#Rugby – Fed1 / F.Moine (Rumilly) : «C’est un manque de respect pour les clubs de Fédérale 1!»

Nous avons pris le pouls dans la poule 2 en Haute-Savoie avec Frédéric Moine, le président de Rumilly, suite à la suspension provisoire de la fédérale 1 par la FFR. Pour celui qui préside le club alpin depuis 3 ans, la volonté de continuer les compétitions était affirmée, mais Fred Moine reproche aux instances fédérales sont manque de communication et de consultation envers les équipes de fédérale 1 à l’inverse de leurs cousins de Nationale. Le président haut savoyard, mets à l’index le statut de la Nationale et de la fédérale, qui laisse ces participants dans le flou, quant aux aides, accompagnement ou encore contraintes qui découlent suivant que les clubs soient classifiés amateur ou professionnel. Pour le jeune président de Rumilly, l’inquiétude est grande, mais la conviction en son projet et l’espoir en l’avenir prédominent encore.

 

 

Comment vit-on ce reconfinement temporaire et obligatoire de la Fédérale 1 à Rumilly ? 

 

Comme beaucoup de clubs je crois, il faut faire preuve de beaucoup de résilience. La préparation de la saison a déjà été assez compliquée puisque nous avons préparé la saison en plein dans le premier confinement donc avec beaucoup d’interrogations pour monter son budget, pour recruter et pour maintenir ses joueurs. Ça a été déjà été une étape assez difficile et là, boum, deuxième coup d’arrêt donc, il faut rester mobilisés et s’accrocher. Moi, je pense aux éducateurs, aux bénévoles, à tous ceux qui font un club et à qui aujourd’hui, tout ça va manquer cruellement. Même si le monde du sport peut paraître bien dérisoire par rapport à tout ce qu’on vit actuellement, je pense qu’il ne l’est pas tant que ça parce-que c’est aussi une bonne échappatoire pour beaucoup de personnes et beaucoup d’enfants. Je pense à eux, nous allons nous accrocher, traverser cette période et penser à la suite. 

 

En entendant vos propos, on vous sent un peu désabusé par rapport à cet arrêt. Vous vouliez continuer à jouer à Rumilly ? 

 

Oui, c’est ma position. Cela ne veut pas forcément dire que c’est la bonne mais, en tous cas, par rapport à tout ce que j’ai pu lire, je pense que j’étais un petit peu à contre-courant de la majorité. Dans la mesure où la santé des joueurs n’était pas exposée, je pense qu’en jouant à huis-clos et en renforçant un petit peu le protocole sanitaire pendant les entraînements, il aurait pu être bien de continuer à  jouer même si j’entends bien que jouer à huis-clos n’est pas l’idéal. Mais, je suis assez inquiet pour la suite parce-que je crains que la décision d’arrêter est en partie été prise pour des raisons économiques, ce que je peux entendre mais je pense que c’est un peu un raisonnement à court terme. Bien sûr, les clubs vont aller dans le chômage partiel, bien sûr, cela va donner un petit peu d’oxygène dans une période qui n’est pas simple mais je suis un petit peu inquiet pour la suite parce-que nous sommes début Novembre et que, quand nous allons dire aux partenaires que nous arrêtons la saison sur Novembre et peut-être sur Décembre et Janvier, parce qu’on ne sait pas exactement jusqu’à quand ça va aller, je suis pour le coup assez inquiet pour la saison prochaine. Je crains que des partenaires nous disent  » cela fait deux saisons que l’on investit dans le sport, que l’on met de l’argent et finalement, nous avons peu de retours  » et j’ai peur que des sociétés se disent au final  » ce budget-là, je vais le mettre dans d’autres moyens de communication « . Par forcément dans d’autres sports parce-que nous sommes malheureusement tous logés à la même enseigne mais, ils le mettront peut-être dans du marketing digital ou dans d’autres communications qui peuvent médiatiser leurs sociétés.

 

En clair, vous êtes en train de dire que la nature a horreur du vide et que si vous n’occupez pas l’espace, d’autres l’occuperont à votre place ? 

 

Exactement et aujourd’hui, je pense que nous aurions pu continuer la saison en trouvant des solutions. Moi, j’avais scellé un partenariat avec une chaîne locale qui s’appelle « la 8 Mont-Blanc » qui et qui était OK pour diffuser les matches. Elle aurait diffusé les matches et, dans une période un peu difficile, elle aurait permis de garder le contact avec nos partenaires, nos supporters et nos bénévoles. Et puis, ça aurait aussi permis de mettre nos partenaires en avant d’une autre façon en les interviewant à la mi-temps, en faisant des flashs publicitaires, continuer à les faire rayonner et il n’y avait pas le vide. Et, quand il n’y a pas de vide, cela permet de discuter et d’échanger sur des choses concrètes et là, je vous rejoins, la nature n’aime pas trop le vide et je suis inquiet pour les deux mois qui viennent. Il y a quand même aussi un aspect que l’on évoque peu, ce sont les joueurs : un joueur, c’est fait pour jouer, il se prépare physiquement et mentalement. Là, on les arrête, on repart et on voit les effets : nous, nous n’avons jamais eu autant de blessés qu’en ce début de saison. Donc, je crois qu’il faut aussi un petit peu penser à eux et j’ai peu entendu les joueurs dans les débats, on est en train de les priver de deux saisons et deux saisons, dans la carrière d’un joueur, ce n’est pas négligeable. Donc, peut-être que je suis un peu à contre-courant, je n’ai pas du tout la prétention de dire que j’ai la bonne solution et d’ailleurs, il n’y a pas forcément de bonne solution dans ces situations-là mais en tous cas, ma vision était celle-ci. Elle était de dire  » continuons, trouvons des solutions, faisons tout pour protéger la santé des joueurs, maintenons une dynamique et donnons de la visibilité à nos clubs « . Différemment certes mais aujourd’hui, je ne suis pas du tout certain qu’en Janvier / Février, on remette du monde dans les stades donc, si on doit reprendre à huis-clos en Janvier, on aura finalement tout perdu. Le dernier point qui me paraissait essentiel était de sauver les phases finales, redémarrer en Janvier va forcément avoir un impact sur ces dernières. On peut raisonnablement espérer qu’en Avril / Mai / Juin, la situation sanitaire sera meilleure et je pense que pour les clubs, les phases finales étaient une façon de rebondir, quand on fait des phases finales au mois de Mai, on a du monde dans les stades, on remet de la dynamique, on peut communiquer, vis à vis des partenaires, c’est très bien et vis à vis des supporters, on remet une dynamique et pour les joueurs, c’est l’objectif final. Mon inquiétude aujourd’hui est de finir 3e ou 4e au mois de Mai et être dans l’anonymat le plus total parce qu’on n’aura pas eu de phases finales. En prenant un peu toutes ces réflexions en compte, ma conclusion était de dire  » il faut continuer « . 

 

Concrètement, comment allez-vous faire pour combler ce vide pendant un ou deux mois à Rumilly ? 

 

C’est une très, très bonne question (rires). Je n’ai pas forcément la réponse donc, nous essayons de discuter un petit peu avec toute l’équipe qui gère la communication pour voir comment on peut faire parler du club. Nous allons sans doute retravailler un petit peu les résumés des premiers matches de ce début de saison pour alimenter un petit peu les réseaux, pour garder les liens avec nos supporters. Côté joueurs, de toute façon, Novembre est aujourd’hui fermé puisque nous n’avons plus accès au stade et les joueurs sont en arrêt d’activité donc oui, c’est compliqué. Il va falloir faire preuve d’imagination et d’innovation pour garder le lien et donner de la visibilité. 

 

Vous n’avez pas l’impression que l’on est à un tournant de la sociologie et de la structuration de ces deux divisions que sont la Fédérale 1 et la Nationale ? 

 

Complètement. C’est vrai que je prends du recul parce-que ce n’est que ma 3e année en tant que président et peut-être que je ne connais pas encore tous les rouages mais finalement, on s’aperçoit qu’il a déjà fallu deux jours aux présidents des clubs de Nationale pour discuter et savoir s’ils étaient pros ou pas pros. 

 

Quatre jours même …

 

Oui, même quatre jours (rires). Moi, j’avais cru comprendre que cette poule Nationale était justement un monde pro et que l’on voulait mettre les clubs un peu  » élites  » de Fédérale 1 dans une poule pour aller sur le monde professionnel et j’ai lu que des clubs de Nationale avaient 9 contrats, pour la plupart pluriactifs. Je pense qu’il y a un petit peu d’incohérence dans tout cela et qu’est le statut de la Fédérale 1 aujourd’hui ? Nous avons les mêmes obligations que les clubs de Nationale c’est à dire que, quand on appelle la Fédé, on nous dit qu’un joueur de Fédérale 1 doit avoir un contrat fédéral, ce que nous, nous respectons à Rumilly. Je doute aujourd’hui que 46 clubs puissent respecter ces contraintes et donc, c’est la raison pour laquelle j’étais contre cette poule Nationale à l’intersaison. Pas sur le fond parce-que je pense que c’est très bien, et on le voit, sportivement, ça a vraiment tout son sens mais je pense que c’était prématuré et on est en train de le constater aujourd’hui. On a fait monter en Fédérale 1 des clubs qui étaient 2es ou 3es en Fédérale 2, on les a propulsés en Fédérale 1 et je pense qu’ils n’avaient pas toutes les connaissances des contraintes de la Fédérale 1. Et aujourd’hui, il est impossible que 46 clubs respectent toutes les contraintes et d’ailleurs, car je discute avec certains présidents de Fédérale 1, ils me confirment qu’ils ont 3 ou 4 contrats au sein de leurs clubs. A un moment donné, il faut que la règle soit la même pour tout le monde : soit un joueur de Fédérale 1 doit avoir un contrat fédéral et doit respecter un certain nombre de contraintes soit ce n’est pas le cas mais, à ce moment-là, il faut rétablir les choses. Moi, aujourd’hui, j’ai du mal à comprendre le statut de la Fédérale 1, est-ce que nous sommes pros, est-ce que nous sommes amateurs ? Pros, apparemment, nous ne le sommes pas et ça se confirme mais, pour moi, le monde de la Nationale est un monde pro et aujourd’hui, on est en train de nous dire que ce n’est pas le cas. 

 

Ce n’est pas le cas mais c’était le seul championnat qui pouvait bénéficier d’une dérogation, ce qui n’était pas le cas de la Fédérale 1 donc, on reste dans le flou, même au niveau du Ministère

 

Exactement, on reste dans le flou au niveau du Ministère et même à l’intérieur des présidents. J’ai lu quelques interviews des présidents de Nationale et on sent qu’ils ne sont pas tous alignés, je pense qu’il faut se le dire. Ce n’est pas une critique pour être critique, c’est que je pense qu’à un moment donné, si on veut avancer, il faut faire une cartographie, se dire les choses et mettre les choses à plat, sinon, quelque part, on est en train de déporter le problème en mettant encore plus de flou dans la Fédérale 1 et en mettant une poule Nationale où on voit bien que les clubs qui sont structurés et qui, pour le coup, sont dans le monde pro voulaient continuer, j’ai lu l’interview du président de Massy et j’étais à 100% d’accord et en phase avec son analyse, et d’autres clubs qui se sont peut-être plus hasardés dans la Nationale et qui se disent aujourd’hui  » on a un petit oxygène qui se propose à nous, on va le saisir « . 

 

L’occasion fait le larron

 

Mais, à long terme, est-ce que c’est une bonne chose pour le rugby ? Moi, je n’en suis pas sûr. Je reste quand même très modeste et très humble sur mon analyse, ne connaissant sans doute pas tous les tenants et les aboutissants, mais en tous cas, nous, en Fédérale 1, nous avons été dans le flou le plus total jusqu’à lundi 2 Novembre au soir, sachant que nous devions jouer le week-end. Personne n’est revenu vers nous, personne ne nous a consultés et moi, je ne vous cache pas qu’en tant que président d’un club de Fédérale 1, je trouve ça assez rageant et je suis un petit peu désabusé par ce constat. 

 

En effet, on a cru comprendre sur les réseaux sociaux que vous étiez un peu désabusé voire fort désappointé du fait que la Nationale ait été consulté alors que ça n’a pas été le cas par la Fédération Française de Rugby pour la Fédérale 1 ? 

 

Oui, je trouve que, quelque part, c’est un manque de respect pour les clubs de Fédérale 1 et puis, ça nous replace aujourd’hui dans un statut qui est un peu flou et inconnu. Je comprends bien que la situation est très compliquée et que le rugby n’est sans doute pas la priorité du moment néanmoins, c’est le rôle de la Fédé. Il y a une exigence envers les clubs, il faut que nous, nous ayons une exigence envers notre Fédé et je trouve que la Fédérale 1 a été peu considérée dans cette période et ce, même si j’entends bien qu’il n’y a pas de solution idéale. J’entends tout à fait qu’il y a beaucoup de choses à gérer en peu de temps mais en tous cas, j’aurai aimé que nous ayons un peu plus de considération et de consultation. Finalement, c’est le reflet de la Fédérale 1 aujourd’hui et ça met aussi un peu en avant les sujets qu’il faut traiter sur la Nationale. Souhaitons que tout cela fasse avancer les choses, que ça fasse se poser les bonnes questions sur la Nationale et que ça fasse aussi se poser les bonnes questions sur la Fédérale 1 parce-que je crois qu’aujourd’hui, il y a un petit peu de flou, d’incompréhension et d’inconnu. Il y a des statuts à éclaircir sur ces deux niveaux. 

 

Merci pour cette analyse et cette réaction après ce nouveau coup du sort pour le rugby fédéral, ce reconfinement et cette mise entre parenthèses de cette compétition

 

Merci à vous et, malgré tout, bon courage à tous les clubs pour qui rien n’est simple et à tous les licenciés. En conclusion, j’espère surtout que tout cela n’aura pas trop d’impact sur les partenaires, la vie des clubs et sur le nombre de licenciés qui était, pour le cas, un signal positif. Sur les écoles de rugby, on avait pu constater une hausse chez certains clubs de rugby, c’était le cas en Haute-Savoie où la plupart des écoles de rugby enregistraient de nouveaux licenciés donc ça, c’était très positif. J’espère que tout cela ne va pas trop ébranler le monde du sport, qui n’est déjà pas simple à faire vivre. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-4-novembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Frédéric Moine, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 4 novembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s