#Rugby – Nationale / JJ.Veyrac (Albi) : «On perd 15 000€ chaque fois que l’on est télévisé alors qu’on nous en donne 2 000.»

Lors de notre « débat médiatisation de la Nationale » le directeur général du SCA, Jean-Jacques Veyrac, a poussé un coup de gueule, concernant les droits TV actuels. Pour le club albigeois, la télé est un support attractif en terme de visibilité, mais les rétributions financières de la chaîne L’Equipe, sont bien en deçà de leurs attentes. À Albi, on se fait force de propositions sur le sujet, avec l’idée de récupérer une portion du créneau publicitaire de la mi-temps. A l’heure où le débat sur le retour des matchs à la télé se fait jour, le club Tarnais par la voix de son directeur général, pose un constat global sur cette division en pleine genèse : la création d’un véritable modèle économique devient urgent.

Jean-Jacques, la position d’Albi était plutôt vers les deux poules de 7 et les poules géographiques. Est-ce que ça n’aurait pas été un handicap pour médiatiser et valoriser ce produit national ? 
JJ Veyrac (Albi) : Si peut-être mais mon président était pour deux poules de 7 pour une seule raison : l’équité sportive. C’est vrai que ce n’est pas le Covid qui nous a empêché de jouer Bourgoin mais l’eau, il y avait 1m60 d’eau dans le tunnel. On a fait une photo, ils avaient de l’eau jusqu’en dessous de la tête pour aller sur le terrain donc ce n’était pas possible. Notre souci, c’était l’équité sportive : à aujourd’hui, nous avons fait un seul match à Albi donc, quand on s’arrête au bout de la 6e journée, les points ne sont pas représentatifs. Mon président voulait un peu repartir à zéro juste à cause de l’équité sportive. Nous n’avons rien contre la poule Nationale, bien au contraire, et maintenant que nous allons vers ça, nous allons faire comme tout le monde et nous serons très heureux qu’il y ait cette poule et que l’on aille au bout. 
A Albi, on aime la télé mais on ne lui court pas après ? 
JJ Veyrac (Albi) : Oui, c’est ça et comme l’a dit Jean-Henri Tubert (Bourgoin) , il y a l’aspect sportif et l’aspect économique. Il est sûr qu’il est toujours sympa de voir du rugby à la télé mais moi, je ne suis pas content de ce qui a été négocié par la FFR au niveau de la chaîne l’Equipe, je suis désolé. Quand l’an dernier, nous avons 2 000€ pour chaque match retransmis, je ne parle pas des phases finales où la vitrine peut être très importante et où on peut faire des sous avec nos partenaires, mais, sur un match normal, nous l’avons quantifié entre 800 et 1 000 personnes en moins au stade à Albi. Si on prend 800 à 1 000 personnes, avec un panier moyen de 15 / 20€ entre l’entrée, la boutique et la bière, on perd 15 000€ chaque fois que l’on est télévisé alors qu’on nous en donne 2 000. Donc non, ça ne nous va pas et ce n’est pas la visibilité qui n’est pas bonne, ce sont les négociations à la base qui n’ont pas été bonnes. 
Par contre, pour une ville comme Albi qui est classée à l’UNESCO avec la cité épiscopale, quand la télé vient et qu’il y a un fondu en début de match avec la cathédrale en arrière, les sponsors historiques du club que sont les pouvoirs publics et la Mairie sont contents car il y a une certaine retombée médiatique sur le territoire ? 
JJ Veyrac (Albi) : On est d’accord. La Mairie, le Département ont toujours été derrière le SCA et ils le seront toujours. Nous, à Albi, nous n’avons pas de partenaires nationaux mais que des partenaires locaux donc, effectivement, les gens se voient à la télé et ils sont très contents quand ils sont sur les maillots ou sur la panneautique LED mais ce n’est pas ce qui va déclencher les partenariats. On ne leur vend pas de la pub télé, on va leur vendre un club affaires et des mises en relation pour qu’ils puissent faire du business. Donc nous, il faut que l’on appréhende la télé différemment et je reviens sur ce qu’a dit le Stade Dijonnais, quand il y a des audiences qui sont montées à 500 000 et même parfois jusqu’à 900 000 quand on a joué contre Rouen, on ne peut pas avoir 2 000 ou 5 000€, ce n’est pas possible. Là, c’est la chaîne l’Équipe qui a tous les bénéfices de ces retransmissions. 
Pour Albi, le fait d’être en clair est quand même un gros avantage par rapport au Top 14 et à la Pro D2 qui sont en crypté. Les chaînes cryptées ont un prix et tout le monde ne peut pas y accéder alors que, quand on est en clair, on touche le grand public. On va dire que c’est le sport pour tous ? 
JJ Veyrac (Albi) : Tout à fait. Quand nous étions en Pro D2, chaque fois que nous étions télévisés, nous avions les audiences : quand il y avait 120 000 personnes qui regardaient le stade, c’était parmi les meilleurs, entre 120 et 150. Là, aujourd’hui, chaque fois que nous avons été télévisés, et on l’a souvent été avec la chaîne L’Equipe, c’est 400 000, 300, 250, 500 ou 600 donc la visibilité du rugby de cette fameuse poule Nationale est excellente avec la chaîne L’Equipe, on ne peut pas en douter. Et c’est pour cela qu’il faut se battre parce-que, quand on demande à un média de nous aider et qu’il n’y a pas de visibilité, on n’a pas tellement de choses à demander. Aujourd’hui, je pense que nous sommes en position de force, ce ne sont pas les clubs qui négocient mais la FFR qui nous reverse ce qu’elle veut, mais je crois que nous sommes aujourd’hui en position de force avec un média pour leur demander de signer des contrats un peu plus importants et que l’on ait des retours plus importants pour les clubs. 
A Albi, est-ce qu’on est prêt à basculer dans l’auto-diffusion et l’auto-promotion de son club ou est-on un peu réticent ? 
JJ Veyrac (Albi) : Il y a deux choses. D’abord, les 8 matchs télévisés sont une bonne nouvelle mais ça ne fait pas beaucoup non plus puisqu’ils restent 14 ou 15 journées et je pense qu’ils auraient pu en téléviser un peu plus surtout s’ils gardent les phases finales, car je pense que c’est surtout cela qui les intéresse. Mais surtout, quand on nous a présenté le projet de la Nationale et le budget d’1M7 à se diviser, il y a avait 850 000€ de droits TV. Donc, je ne sais pas si c’est L’Équipe qui va les donner ou quelqu’un d’autre, c’est un petit peu le point d’interrogation. Ça va aussi dépendre de savoir si on peut jouer avec des spectateurs ou pas : à Albi, nous avons 1 500 abonnés, ils ont payé leurs abonnements et, si les matchs sont à huis-clos, je serai effectivement pour que le match soit retransmis sur les réseaux sociaux, c’est absolument nécessaire. Si jamais on peut remettre des spectateurs comme prévu, avec un spectateur pour 4m2,  ça nous fait entre 2 500 et 3 000 spectateurs que l’on peut mettre à Albi et là, je n’y serai pas favorable parce-que je veux qu’il y ait du monde au stade. Je veux que les joueurs aient des supporters qui les motivent encore plus et puis, nous avons besoin de recettes dans le Stadium. Donc, oui pour le streaming si c’est à huis-clos. 
J’imagine qu’à Albi, le meilleur créneau est le samedi à 19 heures, à l’heure des matchs habituelle, pour être télévisé ? 
JJ Veyrac (Albi) : Oui mais je suis un peu d’accord avec ce que disait Jean-Henri Tubert. Moi, ça ne me gêne pas non plus un vendredi soir, même s’il y a du Top 14. Si on peut éviter Castres, c’est mieux mais les partenaires sont toujours dans leur semaine de boulot et nous, nous savons que nous avons toujours beaucoup de monde avec les partenaires qui amènent leurs invités le vendredi soir. Donc, un créneau le vendredi soir ou le samedi soir ne nous déplaît pas à Albi. 

En Pro D2 combien percevait le SCA, en droit TV ?

JJ Veyrac (Albi) : Le minimum est à 1M250 pour tous les clubs et ensuite, il y a des primes en fonction du nombre de jeunes que l’on fait jouer et des centres de formation. Donc, la moyenne est d’à peu près 1M7. 

Avec quelle enveloppe par match Albi rentre dans ses frais par rapport à ce côté télévisuel ?
JJ Veyrac (Albi) : Je suis comme tout le monde, c’est très difficile de dire des sommes. Je dirai qu’il faut que chaque club ait minimum 10 à 15 000€ quand un match est télévisé, sans vouloir faire l’aumône, c’est quelque chose de raisonnable. J’ai souvent eu la chaîne L’Équipe au téléphone car il faut l’accord des clubs avant chaque rencontre télévisée et j’avais soumis une idée pour qu’on gagne tous des sous et franchement, cette idée, ils pourraient nous la donner. Il y a une mi-temps de 15 minutes, la chaîne L’Equipe vend de la publicité pendant 15 minutes à des partenaires nationaux. J’avais émis l’idée qu’ils nous laissent 5 minutes à nous et qu’ils en aient 10 pour eux parce-que si tous, dans nos clubs, on avait 5 minutes de télé à vendre à chaque fois que nous sommes télévisés, je peux vous dire qu’on les rentabiliserait avec nos partenaires ou même avec des partenaires nationaux qu’on trouverait. Donc, si on peut refaire passer le message à la FFR, moi, je trouve que j’avais eu une bonne idée qu’on nous laisse 5 minutes de mi-temps à vendre à nos partenaires parce-que là, on peut le vendre cher. 
Le naming est-il une utopie ou quelque chose de vraiment envisageable pour la Nationale ? 
JJ Veyrac (Albi) : Moi, je pense que c’est envisageable au vu des audiences que peut faire la Nationale. Je pense qu’une grosse entreprise française peut être intéressée par ça. 
Si malheureusement, dans les années futures, le Sporting n’arrivait pas à accéder à la Pro D2, comment il imaginerait cette Nationale ? Quelle serait la Nationale rêvée du Sporting ? 
JJ Veyrac (Albi) : On ne va pas parler du Sporting, on va parler en règle générale parce qu’il faut que cette Nationale vive. Moi, je vais rêver mais il faut la rattacher à la LNR parce-que, si on ne le fait pas, on n’aura pas de forme, on n’aura pas de quoi payer nos joueurs et on n’aura pas de visibilité. Donc, je pense que le pas a été fait, c’est bien qu’elle ait été créée mais il faut qu’on nous laisse vivre et sans moyen, on ne pourra pas vivre à long terme. 
Une co-direction LNR / FFR peut-être envisageable ou c’est une usine à gaz ? 
JJ Veyrac (Albi) : Je ne sais pas, pourquoi pas. Il faut déjà que la LNR et la FFR soient main dans la main et ça peut s’envisager. 
Pour l’instant, ils ne sont pas trop main dans la main

JJ Veyrac (Albi) : C’est pour ça (rires) ! 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-20-novembre-2020/

Retrouvez l’intégralité du  » débat médiatisation Nationale  » lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 20 novembre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s