#Rugby – Nationale / M.Delpoux (Narbonne) : «Si nous n’avons pas été statués pros, ce n’est qu’un problème de gros sous!»

Marc Delpoux , un des 5 co-Présidents du RC Narbonnais, a participé à notre « Grand Débat : Comment faire redémarrer la Nationale ? » en présence d’Arnaud Méla (Albi), Éric Escribano (Blagnac) et Alexandre Compan (Suresnes). Pour l’ancien 3eme ligne, la situation actuelle (suspension provisoire des championnats) doit être pris avec sang froid et doit permettre aux clubs de souffler. Car le Co Pdt du RCN estime que, les équipes de nationale et de fédérale 1, doivent prendre le temps de se régénérer et surtout de dresser des perspectives, dans un contexte sanitaire hexagonal où l’imprévu est souvent à l’aube du jour suivant. Force de proposition auprès de la FFR, comme l’ensemble des autres clubs, le dirigeant audois est intangible sur certains points : la préservation de l’équité sportive, le besoin de créer un modèle économique pour ce championnat, et sa volonté de voir 2 teams monter en Pro D2. Mais Marc Delpoux, en bonne quintessence du joueur rugueux qu’il était, du président gestionnaire qu’il est, et du professionnel de la restauration qui subit de plein fouet les conséquences du Covid-19 : à lancé un pavé dans la marre envers les pouvoirs publics et juge que l’arbitrage du ministère des sports sur le statut de cette division en pleine genèse n’est, « qu’une histoire de gros sous ». Pour l’ex manager de l’UBB, l’USAP ou encore Provence Rugby, les incertitudes que subissent l’ensemble des clubs, peuvent être résumées par une maxime bien à lui : « Nous avions prévu de l’imprévu mais nous n’avions pas prévu la grosse merde! »

Marc Delpoux, Narbonne est différent de Blagnac parce-que vous avez quand même pléthore de joueurs pros mais vous avez aussi choisi l’arrêt car, pour Narbonne, c’était incompatible de jouer à huis-clos ? 

 

MD (Narbonne) : Les conditions sont les mêmes, que tu sois amateur ou professionnel. Nous, nous n’avons en effet que des joueurs dits professionnels mais l’économie du club de Blagnac ou l’économie du club de Narbonne, comme certainement tous les autres, était intenable et ingérable sur du huis-clos. Ce n’est pas que nous voulions arrêter la compétition, c’est que nous voulions arrêter la compétition à huis-clos. Maintenant, qu’en sera-t-il au mois de Janvier ? On aura eu deux mois de plus pour proposer un petit peu tous les éléments. 

Marc, comment va t’on s’organiser à Narbonne pour cette phase de confinement et de reprise le plus rapidement possible ? 

 

MD (Narbonne) : On va déjà faire comme un petit peu tout le monde à savoir qu’au mois de Novembre, les joueurs sont au chômage partiel. On reprendra au mois de Décembre si, une fois de plus, on nous donne l’autorisation de reprendre. Pour revenir sur ce qui s’est dit au début, le club de Narbonne, comme beaucoup de clubs, était pour jouer au rugby. Nous aussi, nous aurions dû participer aux phases finales l’an dernier, nous aussi, nous aurions prétendu, comme d’autres clubs, à monter ou pas, c’est le sportif qui aurait décidé. Ca aurait du être ainsi mais ça n’a pas été le cas, c’est comme ça et peut-être que cette année, on repart sur la même chose. Mais moi, aujourd’hui, si je fais un petit peu le bilan de ma carrière, j’ai fait jouer, j’ai fait entraîneur, j’ai fait manager, je suis président et le président que je suis aujourd’hui pense plutôt à sauvegarder son club qu’à une hypothétique montée en Pro D2. Au jour d’aujourd’hui, la survie de la Fédérale, du rugby amateur et certainement aussi du rugby professionnel est à une vision à court terme et la vision à court terme que nous, nous avons décidé, c’était d’arrêter le championnat. Mais oui, nous voulions jouer, oui, nous voulons que deux clubs montent en division supérieure la saison prochaine et c’est le sportif qui doit décider. Depuis le début, nous avons proposé à la Fédération Française de Rugby une solution pour reprendre le championnat avec les matches retour et de façon équitable. Tant pis pour Narbonne si nous avons mal débuté le championnat, ce n’est pas grave et je le redis, la survie du club ne doit pas se faire sur une saison mais sur du moyen terme. Donc nous, nous sommes prêts à combattre sur les matches retour mais une fois de plus, le plus important est que l’on retrouve l’an prochain une poule Nationale avec des clubs qui ne sont pas en faillite. 

 

Sportivement, la poule Nationale est quand même quelque chose qui est très attrayant, très alléchant, on avait vu un début où on se régalait avec des surprises. Dans sa jeune histoire, s’il n’y avait pas de montée cette année, ce serait quand même un coup d’arrêt pour cette nouvelle division Nationale ? 

 

MD (Narbonne) : Oui mais, que ce soit une poule Nationale ou que ce soit deux poules ou comme l’an dernier 4 poules ou 5 poules, la problématique est qu’aujourd’hui, la Pro D2 a décidé de continuer à jouer à huis-clos et qu’il y a 4 matches qui ont été annulés le week-end dernier. Donc, c’est bien joli de dire  » on veut continuer à jouer « , moi aussi je veux continuer à jouer mais s’il doit y avoir chaque semaine 4 ou 5 reports de matches … Je crois qu’aujourd’hui, nous sommes devant une problématique mondiale et qu’on subit. Il n’y a pas de bonne formule, il n’y aura pas de bonne formule, on espère tous qu’à la fin de la saison, la Fédération pourra faire monter deux clubs en Pro D2, c’est la seule chose que je peux dire. 

Que pense-t-on à Narbonne de cette nécessaire réforme contextuelle des formats ? 

 

MD (Narbonne) : Moi, j’ai proposé une péréquation qui me désavantage donc, aller chercher les points de l’an dernier, ça m’arrange (rires). Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Moi, je crois qu’aujourd’hui, il faut régler les problèmes les uns après les autres. Le premier problème, c’est le Covid : est-ce qu’avec le Covid, on pourra jouer des matches en Janvier ? Moi, personnellement, je suis perplexe là-dessus. Le second problème, si on décide de re-proposer une dérogation pour pouvoir jouer à huis-clos, sous quel format on reprend ? Certains veulent le format qui était prévu au départ mais c’est impossible, il n’y a pas assez de dates. Les seules dates qui seraient possibles, c’est soit si on abandonne les phases aller soit que, comme le préconise Blagnac, que l’on fasse deux poules de 7. Nous sommes partis sur un championnat à 14 et, c’est mon avis, je crois qu’il faut que l’on finisse sur un championnat à 14. Après, quel type de péréquation ? On va chercher les points de l’an dernier, on va chercher les points de cette année et, une fois de plus, tu as raison, l’ensemble des présidents et surtout la Fédération doivent prendre leurs responsabilités. La Fédé choisira et on doit suivre derrière, je le dis depuis le début et je le redis à chaque réunion entre présidents, ce n’est pas le résultat sportif qui m’intéresse cette année. Si Narbonne vient à rattraper des points, on se battra, il n’y a pas de problème mais ce qui m’importe, c’est qu’il y aiait l’an prochain une Nationale avec au minimum Narbonne dans cette poule. 

 

Le fait que la Fédé, qui doit bien sûr prendre ses responsabilités, vous ait consulté vous, les présidents, est quand même quelque chose de bien ? C’est quelque chose de positif que vous, les clubs, soyez forces de propositions ? 

 

MD (Narbonne) : Oui, bien sûr. On donne notre avis mais, une fois de plus, le pouvoir doit revenir après à la Fédé. S’il y a consensus, tant mieux mais un consensus sur la péréquation, je ne vois pas comment il y sera. 

Et allonger le calendrier jusqu’à juin c’est possible?

MD (Narbonne) : Le problème de fin Juin, ce sera les congés payés, il faut aussi y penser. L’intérêt aussi d’avoir arrêté le championnat est économique, c’était pour permettre d’avoir un chômage partiel en Novembre et si on doit perdre cet avantage du chômage partiel en Novembre parce qu’il faut payer les congés payés à la fin de la saison, cela veut dire que l’on rannule tout sur le plan financier. Les congés payés, c’est un mois de salaire et, croyez-moi, un mois de salaire, ce n’est pas anodin pour des clubs qui, comme nous, n’ont que des joueurs professionnels. 

 

Du coup les phases finales sont en suspens ?

 

MD (Narbonne) : Toutes les formules vont être à étudier. Soit, comme on le préconise nous, on maintient l’intérêt sur 6 clubs qui se qualifieraient, puisqu’il resterait 12 ou 13 matches, cela donnerait la possibilité à tout le monde de pouvoir accéder à ces 6 places, ce qui est l’intérêt sportif. Le second intérêt, ce sont les 3 ou 4 dates que nous avons jusqu’au 30 Mai, ce qui laisse encore un delta de 4 semaines pour les congés payés du mois de Juin, parce qu’on sait très, très bien qu’il va y avoir des matches reportés. J’en parlais tout à l’heure, la Pro D2 a eu 4 matches reportés le week-end dernier donc, nous ne sommes pas à l’abri d’avoir la même problématique au mois de Janvier et il faut en effet se garder des dates. Après, s’il faut supprimer demi-finale et demi-finale retour … mais il faut qu’il y ait des phases finales, c’est une certitude. 

Marc, est-ce que la Nationale peut rester dans ce statut bâtard hybride, mi- amateur / mi semi-pro / pro ou est-ce incompatible avec son devenir ?

 

MD (Narbonne) : J’ai envie de dire oui et non. Non parce-que je pense qu’il faudrait que l’on soit une Pro D3 rattachée à la Ligue avec un cahier des charges bien précis. Ca nous permettrait d’aller chercher d’abord les aides des droits TV et d’attraper un sponsor national, ce qui nous manque le plus à tous. Après, je suis pour la logique sportive, nous sommes tous des sportifs et d’avoir des équipes semi-professionnelles, elles savent se battre aussi. Nous, on l’a vu, on s’est fait taper par Aubenas, Blagnac nous a créé des difficultés, on a perdu à Suresnes. Nous n’avons aucun problème avec personne, le seul problème, c’est que si chaque club voit en fonction de son historique, de son lieu géographique, de ce qu’il veut faire, s’il veut monter ou pas monter, je pense que chacun peut y trouver sa place. Moi, je n’y vois aucune objection mais il est certain que d’être rallié à la Ligue Professionnelle serait quand même, il me semble, une sécurité supplémentaire. 

 

On a vu que le Ministère avait fait tomber le couperet pour placer un peu le curseur et la Nationale avait droit à des dérogations mais pas au même niveau que la Pro D2 et le Top 14. Donc, pour l’instant, elle n’est pas considérée, elle n’est pas dans le bon wagon ? 

 

MD (Narbonne) : Si elle ne l’a pas fait, c’est parce-que c’est une question financière. Il fallait partager la poire entre les clubs de Top 14, de Pro D2 et la Fédérale, c’est tout, il ne faut pas aller chercher ailleurs. S’il n’y avait pas cet aspect financier, nous aurions été professionnels, point barre. Je demande l’avis des autres mais je pense que si nous n’avons pas été statués professionnels, ce n’est qu’un problème de gros sous. De toute manière, tant que les télés ne voudront pas téléviser et nous aider, on ne s’en sortira pas. Ce n’est pas avec L’Équipe … 

 

Oui l‘Équipe n’a toujours pas pointé le bout de son nez cette saison, mais il faut aussi un modèle économique autour de ce championnat ?

MD (Narbonne) : Aujourd’hui, cette Nationale va péricliter si on ne va pas chercher un sponsor national qui accompagne le championnat si les télés ne nous accompagnent pas. Pour avoir parlé il n’y a pas plus tard que quelques jours avec France 3 régional qui, je crois savoir, serait quand même très, très intéressé par le projet. Après, je ne suis pas à la Fédé, ce n’est pas dans mes compétences. 

 

Mais je pense qu’ils ont actuellement un œil très averti sur le sujet médiatisation parce qu’il y a quand même une volonté commune qui remonte de beaucoup, beaucoup de clubs et pas que de Narbonne. Je vois que tous les clubs de Nationale et de Fédérale 1 sont en train de se pencher sur le sujet pour garder le lien nécessaire avec les supporters ? 

 

MD (Narbonne) : Mais bien sûr ! Aujourd’hui, jouer à huis-clos, historiquement, ce n’est pas possible, on ne peut pas jouer sans public à Albi et à Narbonne. C’est notre source, on ne peut pas tarir la source qui nous a fait vivre pendant 120 ans. 

 

Et sans les convivialités qui vont autour et qui génèrent aussi toute une économie ? 

 

MD (Narbonne) : Oui mais, au-delà de l’économie et au vu du rugby, pourquoi à Narbonne et dans d’autres clubs bien sûr ? Parce qu’historiquement, c’est un lien social dans la ville et si ce lien social n’y est pas, à quoi ça sert ? 

Marc, comment envisagez-vous l’avenir avec vos co-présidents à Narbonne ? Avec un gros nuage au-dessus de la mer qui s’annonce ? 

 

MD (Narbonne) : Là, on est en train de le prendre le nuage (rires). Je crois que la pause que nous avons demandé nous sert à tous pour revoir nos budgets et nos prévisionnels et voir l’étendue des dégâts qui vont nous amener à la fin de la saison. Nous avons travaillé cette semaine sur une reprise à huis-clos en Janvier / Février, une jauge à 1 000 personnes en Mars et en espérant qu’en Avril / Mai, on soit à 4 000. Mais, une fois de plus, ce ne sont que des hypothèses, la seule erreur que certainement des clubs comme Narbonne ou d’autres ont fait, c’est que nous avons fait un prévisionnel sur l’année 2020 / 2021 avec une baisse sensible de nos revenus sponsoring mais nous n’avions pas anticipé que nous allions reprendre une seconde vague de Covid aussi forte. Donc, dire que nous ne sommes pas partis sur une économie raisonnable, ça m’agace parce-que nous avons tous prévu notre économie et je pense que nous allons tous sortir des bilans corrects sur la saison dernière. Moi, je suis en train de le sortir, il est bon mais l’imprévu, c’est compliqué, nous avions prévu de l’imprévu mais nous n’avions pas prévu la grosse merde. Ce mois et demi avant le prochain championnat doit nous servir à travailler sur comment on va sauver les clubs jusqu’à la fin de la saison. Bien sûr que moi aussi, je n’ai pas envie de faire deux saisons blanches mais s’il nous faut faire une seconde saison blanche et sauver le club, une fois de plus, je ferai une saison blanche et je sauverai le club. Au jour d’aujourd’hui, si Narbonne n’est pas en Pro D2 l’an prochain, ce n’est pas grave, si Narbonne n’est pas en Pro D2 dans deux ans, ce n’est pas grave non plus, ce que je veux, c’est que Narbonne pérennise au moins sur la Fédérale 1. Et puis, si nous le méritons sportivement un jour, peut-être que l’on accédera à la Pro D2 mais je ne veux pas y aller à n’importe quel prix et en prenant n’importe quel risque. Je crois que c’est le leitmotiv de gens qui ont pris la maladie, on la prend au sens propre comme au sens figuré et on va essayer de se soigner pour repartir de plus belle quand la maladie nous aura quittés. 

 

Pour une fois, avec ce nouveau format de championnat, l’enjeu ne serait-il pas d’essayer d’avoir un coup d’avance sur le Covid et pas un coup de retard ? Parce qu’à chaque fois, on est dans la réaction plutôt que dans l’anticipation

 

MD (Narbonne) : C’est pour cela qu’il faut que l’on réfléchisse à ce que tout le monde dit. Quelles aides pour repartir ? Est-ce que ça vaudra ou pas le coup de repartir ? Et quel type de championnat pour repartir ? Sachant qu’une fois de plus, la priorité sera de faire une fin de championnat avec deux équipes qui montent, peu importe celles qui monteront. Nous, on souhaite bon courage à ces deux équipes qui montent mais que l’on puisse l’an prochain pérenniser notre championnat de Nationale. Moi, je suis aujourd’hui dans cette logique et, une fois de plus, ça n’est pas démagogique, il faut essayer de voir un petit peu plus loin que cette saison qui, quoi qu’il arrive, sera comme celle de l’an dernier. Vous dites que deux clubs ont été pénalisés l’an dernier, moi, je dis que 8 clubs ont été pénalisés, les 8 équipes qui s’étaient qualifiées et qui auraient toutes pu prétendre à monter. Je vais donner mon exemple avec Bordeaux-Bègles, nous étions sortis 5es de la Pro D2, nous sommes allés gagner à Grenoble qui était second, nous avons gagné à Albi en finale d’accession et nous n’avons pas fait de finale pour être champion ou pas champion de Pro D2 mais, à la fin de la saison, on se retrouvait en Top 14. Et je peux vous dire que le bouclier de Pro D2, on s’en foutait royalement donc faisons des phases finales. Je rejoins Arnaud (Méla), si on ne fait pas la finale, il n’y a franchement aucun intérêt à la faire mais, si on doit faire une date, si on doit gagner une date, c’est surtout la demi-finale parce-que la finale, elle ne sert à rien, c’est honorifique. Ce qui est important pour tout le monde, je pense, c’est de faire des phases finales équitables et que les meilleurs montent en Pro D2. De toute façon, on suivra la décision qui sera prise par tout le monde. 

Marc, question décalée. Pour vous, c’est la double peine : arrêt du rugby et, comme vous êtes restaurateur à la vie civile, arrêt aussi de votre profession ? 

 

MD (Narbonne) : Je suis arrêté partout. 

 

Au frigo ! 

 

MD (Narbonne) : Je suis suspendu, ça ne me change pas beaucoup (rires). Je suis impliqué dans trois restaurants et les trois sont fermés, un parce qu’il est saisonnier sur Saint-Pierre la Mer donc, celui-là, c’est normal car la saison estivale est terminée. Mais après, sur celui de Narbonne et celui de Montpellier, nous sommes en effet complètement à l’arrêt. Nous étions vendredi en réunion pour parler des mêmes choses qu’aujourd’hui, chômage partiel, est-ce qu’on ferme, est-ce qu’on reste à huis-clos. Nous avons une boucherie, est-ce qu’on continue, est-ce qu’on l’arrête ? Je passe ma vie à faire des bilans, des projections, à mettre des mecs au chômage. Ce n’est pas dans ma philosophie de vie mais, une fois de plus, devant l’impossible, on ne peut pas faire mieux. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/magsport-rs/le-grand-debat-magsport-7-novembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw du débat « Comment faire reprendre la Nationale  » lors de l’émission « Le Grand débat #MagSport – RadioAlbiges » du 7 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s