#Foot – R2 / P.Lahirle (Plaisance) « Ça va être une année de transition »

A l’occasion des 80 bougies du club, l’US Plaisance a décidé de faire peau neuve en terme de design. Nouveau logo, mais toujours la même fibre pour la formation. Le président des Jaunes et Noirs, Patrice Lahirle, donne la voie à suivre pour les prochaines semaines, les prochains mois pour son club.

Logo new age pour Plaisance !

Hier vous avez présenté en grande pompes le nouveau logo du club sur les réseaux sociaux. D’où vient l’idée de ce logo ?

Ça vient des 80 ans du club que l’on fête en 2021. On devait le faire en avril, la covid nous a empêché de programmer quelque chose. On attend les dates mais on devrait finalement le faire en décembre ou en avril 2022.

Cet anniversaire peut-il annoncer de nouveaux projets pour le club ?

Non depuis que j’ai pris la présidence nous avons essayé de faire certaines choses. Nous avons refait tout le site internet. Une senior féminine, Sarah, s’occupe de ça et fait de très belles choses. Elle fait aussi des vidéos et communique sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram pour les plus jeunes. On essaye de dynamiser un peu la chose. Initialement j’étais au club depuis 2008. Je suis parti en 2018 car j’ai déménagé sur Bouloc, au nord de Toulouse. J’ai pris une année sabbatique. En juillet 2019, ils m’ont appelé car le trésorier et le président arrêtaient. Comme j’étais éducateur et responsable technique du club avant mon départ, je connaissais très bien l’ancien président, Jean-François Gonnard, et il m’a demandé de prendre sa suite.

Passation de pouvoir dans de bonnes conditions au final…

Dans de bonnes conditions car je connaissais tout le monde. J’ai fais un audit pendant huit mois et nous avons restructuré le club tant au niveau du bureau que du CA et surtout le mode de fonctionnement. Il y avait déjà un responsable foot à 11, Dalmiro Da Costa qui s’occupait de la partie technique du foot à 11 et des autres équipes. Un seul homme pour gérer 45 équipes, ce n’est pas bon. Nous avons donc mis en place un responsable pour le foot à 8, Laurent Valero, et Saïd Larabi pour le foot à 5. Ces personnes sont responsables de chaque pôle et nous avons un pôle féminin géré par Xavier Erasme. Les quatre pôles sont bien gérés et ça permet d’être plus attentif à tout le monde. Il y a également la participation des nombreux membres du clubs, bénévoles dirigeants et éducateurs, les partenaires, la mairie de Plaisance du Touch que je remercie.

Ce qui vous permet donc d’amoindrir les potentiels manques…

Oui, après des manques on en a toujours. On est toujours à la recherche d’éducateurs. Pour le foot à 11, nous avons pris des éducateurs diplômés avec BEF et BMF pour élever le niveau de nos gamins et pouvoir sortir deux à trois joueurs par saison pour les seniors sachant que nous avons trois équipes seniors depuis l’an dernier.

Un concept de bonne augure lorsque l’on sait que Plaisance est avant tout un club formateur avec l’essentiel de ses troupes seniors issues du club…

Tout à fait. En montant en Régional 2, nous avons recruté un peu plus, c’était un besoin. Nous fournissons les trois équipes seniors. Chaque année nous en sortons deux-trois qui font parti du groupe un et après les autres vont sur les groupes deux et trois.

D’ici quelques jours les entraînements au complet pourront enfin reprendre, de quoi préparer la prochaine saison ?

Nous ne nous sommes pas arrêtés avec des entraînements sans opposition. Ils vont pouvoir les reprendre avec des matchs amicaux ce week-end pour les jeunes U14, U15 et U17. On prépare donc la saison prochaine.

Au niveau de cette saison qui arrive, l’équipe senior fanion a encore l’étiquette de promue. Allez-vous essayer de renforcer l’effectif pour ne pas risquer d’être trop juste ?

Non, on y va par petites touches. Personnellement, je pense que nous avons un effectif de qualité. Le gros avantage, et inconvénient, lorsque l’on recrute des joueurs qui se disent d’un niveau supérieur, c’est que l’on ne rémunère pas les joueurs. C’est la philosophie du club. Peut-être qu’un jour, on y viendra mais actuellement on tient bon. On sent que Plaisance est assez demandé. Des joueurs demandent des primes, mais on leur fait comprendre que ce n’est pas chez nous qu’ils doivent venir.

Après justement deux saisons compliquées et des recettes en moins, cette philosophie sans primes ne peut-elle pas être un atout dans les prochains mois ?

J’en suis persuadé. A un moment donné il va falloir que ça se régule. Quand tu vois des clubs qui donnent des fixes en R2 et R3, ça me fait peur personnellement. Je ne sais pas où on va ou alors on oublie les écoles de football. C’est une question d’équilibre. On fait avec ce qu’on a. On est ambitieux vu que chaque année nous mettons des choses en place. Nous avons d’ailleurs deux gros projets validés par le bureau qui attendent d’être validés par le CA en juin. Nous avons aussi passé un contrat avec les écoles de Plaisance du Touch pour le développement du foot féminin.

Le foot féminin sera-t-il votre cheval de bataille sur les prochaines années ?

Oui tout à fait. On espère brasser beaucoup d’enfants des écoles primaires. Beaucoup de jeunes sont inscrites. Nous faisons des portes ouvertes le 19 juin et nous avons deux intervenants qui sont sur les quatre écoles pendant la semaine entre midi et deux heures. Oui il y a un foot au féminin. Nous avons fait une entente avec Tournefeuille au niveau des jeunes entre les U10 et les U15 : l’Entente du Touch. Ce n’est ni Plaisance, ni Tournefeuille, c’est une entente. Nous avons changé de couleurs pour cette catégorie et nous avançons petit à petit, mais nous avançons.

On a un peu l’impression que tous les voyants sont au vert pour l’USP. Cette période d’arrêt ne vous aura-t-elle pas touché ?

On ne sait pas trop où on va au niveau des ados avec de possibles pertes. Nous avons fait le point sur les U14 qui étaient 30 la saison dernière et tous restent ce qui nous permettra d’engager deux équipes U15 l’année prochaine. Je pense que nous aurons cependant un trou sur le passage entre les U15 et les U16. Nous sommes en train de voir ce que l’on fait. Si par exemple pour une équipe U16, nous faisons un mélange avec des U15… Nous n’aurons plus de U20. Nous aurons normalement deux équipes U14, deux U15, une U16, une U18 et après les seniors.

Ce qui est déjà pas mal tout de même…

Oui mais pas par rapport à ce à quoi nous étions habitués. Ça va revenir. Les gens se sont habitués depuis presque deux ans à ne rien faire du week-end. A cet âge, les gamins c’est un peu compliqué. Nous sommes quand même sereins. Il faut être optimiste, ça va être une année de transition où il faut amener autre chose et intéresser autrement.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s