#Rugby – Nationale / A.Méla (Albi) : «Ça fait 4 ans qu’on bosse pour jouer la demi!»

Retrouvez l’interview d’Arnaud Méla, le manager du Sporting Coub Albigeois, quelques heures avant la dernière rencontre des phases régulières de Nationale à Massy. Pour ce voyage en Essone, le coach des Tarnais a choisit de faire une grosse rotation et de donner sa chance à la jeunesse jaune et noire. Mais pendant ce temps l’ex seconde ligne international, prépare le déplacement suivant qui hante toutes les têtes dans la cité épiscopale : la 1/2 finale d’accession en Pro D2. Focus sur un club qui essaye de se resserrer autour d’un objectif commun pour former un commando et aller défier dans 7 jours les bressans de l’USBPA ou les Azuréens du Stade Niçois.

Arnaud Méla et Jérémy Wanin SC Albi / Crédit photo Le #MagSport / Studios H2G.

Ce dernier match de la saison régulière va permettre d’envoyer des jeunes. Pourquoi avoir opté pour ce choix ?

J’ai fait récupérer des joueurs qui ont beaucoup matché et comme j’ai eu de la casse, je suis surtout embêté devant, et que j’ai des joueurs qui ont enchaîné les minutes, je ne voulais pas prendre le risque de me les blesser et surtout, quand on cumule de la fatigue, c’est souvent propice à ça. Donc, j’ai fait le choix de laisser au repos quelques joueurs cadres ce qui leur a permis de faire du physique vendredi matin et de commencer à étudier l’adversaire de la demi-finale l’après-midi. Jusqu’à dimanche, on a fait le pari de Bourg et si jamais, on aura le début de semaine pour travailler sur Nice.

 

Ce match contre Tarbes était la meilleure chose qu’il pouvait arriver au Sporting, le meilleur  » coup de pied au cul  » avant les phases finales ? 

 

Coup de pied au cul, je ne sais pas mais en tous cas, j’avais aussi anticipé dans ma tête le fait de me dire qu’on pouvait ne pas gagner à Tarbes. Sous la pluie, je savais que ça allait être un match difficile et serré et j’avais anticipé de faire cette rotation-là et de permettre à mes joueurs de récupérer. On aurait gagné à Tarbes, je leur aurais demandé d’aller encore plus puiser dans les ressources pour aller chercher peut-être une victoire à Massy en espérant une défaite de Bourg à Narbonne. Donc, c’est sûrement un mal pour un bien.

 

Vous parlez de pari de Bourg, vous pouvez nous en dire plus ? Est-ce que vous voulez dire que vous misez sur une victoire ou une défaite de Bourg qui définirait donc votre adversaire en demi-finale ? 

 

C’est ça. On se dit que c’est pareil pour Narbonne avec pas mal de joueurs sous cartons jaunes et pas mal de joueurs utilisés et que donc, ils vont sûrement faire tourner. S’ils font tourner, je me dis que Bourg ira peut-être gagner à Narbonne. C’est un petit pari que l’on a fait, on verra bien après, tout peut arriver, Narbonne peut gagner et passer devant nous. Mais il fallait que l’on fasse le choix d’une équipe et celle qui avait le plus de variété dans son jeu et de complexité, c’était quand même Bourg. Nice est plutôt une équipe plus prévisible mais qui, par contre, fait les choses très bien, c’est plus simple mais c’est efficace. C’est un jeu plus direct donc, je pense qu’on peut se permettre de faire face à ce choix-là. 

https://www.debardautomobiles.com

Vous supposez qu’en faisant un petit peu comme vous, à savoir l’impasse, Narbonne va choisir son adversaire et qu’ils veulent jouer Nice ? 

 

Je ne sais pas s’ils vont être dans ce raisonnement-là mais en tous cas, il est sûr qu’ils ont le raisonnement de protéger les joueurs qui sont sous carton plus les joueurs qui ont été utilisés. Je vois les compositions, ils n’ont pas trop fait tourner donc, je pense qu’ils sont comme nous quant à prendre le risque d’aller se péter des joueurs avant le match important. Mais ce n’est pas parce qu’ils vont faire tourner un peu qu’ils vont perdre chez eux, c’est la dernière de Léo Griffoul qui est un joueur emblématique de l’équipe et je pense qu’ils vont mettre les ingrédients. Il y aura aussi l’arrivée du public qui va amener du public et ce ne sera pas non plus un match simple pour Bourg. Mais, il fallait que l’on fasse le choix d’étudier une équipe, si on tombe dessus, tant mieux sinon on aura lundi, mardi pour réfléchir sur Nice. 

 

En parlant des ingrédients pour gagner un match couperet, il faut de la grinta et de la profondeur de banc. Où en est-on de ces deux ingrédients ? 

 

Là, on fait récupérer les mecs. L’énergie y sera car, justement, j’avais des joueurs qui avaient aussi besoin de souffler mentalement et il est sûr qu’ils seront prêts pour le jour J. Ça fait 4 ans qu’on bosse là-dessus, on a amené du supplément mais c’est quand même quasiment les mêmes joueurs donc, les mecs vont être à 100% pour jouer le match de la demie, il n’y a pas de souci. Après, on verra, c’est un match important, il ne faudra pas que la pression passe par-dessus notre jeu et c’est tout. Ce sera un bon match à jouer, on va jouer un grand match, on s’entraîne depuis 4 ans pour ça, on a tout le monde qui est derrière nous pour ça. Les gens sont sûrement déçus de ne pas avoir eu les victoires qu’ils auraient aimées mais l’objectif premier de la saison était de se qualifier, ce qui a été le cas un week-end avant la fin. Maintenant, c’est sur un match avec 650 personnes du camp adverse et 250 ou 300 du nôtre, je ne sais pas trop comment ça va se passer. Il n’y a pas de raison qu’on ne soit pas là le jour J.

https://www.aristow.com/fr/

Autre paramètre à prendre en compte, c’est le match à l’extérieur et on sait que, cette saison, les matchs à l’extérieur ne vous ont pas souvent souri. Comment préparez-vous les gars mentalement sur cette sortie qui doit absolument être gagnante ?

 

Ce qui est certain, c’est que le match de la demie sera arbitré par un grand arbitre, je ne sais pas qui ça sera mais en tous cas, ça sera un grand arbitre. Il y a beaucoup d’enjeu donc, je suis sûr que Franck Maciello mettra ce qu’il a de mieux sous la main. Ça sera quelque chose que l’on devra gérer, la chose que je craignais est que, pour la première fois depuis très longtemps, l’arbitre va se faire crier dessus parce-que jusqu’à maintenant, ils sont quand même sur des huis-clos et ils gèrent leurs matchs comme ils veulent. Aujourd’hui, je sais que nous avons besoin d’un arbitre d’expérience pour justement gérer ça car ça va être du jour au lendemain la pression d’un public. Mais, comme je l’ai dit, on aura 200 ou 300 personnes contre 600 et ils vont faire autant de bruit que les autres. Ça, ça sera à gérer car, une demie à l’extérieur avec 600 personnes, c’est comme si on jouait chez nous ou sur terrain neutre. Il y a eu des phases finales jouées sur terrains neutres à l’époque où l’équipe adverse était un peu plus loin et se déplaçait à moins mais avait quand même gagné. C’est 50 / 50 sur le fait de jouer à l’extérieur, ça peut même enlever un peu de pression.

 

Cette semaine, vous avez fait un mini-stage de cohésion. C’était nécessaire mais est-ce que ça a été salutaire ? 

 

Oui, je pense que c’était nécessaire parce qu’on n’a pas pu en faire en début de saison. C’était le moment propice pour le faire, on a passé deux jours ensemble, on ne s’est pas saoulé, on s’est bu une bière autour d’un feu le soir. Ça a été quelque chose de très cool mais c’était surtout passer deux jours ensemble sans la pression, le quotidien, la vitesse entre les entraînements, tout le temps se dépêcher et faire les choses vite. Là, on a été plutôt cool, on a pu échanger, les joueurs ont aussi pu se reposer parce-que tu n’es pas chez toi avec des enfants qui peuvent pleurer ou autres donc, ça a été deux jours bénéfiques. Ça fait partie des choses de vie de groupe dont on avait besoin. 

 

Parlons de ce match contre Massy où tu envoies la jeune garde. Il devait quand même y avoir un brin de frémissement chez tous ces jeunes car, pour certains, c’est leur première cape sous le maillot jaune et noir. Tu as aussi dû maîtriser cette cocotte-minute et cette jeunesse fougueuse qui est prête à aller en découdre face à Massy ? 

 

On l’a vu vendredi matin, il y avait beaucoup d’énergie et un surplus d’envie. A l’entraînement, on aurait dit le premier entraînement collectif de l’équipe pro quand tu sors de trois semaines de physique et que c’est la première fois que tu joues au ballon. C’était la même chose, tout le monde courait partout mais j’ai quand même mis quelques cadres pour canaliser cette jeunesse et cette fougue. En tous cas, ils n’ont pas de pression de ma part, ils ont juste la leur de prendre du plaisir, ce qui sera réalisable s’ils y mettent quand même les ingrédients car c’est la base de ce rugby. Il faut gagner la guerre des rucks, surtout quand on a le ballon car sinon, on ne pourra pas tenir la balle ni jouer au rugby et ils ne pourront pas s’amuser. Mais il est sûr qu’ils vont vivre ce grand moment entre eux, c’est la première fois en 4 ans que l’on a l’opportunité de pouvoir faire ça et ça va aussi nous permettre de voir des joueurs en qui on croit. C’est à eux de prendre du plaisir et de se lâcher entre copains.

 

Ce gâteau que tu leur offres, c’est un premier cadeau mais il peut y avoir une cerise, un strapontin pour l’un des jeunes en demi-finale s’il casse la baraque ? 

 

Je ne sais pas comment ça va se passer, il faudra voir, c’est toujours pareil. J’ai quelques cadres qui vont jouer et s’il y avait des blessures là-dessus … Mais ça, je n’y pense pas et il ne faut surtout pas y penser et s’investir à 100% car c’est souvent quand on veut en garder un peu qu’on se blesse. Mais ce qui est sûr, c’est que si on monte dans 12 jours, les jeunes auront participé à la montée car ils auront permis à mes anciens de récupérer. Ce seront aussi des joueurs qui auront mis une petite pierre à l’édifice du club dans la montée en Pro D2. 

https://www.debardautomobiles.com

Cette équipe de Massy est l’une des rares qui a gagné à Bourg à l’extérieur. Tu vas leur demander la recette ? 

 

J’avais vu le match. Massy est une équipe qui joue beaucoup, qui met les équipes adverses sous pression avec de la vitesse, avec un fond de terrain qui est très fort et des joueurs de duels. C’est une équipe qui joue bien au rugby, c’est vrai qu’ils ont gagné à Bourg et on va re-regarder comment ils ont remporté ce match. On sait que c’est aussi la dernière de certains Massicois donc, ça va être un match difficile mais en tous cas, il n’y a que du plaisir à prendre. 

 

En fait, pour le SCA, c’est un peu comme à Koh-Lanta : peu importe les épreuves, l’essentiel est d’avoir le totem d’immunité à la fin, c’est à dire la Pro D2 ? 

 

Oui, si tu veux, on peut faire ça et le voir comme ça (rires). S’il faut le totem pour aller en Pro D2, on ira le chercher et j’espère qu’il n’y aura pas un bracelet magique.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s