#Football – Coupe de France / Y.Dayde (La Crémade) « Etre costaud défensivement, c’est la base à notre niveau »

Ce dimanche, les Tarnais de La Crémade devront une nouvelle fois se frotter à un gros poisson à l’occasion du cinquième tour de Coupe de France. Yannick Dayde et ses troupes devront s’inspirer de leur superbe prestation fournie au tour précédent contre L’Union Saint Jean…

L’esprit d’équipe des Tarnais devra une nouvelle fois être impérial – Crédit La Crémade

Lors du tour précédent vous avez vaincu une grosse écurie de Régional 1. Quelle a été votre recette magique pour glaner cette victoire ?

A la base, c’est une préparation que l’on a démarrée dès le mardi où j’avais mis dans les têtes des joueurs que ce n’était pas un objectif pour nous à la base. C’était juste un bonus qui nous permettrait de travailler en championnat. En championnat nous sommes d’ailleurs en mauvaise posture avec trois défaites en trois rencontres. C’est un peu le contraste avec la Coupe qui nous permet de nous libérer. J’ai demandé aux gars d’essayer de reproduire ce que l’on peut essayer de faire en Coupe. A partir du mardi, nous avons essayé de travailler sur des phases défensives pour vraiment miser sur ce bloc défensif. Le vendredi nous avons tablé sur la profondeur où nous avons fait une mise en scène sur tableau noir. J’ai voulu essayer quelque chose sur une défense à cinq et j’ai eu la chance qu’ils jouent à trois derrière. Ça a permis à nos latéraux d’aller chercher les milieux de côté. Nous avons ainsi pu minimiser les espaces et les maintenir sur un bloc assez bas. Ils n’ont pas trouvé de solutions pour nous prendre de vitesse et se créer des occasions.

Dans votre idée, l’idée était clairement de se préparer à cette rencontre comme une rencontre un peu phare…

C’est un peu un contraste dans ce que je vous dis. Ce n’était pas un objectif pour moi, mais j’avais vraiment envie de le travailler afin de travailler sur les semaines qui allaient suivre. Nous sortions de trois matchs de championnat où nous prenions trois buts par match, nous avions vraiment envie de tabler là-dessus et comme je vous dis une grosse assise défensive, un gros milieu de terrain et de la vitesse offensive sur le peu d’occasions que nous aurions. C’est un bloc qui a très bien marché. Les joueurs ont suivi les consignes à la lettre et au final, nous avons réussi à les faire déjouer. Ils ne se sont pas produits de réelles occasions à part sur quelques cafouillages.

Après des rencontres de championnat compliquées défensivement, une telle prouesse en Coupe sera un peu votre cheval de bataille lors des prochaines rencontres…

Exactement. Ça m’a donné une certitude : je sais que notre bloc défensif a donné un bonus. Je peux confirmer là-dessus, c’est-à-dire m’appuyer là-dessus en championnat, même si j’aimerais que nous produisions un peu plus de jeu en championnat. Sur les semaines à venir je vais m’appuyer là-dessus, même en championnat où il va nous falloir nous rassurer défensivement. L’avenir nous dira si nous pouvons travailler un peu mieux sur les zones offensives. Etre costaud défensivement, c’est la base à notre niveau.

Pour revenir à la rencontre contre L’Union, c’est un pensionnaire de R1, comme votre prochain adversaire le TPF. Ce sont deux clubs avec quelques ambitions cette saison, mais n’aviez-vous pas peur lors du coup d’envoi ?

Contre L’Union, quelque chose était bénéfique pour nous : l’état du terrain. Malheureusement, il nous avantageait. Ça m’embête un peu de le dire car j’aimerais que nous travaillions sur une meilleure qualité de terrain dans l’avenir. Mais c’est compliqué pour une petite équipe de district dans de tels petits villages. Le temps n’a pas arrangé les choses et le terrain s’est très vite dégradé. Nous, ça nous a très vite arrangé car ils n’ont pas pu mettre trop de vitesse dans le jeu. Mon gros a priori était d’être rapidement mené au score. Nous savions qu’offensivement, ça allait être compliqué de faire du jeu et de les mettre en difficulté. Le discours a été très simple : avoir un gros état d’esprit, une grosse assise défensive et les faire douter au fil des minutes qui passaient. Nous avons eu la chance d’arriver à 0-0 à la mi-temps. Je leur ai dit que ce n’était que du bonus et qu’ils douteraient de plus en plus. Nous avions la chance de ne pas avoir de prolongations derrière. Ça nous a aidé et nous a finalement réussi.

Au moment des tirs aux buts, le doute avait donc changé de camp alors ?

Oui, nous de notre côté, nous n’avions toujours rien à perdre. Après 90 minutes, nous avions réussi ce que l’on voulait : être costauds défensivement. Nous avions la chance de ne pas prendre de buts. Nous aurions même eu quelques opportunités d’ouvrir le score notamment d’entrée au bout de deux minutes de jeu où le gardien sort miraculeusement un lob. Nous aurions pu ouvrir le score. Après, ça peut être une chance de ne pas avoir marqué car on ne sait pas comment aurait été la physionomie du match derrière. Dans l’ensemble, tout a été respecté. Le temps nous a fait les mettre en doute et la séance de tirs aux buts n’était que du bénef.

Vous voilà maintenant au cinquième tour contre Tarbes, ne ressentez-vous pas un peu le charme d’un tour supplémentaire à passer ?

Oui après ce n’est pas forcément un objectif pour nous. Nous savons très bien que dans quelques semaines grand maximum si nous avons cette petite part de chance, la Coupe de France sera terminée et il faudra passer à autre chose. Recevoir à la maison c’est le top déjà pour faire redorer le blason à notre club qui était un peu en difficulté sur ces deux trois dernières années.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s