#Rugby – Nationale / H.Boutin (Albi) : «J’avais besoin de voir autre chose, de m’émanciper et de jouer ce beau rugby du Sud-Ouest! »

Hugo Boutin fait partie de la douzaine de recrues du Sporting Club Albigeois,nous sommes allés à la rencontre de ce 3eme ligne qui se définit comme « terrien » et «chiant dans les rucks ». Formé à Angoulême, avant de découvrir l’univers du Stade Rochellais, cet enfant du Poitou-Charentes était revenu au SAXV pour découvrir la Pro D2. Après une saison qui a vu les charentais être relégué en Nationale, Hugo Boutin a sentit le besoin de vivre une nouvelle aventure en terre tarnaise. Séduit par le discours du nouveau manager, Mathieu Bonello, curieux de découvrir « ce beau rugby du Sud-Ouest », l’ex joueur de Soyaux Angoulême s’est rapidement fondu dans le microcosme jaune et noir tant auprès du groupe que des supporters. Entretien avec un néo albigeois, qui appréhende ce nouveau carrefour sportif comme une challenge enthousiasmant.

 

Hugo Boutin le nouveau 3eme ligne aile du SC Albi / Crédit photo Alain Murat – Comité animation des bénévoles et supporters SCA

 

Tu étais en Pro D2 la saison dernière. Question habituelle pour ceux qui arrivent au Sporting Club Albigeois : qu’est-ce qui t’a amené en terre tarnaise et à relever le défi de Mathieu Bonello ? 

 

Tout simplement parce-que le contact est très bien passé avec Mathieu, j’ai eu un bon feeling. Cela fait quand même quelques temps que je suis la Fédérale 1, et maintenant la Nationale, et je sais qu’ils ont de très, très bons résultats. Moi, j’avais aussi besoin de changer d’air et de partir de la région car j’étais à Angoulême, je suis parti à La Rochelle pour revenir à Angoulême donc, j’avais également besoin de voir autre chose, de m’émanciper et de jouer un peu ce beau rugby que l’on peut trouver dans le Sud-Ouest. C’est un challenge sportif relevé ici et pour l’instant, c’est plutôt bien parti.

 

Tu nous parlais de ton attachement au club de Soyaux-Angoulême mais surtout d’Angoulême qui est ton club à la base, celui où ton père a été entraîneur. De casser le cocon familial et de partir à l’aventure dans le Sud-Ouest est quand même quelque chose de fort pour toi ? 

 

Ce n’est pas quelque chose auquel je porte trop d’importance. Mon père a été joueur puis entraîneur à Angoulême mais je n’attache pas trop d’importance à l’affect. Lui a fait sa carrière de joueur puis sa carrière d’entraîneur, moi, j’ai aussi fait deux saisons à Angoulême en Pro D2 mais pour lui, c’était une autre époque, un autre rugby, c’était totalement différent. Pour moi, ça ne sert à rien de mettre de l’affect dedans, autant se concentrer sur soi-même et sur les performances collectives plutôt que de tout le temps revenir sur mon père. Ce n’est pas que ça ne m’intéresse pas mais je ne fais pas beaucoup attention à cela. 

https://debardautomobiles.com

On va également revenir sur le championnat dans lequel tu vas évoluer, la Nationale que tu vas découvrir. On parlait avant d’un profond fossé entre la Fédérale et la Pro D2 mais aujourd’hui, est-ce que la Nationale est pour toi une vraie antichambre de la Pro D2 ? 

 

Oui, pour moi, c’est vraiment l’antichambre de la Pro D2. Si tu regardes, tous les clubs ont recruté cette année des joueurs de niveau Pro D2, des joueurs d’expérience qui ont évolué à un très haut niveau pendant très longtemps donc, je pense que ça va être très relevé cette saison. Il n’y a pas une équipe, ni parmi celles qui descendent de Pro D2 ni parmi celles qui ont disputé les phases finales de Nationale l’an dernier, qui sera favorite. C’est vrai que toutes les équipes partent avec de grosses ambitions et je pense que ça va être très intéressant rugbystiquement. 

Quand Mathieu Bonello t’a appelé pour venir au Sporting Club Albigeois, qu’est-ce qui t’a fait accrocher à son projet ? 

 

C’est le discours de Mathieu mais c’est surtout l’ensemble du club, de la région et du département qui m’a fait basculer et comme je te l’ai dit tout à l’heure, j’avais besoin d’autre chose. Le staff m’a tendu la main en me proposant de rejoindre l’aventure et moi, j’étais super content et excité de tenter quelque chose d’autre, de justement sortir de ma zone de confort et de ma région car je suis quand même resté 24 ans en Poitou-Charentes et j’avais besoin aussi besoin de changer d’air. Donc, il y avait l’aspect rugby, l’aspect humain et tout ce qui tourne autour du rugby. 

 

Cela fait maintenant 3 semaines que tu es au Sporting Club Albigeois. Quelles sont tes premières impressions sur l’ensemble du club, les infrastructures, les supporters, les bénévoles, l’état d’esprit du groupe ? 

 

Je vais déjà commencer par le groupe car pour moi, c’est le plus important dans le rugby. Je suis vraiment, vraiment très, très content d’intégrer ce groupe-là, j’ai rencontré des mecs que je ne connaissais pas du tout et le feeling s’est fait très rapidement, tout s’est très bien passé très, très vite. J’ai été vachement surpris car les mecs ne se prennent pas la tête, il n’y a aucune star, tout le monde évolue vers la même dynamique et sait pourquoi il est là. Ce ne sont que de bons moments avec que des bons mecs donc je suis super content. Ensuite, on a pu rencontrer les bénévoles qui eux sont franchement tops, ils nous ont déjà fait deux ou trois fois à manger et on s’est régalé, l’ambiance est géniale. Ils sont contents de nous voir et on est content de les voir aussi ainsi que le peu de supporters qu’on a pu voir au Stade Rigaud. Il y avait quand même un petit peu de monde et l’ambiance était hyper sympa, les personnes sont restées pour la présentation, tout le monde applaudissait et était content d’être là, de retrouver un peu les joueurs. Franchement, ça m’a touché et j’ai trouvé ça hyper sympa, qu’il y avait une bonne ambiance et une bonne atmosphère et je pense que ça peut être intéressant pour la suite si les stades peuvent rouvrir. 

Tu évolues au poste de 3e ligne mais quel est ton style car il y a divers profils en 3e ligne ? 

 

Je vais être honnête avec toi, je ne suis pas du tout aérien comme mec. Je fais moins d’1m80, 1m79 pour être précis, donc la touche et le jeu aérien ne sont pas du tout mon point fort. Par contre, je suis plus un 3e ligne aile, un flanker terrien plaqueur / gratteur et j’essaie d’utiliser mon profil dans ce sens-là. J’essaie vraiment d’être chiant dans les rucks, de plaquer, gratter, me relever et j’aime bien aussi toucher les ballons sur le bord du terrain avec les 3/4 et pouvoir aussi utiliser leur vitesse pour aider, combler, rucker et assurer la continuité du ballon. 

 

Quels sont les objectifs que vous ont fixés Mathieu Bonello et Alexandre Albouy ? 

 

On va déjà voir match par match. On va se déplacer à Dijon pour faire un gros match et l’objectif après sera de faire une belle, bonne, grosse saison et d’accrocher les phases finales parce-que je pense que la ville et le club en ont besoin. Je pense que nous sommes tous dans cette dynamique-là et dans cette démarche-là et que l’objectif est de se qualifier dans les 6. 

https://www.aristow.com/fr/

 

J’imagine que tu as coché la date début Décembre avec Albi / Soyaux ? 

 

Oui, début Décembre mais j’ai aussi coché celle du 17 Avril où l’on va se déplacer à Chanzy. Je les ai vues mais pour moi, c’est anecdotique, de rejouer contre Angoulême n’est pas ce qui m’anime le plus mais c’est de rejouer tous les week-ends avec l’équipe, de prendre du plaisir et d’aller chercher des victoires que ce soit contre Angoulême, Dax, Aubenas ou Nice, le plus important, c’est que l’on aille chercher 4 voire 5 points. Comme je l’ai dit, je ne donne pas trop d’importance à l’affect et au fait que ce soit mon ancien club, mon club formateur. 

Tu as un regard sur Soyaux qui a eu beaucoup de départs, dont tu fais partie, cet été ? C’est vraiment un nouveau Soyaux qui va arriver, il n’y aura pas beaucoup de monde que tu connaîtras dans cette équipe ? 

 

Si, il va rester quelques mecs et beaucoup de joueurs très expérimentés donc ça va être une grosse, grosse équipe, une équipe qui aura à cœur de prendre sa revanche sur la descente de l’an dernier. Je pense que cette descente nous a fait beaucoup, beaucoup de mal, ça a été une année très compliquée et les mecs qui sont restés vont avoir à cœur de faire remonter le club le plus rapidement possible. Je sais que ce sera un concurrent très, très important à la montée et aux phases finales la saison prochaine. 

https://debardautomobiles.com

 

Pour toi, est-ce que VRDR et Soyaux ont un petit pied d’avance du fait qu’ils soient encore sur une dynamique Pro D2 ? 

 

Ils ont connu ça dans les dernières années. Je ne sais pas s’ils ont un pied d’avance car, comme je l’ai dit tout à l’heure, toutes les équipes ont beaucoup recruté, que ce soit Cognac, Massy et les autres. Tous les transferts que j’ai pu voir jusque-là montrent que toutes les équipes se sont vraiment équipées pour jouer les phases finales et espérer une montée en Pro D2. VRDR et Soyaux ont peut-être les structures qui leur permettent de performer et d’atteindre ce niveau-là mais je pense vraiment que ce sera très, très relevé et qu’il n’y aura pas de droit à l’erreur. 

On va te demander un petit mot sur la ville d’Albi que tu as un peu découvert ces derniers jours. Quelles sont tes impressions sur cette ville que, souvent, les gens aiment bien ? 

 

Je n’étais jamais venu jusqu’à ce que je signe mon contrat et que je cherche des appartements. J’ai été agréablement surpris par cette ville, les gens sont hyper accueillants, ils ont toujours le sourire, sont toujours là pour aider et dès qu’on a besoin d’un renseignement, les commerçants et autres sont super gentils. C’est vraiment super sympa et en plus de ça, c’est une très, très belle ville. J’habite au marché, j’ai l’occasion de voir la cathédrale tous les jours et je la trouve franchement magnifique, toute l’architecture est super intéressante. Par contre, c’est vrai qu’il fait très, très chaud donc, il faut un peu s’acclimater aux conditions et ça change un peu de la Charente mais sinon, c’est une super ville et je suis super content d’avoir signé ici. 

Hugo Boutin lors de la présentation de l’effectif 2021/2022 du SC Albi / Crédit photo Alain Murat – Comité animation des bénévoles et supporters SCA

 

Tu fais un très bon VRP de la ville ! (Rires)

 

N’importe quoi (éclats de rires).

 

La question décalée pour finir : une réaction sur la reconversion d’Axel Ducelier, l’ancien arrière du Stade Dijonnais, rugbyman pluriactif à Fleurance le soir et banquier la journée ?

 

Déjà, je ne savais pas qu’Axel avait les diplômes pour être banquier. Je ne te cache pas que, si jamais j’avais besoin d’un prêt immobilier, je n’irai jamais dans sa banque ! 

 

C’est dit et le message lui sera passé. On te remercie d’être venu nous parler de ton arrivée à Albi, des saisons que tu as passé à Soyaux et de tes objectifs avec les jaune et noir

 

Merci beaucoup

Propos recueillis par Loïc Colombié

Un commentaire sur “#Rugby – Nationale / H.Boutin (Albi) : «J’avais besoin de voir autre chose, de m’émanciper et de jouer ce beau rugby du Sud-Ouest! »

  1. Adiu los amics,

    Albigeois dans l’exil a Dijon, merci de cet article magnifique ! Nous viendrons au stade Bourrillot à Dijon, soutenir notre équipe, Albi bien sûr, courage à vous et victoire pour nous espérons – le, cela nous empêchera pas de chanter lo Se canta, en l’honneur de nos joueurs albigeois !

    Coratge e leu !

    Laurenç Gutierrez

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s