#Rugby – Nationale / HG.Gueydan (Bourgoin) : Les 12 travaux d’HGG.

En Berjallie le président de la SASP CSBJ Rugby, Henri-Guillaume Gueydan, vit une période de transition dans son projet de développement du club ciel et grenat. Ayant été dans l’obligation de se séparer de Jean Henry Tubert, après une longue série de défaites hivernales, tout en lançant simultanément la rénovation de La Tribune sud, du mythique stade Rajon , on peut allègrement dire que le club isérois est en plein chantier. Mais un des 12 travaux d’HGG, est bel et bien de compléter le staff pour la saison prochaine, en sélectionnant le profil idoine pour coacher les lignes arrières et accompagner Grégoire Printiaux. En attendant de connaître le nom prestigieux (ou pas) qui tentera de mener Bourgoin vers la Pro D2 dans un futur proche, Henry Guillaume Gueydan nous dresse le plan de bataille de cette fin de saison en « mode dégradé  » , avec 3 tauliers du vestiaire qui tiennent la barre sportive du paquebot CSBJ.

 

Henri-Guillaume Gueydan Pdt CSBJ Rugby / Crédit photo Le #MagSport / Studios H2G

 

Le président que tu es a eu des semaines un peu  » mouvementées  » à Bourgoin : une mauvaise passe sportive, l’obligation de remercier Jean-Henri Tubert, qui est quand même quelqu’un de très attaché au club et avec qui tu avais des liens forts. J’imagine qu’en tant que président, ce ne sont pas les situations que l’on préfère ni les meilleurs moments que tu as vécu ? 

 

Effectivement, ce ne sont pas les meilleurs moments mais ça fait partie du jeu. On sait qu’il y a des hauts et des bas dans un club, là, nous sommes dans une période un peu compliquée puisque nous avons enchaîné les mauvais résultats. Il a fallu se réorganiser, nous sommes en train de le faire et on prépare surtout la saison prochaine. Pour l’instant, nous allons finir la saison dans un mode que je qualifierai de mode  » dégradé « , c’est à dire sans réel coach et avec des joueurs, des anciens de la maison, qui ont accepté de jouer le rôle de coach par intérim. Il y en a deux, même trois maintenant puisque Micka Campeggia, qui est en fin de carrière, joue aussi un rôle important avec son expérience. 

 

Il faut quasiment un BPJEPS accéléré pour Bogdan Leonte, Mathieu Nicolas et Micka Campeggia ? 

 

C’est ça mais ça leur apportera sûrement pour la suite. C’est une expérience nouvelle pour eux, chacun a déjà un peu entraîné mais ils n’ont pas eu à s’occuper d’une équipe de Nationale. C’est une nouvelle expérience. 

 

On sait que le CSBJ avait des ambitions cette année d’essayer d’aller se qualifier en phases finales. Tu ne t’es jamais caché du fait que la montée en Pro D2 n’était pas pour cette année mais plutôt pour 2022 ou 2023. Quel va avoir l’impact de ce petit ralentissement sportif sur le projet du CSBJ ? 

 

Rien du tout. On espérait finir dans les 6 cette année, ce n’est pas fini et on y sera peut-être. C’était l’objectif du début de saison et en Novembre, en sortant du confinement où nous n’avions joué que 3 matchs à ce moment-là, on s’était dit  » finalement, on n’est pas ridicule et, quand ça reprendra, essayons d’aller chercher la 4e  » puisqu’elle avait pris la place de la 6e pour la qualification. On s’était donc dit  » si on peut, allons la chercher  » mais il n’y avait pas de pression là-dessus, on se disait que c’était peut-être jouable. On a eu un trop mauvais enchaînement depuis début Février, ce qui fait maintenant 7 défaites en 8 matchs, et on a compris que ce n’était pas pour cette saison. Mais je ne fais pas de catastrophisme, aucunement, on se dit simplement que cette saison est pliée et que, quelque part, il faut faire en sorte de bien y figurer jusqu’au 23 Mai et de bien finir en battant mon ami Benoit Trey de Blagnac le 23 Mai à Rajon (rires). Mais ça ne remet rien en question. 

 

Il y avait eu cet été un recrutement de qualité, qu’on avait même qualifié de XXL, on voit que, malheureusement, la mayonnaise n’a pas totalement pris. Est-ce que des enseignements vont en être tirés pour le prochain  » mercato  » ? 

 

Non. Ce n’est pas pas le fait du recrutement mais d’un problème entre les coachs et le groupe qu’on ne pouvait pas prévoir aux mois de Juin / Juillet. On connaît les qualités du groupe, il va un peu changer mais on l’avait de toute façon prévu. Ce qui est prévu depuis trois ans, depuis que nous sommes là, c’est de faire évoluer ce groupe pour le niveau supérieur, c’est ce qu’on va vouloir aller chercher à partir de la saison prochaine de façon très concrète. Cette fois, nous allons vraiment jouer le haut de tableau et on sera d’autant plus exigeant avec la nouvelle équipe encadrante et avec les joueurs. On continue à vouloir faire évoluer notre groupe. 

 

En parlant de la nouvelle équipe encadrante, on sait qu’un nouvel entraîneur des avants arrive de Nevers, ça avait été annoncé bien avant que Jean-Henri Tubert ne soit démis de ses fonctions. Il manque maintenant un entraîneur des lignes arrières et y aura-t-il un manager général au CSBJ ou allez-vous fonctionner en binôme ? 

 

Ce sera un binôme. Pour l’instant, nous allons finalement repartir sur un encadrement à deux et on verra par la suite. 

 

Tu sais que nous avons de grandes oreilles au #MagSport et on entend des noms bruisser 

 

De grosses oreilles même (rires). 

 

L’un de ces noms vient de Toulon, un certain Tillous-Bordes. Est-ce du lard ou du cochon ? Y a-t-il vraiment une possibilité que son nom puisse arriver en Berjallie ? 

 

C’est marrant, vous avez des échos que même ici, personne n’a, c’est bien, bravo (rires). Ici, c’est marrant, on parle d’autres noms et surtout de Christophe Laussucq, qui m’est encore revenu deux fois jeudi dernier. C’est amusant les bruits qui courent d’un côté ou de l’autre. 

 

Ça montre que le CSBJ a quand même gardé son aura et son attrait ? 

 

Oui, il semblerait que beaucoup de monde soit en attente de l’annonce du nouveau coach qui sera faite. Il n’y a rien de finalisé pour l’instant donc je ne peux pas t’en dire plus, nous sommes en discussion. 

 

Nouveau staff l’année prochaine mais aussi nouvelle tribune qui va être un joli. On le sait, dans le rugby moderne, il faut qu’il y ait des infrastructures à l’échelle de ses ambitions et Rajon est certes un stade mythique, qui transpire le rugby d’antan mais il faut aussi l’améliorer et le mettre un peu dans le contexte du moment ? 

 

Avoir de nouvelles infrastructures fait même partie de nos objectifs premiers pour aller chercher de nouvelles recettes et de nouveaux produits. Ça nous manque beaucoup, on ne peut pas se contenter des revenus du dimanche après-midi ou du samedi soir, ça ne suffit plus, en tous cas, ça ne suffit pas chez nous. Nous allons donc avoir cette nouvelle tribune qui, je l’espère, devrait être opérationnelle en Mars ou Avril 2022.

 

Avec du public car, pour l’instant, c’est quelque chose qui doit te faire enrager. Cette fournaise de Rajon sans public, ce n’est quand même plus la même ? 

 

Bien sûr que, sans public, la nouvelle tribune ne servira à rien. Elle est censée être utilisée 7 jours sur 7 donc effectivement, s’il n’y a personne, elle n’aura malheureusement aucun intérêt. 

 

Il y a quelques jours, on a vu que la Fédération Française de Rugby annonçait les 6 clubs éligibles au cahier des charges pour la montée en Pro D2 et Bourgoin n’y était pas. Qu’est-ce qu’il a manqué à Bourgoin pour rentrer dans les clous de ce cahier des charges ? Ou alors, est-ce une volonté du CSBJ de ne pas vouloir y être pour le moment étant donné que vous n’avez pas la volonté de monter actuellement ? 

 

On en fera évidemment la demande l’année prochaine, sauf si nous sommes 13es au mois de Janvier (rires). En fait, il ne nous manque rien, c’est simplement que cette année, quelque part, il faut postuler pour la montée. On a attendu et puis, nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas la peine d’y aller. Il nous manquait une chose à faire valider si nous voulions postuler à la montée, c’était la validation de l’équivalence des diplômes d’Anton Moolman. Il a beaucoup, beaucoup de diplômes, des diplômes de World Rugby mais qui ne sont pas reconnus en France de façon systématique, c’est un peu compliqué de faire valider des diplômes internationaux. Sinon, on rentre dans les critères pour tout le reste. 

 

Qu’est-ce qu’on peut souhaiter à Bourgoin pour cette fin de saison ? De jouer un peu l’arbitre des qualifications, de porter haut les couleurs ciel et grenat ? 

 

On espère déjà en priorité gagner nos deux matchs à la maison en commençant dimanche par la réception de Suresnes (ITW réalisée avant l’annonce de l’annulation du match). C’est très important, nous avons un public très exigeant, même s’il n’est plus présent physiquement, il est présent dans nos oreilles, sur les réseaux et un peu partout. Nous sommes aussi exigeants avec nous-mêmes, les joueurs s’en veulent de ce match raté à Cognac face à une belle équipe de Cognac qui a fait le match parfait dimanche dernier. On ne peut pas se permettre de passer comme ça à côté de nos matchs, ça ne fait pas honneur à ce maillot. 

 

Question bonus, question décalée : dernier match à Rajon face à Blagnac face à ton ami Benoit Trey. Tu allumes les spots ou tu coupes les lumières comme ça avait été le cas à Blagnac lors des phases finales 2018 / 2019 ? 

 

Non, on ne joue pas avec les éléments extérieurs (rires). On va se contenter de jouer du mieux possible sur le terrain face à une équipe qui ne lâche rien et qui envoie du jeu. Depuis quelques temps, ils se sont complètement relâchés et ça sera sûrement très compliqué sur ce dernier match. 

 

De toute façon, les Caouecs, ce sont des chouettes donc, si tu leur coupes la lumière, ils y verront mieux que toi

 

C’est bien pour ça qu’ils avaient coupé la lumière chez eux il y a deux ans (rires). 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/x3xGKGhwtYw

https://youtu.be/x3xGKGhwtYw

Retrouvez le replay de l’émission web tv « Le #MagSport by H2G » du 23 avril 2021.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s