#Rugby – Nationale / A.Méla (Albi) : «Qu’ils nous montrent un peu ce qu’ils ont dans le ventre!»

Arnaud Méla en amont de ce déplacement qui s’annonce périlleux face au RC Narbonne, lors de la 7eme journée de Nationale, à organiser une conférence de presse. L’ex seconde ligne briviste, à certes débriefé la défaite à Suresnes, mais a surtout voulu se projeter sur le choc face au audois. Pour Arnaud Mela, son staff et ses joueurs , la remise en question a été collective suite à la désillusion Suresnoise (défaite 18-16), et à la prestation insipide livré dans les Hauts de Seine . Mais pour Arnaud Méla, ce groupe a de la qualité, et va devoir, face au redoutable obstacle Narbonnais, démontrer ce qu’il a dans le ventre et se montrer digne des ambitions affichées à l’été. Pour Narbonne (13eme), comme Albi (11eme) ,deux équipes qui au vu de la richesse de leurs effectifs faisaient office de favoris durant l’intersaison, l’heure de la croisée des chemins, entre rebond et crise est arrivé. Le manager albigeois attend ses hommes sur 3 vertus cardinales : « un engagement total, une discipline totale, une patience totale« . La voie est tracée, et cela semble l’unique chemin qui pourra mener les albigeois, vers le véritable déclic de la saison .

Crédit photo Jacques Massine / Le #MagSport – RadioAlbiges

Arnaud, l’année dernière, il y avait aussi eu un accroc face à Saint-Sulpice sur Lèze où tu avais dit  » les joueurs ne sont pas sortis du bus « . Là, à Suresnes, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Ils ne sont pas sortis de l’hôtel, il y a eu un problème de motivation avant ce match ? 

 

Il y a eu plusieurs problèmes, un manque d’éveil. Je les avais prévenus, on ne va pas se trouver d’excuse mais ça faisait un moment que nous n’avions pas joué, la préparation en amont avait été un peu compliquée. Peut-être aussi que nous n’avions pas digéré le trajet, c’est vrai que ce sont des week-ends où tu fais beaucoup de bus et ce n’est pas l’idéal pour préparer le match. Nous aurions pu gagner ce match sans être très bons et en faisant le minimum syndical, il y avait la place. On leur a offert deux essais, un contre en touche sur lequel on ne récupère pas le rebond, il tombe dans l’en-but et il marque et une interception de 100 mètres où on est impatient et où on manque de précision. On leur donne quasiment le match donc, c’est regrettable et c’est comme tous ces matches que l’on aura perdu en 3 / 4 ans, où l’on avait la place de gagner en en faisant un peu plus. Moi, j’ai estimé un manque d’investissement et un manque de préparation mais surtout de crainte de cette équipe. Je pense que nous n’avons pas réussi à sensibiliser les joueurs sur la qualité de ce groupe et de l’équipe qu’ils ont. Donc, en faisant le minimum, ça n’est pas passé. 

 

Sans manquer de respect à Suresnes, c’est une équipe qui évoluait en Fédérale 2 il y a quatre ans et qui avait fait tourner les 2/3 de son effectif. On ne va pas se mentir, c’est une grosse contre-performance du Sporting, est-ce qu’il y a eu une remise en cause collective, staff et joueurs, après ce match ? 

 

Comme après chaque défaite, c’est remise en question tout le temps. Quand tu gagnes, tu te remets en question parce-que s’appuyer sur les acquis, c’est facile, tous les lundis, c’est un nouveau défi et il faut refaire des grosses semaines d’entraînement. Oui, c’est une contre-performance, nous avons pris un point ce qui est le minimum syndical mais, bien sûr, je ne me contente pas de cela. Nous n’avons parlé que de ça pendant deux jours et à partir de maintenant, on va basculer sur Narbonne et on va se préparer pour aller faire un grand match là-bas. La base du match contre Narbonne va être l’engagement que l’on va mettre, l’envie, notre discipline et tout ce qui va aller avec et qui fait partie d’un grand match de rugby. Sans patience, sans discipline, sans envie de combattre, on n’arrivera à rien et, si on fait le même match que contre Suresnes, on va prendre 35 points et on sera comme des cons. 

 

Narbonne / Albi, c’est un peu la croisée des chemins pour deux dits  » gros  » qui avaient affiché leurs ambitions cet été. Malheur au perdant car celui qui perdra aura mal à la tête et on pourra peut-être même parler de crise ? 

 

Ils ont quand même certainement plus de pression que nous parce-que nous, nous n’avons joué qu’un match chez nous alors qu’eux en ont joué plusieurs. On va chez eux, la pression est sur leurs épaules, si on fait un grand match et qu’on perd à Narbonne, la logique est respectée, ils auront gagné chez eux. Après, bien sûr que nous allons partir là-bas dans l’idée de ramener des points donc, il faut que l’on fasse un gros match dans l’intensité. La place est liée, ça sera difficile, ils auront la pression, il est sûr qu’ils vont se préparer. Ce sera un match qui va se jouer à 23 et on prendra des points si tout le monde est performant. Préparer le match, on le fait au mieux et on verra bien, ça va être le premier gros test après Bourg-en-Bresse où on avait échoué un peu bêtement. On avait mis les ingrédients qu’il fallait pour, peut-être, presque remporter le match là-bas et si on met les mêmes ingrédients à Narbonne, on ne sera pas loin. Ca va sûrement se jouer sur la discipline en fin de match, comme tous les grands matches. 

 

Pour l’instant, vous n’avez que des regrets à l’extérieur ?

 

Perdre chez toi, quand tu prétends vouloir monter, c’est interdit, c’est une base. Prendre des points à l’extérieur à chaque fois qu’on se déplace, on avance au britannique. Moi, je regarde beaucoup le classement britannique, quand tu ne joues pas chez toi et que tu ne fais que des blocs de 5 avec 4 matches à l’extérieur, il n’y a que ça qui compte. Après, bien sûr que si tu fais des victoires à l’extérieur, tu avances bien plus vite. Aujourd’hui, si on ne prend que le plan comptable, il est certain qu’en ayant joué qu’un match chez nous, nous sommes en bas du classement. Ça va tourner dans 5 mois et, quand on va enchaîner les matches chez nous et que nous sommes capables de les gagner, nous allons faire des bonds en avant. On le savait, on connaissait la donnée et maintenant, il faut continuer. Il nous reste encore celui-là à l’extérieur, à aller à Dijon et à Cognac sur ce bloc, nous avons le temps d’aller chercher des points à l’extérieur. Ca presse mais ce que j’attends surtout de mes gars ce week-end, c’est un engagement total, une discipline totale, une patience totale et qu’ils nous montrent un peu ce qu’ils ont dans le ventre sur une équipe qui, à la fin de la saison, sera elle-aussi en haut du classement. Je veux voir l’état d’esprit de mon équipe ce week-end. 

 

Est-ce que justement, le fait que tu veuilles des joueurs plus engagés, t’a conduit à adapter ou à apporter de nouvelles choses à l’entraînement cette semaine ? 

 

Lundi, nous avons fait light parce qu’il a aussi fallu faire le trajet au retour donc les joueurs avaient les jambes lourdes. Mardi a été une journée plus difficile et ça a été beaucoup plus simple et beaucoup plus axé sur le combat, on a fait le plus gros du travail. Maintenant, ça va être de la réflexion et de la fraîcheur et j’attends un déclic sur l’état d’esprit de mon équipe. 

 

Tu nous parlais du britannique mais on entend également un son monter de la Fédé, celui de la péréquation. Si les phases aller s’arrêtaient maintenant et qu’il y avait péréquation, Albi serait très, très handicapé ? 

 

S’il y avait une péréquation totale, oui. Tant qu’on joue des matches, on prend quand même des points à chaque fois à l’extérieur donc, la péréquation ne serait pas totalement négative. Il est sûr que, si on arrête demain et qu’il nous donne un point chaque fois qu’on part à l’extérieur, on sera handicapé. Il faut que l’on bascule très vite et je pense qu’on va encore jouer deux ou trois matches, on verra ensuite comment ça évolue mais je pense que nous avons encore deux ou trois matches devant nous. Il faut que l’on aille chercher un maximum de points sur ces matches-là pour pouvoir se replacer et faire en sorte que les péréquations soient encore meilleures pour nous. 

 

Pour toi, quels sont les points forts de cette équipe de Narbonne ? Derrière, ça va à 5 000 à l’heure ? 

 

Ils ont une équipe de haut-niveau, c’est quasiment un effectif de Pro D2. Ils ont des joueurs de qualité à tous les postes, ils ont de la taille, des joueurs dans les couloirs qui sont très forts qui amènent beaucoup de vitesses, des joueurs sur le milieu de terrain qui prennent des décisions et qui jouent juste, des joueurs de haut niveau comme  Fekitoa, Smith, Dan Faleada en 3e ligne qui est aussi un joueur de haut-niveau. Ils ont de bons joueurs à tous les postes, sur les ailes, Guillaume Namy jouait en Top 14. Qu’est-ce que l’on peut dire ? On ne peut pas faire mieux comme effectif en Nationale. Maintenant, ils ont perdu chez eux contre Aubenas, qui n’avait qu’une équipe de potes et beaucoup de vaillance. On peut avoir des grands noms mais parfois, il faut arriver à jouer ensemble et ça, c’est le plus compliqué pour des équipes comme ça. Nous, notre effectif se connaît, je n’injecte pas beaucoup de nouveaux joueurs tous les ans. Il est sûr que c’est à notre portée mais ça va maintenant se décider sur beaucoup de petits détails parce-que les matches de haut-niveau se jouent là-dessus. 

 

Le mot d’ordre pour ce déplacement ? La grinta, la grinta et la grinta ? 

 

Non, la discipline parce qu’on prend trop de cartons. Cette semaine, on en a beaucoup parlé et on va en reparler en fin de semaine, ça va être la base, on ne peut pas gagner à l’extérieur si on joue à 14 20 ou 30 minutes, c’est impossible. Donc, discipline, patience et prendre du plaisir dans la difficulté. 

 

Qu’est-ce que vous avez exactement comme visibilité par rapport à la FFR sur la suite de la saison ? 

 

La FFR est comme nous, elle attend les annonces du Président. La volonté est d’amener le championnat à son terme, même s’il faut jouer jusqu’à fin Juillet, de ce que j’en sais, on ira jusqu’à fin Juillet. Ils feraient peut-être sauter la finale qui serait anecdotique, la seule chose que veulent tous les clubs de Nationale qui veulent monter, c’est obtenir l’accession. Donc, on n’en sait pas plus et on attend surtout les annonces, nous, on s’entraîne, nous sommes prêts à jouer les matches. Et ensuite, on fera comme on fait depuis 6/7 mois, on s’adaptera et on changera le planning à la minute, comme on fait tout le temps. Nous, on bosse pour ça, aujourd’hui, on bosse pour Narbonne, on se préparera ensuite pour Blagnac et puis on verra. On va voir les annonces de fin de semaine et on verra comment ça se passe. 

 

Patrick Buisson, le nouveau patron du rugby amateur, disait vendredi à notre micro que s’il fallait changer le format de compétition en cas d’extrême urgence, il faudrait consulter l’ensemble des clubs. Quelle serait la solution que vous porteriez au Sporting, que vous souffleriez à la Fédé puisque vous seriez consultés comme tous les autres clubs ? 

 

J’y ai réfléchi, c’est compliqué. Moi, je pensais que deux poules de 7, ça limiterait les matches mais le problème, c’est de faire deux poules de 7 régionales. Nous, nous avons déjà joué deux fois chez deux  » pseudo poule du nord  » si on était dans une configuration Nord / Sud. Donc, je ne vois pas comment on pourrait faire, je pense que le mieux serait de rattaquer mi-Janvier et d’enchaîner les blocs longs. On doit pouvoir passer jusqu’au mois de Juillet mais ce qui est sûr, c’est qu’il faut jouer un maximum de matches maintenant. Si on peut faire 3/4 matches de plus, il faut les faire, si on peut en faire 6, il faut les faire aussi. Il est sûr que diviser la poule en 2 serait le meilleur format mais est-ce qu’ils font les 7 premiers et les 7 derniers pour faire deux poules play-off, play-down ? Est-ce qu’ils se basent sur le britannique sauf que tu ne peux pas le faire puisqu’il y a des équipes qui n’ont pas joué chez elles ? Ce n’est pas évident, je sais qu’ils réfléchissent là-dessus et qu’ils anticipent tous les scénarios possibles. Le mieux, c’est quand même que l’on puisse jouer et au moins de continuer à jouer un maximum. 

 

Et jouer chaque seconde à fond pour n’avoir aucun regret ? 

 

C’est ça, il ne faut pas attendre, il faut aller se le chercher. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-27-ocotbre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw d’Arnaud Méla lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 27 octobre 2020 .

  

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s