#Rugby – Fed1 / A.Ducellier (Fleurance) : «L’objectif principal du club sera la Nationale 2!»

Du côté de Fleurance et de ce Gers terre bénie du rugby, nous sommes allés à la rencontre de l’une des nouvelles recrues du club qui évoluera en Fédérale 1. Axel Ducellier, ex joueur de Soyaux Angoulême, qui a fait les beaux jours du Stade Dijonnais durant 2 saisons, a posé ses valises dans le club du Président Courtes. Cet arrière/ailier véloce au jeu très instinctif, espère pleinement s’épanouir dans cette équipe dirigée par Nicolas Dupouy, qui prône un jeu , résolument, porté sur l’offensive. A peine arrivé en occitanie, cet enfant du rugby pro qui va basculer dans la pluri activité, s’est chevillé au corps les objectifs de l’ASF : accéder à la future Nationale 2. Rencontre avec un joueur dont l’excitation palpable de découvrir un nouveau projet se ressent à chacun de ses mots, mais qui n’oublie pas de faire un clin d’œil à ses premiers amours : le rugby tourangeau.

 

 

Tu évoluais l’an dernier en Nationale avec Dijon, on te retrouve cette année sous les couleurs fleurantines de l’ASF. Comment se fait-il que le Dijonnais que tu étais se retrouve en terre gersoise 

 

J’ai eu un appel de Nicolas Dupouy qui m’a vendu un beau projet de Fleurance et une très belle région donc, j’ai directement signé pour le projet qui m’intéressait beaucoup. Je commence aussi à préparer ma reconversion professionnelle et c’est plutôt sympa. Tout s’enchaîne plutôt bien donc, c’est cool. 

 

On va revenir sur cette saison de Nationale qui a été ponctuée par un reconfinement, de premiers matchs avec un peu de public suivi de matchs à huis-clos. Que retires-tu de cette saison de Nationale, sans parler du côté dijonnais mais plutôt de l’aspect général de ce championnat ? 

 

Que du bon, ça a été un peu compliqué avec Dijon au début mais la fin était vraiment bien. Quant au niveau global du championnat, c’était top avec des gros matchs tous les week-ends, du très bon niveau et de très bons joueurs. Franchement, ce championnat est quelque chose de réussi. 

 

Il y a quand même une frustration, celle qu’il y ait eu peu ou pas de public. C’est quelque chose qui doit être frustrant pour les joueurs de haut-niveau que vous êtes et qui avez l’habitude de côtoyer les foules ? 

 

Complètement, il est vrai que ce  » bonus  » du public à manquer. Mais ça n’a pas changé le niveau global du championnat donc, on va retenir le positif à savoir le niveau qui était plutôt bon et c’est ça le plus important. 

https://www.debardautomobiles.com

Tu as passé deux saisons à Dijon, une première en Fédérale 1 et une seconde en Nationale. Que retiens-tu de ce passage en terre bourguignonne ? 

 

Un super passage dans un club super, très familial avec des gens vraiment formidables et des potes car je me suis vraiment fait de très bons amis. Que du bon à retenir de ce club et je ne leur souhaite que le meilleur pour cette année. 

 

Concernant le Stade Dijonnais, une nouvelle ère et un nouveau cycle s’ouvre l’année prochaine avec Benjamin Noirot qui, pour la première fois, va avoir les clés du camion dès la première saison. Que penses-tu de ce recrutement et comment vois-tu évoluer tes anciens partenaires du Stade Dijonnais ? A quelle place les vois-tu finir la saison prochaine ? 

 

S’ils commencent la saison comme nous, nous l’avons terminée, je ne vois pas trop ce qui peut les arrêter. Il y a un beau projet, des objectifs, je pense qu’ils peuvent réaliser de belles choses et c’est tout ce que je leur souhaite. 

 

Tu nous parlais de la fin de saison. Pour toi, ce match face à Massy restera l’un des summums de tes saisons dijonnaises ou bien, ce sera plutôt ta chistera face à Nice ? 

 

Je ne sais pas, franchement, j’hésite. Massy, ça serait pour le groupe car ça a été un moment fort pour l’ensemble de ce dernier et la chisté, c’est juste pour mon ego. 

 

Avec cette chistera, on s’est demandé si Saint-Jean-de-Luz n’allait pas te recruter ? 

 

Je me suis aussi posé la question mais je n’ai pas reçu d’appel. Novès ne m’a pas appelé, Galthié non plus, je pense qu’elle n’était pas assez belle. 

https://www.debardautomobiles.com

Il te faudrait retenter avec les Gersois car on sait que dans le Gers, il y a une culture du jeu. J’imagine que pour un joueur comme toi, qui aime aller de l’avant et aller à l’offensive, ça doit te régaler ? 

 

Oui, il y a franchement un beau projet, les mecs sont supers et je pense qu’on peut se régaler. Pour l’instant, ça se passe super bien, on va voir comment ça se déroule sur les mois à venir mais j’ai entièrement confiance. 

 

L’ASF est connu pour être un club de Fédérale 1 avec une grande culture de la convivialité. C’est aussi quelque chose qui doit te plaire car c’est vraiment le côté terre-terre de la Fédérale 1 avec toutes les valeurs un peu  » à l’ancienne  » ? 

 

Quand je suis arrivé ici, j’ai tout de suite vu que c’était un club familial et cet esprit familial qu’il y a, c’est tout ce que j’aime dans le rugby. Ici, je pense que c’est le summum de la famille, ce sont des gens hyper gentils et je n’ai franchement rien à dire là-dessus, c’est top. 

 

C’est de plus une poule cousue main en Fédérale 1, gavée de derbys. C’est également quelque chose qui doit te mettre en appétit ? 

 

Tout en respectant la Bourgogne, je pense que ça va changer des derbys bourguignons (rires). On va passer sur du public et de vrais socios comme on dit. 

 

Que t’évoque la création l’année prochaine de la Nationale 2 ? Un objectif collectif pour Fleurance et un objectif personnel pour toi ? 

 

L’objectif principal du club sera la Nationale 2, c’est un objectif qui est clair et répété chaque jour donc, on fera tout pour l’atteindre. Je pense que pour la visibilité du club et pour plein d’autres choses, cette Nationale 2 est une très, très bonne chose. Si elle est aussi attractive que l’a été la Nationale cette année, je pense que ça peut vraiment être intéressant, c’est un très beau projet.

 

En parlant de projet, on va aussi parler de ton projet personnel car tu nous parlais de reconversion. Dans quel corps de métier retrouvera t’on Axel Ducellier dans quelques années ? 

 

Dans la banque et, si tu veux, je te ferai des prêts immobiliers mais il va falloir sortir un chèque. (Rires)

 

Te connaissant, j’imagine bien que ce ne serait pas gratuit (rires)

 

(Rires) Plus sérieusement, ce serait dans la banque ou les assurances. J’aimerai bien évoluer au fur et à mesure vers de la gestion de patrimoines ou ce genre de choses. Mais, encore une fois, il faudra que tu aies de l’argent à placer sinon, je ne pourrai pas m’occuper de toi.

 

On trouvera ça, on essaiera de faire les fonds de matelas et d’oreillers pour venir te voir quand tu seras banquier. Comment t’es venue cette vocation dans la banque ? C’est quelque chose que tu as toujours eu en tête ou c’est une opportunité qui t’arrive via le club de Fleurance ? 

 

J’ai fait mes études dans ce domaine avec banque / assurance comme spécialité, pour être précis, c’était commerce avec option banque / assurance. Je me voyais vraiment évoluer là-dedans et c’est un secteur qui m’intéresse beaucoup, où il y a de très beaux débouchés. 

Donc, si on suit tes propos, tu bascules vraiment cette année dans la pluriactivité pure et dure ? 

 

Oui, exactement. 

 

C’est quelque chose qui t’inquiète ou qui te donne une nouvelle envie de voir le rugby d’une façon différente sur le côté performances / plaisir ?

 

Ça me fait peur parce-que je ne connais pas le rythme et qu’il y a forcément une certaine appréhension mais c’est quelque chose dont j’ai envie. C’est un choix de ma part, on ne me l’a ni imposé ni forcé donc, j’ai hâte que ça commence bien, que tout se mette en place correctement et que je découvre une nouvelle partie du rugby. Je pense que, de nos jours, c’est très important de penser à la reconversion, même à l’âge que j’ai. Je crois qu’il y a beaucoup de cas de joueurs qui se retrouvent sans boulot et sans étude à la fin de leurs carrières et qui se retrouvent donc un peu dans la merde. Je n’ai pas envie de me retrouver dans cette situation donc je mets en place des choses pour ne pas me retrouver comme eux. 

 

On sait que tu n’es originaire ni de Bourgogne ni du Gers. Est-ce qu’on peut t’imaginer à la fin de ta carrière, quand tes os commenceront un peu à rouiller, te voir retourner dans ta terre natale au-dessus de la Loire au pays des rillons ?

 

Je peux déjà te dire que c’est certain, ce sera l’aboutissement de la fin de ma carrière, si on peut dire ça comme ça. En fait, c’est un peu comme un rêve car mon père a fini là-bas donc je me dois aussi un peu de finir là-bas. J’y ai tous mes amis et c’est un super club qui commence vraiment à bien se structurer et la montée en F2 va vraiment leur faire du bien. 

 

Justement, parle- nous un peu de ce club qui t’a formé

 

C’est l’US Tours Rugby, un club qui était en Fédérale 3 et qui monte en Fédérale 2 cette année. 

 

Un club qui a été en Pro D2 avec Mr Anturville et un certain Arnaud Méla comme seconde ligne

 

Exactement, c’est ça, il y a aussi eu Silvère Tian qui est passé par Tours et plein d’autres, de très beaux joueurs. Ça reste quand même un bon club de rugby qui a eu une très, très belle histoire et qui, je pense, va en écrire une nouvelle dans les années à venir. 

 

On te remercie de nous avoir parlé de ce championnat de Fédérale 1, de ton passage à Dijon, de tes futures envolées à Fleurance et de tes terres natales à Tours. On te souhaite le meilleur pour cette saison 2021 / 2022

 

Merci

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s