors de ta dernière saison à Guingamp, tu avais gagné ta place en tant que titulaire en D1. Aujourd’hui on te retrouve à Vendenheim en D2. Qu’est ce qui t’a convaincu dans le projet fédinois ?
Je suis venue au FCV car tout d’abord le club m’a fait confiance après mes saisons blanches où j’ai enchaîné des blessures et des petits problèmes de santé. En venant au FCV je savais que l’ambiance allait être familiale, quoi de mieux pour retrouver les terrains ! Et puis ça fait plaisir d’être dans un club 100% féminin et ne pas passer après les garçons !! 

Justement, parles nous de ce club du FC Vendenheim, un des clubs historiques du football féminin français, qui est resté de nombreuses saisons en D1. Parles nous des spécificités de ce club. Qu’est ce que tu as découvert ?
Le FCV est un club emblématique de la D1, il a perduré de nombreuses années dans l’élite ! C’est un club avec de grandes valeurs et des personnes qui ont l’amour du football ! J’ai découvert quelques spécialités culinaire, je peux même dire que l’on mange très bien en Alsace ! 

Vendenheim à l’image de clubs comme Yzeure, La Roche ou Saint-Maur ont un glorieux passé mais avec l’arrivée des structures féminines adossées à des clubs professionnels, il est de plus en plus difficile de tirer son épingle du jeu. Pour toi, quels seront les éléments fondamentaux que doivent utiliser les « petits » tant sur le plan structurel que sportif ?
C’est sûr que les clubs non professionnels attirent un peu moins que les clubs professionnels mais on y retrouve pas cette ambiance familiale ou le lien que l’on peut avoir avec les membres du club. Ici à Vendenheim, on a une structure rien que pour nous, on a notre terrain, notre vestiaire, notre club house ect… C’est l’avantage d’être un club 100% féminin !

La saison dernière avait bien mal débuté pour le club avec six défaites en six matchs mais des scores accrochés contre Brest, Lens ou Strasbourg. Quels enseignements ont été tirés par le groupe pour ne pas reproduire la même entame ?
La saison dernière c’est du passé, il faut en tirer des enseignements et remettre les compteurs à zéro. Les défaites ou les victoires peuvent se jouer sur des détails ! Il va falloir être concentrée, appliquée et déterminée sur chaque ballon !!

Il y a eu pas mal de mouvements dans l’effectif avec les départs de l’emblématique capitaine Freckhaus ou d’éléments importants comme Fischer, Hoeltzel ou Huet. Des départs compensés par les arrivées de Mairot, Malard ou encore ta propre arrivée. Jusqu’où va pouvoir aller le FCV cette saison ?
Le FCV ira bien sure le plus loin possible !! Pour l’instant, la première étape est d’acquérir le maintien le plus rapidement possible ! Chaque fille de l’effectif est importante pour le groupe. C’est ensemble que l’on ira chercher le maintien ! Chacune à ses qualités maintenant il faut y mettre les bons ingrédients. 

On a vu des résultats en dents de scie lors de la prépa, des défaites face à Strasbourg, Sand, des victoires contre Riegelsberg ou les U15 de Schiltigheim. Qu’est ce que vous retenez de cette période de préparation ?
Les matchs de préparations sont toujours des matchs un peu particulier, on a pu jouer des équipes avec des profils totalement différents, ça nous a permis de tester de nouvelles choses et aussi de retrouver du rythme et des repères après quasiment un an sans compétition.

De ton côté, tu reviens après des saisons compliquées mais tu t’accroches et tu vas prouver que tu as encore ta place pour jouer au niveau national. Quels seront tes objectifs cette saison ?
Après ces saisons blanches, je veux retrouver les terrains le plus vite possible, pouvoir retrouver du temps de jeu et pouvoir aider l’équipe au maximum ! A moi d’être prête le plus rapidement et d’être présente quand le coach fera appel à moi mais j’ai les CROCS !! 

Vous démarrez la saison Dimanche avec la réception du Havre, tout juste relégué de D1 et candidat à la montée. Pour une entame, vous allez recevoir un des adversaires les plus difficiles. Bonne ou mauvaise pioche ?
Il n’y a pas de bonne ou mauvaise pioche, un match reste un match !! A nous de faire le travail !

Propos recueillis par Romain Brunot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s