#Football – D2F / G.Ballagué (Albi-Marssac TFA) : «Plaisir, ambition et travail.»

Le coach principal d’Albi Marssac Tarn Foot ASPTT (anciennement ASPTT FA), Guillaume Balagué nous avait présenté les objectifs de la préparation estivale de l’équipe pensionnaires de D2 Féminine, lors de l’émission «Le #Magsport – Studios H2G». Retour sur une interview qui a posé les jalons de la 4eme saison consécutive des tarnaises dans l’antichambre de l’élite du foot féminin français.

Guillaume Balagué Coach Albi Marssac Tarn Foot ASPTT / Crédit photo Le #MagSport – Studios H2G.

J’imagine que cette fusion va donner un peu plus d’éclat au club que tu portes depuis maintenant plusieurs saisons ?

 

C’est la 2e saison pour moi avec une première forcément particulière puisque nous n’avons fait que 6 matchs. La fusion va forcément amener quelque chose de supplémentaire, c’est évident, avec une équipe garçons à un niveau supérieur que celui qu’il y avait à l’ASPTT. On sent qu’il y a aussi un petit peu une nouvelle dynamique avec un renouvellement de certaines actions au niveau du bureau et ainsi de suite qui seront évidemment bénéfiques pour tout le monde, les garçons comme les filles, les jeunes garçons ou filles également. Il est certain que cette fusion va amener du positif. 

 

Avec, en plus, un petit recentrage entre le foot féminin et le foot masculin. A l’époque, l’ASPTT penchait très grandement vers les filles et Marssac, très grandement vers les garçons. Là, les deux clubs vont vraiment pouvoir développer ces deux pôles en synergie ? 

 

Oui, tout à fait. Je ne connais pas vraiment les objectifs précis de la R1 garçons, je pense que le niveau Nationale d’ici quelques années serait une très bonne idée et je crois que ce serait envisageable. De rééquilibrer les deux pôles, c’est une bonne chose même si nous étions bien là-haut avec les filles (rires). Je connais très bien le niveau garçons, j’ai déjà entraîné Revel et d’autres et il est quand même intéressant de rééquilibrer un petit peu tout ça. 

 

L’inconvénient pour le côté D2 féminine, c’est que, maintenant, tous les autres clubs de France et de Navarre ont vu que vous aviez fusionné avec un autre club et que vous aviez pris un peu d’épaisseur. Vous avez peut-être une pancarte un peu plus lourde que l’année dernière ? 

 

Pas forcément. Sans leur manquer de respect, Marssac n’a pas une grosse étiquette au niveau national, pas encore. En tous cas, je ne suis pas sûr que l’on fasse plus peur parce-que nous avons fusionné avec Marssac que si nous n’avions pas fusionné, je ne le pense pas. 

 

On va maintenant revenir sur ce championnat de D2F. Les poules sont connues, c’est la même que l’an dernier à l’exception de Saint-Etienne qui est monté en D1F et les calendriers sont également connus. Quel est ton sentiment sur cette saison 2 à l’AMTFA ? 

 

C’est une saison bis, on repart quasiment sur les mêmes données. Saint-Etienne est monté et je ne vais pas m’en plaindre, elles avaient quand même une très, très grosse équipe et elles le méritent. Ça fait quelques années qu’elles sont très proches du but donc, tant mieux pour elles. On pensait qu’il y aurait une 12e équipe qui complèterait la poule mais ce n’est pas le cas pour l’instant, je pense que ça ne le sera pas non plus. Par rapport aux autres équipes, nous avons 10 adversaires que l’on connaît plus ou moins, certains que l’on n’a pas du tout joués l’année dernière comme Grenoble que l’on a en premier match. On ne part pas trop en connaissance de nos adversaires et, en plus de ça, on ne sait pas trop de quelle façon ils se sont renforcés donc, nous sommes toujours un petit peu dans l’incertitude. 

En plus, en ayant une poule plus ramassée en étant que 11 au lieu de 12, ça va frotter dare-dare pour le maintien mais aussi pour l’accession ? 

 

C’est exactement ça. Concernant l’accession, il y a des équipes comme Rodez, Marseille, Izeure qui sont des gros calibres de la poule et nous, nous allons essayer de les titiller le plus possible. 

 

Tu me tends une perche avec les objectifs mais on va d’abord passer par le recrutement. On a vu qu’il s’agissait d’un recrutement très ciblé mais très qualitatif cette saison ? 

 

C’était l’objectif. On avait la quasi-certitude de garder une grosse partie de l’effectif, il y a une joueuse que nous n’avons pas conservée pour des choix différents, certaines joueuses sont parties pour diverses raisons également dont, malheureusement, Louane Morin qui a quitté le club de manière un petit peu incroyable il y a peu. Mais sinon, l’effectif reste très stable, quand on a repris les entraînements, on a franchement eu l’impression qu’on ne s’était pas quitté. On a repris quasiment avec les mêmes joueuses, ce qui est très bien en termes de stabilité et du coup, avec Nicolas Castanier et Hervé Vitas, nous avions ciblé des profils particuliers et notamment une 2e gardienne de but pour mettre un peu plus de concurrence à Inès Troussier. Ensuite, il y avait une attaquante car Laura Arriberouge avait arrêté en cours de saison et Louane Morin partie, il fallait absolument que l’on ait une autre attaquante pour être devant, tout simplement. 

 

Une attaquante de calibre D1

 

Oui, Salma Zemzem. C’est Pierre-Yves Bodineau, son ancien entraîneur U19 au PSG, qui me l’a fortement conseillée. On s’est bien évidemment renseigné auprès d’autres personnes et tout le monde nous en a dit beaucoup de bien, c’est une joueuse qui a un fort potentiel mais aussi un état d’esprit très, très intéressant. C’est un calibre D1 et on verra ce qu’elle est capable de faire en D2 même s’il y a deux ans, à Saint-Maur en D2, elle avait fait une moitié de saison qui était quand même très bonne. 

 

On ne va pas parler de toutes les recrues en détail mais on va s’attarder aussi sur la philosophie de jeu que tu veux imprégner à l’AMTFA. On sait que l’année dernière, la mayonnaise commençait à prendre sur les 6 premiers matchs donc, quelle va être  » la philosophie de jeu Guillaume Balagué  » ? 

 

Je suis un entraîneur qui aime développer le jeu de possession et de progression mais on s’adapte forcément aux joueurs et joueuses que l’on a, aux adversaires que l’on rencontre, au contexte et autres. Donc, il ne faut pas dire que l’on va imposer une philosophie de A à Z sans s’adapter au contexte, ça n’est pas possible. Après, il est certain que si l’on peut développer un jeu de possession, de conservation et de progression des équilibres, c’est clairement l’objectif. De marquer de beaux buts avec des buts construits, et le reste, c’est vraiment très intéressant plus, évidemment, les phases de contre-attaques que l’on travaille régulièrement avec des joueuses rapides devant. On est dans cette dynamique-là pour proposer ce jeu-là tout en, encore une fois, ayant une adaptabilité vis-à-vis du contexte, de l’adversaire, de tout. 

 

En parlant de ce contexte, ça a été une corvée pour tout le monde de rester à quai sans compétition, de faire uniquement les entraînements sans avoir le sel du sport de haut-niveau. Toi, par contre, en tant que coach, tu peux aussi voir le verre à moitié plein et ses avantages : tu es peut-être le premier coach depuis 40 ans à avoir eu autant de temps pour préparer un fond de jeu et une équipe ? 

 

Ah oui ! Mais nous étions dans une préparation au jour le jour en se disant qu’on reprendrait peut-être alors que, finalement, on n’a jamais repris. Et puis, tu ne peux pas non plus trop préparer à l’avance parce-que tout le monde oublie ce que tu as travaillé six mois auparavant si tu ne l’as pas retravaillé depuis. Les filles ont publié, ce qui est complètement normal donc, évidemment que nous avons rajouté notre patte avec Nicolas et que, petit à petit, on essaye d’être plus exigeant, notamment sur les exercices d’entraînement, les phases de conservation et ainsi de suite. Mais on ne peut pas dire que l’on a eu plus d’un an pour préparer, ça n’est pas vrai parce qu’en plus, il y a quand même des changements dans l’effectif, des blessures, des retours de joueuses donc on ne peut pas dire que ça fait un an qu’on prépare. 

https://www.debardautomobiles.com

Sur ce sujet, on sait que pendant cette période moitié entraînements / moitié attente, il y a eu une grosse blessure pour Marie Chirat, l’une des joueuses cadres du groupe. Tu peux nous donner de ses nouvelles ? 

 

Marie a repris l’entraînement début Août de manière un petit peu aménagée. Son opération s’était plutôt bien passée ainsi que la rééducation, je ne suis pas sûr qu’elle soit prête pour le début du championnat. Espérons-le mais c’est peut-être un peu ambitieux. 

 

Quels objectifs vous a fixé le président Espié pour cette saison ? 

 

Lui, il voudrait monter en D1 (rires) ! Mais je pense que nous sommes relativement d’accord sur le fait que l’on avait réussi à créer un groupe de qualité l’année dernière et à le renforcer un petit peu cette année donc l’objectif est de prendre les matchs les uns après les autres. Il y a 20 matchs, 60 points : si on prend les 60 points, on sera évidemment en D1 mais il ne faut pas être naïf et être réaliste, on ne les prendra pas. Il faut prendre tous les matchs les uns après les autres, essayer de prendre les 3 points à chaque fois contre Grenoble et ici contre Rodez, un premier derby sympa à Rigaud. Titiller le plus haut possible, essayer de faire en sorte de se maintenir le plus vite possible, ce qui est évidemment l’un des premiers objectifs. Le 2e qu’il pourrait y avoir, si on arrive enfin à la jouer, ce serait également de faire un parcours en Coupe de France. 

 

La Coupe de France, c’est le rêve du président Espié, c’est un peu  » son petit bonbon au miel « 

 

Oui mais c’est une compétition que j’aime beaucoup moi aussi. Tout jouer sur un seul match, c’est super intéressant, ça crée une adrénaline complètement différente. Je l’ai vu avec les garçons à Saint-Orens il y a deux ans, on avait fait un 7e tour contre Sète, il y avait 700 spectateurs dans le stade. On perd deux minutes avant la fin des prolongations sur un but contre notre camp mais c’est un super souvenir malgré la défaite donc, si on peut revivre la même chose chez les filles … Je souhaite aussi que les garçons recommencent à faire un parcours en Coupe de France cette année car ce sont de supers souvenirs, c’est différent du championnat. 

https://www.debardautomobiles.com

On parle beaucoup du président Espié car c’est celui de l’ASPTT Football de l’Albigeois mais il y a maintenant deux co-présidents avec lui et le président Enguilabert. Tu as pu échanger un peu avec lui ? 

 

Non, pas trop, on s’est juste croisé mais on n’a pas encore eu le temps de discuter. 

 

Autre défi quand tu es arrivé à l’ASPTT, et tu nous l’avais dit, c’était ta découverte du sport féminin et du foot féminin en particulier. C’était quasiment la première fois que tu avais une équipe féminine seniors, tu avais déjà eu des jeunes mais tu n’avais pas encore beaucoup roulé ta bosse dans le football féminin. Maintenant que tu as vraiment tutoyé le sport féminin de haut-niveau, quelles sont tes impressions ? 

 

Ça s’est bien passé l’année dernière mais j’en étais sûr. Si on a le retour d’une fille comme Jinane Hanni, qui avait arrêté pour des raisons personnelles, c’est qu’elle a vu que ça s’était bien passé l’an passé, ce qui est le cas malgré le contexte et les matchs. Moi, je suis ravi de faire partie de ce staff, d’entraîner cette équipe-là et d’entraîner une équipe féminine, je me sens très, très bien avec les filles sous ma responsabilité. Évidemment qu’il y a des ajustements et que l’année dernière, nous avons appris avec Nico sur la gestion humaine, la gestion du groupe et la gestion individuelle car un groupe, c’est forcément compliqué et un groupe de filles, c’est aussi compliqué, c’est différent. Je ne vais pas dire que c’est difficile chez les garçons car, chez les garçons, il y a des problématiques qu’il n’y a pas chez les filles et inversement. On s’est régalé l’année dernière malgré le contexte et espérons que cette année, on fasse les mêmes matchs de championnat plus la Coupe de France et que l’on soit heureux à la fin de la saison. 

 

En parlant des 20 matchs de championnat, nous avions reçu l’une de tes joueuses il y a quelques mois, la vice-capitaine Ophélie Cordier, qui avait poussé un coup de gueule car la D2F ne pouvait plus jouer alors que chez les garçons, le foot à ce niveau-là continuait à perdurer. Ça montre quand même l’étendue du chemin qu’il reste à faire dans la société pour le sport féminin ? 

 

Bien sûr mais par rapport à l’année dernière, cela paraît logique dû au fait que beaucoup de clubs n’ont aucun contrat. Le foot continuait quand il était professionnel, c’est à dire quand, pour les joueurs, il s’agissait de leur travail. Nous, nous avons des contrats, certains clubs dans notre poule n’en ont pas du tout et à Saint-Etienne, par exemple, je pense qu’elles sont toutes sous contrat. Il est sûr que nous sommes sur un championnat à deux vitesses et c’est ce qui a fait que nous n’avons pas pu reprendre. Est-ce que c’est une injustice, oui, mais est-ce une injustice par rapport au foot féminin ? Je ne pense pas. 

https://www.debardautomobiles.com

On va finir par une question purement média : il se dit qu’Albi Marssac Tarn Foot risque d’être médiatisé télévisuellement pour certains matchs, voire pour tous les matchs. Tu penses que cette visibilité peut être quelque chose d’intéressant pour le foot féminin et pour le foot local ? 

 

Pour le foot local, oui mais espérons quand même que ce soient juste les personnes qui ne pourront pas voir le match qui se déplaceront au stade. Nous, on a envie de faire du monde à Rigaud malgré le pass sanitaire et tout le reste, on a envie de montrer qu’il y a une bonne ambiance au stade comme lors du match contre Montauban où il y avait quand même une belle ambiance dans les tribunes avec ce scénario d’ailleurs assez intéressant. Le but du jeu est de donner de la visibilité mais de ne pas non plus empêcher les gens de venir au stade. On souhaite vraiment que les tribunes soient pleines, que les gens tapent des pieds sur les tribunes métalliques, qu’on entende un petit peu tout ça et qu’on leur fasse plaisir aussi. 

 

Question bonus : quels seront les trois mots d’ordre pour cette saison ? 

 

Plaisir, ambition et travail.

 

On souhaite le meilleur à cette nouvelle entité, Albi Marssac Tarn Foot ASPTT et on espère te retrouver dans la saison avec de beaux résultats, belles victoires et des tribunes qui soient garnies

 

Espérons-le, espérons que tous ces objectifs seront atteints.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s