#Rugby – Nationale / B.Noirot (Dijon) : «Ce ne sont pas les meilleurs joueurs qui vont jouer mais ceux qui ont le plus envie!»

Pour la première de la rubrique  » l’avant-match  » dans l’émission « Le #MagSport by H2G » nous sommes allés faire un tour dans la capitale des Ducs de Bourgogne avec Benjamin Noirot, le coach/Consultant du Stade Dijonnais. A quelques heures du déplacement à Cognac, l’ex international a bien posé ses attentes, il souhaite voir des dijonnais plein d’envie et de détermination dans cette 17ème journée de Nationale. Dijon qui reste sur 3 défaites consécutives, espère vivement redresser la barre durant ce second bloc 2021.

Pour le Stade Dijonnais, c’est un nouveau bloc qui s’annonce quand même assez crucial pour l’objectif maintien. Dans le premier bloc, vous aviez démarré par une belle victoire au courage face à Chambéry mais derrière, la machine s’est un peu enrayée avec des matchs difficiles, dont celui de Bourgoin qui t’est un peu resté en travers de la gorge ? 
Ce qui a été un peu frustrant, ça a été ce 2e confinement après avoir failli gagner à Suresnes, après avoir reçu Narbonne et les avoir battus. Il y avait une certaine dynamique qui était en place et ce confinement de Novembre cumulé avec la reprise de Décembre, soit deux mois sans pouvoir s’exprimer au niveau du championnat, ont été frustrants car nous n’avons pas pu nous exprimer sur notre lancée. En tous cas, contre Chambéry, on fait une très bonne première mi-temps où l’on mène 16-0 puis ils reviennent et nous passent au-dessus. Mais, avec le courage et l’investissement des joueurs, on arrive à revenir et à avoir cette dernière pénalité pour gagner ce match, ce qui nous a fait du bien. C’était le premier match du bloc, derrière, on reçoit Bourgoin, on va à Bourg et on reçoit Dax et j’ai trouvé un manque d’investissement des joueurs, un lâcher prise alors qu’on s’entraîne bien. Donc, suite aux résultats et aux réponses que m’ont apporté les joueurs, les entraînements ont été différents, avec un peu de combat en leur expliquant que, si je n’avais pas de réponse sur le terrain, la semaine allait être compliquée. 
Il y avait vraiment la place de faire autre chose lors de ce match face à Dax ? 
Bien sûr, même pour Bourgoin et même à Bourg. L’indiscipline a été récurrente et s’il n’y a pas d’agressivité, on ne rentre même pas sur le terrain. 

Donc, on peut se dire que pour aller à Cognac, tu attends d’avoir des joueurs avec  » le sang dans l’œil  » comme dirait notre ami du Sporting Simon Pardakhty ? 
Voilà, je leur ai dit que ce ne seraient pas les meilleurs joueurs qui allaient jouer mais ceux qui auraient le plus envie. 
https://www.aristow.com/fr/
En plus, cette équipe de Cognac est vraiment une équipe compliquée à jouer. On a vu que Narbonne avait failli s’y casser les dents il y a quelques semaines et c’est plus Cognac qui s’est battu lui-même que Narbonne qui a battu Cognac. Ce n’est pas une sinécure d’aller dans les Charentes ? 
Oui, c’est une très belle équipe. Ils ont des joueurs à forts potentiels qui, dans un contre un, peuvent amener une plus-value à cette équipe de Cognac. Ils sont très denses devant, solides en mêlée et dans les mauls, ils attaquent le milieu de terrain avec de gros centres et ils ont un arrière dynamiteur. Donc oui, il va y avoir un beau challenge à relever. 

Et un manager, Fabrice Landreau, qui est en train petit à petit d’imprimer sa patte sur le jeu des Cognaçais ? 
C’est vrai, il y a la patte de Fabrice. Donc, on sait à quoi s’attendre. 
Souvent, dans le sport moderne, on aime bien boucler la boucle. Le match aller à Cognac avait engendré une petite crise en interne au Stade Dijonnais qui avait amené ta prise de fonction. Là, pour ce match retour, la boucle à boucler serait d’engendrer une sortie de crise et un renouveau pour le Stade Dijonnais ? 
Ca serait l’idéal. En tous cas, c’est vrai que ça ferait du bien aux joueurs mais aussi au club, aux supporters et à la ville de Dijon pour que le club relève la tête et que l’on montre que les joueurs ont le niveau dans cette Nationale et qu’on existe. 
Je sais que c’est un crève-cœur de ne pas avoir ses supporters de Dijon dans Bourillot à pousser et à partager des moments de vie avant et après le match. Le seul cadeau que vous puissiez leur faire, c’est de réenclencher la machine à victoire à Bourillot lors du match suivant qui sera la réception de Suresnes ? 
Bien sûr que ces supporters nous manquent à nous aussi, le fait de ne pas pouvoir partager notre passion avant, après et pendant. On le fait différemment en se contactant ou avec des messages de soutien mais aujourd’hui, avec ce confinement, on peut regarder les matchs. On a appris à s’adapter et aujourd’hui, les supporters sont fidèles sur nos réseaux et peuvent nous suivre grâce à la vidéo. Ca, c’est un plus pour eux mais en tous cas, ils sont impatients d’arriver au stade et de voir notre équipe gagner. On va tout d’abord jouer Cognac mais Suresnes est aussi une grosse artillerie qui mérite sa place, qui est constante, qui a fait un bon début de saison et qu’il ne faut pas prendre à la légère. On aura à cœur de rivaliser face à cette équipe, surtout chez nous. 
Quand on voit ce que font Blagnac et Massy sur le dernier bloc, ça peut donner de la suite dans les idées à Dijon ? Avant le confinement, ces deux équipes étaient au fond du trou et on voit que dans cette Nationale, avec deux ou trois belles performances, on arrive très vite à gravir quelques échelons ? 
Oui, le championnat est très serré, il y a des surprises chaque week-end. Les matchs sont relevés, ça se joue à pas grand-chose et on peut vite sauter une ou deux places avec une ou deux victoires en plus. 
Tu as un regard général sur cette première année de Nationale ? Certes, il y a eu le confinement au milieu de l’automne qui a un peu cassé la dynamique mais, en général, c’est quand même une belle réussite et on voit des matchs qui, en termes de niveau, d’intensité et d’engagement, ont passé un voire deux paliers par rapport à la Fédérale 1 de l’an dernier ?
Il est certain que l’on est satisfait de cette poule Nationale malgré ces confinements. J’ai espoir que ce sera encore plus engagé l’année prochaine avec vraiment une densité de championnat, cette accumulation de matchs qui permettra et aux joueurs d’être contactés par la Pro D2 si jamais ils ont cette chance-là et à l’équipe qui montera en Pro D2 d’être déjà prête pour ce genre de championnat long. Pour être vraiment préparé, il faut que ces matchs s’enchaînent, avec un niveau égal à cette année voire même plus. 
Quand on voit ce championnat de Nationale, il y a déjà des voix qui parlent de faire l’année prochaine deux poules de 9 pour intégrer 4 équipes de plus. Pour toi, le format actuel est le meilleur ou tu pencherais pour qu’il soit modifié ? 
Je fais confiance aux personnes en place mais en tous cas, aujourd’hui, moi, j’aime bien cette formule parce qu’elle permet de jouer et de se jauger contre toutes les équipes. Ca permet aussi de jouer des équipes sur différentes philosophies, par exemple une équipe qui va plus jouer devant ou une équipe qui va plus se déplacer et c’est ça qui est intéressant. 
Autre problématique pour des coachs comme toi qui sont avec des équipes qui jouent le maintien ou le milieu de tableau, c’est le risque qu’il n’y ait ni montée de Fédérale 1 ni descente en Fédérale 1. Si les joueurs savent au mois de Mars qu’ils sont déjà sauvés, il peut y avoir une décompression naturelle de leur part. En tant que manager, il va quasiment falloir avoir un rôle de prépa mental pour les garder sous cocotte ? 
Je n’ose pas croire que les joueurs pensent ça. Ils sont professionnels et à part ceux qui ont des contrats de deux ou trois ans, ce qui n’est pas le cas à Dijon ou il y en a très peu, il faut quand même que certains argumentent pour avoir un contrat en plus l’année prochaine. J’imagine que c’est le cas dans les autres clubs plus le contexte actuel où j’imagine qu’il va y a voir beaucoup de joueurs en difficulté parce-que les budgets vont être serrés donc moins de joueurs. Tout ceci engendré fait que les joueurs qui auront des contrats seront ceux qui se seront le mieux exprimés et qui auront apporté le plus de réponses aux entraîneurs et aux coachs. 
Pour aller dans le sens des propos tenus par ton capitaine Hugo Alarcon dans nos colonnes, il disait qu’il fallait être conscient et mesuré de l’honneur que vous aviez de pouvoir jouer dans la période actuelle alors que les Fédérales 1, 2 et 3 ne peuvent pas jouer. Faire honneur au fait de pouvoir jouer et de faire sa passion qu’est le rugby va aussi être le mot d’ordre pour ce match de ce samedi contre Cognac ? 
Oui mais déjà juste le fait de travailler, de se lever le matin, d’être actif, d’aller à l’entraînement, d’avoir du lien social avec les mecs avec qui l’on joue sur le terrain et de pouvoir en plus s’exprimer le week-end face à une autre équipe. Nous avons beaucoup de chance et j’espère que les joueurs en prendront conscience et l’exprimeront aujourd’hui sur le terrain de Cognac. 
On va te souhaiter le meilleur pour cette rencontre en espérant voir une équipe du Stade Dijonnais avec le couteau entre les dents et qui puisse renouer avec la victoire
Merci beaucoup 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://youtu.be/Kq1JWAt8kAE

Retrouvez l’épisode 1 de l’émission « Le #MagSport / H2G » en replay sur you tube.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s