#Football – CDF / M.Bertrand (Marssac) : «Les joueurs ont envie de se transcender pour cette Coupe!»

Ce week-end, en terre marssacoise, va se passer un petit événement : le 5e tour de la Coupe de France, face au FC Alberes – Argeles qui évolue en Nationale 3. Les années se passent et se ressemblent à Marssac, on pourrait même dire qu’une épopée en Coupe de France est devenue quasi obligatoire chaque année pour ce village de 2500 habitants qui évoluent en Régional 1. Pour nous parler de cela et du début de saison , le coach du club Tarnais, Mickaël Bertrand, nous a accordé un entretien, celui qui entame sa 6eme saison au club, nous dresse les perspectives et les enjeux du MRSRDT. Malgré de beaux résultats sportifs, et une adhésion populaire autour de l’aventure en Coupe de France, le technicien originaire de Carmaux n’hésite pas à dresser aussi un tableau plus sombre concernant les infrastructures du club et le soutien de la municipalité. Mais à l’image de l’ensemble de cette entité où règne convivialité et goût du challenge, l’adversité n’empêche nullement le Marssac RSRDT de rêver à de nouveaux exploits. Pour se faire, le club du Président Enguilabert compte grandement sur leur « petit Furiani » de Désiré Gach et la ferveur qui s’en dégage, pour tenter de passer l’obstacle Alberes-Argeles, une équipe évoluant une division au dessus. Dans le club fanion du foot masculin Tarnais, il est l’heure d’écrire une nouvelle page de sa magnifique histoire, ou se mélange labeur du quotidien et aventures enivrantes.

 

 

Mickael , les années passent et se ressemblent à Marssac avec de nouveau une épopée en Coupe de France. Là, c’est le 5e tour alors que l’année dernière, vous étiez allés jusqu’au 8e tour mais ça commence à se rapprocher ? 

 

Les années se suivent et les discours ne changent pas. On prend ces tours de Coupe de France comme des matches de préparation en début de saison et on y prend goût. On commence à y prendre goût et les joueurs les jouent avec les émotions qu’ils avaient aussi l’année dernière mais eux y prennent goût depuis le début (rires). Les choses nous sourient, on a eu un tirage pas facile dès le 3e tour puisque nous avions reçu Blagnac que l’on a sorti. Là, il n’y a encore pas un tirage facile puisque nous avons tiré une N3 mais, comme je l’ai dit précédemment, on reçoit chez nous donc, ça reste quand même un bon tirage et nous allons tout faire pour passer. 

 

Nous n’avons pas encore vu un seul match de Marssac et ce week-end, en direct sur Radio Albigès, nous allons découvrir le Marssac 2020 / 2021. Mais, vu de l’extérieur, on a l’impression quand on lit les résumés de matches qu’en Coupe de France, quand vous tombez contre une équipe dite  » plus faible « , d’une ou deux divisions en dessous, vous galérez un peu et vous ne faîtes pas une prestation super, super. Par contre, quand vous tombez contre des équipes comme Blagnac ou là, Alberès, qui sont deux divisions au-dessus, on a l’impression que vous avez un sentiment de transcendance qui prend le dessus ? 

 

J’ai envie de dire que c’est le football et le sport en général. Quand on reçoit une équipe de niveau supérieur, c’est facile de trouver les ressources mentales pour se dépasser et aller chercher des exploits. Et, quand on tire des équipes inférieures, on est dans la peau de celui à abattre et mentalement, c’est toujours plus difficile d’aller se faire mal pour passer. Depuis le début de saison, on le fait assez logiquement et assez sérieusement mais, de toute façon, c’est toujours compliqué de jouer des équipes inférieures parce-que ces dernières jouent leur va-tout comme ce qu’on va faire ce week-end contre une N3.

 

Après avoir reçu Clermont Foot il y a quelques années de cela en Coupe de France, ce qui était la première grande épopée de Marssac dans cette compétition, on a l’impression que cette Coupe de France est un peu devenue une drogue pour ce club et qu’elle fait vraiment partie de son ADN ? 

 

Depuis quelques années, le club de Marssac est devenu compétitif que ce soit en Coupe de France mais surtout en championnat. Donc, le club s’installe doucement mais sûrement au niveau régional et j’ai envie de dire, logiquement. Il y a de bonnes équipes et de bons joueurs et le fait d’avoir de bons joueurs et de bonnes équipes nous font passer des tours supplémentaires que l’on ne passait pas les années d’avant. Comme je le dis, les joueurs sont compétitifs, ils ont envie de se transcender pour cette Coupe et c’est très bien. 

 

L’année dernière, il y a eu un parcours qui s’est arrêté en 64e de finale face à Pau. Quels enseignements ont été tirés par rapport à ce parcours et quelles erreurs ne faut-il pas rééditer pour essayer d’aller plus loin ? 

 

D’aller plus loin, ça va être compliqué. Quand on joue une Nationale et qu’on perd, je ne sais pas si on fait des erreurs. En tant que coach, je remarque surtout la complexité de jouer les deux compétitions, à savoir le championnat et la Coupe de France. Après, comme je le dis aussi, les émotions sont telles que oui, on se doit de la jouer car ça représente aussi le club à un certain niveau. Mais pour moi, en tant que coach, les enseignements sont surtout d’essayer d’être le plus performant ensuite en championnat après avoir fait des tours en Coupe de France comme on a fait l’année dernière. C’est surtout cela le plus compliqué. 

 

Tu peux nous décrire un peu cette équipe d’Alberès ? 

 

J’ai eu la chance d’aller les voir la semaine dernière contre Muret. C’est une équipe très joueuse avec des joueurs talentueux dans toutes les lignes donc, je m’attends à un match qui va être très compliqué pour nous. Nous avons deux joueurs très important dans le 11 de départ qui sont suspendus et il faudra faire avec. Mais, même sans les avoir vus jouer, c’est une N3 de milieu de tableau qui, je pense, est montée l’année dernière avec certainement d’autres moyens que les nôtres. Nous allons les attendre et les recevoir comme nous avons reçu Blagnac avec beaucoup d’humilité et beaucoup d’envie. Et, comme je l’avais dit quand nous avions reçu Blagnac, il va falloir qu’ils viennent chez nous faire le match qu’il faut eux pour pouvoir passer parce-que ça va être très défendu, nous allons tout donner pour nous défendre au maximum. 

 

Parlons un peu aussi du début de championnat pour Marssac en R1. Avec Graulhet, vous êtes toujours le club fanion du foot tarnais duquel vous évoluer au plus haut niveau puisqu’aucune équipe n’est au-dessus de la R1 dans le département. Comment s’est passé ce début de championnat ? 

 

Très bien parce-que, quand on se déplace deux fois, qu’on reçoit une fois et qu’on a 7 points, c’est qu’on fait un très bon début de championnat. Après, on peut voir que chaque équipe gagne contre chaque équipe donc, c’est un championnat qui va être long, accroché jusqu’au bout et tous les points que l’on prend maintenant ne seront plus à prendre après donc oui, c’est un très bon début de championnat. On sait nos valeurs, on sait nos forces, on va se répéter mais Marssac, c’est compliqué en termes d’infrastructures donc, quand on fait une bonne préparation estivale sur des terrains qui sont encore potables, on arrive à avoir des résultats. Quand on arrive en hiver avec des terrains un peu moins pratiquables avec des séances d’entraînements où on va avoir des zones à travailler, ça va être beaucoup plus compliqué. Ca, on le sait, on s’y prépare et il était essentiel de bien démarrer le championnat, nous l’avons bien fait et c’est à nous de le conserver par la suite. Mais ça sera très, très long et compliqué. 

 

En clair, tu es en train de me dire que Marssac est un peu comme la fourmi : elle fait des provisions pendant l’été pour passer l’hiver tranquille ? 

 

Ca fait aussi partie de l’intelligence du club et des gens qui sont dedans, ça fait six ans que j’y suis donc on commence à se débrouiller. Mais on ne devrait pas, on devrait être soutenu par la municipalité qui, aujourd’hui, nous laisse ou nous délaisse ai-je envie de dire. Heureusement que le club a les reins solides à l’intérieur parce-que c’est très, très compliqué au quotidien de représenter le Tarn en R1 avec ce que l’on a aujourd’hui. 

 

Quand on parle de Marssac, on parle souvent de ce problème d’infrastructures. L’année dernière, elles ont eu un impact sur la baisse de régime au cœur de l’hiver mais pas que, il y avait aussi le contrecoup de la parenthèse enchantée de la Coupe de France. Une fois qu’elle s’est arrêtée, on est un peu revenu au pain quotidien et, dans cette situation, c’est parfois un peu plus dur de faire les efforts supplémentaires ? 

 

Oui, c’est un tout. En fait, l’enchaînement des bons résultats et de la Coupe de France ont mis le club en avant et surtout les joueurs qui ont fait beaucoup d’efforts malgré les conditions. Il est sûr qu’avec l’élimination de la Coupe de France, on est revenu au pain quotidien et le pain quotidien, il est très compliqué à Marssac. Je l’ai dit l’année dernière, je l’ai dit il y a deux ans et je le dis encore cette année, les joueurs ont beaucoup de force mentale et beaucoup de positivité à venir dans les conditions dans lesquelles nous sommes parfois. Encore une fois, je ne tire pas sur le club, loin de là mais franchement, on fait ça avec rien et c’est très agaçant. Ça marche mais on aurait un peu plus de soutien de notre municipalité qui nous lâche et nous fait parfois poser la question de comment on en arrive là avec ce qu’on a. 

 

Il y a un grand rêve, une grande chimère des supporters dans le foot albigeois : c’est qu’un jour, une réunion de Marssac, de l’ASPTT, de l’US Albi et de tous ces clubs ait lieu pour qu’il y ait un gros club Albigeois. Là, il n’y aurait plus de problème d’infrastructures parce qu’il y en aurait un grand paquet. Toi, tu es de ceux qui penchent pour cette grande réunion à terme, dans un, cinq ou dix ans, soit le temps qu’il faudra, ou tu es contre cette fusion ? 

 

Moi, je serai pour parce-que je n’ai pas grand-chose pour travailler. Après, j’ai suffisamment d’expérience et de recul pour savoir que les gens en poste dans leurs clubs où tout se passe bien seraient contre parce qu’eux sont bien au travail et dans de bonnes conditions. Si on regarde plus loin que le bout de notre nez, ça va devenir indispensable si on veut un jour regarder un peu plus haut, si on veut être compétiteurs et compétitifs dans le Tarn. A un moment donné, il va vraiment, vraiment falloir se poser les bonnes questions si on veut avancer ensemble. Cette année, je me félicite vraiment des résultats des clubs tarnais quand on voit Saint-Juery, Lavaur, nous qui sommes encore en Coupe de France, Graulhet qui est en R1. C’est très bien mais, à long terme, vu les infrastructures et les moyens du Tarn, ce sera compliqué de représenter le département encore longtemps à ce niveau, je pense. 

 

Quel va être le mot d’ordre du coach Bertrand dans les vestiaires avant ce match de 5e tour de Coupe de France ? 

 

Tout simplement tout donner pour ne rien regretter. On a la chance d’avoir un peu de recul et de savoir ce que cette compétition peut nous procurer et procurer aux gens qui sont autour. Donc, on va tout donner en respectant au maximum ce qu’on va mettre en place et si ça passe, ça va être magnifique. Et si ça ne passe pas, on regardera les autres clubs tarnais faire le maximum pour représenter notre département. 

 

Il ne nous reste plus qu’à donner rendez-vous à tous les amoureux du Marssac RSRDT et de la Coupe de France au stade Désiré Gach, dans le respect bien sûr des conditions sanitaires. Coup d’envoi à 16h et pour ceux qui ne pourront pas venir à Désiré Gach, ils pourront suivre le match sur les ondes de Radio Albigès, 95.4 115.2 sur la FM, https://www.radioalbiges.com/ et on espère que tes hommes vont encore nous faire rêver

 

Super, merci

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-16-octobre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Mickael Bertrand lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 16 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s