#Foot – CdF / Y.Benlefki (Fabrègues), alias le Professeur, revient sur le succès à Castanet

A quelques jours du septième tour de Coupe de France contre Onet, le milieu de Fabrègues Yamin Benlefki, revient avec nous sur la victoire des siens contre Castanet. Buteur dimanche, il en profite également pour revenir sur son coup de génie de 45 mètres, un but calculateur et méticuleux digne du Professeur de La Casa de Papel !

Au final cette saison, vous êtes la première formation qui vient à bout de Castanet. Est-ce que pour vous la victoire était loin d’être assurée ou vous étiez plutôt confiant au moment du coup d’envoi ?

Objectivement ce n’est pas un critère que nous avions pris en compte leur invincibilité. Nous avions honnêtement pris en compte c’était leur statut de promu, avec une équipe jeune qui n’avait pas forcément d’expérience en N3. A partir de là, nous n’étions pas forcément très inquiets. Nous savions que Castanet était une équipe avec beaucoup de qualité et notamment de la vitesse. Mais en mettant les ingrédients nécessaires, beaucoup d’impacts et de justesse technique, nous étions capables de rivaliser avec eux. Nous avons une équipe de qualité, malgré un problème mental. Nous avons l’expérience de la N3, contrairement à eux, et nous avons joué là-dessus.

Ce problème mental auquel vous faites allusion, il ne s’est pas vu dimanche. Qu’est-ce qui vous a permis de mettre les ingrédients qui vous ont manqué en début de saison en championnat ?

Après la Coupe de France c’est quelque chose de particulier. Le championnat c’est notre pain quotidien alors que la Coupe de France, c’est une autre compétition, un autre état d’esprit. Mentalement, on le prépare d’une autre façon. Après le confinement, ça faisait un moment que nous n’avions pas joué. Nous avons repris l’entraînement il n’y a pas longtemps et nous voulions montrer que nous sommes une équipe conquérante. Nous avons justement mis en avant notre expérience pour mettre l’efficacité et l’agressivité qu’il fallait. A un moment donné, ça compte.

La route et le match à domicile n’ont donc pas été un soucis pour vous lors de cette rencontre…

L’organisation de ce match était vraiment à la hauteur de l’événement sous la houlette de Laurent Scala et Laurent Bruno, l’entraîneur et le président. Le club nous a offert la possibilité de partir la veille. Hôtel, bon petit déjeuner, ça nous a permis de bien nous conditionner et de bien préparer le match. Nous sommes arrivés au stade avec beaucoup de confiance et nous l’avons montré sur le terrain. Nous étions 10 au bout de dix minutes, il ne faut pas l’oublier. Le latéral droit prend un carton rouge aussi tôt, ça remet en question tous les plans. Il faut se réorganiser, ils sont un de plus. Même à 10 contre 11, nous n’avons pas lâché. Nous étions encore plus concernés et sur le match il n’y a rien à dire. Nous avons dominé de la tête et des épaules. La preuve, nous finissons à 2-0 avec plusieurs grosses occasions en première mi-temps, contrairement à eux qui n’ont rien à se mettre sous la dent. Ça prouve que nous sommes une équipe compétitive, bien organisée et avec une réelle harmonie. C’est très important. Au football 1+1, ce n’est pas comme aux mathématiques, ça ne fait pas deux. Si vous avez un joueur qui a un état d’esprit, un autre qui a un autre état d’esprit et un troisième encore un autre, ça fait trois équipes différentes dans la même équipe. Nous avons fait 11, ou 10 après l’exclusion, car nous étions tous en harmonie et dans le même état d’esprit.

Vous avez vous-même su montrer cette confiance en vous avec votre but de 45 mètres. Alors coup de génie ou inspiration folle ?

Je vais vous faire une confidence. A chaque fois qu’on joue contre Castanet, le gardien avance. A la 50ème minute, je regarde le capitaine adverse et je lui dis « ton gardien, il est souvent avancé, si j’étais toi je l’avertirais. » Il me regarde avec un sourire narquois. Moi sur le terrain, je suis quelqu’un d’expressif, et je suis de nature à parler. Cinq minutes après, je reçois un ballon et à partir de là, tout est schématisé. Je dis à mon attaquant « vas-y » pour que le gardien ait une petite incertitude et me permettre de gagner les uns mètres que je vais gagner pour le lober. Cinquante mètres, c’est long, il avait le temps de s’organiser pour pouvoir reculer. Il recule, mais il n’arrive pas à attraper le ballon qui est bien tendu. Il n’était pas loin, il était à 50cm. Le fait d’avoir demandé à l’attaquant d’y aller, ça a créé cette incertitude qui l’empêche de réagir à temps pour récupérer le ballon. Moi je suis de nature à tout observer et calculer sur le terrain. J’analyse tout.

Maintenant place au septième tour contre Onet pourfendeur de Tarbes et Béziers. Est-ce que ça n’a pas l’écho d’un match piège pour vous en tant que favoris sur le papier ?

Pour moi, le match le plus dur est contre Onet le Château. Il va être encore plus dur que contre Castanet. Au-delà du match, il nous faut nous conditionner et nous préparer pour être dans la même mentalité. Ça va être un match dur que nous allons préparer avec beaucoup de sérieux, de confiance grâce à notre victoire, mais surtout beaucoup de sérieux. Nous allons respecter cette équipe avec beaucoup d’humilité. C’est une équipe qui est là et ce n’est pas un hasard. Ils ont fait ce qu’il fallait pour ça. Je ne les connais pas beaucoup, mais ils ont sûrement des qualités, j’en suis convaincu. Ça sera à nous de faire le boulot. Croyez-moi nous allons préparer ce match avec sérieux. Cette victoire à Castanet ne fait pas de nous le grand Barça. Nous sommes juste une équipe d’un village, avec l’esprit qui va avec et ses valeurs. A partir du moment où nous perdrons ces valeurs, ça sera fini. A nous de prendre conscience de ce dont nous sommes capables. Mine de rien, en Coupe de France dernièrement, nous avons fait deux 32èmes de finale, donc nous avons une histoire particulière dans cette compétition. Si nous pouvons le refaire ça serait bien. Pour ça, il nous faut nous concentrer sur Onet en espérant passer. Je dirais tout de même un grand bravo à Castanet qui a été une équipe courageuse.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s