#Rugby – Nationale / A.Méla (Albi) : «Je ne suis pas un vagabond!»

Arnaud Méla le manager du Sporting Club Albigeois, nous a accordé une interview exclusive après la première victoire à l’extérieur face à Dax (21-22). L’ex briviste revient avec nous tant sur la suite du parcours des jaunes et noirs dans la relevé poule nationale, que sur son avenir personnel au sein du club cathare. Focus sur un coach qui se sent bien à Albi, et qui compte aller avec ses hommes au bout de son projet sportif.

Crédit photo : Le #MagSport / Studios H2G

Arnaud, cette victoire à l’extérieur contre Dax, elle s’est faite longtemps attendre mais a aussi été longue à se dessiner samedi dernier en terres dacquoises ? 

 

Ça a été un bon match de notre part mais on a mis du temps à se mettre à l’abri et on n’a pas su y rester. Nous avons quand même été dominants sur la possession, on leur a donné 9 points en première mi-temps sur des petites erreurs que l’on aurait pu éviter comme deux plaquages à retardement qui sont des choses que l’on peut éviter. Ça fait 6 points plus un ballon mal récupéré sur lequel on fait une mauvaise passe et il y a contre-ruck, quelque chose qu’on aurait en tout cas pu bien mieux gérer. En seconde mi-temps, nous avons quand même pris le score et nous avons été patient, il nous a juste manqué de finir une sortie de camp à la 80e : un coup d’envoi, sortir du camp, être patient trois minutes et gagner ce match. On n’a pas été capable de faire une bonne sortie de camp et on a pris un contre-ruck, une pénalité, une touche, un ballon porté et un essai. Donc ça, ce sont des choses à corriger mais il faut garder l’état d’esprit que nous avons eu sur le terrain à vouloir jouer, se replacer, travailler dur et jouer un bon match de rugby. Ça a été un match avec 30 minutes de temps de jeu effectif donc, c’est Pro D2 et les joueurs ont aussi pris du plaisir donc, il faut que l’on continue à appuyer là-dessus. 

 

L’image que l’on garde à l’esprit, un peu comme à Nice, c’est ce maul qui est allé en terre promise ?

 

On le travaille et ils se sont récompensés. On n’était pas parti pour ne faire que des ballons portés le week-end dernier à Dax, on voulait jouer. On a quand même trouvé une petite défaillance là-dessus en seconde mi-temps donc, on a appuyé et on s’est récompensé. Ça, c’est bien et positif. 

 

Tu le sais, les suiveurs et les supporters sont souvent un peu chafouins. Certains disent  » quand on joue bien à l’extérieur, on perd, quand on joue un peu moins bien, on gagne « . Que préfères-tu ? Le pragmatisme de la victoire, j’imagine ? 

 

Là, on a bien joué et on a quand même gagné. Oui, ça a été un peu serré et oui, nous avons fait des erreurs, on n’a plus l’habitude de jouer des matchs à plus de 27, 28 ou 30 minutes de temps de jeu donc, quand tu joues beaucoup, il faut être plus lucide, faire les bons choix et c’est là que ça amène l’erreur. Le jeu amène l’erreur donc, il faut être tolérant là-dessus et si on arrive à reproduire quelques matchs comme celui-là, on va s’habituer à gérer des situations que l’on a eues à gérer dans la fatigue et dans le rouge. C’est ça les joueurs de haut niveau et c’est là où ils sont les meilleurs à savoir faire les bons choix et les choix justes quand tu es dans le rouge. Donc, il faut qu’on continue à bosser comme ça. 

 

https://www.aristow.com/fr/

On voit que la profondeur du banc du Sporting est le véritable 16e homme ? 

 

Le coaching au niveau des remplaçants a été très positif. Ça avait quand même beaucoup joué en première mi-temps et les remplaçants ont amené une véritable plus-value, un vrai coup de peps. C’est le rôle qu’ils ont, j’ai besoin de ces remplaçants qui me mettent des coups de fouet quand ils rentrent et là, c’était bien, ça a été positif. 

 

On a vu que tu avais eu pas mal de casse à Bourgoin, surtout en 3e ligne, avec Simon Veyrac et Thomas Toevalu. On a eu écho que le Sporting était en recherche d’un joueur en supplément pour les remplacer. Je suppose que tu dois officier en sous-marin mais où en es-tu de ce dossier transfert ? 

 

Nous avons étudié plusieurs cas et d’ici aujourd’hui ou demain, on va annoncer un joueur qui va rentrer avec nous pour au moins quatre mois pour commencer. On va essayer d’amener un joueur d’expérience qui va nous apporter un peu d’énergie et surtout de me permettre de faire souffler quelques joueurs qui vont enchaîner les matchs. Avec l’effectif que j’ai, sur le bloc de 5, j’ai des joueurs qui vont devoir faire au moins 3 voire 4 fois 80 minutes donc ça va être important pour moi de pouvoir les ménager. 

 

Parlons de ce bloc de 5. Le premier match est passé, le seul qui se jouait à l’extérieur et il y a maintenant 4 réceptions à domicile. Quel est l’objectif comptable ? 

 

C’est de gagner les 4 matchs avec le point de bonus mais c’est difficile. Donc, c’est en priorité de gagner les 4 matchs, les construire et on verra. C’est continuer à bosser défensivement parce-que, si tu mènes 2 essais à 0 en seconde mi-temps parce-que tu as bossé défensivement et que tu ne prends pas d’essai, l’objectif sera d’aller chercher le 3e. Mais il n’y jamais de grande vérité lors des matchs et le but sera bien sûr de prendre un maximum de points. 

 

Quel est l’adversaire que tu redoutes le plus dans ces 4 matchs ? Tous certainement parce qu’en Nationale, il n’y a ni petits ni gros ? 

 

Aujourd’hui, l’adversaire que je redoute le plus est peut-être mon équipe. Si les joueurs décident tous de faire le maximum d’efforts pour le groupe, pour l’équipe et pour tout le monde, ça devrait le faire.  Le premier souci est là, quand on s’investit à 100% sur le terrain, et je le vois bien, le rugby devient plus simple. 

 

On est dans une période où on commence à parler de mercato, de transferts pour les années suivantes. On sait que cela fait 4 ans que tu es au Sporting Club Albigeois, comment s’inscrit ton avenir ? 

 

On en a déjà parlé avec Alain, le président. On discute pour la saison prochaine mais, pour le moment, il n’y a rien qui est décidé. Ce qui est sûr, c’est que moi et mon staff allons donner le maximum pour faire en sorte que cette équipe arrive à monter en Pro D2. On verra par la suite s’il y a montée ou pas, il y a le temps pour parler de ça. 

 https://esalbi.com

Ton attachement à Albi est quand même indéfectible ? 

 

Bien sûr. Je ne suis pas trop vagabond, plus ou moins,  et quand je suis installé dans un endroit qui me convient, je ne suis pas pressé d’en bouger. Moi, pour le moment, ça va, quand les joueurs donnent comme ils ont donné ce week-end, ça me donne envie de rester. Ce avec quoi j’ai du mal, c’est le manque d’investissement et pour le moment, tout va bien. L’aventure continue avec Albi et on verra par la suite. 

 

On va terminer par un petit coucou aux supporters et un message à leur adresser une fois de plus car ce sont les derniers confinés de la Nationale et ils nous manquent beaucoup ? 

 

Bien sûr qu’ils nous manquent, on aurait besoin d’eux. Je pense que quand tu as ton public qui pousse lors des matchs à la maison, tu vas souvent chercher des petits exploits de fin de match à la 60e. Il faut que l’on continue à bosser et que l’on arrive à marquer et à gagner ces matchs-là en se disant qu’ils sont derrière leurs écrans mais qu’ils poussent quand même pour nous, même s’ils ne sont pas là. Mais c’est vrai qu’il nous tarde vraiment quand même qu’ils reviennent au stade. 

 

L’objectif est de garder le Stadium inviolé jusqu’au retour des supporters ? 

 

Oui, le plus longtemps possible (rires). 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/Kq1JWAt8kAE

Retrouvez le replay de l’émission « Le #MagSport by H2G du 12 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s