#Foot – Coupe de France / D.Graves (Canet) « Si on n’y croyait pas, nous n’irions pas sur le terrain »

Ce soir au Stade Gilbert Brutus de Perpignan, le Canet RFC devra affronter une véritable institution du football Français : l’Olympique de Marseille. Pour le portier local, Damien Graves, cette rencontre des 16èmes de finale de Coupe de France représente peut-être le match d’une vie, lui qui compte ne laisser aucun cadeau aux phocéens et stopper net le parcours des hommes de la Canebière.

Le portier est prêt pour un possible exploit ce soir / Crédit Midi Libre

Gros match qui s’annonce pour le CRFC avec la réception de l’Olympique de Marseille ce dimanche soir. Comment vous vous y êtes préparés ?

C’est un super match et même un très gros match. Quand on sait à quel point Marseille est supporté à travers la France, c’est un club historique. On l’a préparé comme un match normal, même s’il n’a rien de vraiment normal et reste un match extraordinaire. On s’est entraîné au mieux toute la semaine, on est surtout resté focus sur ça.

En ce moment l’OM c’est une équipe en souffrance via les difficultés extra-sportives et des résultats qui en pâtissent. C’est un peu un ogre blessé que vous allez affronter. Est-ce que ce n’est pas un avantage de les jouer maintenant ?

C’est vrai qu’en interne, ça ne va pas trop bien. J’entends souvent ce discours mais ça reste un club de Ligue 1 et ça reste l’Olympique de Marseille. Même s’ils sont en difficulté par rapport à leurs objectifs, c’est l’OM et tout le monde attend beaucoup d’eux, mais ils ne sont pas non plus avant-derniers ou derniers du championnat. Ils sont dans la première partie de tableau. Le week-end dernier contre Lyon, ils ont fait une belle deuxième mi-temps, même si la première mi-temps était un peu plus compliquée. Ça reste une équipe de Ligue 1 avec de bons joueurs. Ça va être un match très compliqué. Leurs problèmes en interne, je ne sais pas si ça sera un avantage pour nous. D’un côté oui car ils ont la pression du résultat et venir perdre chez nous, contre une équipe de National 2, ça ne passera pas auprès des supporters et auprès de leur direction. Il vaut mieux les prendre maintenant que lorsqu’ils étaient deuxième du championnat la saison dernière, c’est certain. Il y a aussi cette place Européenne si tu gagnes la Coupe de France. En championnat ils sont assez loin des places Européennes, ils vont donc peut-être davantage se pencher sur la Coupe. Après on verra, on essaye de se préparer au mieux.

De votre parcours au TFC, à Canet et à Auch, vous avez déjà du vous frotter à des matchs relevés même si vous n’avez jamais affronté une équipe de L1. Comment on fait pour appréhender au mieux de tels chocs ?

Il y a deux ans avec Auch, nous avons joué contre le Gazelec d’Ajaccio qui était en Ligue 2 et il y a trois ans Canet affrontait Caen, mais j’étais sur le banc. Au moment du tirage, on est clairement euphorique. Moi je crois que le soir du tirage j’ai eu beaucoup de mal à dormir. Ça reste incroyable quand on est amateur, ou semi-pro comme en N2, affronter une formation de Ligue 1. C’est des souvenirs qui vont rester à vie. Sur le moment tu es impatient et tu as hâte d’y être. Mais après tu reviens à la réalité et tu te remets aux entraînements. Je me suis préparé normalement comme contre Poitiers il y a deux semaines. Quand j’ai regardé le match contre Lyon dimanche dernier je ne me suis pas dis « dans une semaine tu joues contre eux. » Je prépare ce match normalement.

Pour espérer accrocher d’autres belles affiches, vous aurez besoin d’un collectif à toute épreuve et de bonnes individualités. Ça a été votre cas contre Poitiers au tour précédent. Cette saison vous réalisez de bonnes performances. Qu’est-ce qui vous permet d’être en jambe dans cette période si particulière alors qu’en tant que gardien chaque erreur se paye cash ?

C’est beaucoup de mental surtout au poste de gardien de but, même pour les joueurs. Sur le terrain c’est que du mental. Le fait d’enchaîner tous les week-ends la Coupe et faire de bonnes prestations, ça aide a enchaîné les matchs et à se sentir bien pendant le match. Le coach et l’entraîneur des gardiens me mettent en confiance, tout comme mes coéquipiers et ma famille. Je me sens bien et cette coupure de décembre, je ne l’ai pas mal vécue. Au contraire, ça m’a fait du bien, j’ai pu me reposer et profiter de ma famille et je suis revenu plus fort.

C’est clairement un retour gagnant à Canet pour vous …

Oui c’est sûr. De base j’étais très content de revenir : il y a un bon projet au club en N2, je suis chez moi. C’est vrai que c’est un petit plus, la cerise sur le gâteau. Jouer l’OM en 16èmes de finale chez moi, franchement c’est un retour gagnant. Et souvent quand je reviens dans les clubs j’ai quelques petits retours gagnants. Quand j’étais parti à Canet, puis revenu sur Auch, on était tombé contre le Gaz en Coupe de France. C’est génial je n’aurais pas pu rêver mieux. Honnêtement, c’est joli.

Avant même la préparation du match, cette affiche a déjà fait couler beaucoup d’encre avec l’indécision du lieu du match. Il devait un temps se jouer à Marseille pour finalement être à Perpignan. Comment vous l’avez-vécu en tant que joueur ?

Honnêtement, nous en avons un peu parlé entre nous dans les vestiaires avant que le club nous donne sa décision. Notre objectif c’était de jouer chez nous à Canet pour nous donner toutes nos chances de passer. Une fois Canet refusé, en majorité, nous aurions préféré aller au Vélodrome. En interne, ils ont préféré jouer au Stade Brutus. Qu’on joue à Canet, Brutus ou au Vélodrome, au final c’est un carré vert, il y a 22 bonhommes qui s’affrontent…

D’autant plus qu’il n’y a pas de supporters…

Oui voilà où que l’on joue, il n’y avait pas de supporters. D’un point de vue personnel, jouer au Vélodrome, en tant que footballeur c’est une chose que l’on ne vit qu’une seule fois. Je ne suis pas supporter de Marseille, mais quand on m’a dit qu’il y avait peut-être moyen d’aller jouer au Vélodrome, ça fait rêver. C’est un club historique, qu’on le veuille ou non. Faire un 16ème de finale au Vélodrome contre Marseille, ça aurait été un grand moment dans ma carrière et dans la carrière de tous les mecs dans le vestiaire. Ils étaient majoritairement pour, mais ça ne s’est pas fait.

Faire tomber Marseille, au-delà du mental, selon vous ça va se jouer à quoi ?

La Coupe de France c’est sur un match. L’équipe qui sera le plus déterminée, mettra le plus d’impact physique et le plus d’envie passera. C’est un club de Ligue 1 et des joueurs professionnels. Ils ont l’habitude de la pression et ça va être compliqué, même très compliqué. L’exploit est possible et réalisable. Si on n’y croyait pas, nous n’irions pas nous entraîner et ce soir, nous n’irions même pas sur le terrain. On va tout faire pour réaliser l’exploit. Taper l’OM ça serait magique pour les joueurs, le club et la ville. On va être remontés à 100%, peut-être plus que eux. Je me mets à leur place. J’y étais quand je jouais à Toulouse, lorsque l’on affrontait des clubs amateurs. Même si mentalement tu te dis qu’il faut être concentré et motivé, tu ne l’es pas plus que les joueurs qui évoluent en face. C’est sûr et certain. Tu le vois aux entraînements. Il y a énormément d’intensité et ça joue. Cette magie de la Coupe fait que tout est différent du championnat. On a les caméras autour, on est beaucoup sollicités : interviews, séances de dédicace… C’est tout un engouement, tu sens que la ville est derrière toi et ça te pousse. Pour beaucoup, ça sera le match de notre vie. Tout peut arriver dans le foot et si tu fais un gros match, tu n’es pas à l’abri de rebondir plus haut.

La meilleure chose que l’on peut vous souhaiter c’est de vous régaler pendant 90 minutes, voir plus si affinité avec les tirs aux buts…

Exactement. Si on fait 0-0 et qu’aux tirs aux buts j’en sors, deux, je signe de suite. Après, si on gagne 1-0 ou 2-0, je prends aussi tant qu’on se qualifie.

Propos recueillis par N.Portillo

Retrouvez l’interview de Damien Graves dans notre Mag Sport de vendredi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s