#Rugby – Nationale / B.Sicart (Albi) : «Nous sommes tous des revanchards!»

Pour le lancement de notre nouvelle rubrique « Black and Yellow Story », lors de la première émission « Le #MagSport/H2G » nous avons eu un invité de marque : Benoît Sicart, le 3/4 aile du Sporting Club Albigeois. Pour ce cadre du vestiaire qui a connu en 2017 la relégation de Pro D2 à Fédérale1 Élite avec les jaunes et noirs , et qui avait vécu une année 2018 catastrophe , avec une rupture du ligament croisé, le choc contre Bourg en Bresse a failli devenir un nouvel épisode douloureux de sa carrière. Lors de cette victoire où il a fait preuve d’un courage sans faille, Benoît Sicart a bien cru devoir repasser sur le billard. Rassuré sur son état de santé (indisponibilité de 6 semaines), l’ailier/arrière du SCA espère pouvoir revenir aux beaux jours et disputer à nouveau des playoffs d’accession. Car l’ex joueur de Montpellier, à l’instar de ses coéquipiers, recèle d’un gros goût de revanche ancré au fond des tripes.

Crédit photo : Le #MagSport / Studios H2G

 

Lors du choc de Nationale contre Bourg-en-Bresse, on t’a vu tomber à terre dans les dernières secondes et te tenir ce genou qui te fait tant souffrir depuis des années. On a craint le pire pour toi mais, heureusement, tu as de bonnes nouvelles à nous annoncer ?

 

Oui, beaucoup plus de peur que de mal. Les ligaments croisés ne sont pas touchés donc, c’est quand même quelque chose d’assez positif. C’est juste le latéral interne qui est touché et, grosso modo, je manquerai l’ensemble du bloc. 

 

On peut dire  » seulement six semaines  » même si six semaines, cela reste une grosse blessure ? 

 

Bien sûr, cela fait un mois et demi avec en plus cinq matchs importants qui s’annoncent dont 4 à domicile. C’est rageant mais je pourrai prétendre à la fin de saison et à ces phases finales qui nous tiennent tous à cœur. 

 

Une des images qui nous a marqués face à Bourg-en-Bresse, c’est que même avec un genou dans la boîte à gant, tu t’es relevé, tu es allé dans un ruck, tu as cassé une liaison et ça a permis à Tuks Vasinuibu d’aller amener l’action qui vous donne la gagne. C’est vraiment un beau geste, un geste de solidarité où tu as quasiment fait don de ton corps à la science ? 

 

Je ne réfléchissais pas trop, je ne voulais pas croire que j’avais mal donc je me suis relevé et je me suis forcé à faire quelque chose. Quand j’ai vu Gaëtan arriver à côté de moi et ce maul se former, je me suis dit  » il faut que je serve à quelque chose et que j’y aille « . C’était vraiment le cerveau qui était assez débranché. 

 

Et puis, des émotions qui ont dû se mélanger : une victoire à l’arrachée qui a fait vibrer tous les téléspectateurs mais toi derrière avec certainement des interrogations médicales. Ce doit être des moments compliqués à vivre dans la tête ? 

 

Bien sûr. Heureusement qu’il y a la victoire, ça apporte quand même un peu de baume au cœur mais il est vrai que l’on pense à la blessure, surtout là car je ne savais pas ce que j’avais. Il y avait quelque chose parce-que ça avait craqué mais heureusement que nous avons gagné car, quelque part, ça atténue un petit peu la souffrance. 

 

https://www.aristow.com/fr/

On va revenir sur le côté sportif. Ce premier bloc de redémarrage 2021 est quand même très, très positif pour le Sporting, vous faites sauter deux fois le leader à domicile et vous battez Aubenas. Il y a le petit accroc à Bourgoin mais il faut s’y déplacer et tout le monde n’ira pas chercher des points à Bourgoin. On peut quand même dire que c’est un premier bloc réussi ? 

 

Tout à fait, c’est un premier bloc réussi. On conserve notre invincibilité à domicile, je crois que cela fait deux ans que nous n’avons pas perdu au Stadium, et c’est quelque chose de très positif. Maintenant, il nous manque toujours ce résultat à l’extérieur, aller chercher 4 points à l’extérieur nous ferait vraiment du bien. Jusqu’à présent, on ramène toujours un point, ce qui est quand même positif, mais il est certain qu’actuellement, il nous manque 4 points. 

 

On sait qu’il y a deux ans, le groupe s’était fédéré dans l’injustice après  » l’affaire Cardona  » comme on l’appelle dans le milieu albigeois. Est-ce que cette année, avec les nouvelles recrues, vous avez réussi à faire perdurer ce sentiment de revanche et d’aigreur qui vous donnait ce supplément d’âme la saison dernière ? 

 

Ce sentiment, on l’a forcément toujours et je pense que les mecs qui sont arrivés cette année, voire même il y a deux ans, l’ont compris. Ça fait maintenant partie de l’histoire du club, on ne peut pas se le cacher. Il est certain que nous sommes tous des revanchards et qu’on a tous à cœur de retrouver cette place qui est la nôtre. Et oui, je pense que les mecs l’ont compris. 

 

Maintenant que 10 matchs se sont joués dans ce championnat de Nationale, et même si le Sporting en compte deux de retard, tu as un regard à porter sur cette division ? 

 

C’est un championnat qui est très intéressant et il est sûr que nous étions tous satisfaits qu’il y ait eu cette contrepartie-là après la non-montée en Pro D2, une histoire de plus au Sporting. Nous étions assez satisfaits parce-que nous savions très bien que ce serait un gros championnat avec de grosses équipes et des favoris à la montée en Pro D2. Par contre, même si nos rêves de Pro D2 ne s’éloignaient pas, ils allaient forcément être encore plus durs. On savait très bien qu’il faudrait encore plus travailler pour prétendre à la Pro D2 et on le voit. Actuellement, même si nous avons deux matchs en retard, nous sommes 4es ex-aequo et Nice et Bourg, les deux premiers, sont déjà assez loin. Donc, il est sûr que là, tous les points comptent et maintenant, il nous tarde de rattraper tout cela. 

 

Cliquez ici pour commander

Le début de championnat n’a pas été catastrophique mais n’a peut-être pas été à la hauteur de vos attentes. On a eu l’impression que vous aviez encore la tête à ce combat pour la Pro D2 au commencement du championnat et que le second confinement vous a peut-être fait craindre un bis repetita de l’année dernière, que la saison s’arrête et que vous finissiez votre aventure commune sur un point-virgule. Est-ce que ce n’est pas ça qui a peut-être remobiliser et regalvaniser les troupes pour cette seconde partie du championnat ? 

 

On s’est déplacé pas mal de fois en début de saison, ce sont donc forcément des matchs un peu plus compliqués. Sur ce bloc-ci, on a beaucoup plus reçu et, même s’il n’y a pas de public ni de spectateur qui pesaient sur les rencontres, on voit que l’on arrive à faire quelque chose, à avoir une ambiance et une atmosphère. C’est vrai que les matchs à domicile comptent obligatoirement et c’est difficile pour les équipes de venir faire quelque chose. 

 

On va se projeter sur le match de Dax (Victoire 21-22 ce samedi 13 février 2021 lors de la 17 eme journée) , deux mythes du rugby français qui se rencontrent. Il y a déjà eu de grands rendez-vous entre ces deux équipes avec de belles parties de manivelles. Comment assimiles-tu ce nouveau challenge pour Albi d’aller chercher une première victoire à l’extérieur ? 

 

Comme je te le disais, il nous manque encore quelque chose à l’extérieur. Il est certain que ce serait positif de faire quelque chose là-bas et je pense que les gars l’ont compris cette semaine à l’entraînement. On sort d’une semaine de coupure, il fallait un peu se remettre la tête au travail et j’espère vraiment qu’on pourra ramener plus qu’un point de bonus défensif. Il faut clairement y aller avec des ambitions pour pouvoir prétendre à l’une de ces quatre premières places, surtout que Dax est aussi un concurrent direct donc, il faut y aller pour gagner. 

 

Quelle a été l’ambiance de la semaine de préparation entre cette belle victoire à domicile face à Bourg-en-Bresse et le déplacement à Dax ? 

 

Ça a été une semaine studieuse. Nous sommes arrivés lundi et on a compris de suite que le match contre Dax allait être très important. Les coachs nous l’ont bien fait comprendre, ils nous ont parlé en nous disant qu’il fallait vraiment cocher ce match et qu’on y allait pour faire quelque chose. Ça a été une semaine très studieuse et franchement, les gars ont très bien travaillé. 

 

Dans ce bloc, il y a le déplacement à Dax et après, 4 réceptions d’affilée avec Cognac, Bourgoin et le fameux match du déluge qui se jouera enfin, Suresnes. Suresnes, ce n’est pas un déplacement qui laissera un souvenir terrible cette année. J’imagine que vous allez être très revanchards, surtout que la rencontre contre Suresnes se jouera juste avant un choc entre Albi et Narbonne où là encore, il y aura une belle partie de manivelles ? 

 

Tous les matchs vont forcément être importants. On a la chance de recevoir 4 fois d’affilée et c’est pour cela qu’il est important de ne pas se rater à Dax. Si on lance bien ce bloc en gagnant à Dax (Victoire 21-22 ce samedi 13 février 2021 lors de la 17 eme journée), ce sera un peu plus facile derrière et on aura l’esprit un peu plus tranquille. Il y aura encore 4 matchs compliqués mais c’est différent à domicile, il y a une autre ambiance. 

 

https://esalbi.com

Tu vas être absent pendant 5 / 6 semaines. Une petite pige au micro du #MagSport pour venir commenter le match de Suresnes ou celui de Narbonne, cela peut te plaire ?

 

Pourquoi pas ? J’en ai de bons souvenirs. 

 

Rendez-vous est pris pour nos téléspectateurs.

C’est ça (rires)

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/Kq1JWAt8kAE

Retrouvez le replay de l’épisode 1 du « MagSport by H2G » du 12 février 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s