#Rugby – Nationale / B.Noirot (Dijon) : «On à cœur de redorer le blason du club!»

Nous sommes allés prendre le pouls en Bourgogne au Stade Dijonnais avec Benjamin Noirot, le coach des Côtes-d’Oriens. L’occasion de faire un point sur les dernières annonces qui fixent des perspectives pour ce championnat de Nationale et dressent un cap pour l’ensemble des participants. Après cette phase de concertation fédérale avec les 14 clubs, l’ex international est satisfait de l’adaptation du format de compétition proposé par la FFR. Dorénavantavertis du nouveau calendrier, les stadistes ont à cœur de débuter ce « nouveau championnat » et de montrer l’étalage de leur talent. Après un début de saison compliqué, mais qui s’était arrêté à quelques jours du re-confinement avec un belle victoire à domicile face à Narbonne, les pensionnaires de Bourillot espèrent renverser l’ordre établi automnal. Entretien avec un coach qui attend avec impatience le 10 janvier 2021 et le retour prévu des joutes de Nationale, pour prouver que le Stade Dijonnais est bel et bien en ordre de marche et mérite un classement autre que l’actuel (12ème).

Benjamin, j’imagine que tu es un coach heureux car tu as maintenant des perspectives ? 

Oui, nous avons reçu la proposition pour la Nationale de la part de la Fédération Française de Rugby. Je veux d’abord les remercier parce qu’ils ont très bien travaillé, ils ont écouté toutes les équipes, il y a eu des dominantes par rapport aux choix qui ont été effectués. En tous cas, c’est plaisant parce qu’aujourd’hui, il y a des perspectives d’avenir et de travail et je pense que dans chaque équipe, nous sommes impatients de retrouver le terrain comme les joueurs et de pouvoir s’exprimer dans cette poule Nationale. 
Toutes les cases ont été cochées. On avait entendu ton président Philippe Verney demander à ce qu’il y ait un maintien des play-offs et de la poule unique, qu’il n’y ait pas de disparité entre les clubs suivant qu’il y ait des matchs à domicile ou à l’extérieur. Tout a été coché avec cette journée de  » rattrapage  » dite  » adaptée  » ainsi que la préservation des phases finales. C’est quand même un moment important pour le rugby ? 
Oui, en effet, dans notre demande, nous étions à peu près en accord avec la Fédération Française. La première chose, c’est qu’au niveau équité, chaque équipe aura un équilibre entre matchs de réceptions et déplacements sur la phase aller. Et puis, les matchs retours vont s’enchaîner avec des phases de repos pour chaque équipe et des phases de  » repos replis « . En tous cas, chaque équipe ne jouera pas plus de 5 matchs d’affilée au maximum pour permettre aussi aux joueurs de récupérer. Il y a également les phases finales, les quatre premiers qui les joueront pour essayer d’accéder à la Pro D2. 
Ces phases finales sont importantes pour essayer de légitimer un peu ce championnat. En plus, il y aura 20 matchs dans cette compétition, sous réserve qu’il n’y ait pas de problématique sanitaire ou d’intempérie. Ça permet de donner un vrai statut à cette compétition car, s’il n’y avait eu que 12 matchs, la LNR aurait pu dire que ça ne valait pas une vraie saison ? 
Il y aura 20 matchs qui permettront aux équipes qui vont accéder à la Pro D2 d’être plus préparées par rapport à l’intensité et à l’enchaînement des matchs, par rapport au fait de rester compétitifs chaque week-end, de permettre aux joueurs de garder ce focus, ce travail et cette intensité sur le championnat ce qui sera beaucoup plus similaire à la Pro D2. 
Il y a aussi une particularité pour Dijon puisque c’est l’un des rares clubs à ne pas avoir de match en retard. Vous allez donc avoir un calendrier un peu différencié de celui de toutes les autres équipes qui ont entre un et trois matchs de retard comme c’est le cas pour Bourgoin et Massy ? 
Le président a très vite voulu mettre en place un protocole sanitaire pour se protéger du Covid.Thomas Kohler, qui en plus d’être coach était aussi le manager Covid a été très pointu sur ce contexte avec beaucoup de rigueur ce qui nous a permis de ne pas avoir de match en retard. Il n’y aura pas pour nous de match à rattraper sur la première phase mais en tous cas, nous devrons réussir à gérer au mieux les plages de repos / repli car, dans un premier temps, nous jouons 4 matchs mais derrière, il y a un match repli et un week-end repos et il faudra donc bien réussir à gérer ces situations-là. 
Dans le fait de ne pas avoir eu de match en retard, il y a aussi eu une part de chance, on ne va pas s’en cacher. On peut bien bosser sur la gestion du Covid mais si des équipes d’en face arrivent avec le  » chikungunya  » comme on dit, c’est compliqué de jouer ? 
C’est vrai, il y a aussi une part de chance que d’avoir joué contre des équipes qui n’étaient pas atteintes par ce Covid. 
Au niveau de l’entraînement, comment avez-vous procédé à Dijon depuis le 1er Novembre et ce reconfinement du rugby fédéral ? Quel a été un peu le plan de marche et quelles sont maintenant les étapes futures pour revenir à pleines jambes le 10 Janvier 2021 
Pendant le mois de Novembre, nous étions confinés à 100%. Le joueur était en autonomie et devait travailler au niveau musculaire et cardio pour revenir en forme dès ce 1er Décembre, date où ça a été une semaine reprise. On a pu voir que, pendant un mois, il y a un peu plus de lacunes du fait de ne pas toucher le ballon. Ce qu’il faut en tout cas noter, c’est l’investissement des joueurs et ce plaisir qu’ils ont eu à se retrouver dès le 1er Décembre. Ce qui va être important pour ce mois de Décembre, c’est de très vite remettre en place ce qui était travaillé avant le confinement car le championnat va très vite reprendre le 10 Janvier. Dijon a surtout un mois de Janvier très important avec trois réceptions où on veut vraiment se remettre au niveau et remonter au niveau du classement donc, ces trois réceptions vont être très importantes. 
Avec ce début de saison par intermittence, peut-être pas pour vous car vous avez pu jouer tous les matchs mais pour l’ensemble de la compétition, et cette pause de quasiment deux mois, c’est quasiment un nouveau championnat qui commence en Janvier ? 
Oui, c’est un nouveau championnat, à voir ceux qui auront le mieux gérer ce confinement et ces mois d’attente, c’est ce qui va être primordial. Le préparateur physique du club a pu travailler encore plus avec les joueurs mais ça fait comme deux intersaisons donc à voir qui s’est le mieux préparé et a le mieux digéré ou accepté ce mois de confinement. 
Sur les ferments d’une première victoire face à Narbonne, qui a fait beaucoup de bien au moral et à l’ensemble du Stade Dijonnais, et avec cette nouvelle saison, on peut s’attendre à voir un Stade Dijonnais qui a les crocs et qui sera mort de faim à partir de Janvier ? 
Oui, effectivement, les joueurs ont déjà les crocs, ils l’ont prouvé pendant le confinement. Ils ont vraiment à cœur de redorer le blason du club, de lui redonner de la couleur et de prouver qu’ils ont le droit d’exister dans cette poule Nationale. 
Propos recueillis par Loïc Colombié
https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-4-decembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Benjamin Noirot lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 4 décembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s