#Foot – R1 / J-L.Fauré (Portet) « On veut prôner du jeu à Portet »

Après une pause et des expériences fructueuses dans le football Haut-Garonnais, Jean-Louis Fauré est de retour dans le monde du ballon rond amateur. Mais cette fois, c’est en tant que directeur sportif qu’il espère apporter sa contribution au projet de Portet pour la prochaine saison.

Vous voilà de retour dans le monde du football, mais en tant que directeur sportif cette fois. Qu’est-ce qui vous a séduit dans le projet de l’ASPCR ?

J’étais arrêté depuis deux ans puisque j’avais été écarté à Muret en octobre il y a deux ans. Comme un peu tout le monde, je regardais le football de loin avec la période covid. J’étais juste formateur à la Ligue. Ce qui m’a permis d’être le tuteur à la Ligue du coach de Portet, Michaël Guerrero. Nous avons travaillé ensemble et installé une relation de confiance. Je suis allé voir des entraînements et des matchs. Il a proposé ma venue au président. Ils en ont discuté ensemble et ont décidé de ma venue.

Quelles seront vos missions ?

Je suis là pour accompagner, structurer et améliorer l’existant. Dans un premier temps c’est par petite touche en prenant compte de l’historique de ce club. Il y a des choses qui ont été faites et bien faites dans le passé. Après à nous d’essayer en équipe d’améliorer ça, et de trouver des axes d’amélioration pour grandir et s’épanouir sur les magnifiques installations du club.

Dernièrement Portet a connu de très belles épopées avec les montées en R1 pour les hommes et en D2F pour les filles. Aimeriez-vous rester sur de tels résultats ?

Un club c’est une fusée à plusieurs étages. Il est important que tous ces étages soient en lien et que l’on bâtisse de manière un peu pragmatique. Monter, pourquoi pas, mais monter à tout prix non. Il y a beaucoup de choses à améliorer pour pouvoir tenir le cap. Là, le club est en R1. Il y a déjà l’objectif de le stabiliser à ce niveau et d’en faire un club solide de R1 avec un vrai projet de jeu. On veut prôner du jeu à Portet dans toutes les équipes et toutes les catégories. L’une de mes missions sera de permettre aux coachs d’avoir un fil conducteur et qu’ensemble, on définisse un projet de jeu cohérent pour toutes nos équipes. Si on prône un football de possession, on pourra le faire en U14, en U20 Elite ou en D2 féminine. Il y a des clubs qui optent pour des coachs qui aiment le jeu direct, allonger et beaucoup de verticalité. Je ne dis pas qu’il n’y aura pas de verticalité pour nous mais nous travaillons en équipe pour ce projet. En sachant que nous devons nous adapter aux joueurs dont on dispose. Nous sommes un club amateur et nous ne sommes pas Pep Guardiola pour pouvoir choisir le joueur que l’on veut pour le système que l’on veut.

Quelles sont vos premières missions ?

Nous travaillons actuellement sur le staff. Nous sommes sur trois axes. Nous sommes sur des logiques d’amélioration de l’existant. Des petits détails mais essayer d’améliorer le détail. Le diable se cache dans les détails. Nous allons essayer d’être plus précis, d’être plus structurés et organisés. Nous sommes en train d’essayer de stabiliser et d’étoffer nos staffs, et nos effectifs. L’important, c’est de garder nos bons joueurs et d’être capable de mettre quelque chose en plus à côté.

Que va vous permettre d’apporter votre expérience ?

C’est l’avenir qui le dira. Ce que je pense apporter, ce n’est pas très important c’est vraiment ce que l’on fera ensemble. Si je dois apporter quelque chose, c’est une vision collective du truc. Que l’individu se fonde dans le groupe et qu’on travaille tous ensemble. Ce n’est pas important que ça soit Jean-Louis Fauré ou Mika Guerrero qui apporte. Ce qui est important, c’est ce qu’on va bâtir ensemble. Nous allons essayer de bâtir une très bonne équipe, avec de la cohésion, un fil commun, de la loyauté, du bien-vivre ensemble. Avec ça, nous allons essayer de mettre en place les meilleures structures pour que nos joueurs évoluent dans les meilleures conditions. L’expérience, ça fait très ancien combattant. Avant tout, je suis un entraîneur. J’aime le terrain, la tactique, la préparation. Nous allons essayer d’être plus pointus et tous ensemble en équipes.

En tant que directeur sportif, vous risquez de vous éloigner du terrain. Ne craignez-vous pas que cela vous frustre ?

Ça fait déjà trois ans. J’ai eu cette fonction à Muret pendant trois ans avec des interactions au bord du terrain. Je ne suis pas en tribunes. J’aime être au bord du terrain, et déconner avec eux. Je ne suis pas un directeur administratif, ce n’est pas ce qui m’intéresse. Ce serait plutôt être auprès des garçons, les conseiller, les aider, aider les coachs à faire passer leur message et contribuer à mettre de l’huile dans les rouages.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s