#Rugby – Fed1 / F.Moine (Rumilly) : «Bien sûr, Beaune est une belle équipe, qu’il faut respecter!»

Nous sommes allés prendre des nouvelles du RC Rumilly Savoie avec le président du club pour voir comment a débuté ce championnat en poule 2 de Fédérale 1. Frédéric Moine, dorénavant seul au commande du club Haut-Savoyard, et à quelques heures de rencontrer le CS Beaune dresse un bilan du début de saison, et d’un contexte sanitaire qui rend ce second exercice en fédérale 1 atypique. Focus sur les ambitions et le développement du RCSR, un club qui avec l’apport de son fidèle public des Grangettes compte bien regoûter aux saveurs des playoffs au printemps prochain.

 

 

Pour Rumilly, c’est un début de saison quasiment parfait malgré le petit accroc face à Vienne ? 

 

Effectivement, c’est un beau début de saison sur les deux premiers matches avec un très beau match face à Villeurbanne, où on y allait quand même avec des interrogations suite à de nombreuses blessures au sein de l’effectif. On a livré un match plein, notamment dans la conquête où on s’est rassuré en touche et confirmé en mêlée. Après, ce qui nous coûte la victoire, ce sont quelques petites erreurs de défense mais c’était le premier match. On prend 5 points contre Nîmes donc belle satisfaction avec une victoire qui se dessine en 2e mi-temps où l’on prend le dessus progressivement donc, très, très satisfait. Et puis, effectivement, l’ombre au tableau est ce match à Vienne où, pour moi, c’est une grosse déception sur et hors du terrain. Je pense que nous n’avons pas été à la hauteur dans l’engagement, dans les phases de conquête où on a été totalement absent et pénalisé. Je pense aussi que nous n’avons pas respecté les consignes en jouant peu au pied, en relançant et en se mettant en difficulté. Donc, cette dernière journée a été une grosse déception sur le terrain et hors du terrain parce-que j’aurai aimé qu’il y ait d’autres réactions à l’issue du terrain, des réactions de déception sans vouloir trop se taper sur la tête, mais, en tout cas, montrer un peu la déception et se remettre un petit peu en question. Donc, personnellement, j’attends une grosse, grosse réaction pour la réception de Beaune ce dimanche. 

 

Il y a eu un coup de gueule du co-président que vous êtes à l’issue de ce match face à Vienne ? 

 

Non, j’ai vu un petit peu les joueurs le matin. Je pense que c’était un match symbolique avec une signification particulière. Visiblement, le message n’est pas passé parce qu’on est totalement passé au travers du match. Le soir, j’ai gardé ma déception, je ne pense pas que c’était le moment opportun d’en parler aux joueurs. Donc, j’ai essayé de gérer cette déception, de parler un petit peu avec les coaches pour comprendre aussi pourquoi un tel état d’esprit et pourquoi nous avions été absents. On avait manqué de caractère, ce qui me déçoit vraiment, c’est ce manque de caractère que l’on a montré à Vienne. Donc, je pense que les joueurs en sont conscients, en tous cas, je l’espère et maintenant, au-delà des discours, j’attends la réaction sur le terrain face à Beaune. 

 

Vous nous parliez de symbolique face à Vienne et, on ne va pas se mentir, la symbolique était surtout de retrouver votre ancien coach Julien Véniat. Comment se sont passées ces retrouvailles ? Entre gentlemen ? 

 

Comme je l’avais dit, je ne pense pas que l’objectif de la saison soit de gagner à Vienne. L’objectif de la saison est de se qualifier, c’est très important pour le club et après, il faut savoir mettre de côté les petites guerres d’ego et de personnes. Mais je pense aussi qu’il faut avoir des convictions dans la vie et il y a des choses qu’il ne faut pas accepter. Moi, j’ai trouvé, en tous cas pour le club, que ça aurait été important de faire un résultat à Vienne. Pour être très franc et très honnête, il n’y a pas eu d’échange avec Julien, on n’est pas parlé. On n’a pas eu non plus l’occasion de se croiser, c’était un contexte un peu particulier parce-que Vienne est dans le 38 en zone rouge donc, il n’y avait pas de buvette, quelques repas d’avant-match entre dirigeants. Que ce soit Julien ou moi, je pense que nous sommes des hommes avec un petit peu un fort tempérament mais ce sera bien pour Vienne parce-que, je le redis, Julien est quelqu’un de compétent dans le rugby et je n’ai aucun doute là-dessus. Mais, quand on a beaucoup de caractère, comme c’est un peu le cas pour moi (rires), on a aussi des défauts qui en ressortent. Donc, peut-être que pour nous, c’était encore un peu difficile de se parler, je crois que la cicatrice est encore un peu ouverte. Mais, sans doute que ça ira déjà mieux au match retour et que le temps va faire les choses. Encore une fois, ça ne m’empêche pas de dormir. 

 

On va revenir sur le sportif et sur ce premier bloc. Le Stade Métropolitain, une équipe qui marche très fort en ce début de saison puis Vienne, c’était quand même costaud. C’est un premier bloc assez révélateur pour Rumilly ? 

 

Oui, c’est un bloc très révélateur. J’ai trouvé que Vienne était une équipe très complète qui a un 5 de devant qui, à mon avis, va poser problème à pas mal d’équipes, avec une touche très performante, une belle 2e ligne et derrière, quelques joueurs de qualité, notamment leur 15. Donc, c’est une équipe très, très complète et pour nous, effectivement, c’est un bon référentiel. C’est vrai qu’en ce début de saison, chaque président va vous dire qu’ils ont des préparations perturbées, notamment pour cause de Covid. Nous aussi, nous avons eu nos aléas parce-que, même si nous avons pu faire une préparation relativement cohérente avec notre stage et des matches amicaux, nous avons, à l’inverse, beaucoup, beaucoup, beaucoup de blessés. Quand nous sommes allés à Villeurbanne, nous n’avions pas moins de 10 blessés qui sont potentiellement tous des titulaires donc, sur ce début de saison, je dirai que nous avons tous nos aléas à gérer et à régler. Donc, pour moi, ça reste une très, très belle performance et nous avons montré que nous avions du caractère, en tous cas sur les deux premiers matches et même si nous ne l’avons pas montré à Vienne. Sur Villeurbanne et Nîmes, nous avons montré que nous avions une conquête performante et la volonté d’aller chercher des résultats quand on veut le faire. A un moment donné, nous étions menés à Villeurbanne et nous avons passé les 5 dernières minutes à 5 mètres de leur ligne, dans leur camp avec la volonté de l’emporter. Donc, c’était très satisfaisant et on va dire que sur ces trois matches, ça reste quand même très positif. 

 

Quand on voit comment tourne le Stade Métropolitain, alors qu’on savait qu’ils sortaient du Covid lorsque vous les avez rencontrés pour la 1ère journée, je pense qu’il valait mieux les prendre en début de championnat plutôt qu’au mois de Décembre ? 

 

Oui mais, comme je vous le disais, quand nous sommes allés là-bas, il nous manquait une dizaine de joueurs potentiellement titulaires. C’est pareil pour Nîmes qui manquait de rythme, et peut-être que si on joue Nîmes en ayant notre équipe type, ça sera un autre match et oui, sans doute que le Stade Métropolitain manquait de rythme par rapport à ça. Mais, je ne veux pas du tout galvauder notre match nul, car nous aurions pu perdre celui-là et cela aurait été dur moralement vu la physionomie du match. Donc, je ne veux pas du tout dévaloriser ce nul à Villeurbanne parce qu’encore une fois, il nous manquait du monde et que, pour le coup, les joueurs qui sont rentrés sur le terrain ont su saisir leur chance. Pour moi, et même si j’entends bien qu’il y a eu une préparation perturbée pour Villeurbanne, ce match nul a une signification et une valeur. 

 

Le prochain match est face à Beaune, un club que vous connaissez bien et avec qui vous vous entendez très bien. Il y a eu un mano a mano l’année dernière dont on dirait bien qu’il va perdurer toute cette saison ? Ça va être un beau défi parce-que cette équipe beaunoise tourne également bien ? 

 

Je crois que les matches amicaux ont été un petit peu difficiles et en championnat, elle est plutôt performante. De toute façon, j’ai plutôt le sentiment que dans cette poule, tous les matches seront compliqués et qu’il y aura vraiment une poule très homogène avec des matches disputés. Tout le monde veut au minimum accrocher la 6e place donc, je ne pense pas qu’il y aura de matches plus simples que les autres. On connaît les performances de Beaune, je pense que c’est aussi un pack assez consistant et solide donc, il y aura un match devant qui ne sera pas simple. C’est un match qu’il faut préparer avec beaucoup de sérieux mais je pense qu’il y a beaucoup de convictions et surtout quand même, le sentiment d’avoir quelque chose à gommer sur cette journée  » inachevée  » à Vienne. Bien sûr, Beaune est une belle équipe, côté Rumilly, je pense qu’il faut respecter Beaune, avoir conscience que c’est une belle équipe mais il faut aborder ce match avec encore plus de volonté qu’on ne le fait d’habitude à Rumilly. 

 

C’est un match au Grangettes où il va falloir montrer un beau visage au public. En parlant du public, quelles sont les conditions sanitaires en Haute-Savoie, est-ce que vous pouvez recevoir avec une jauge à 5 000 ou à 1 000 ? Comment vous débrouillez-vous avec ces conditions qui évoluent jour par jour et heure par heure ? 

 

Pour l’instant, en Haute-Savoie, tout cela est sous réserve parce-que cela peut vraiment évoluer dans les prochaines heures ou prochains jours, nous pouvons effectivement recevoir du public jusqu’à 5 000 personnes. Nous avons encore la chance de pouvoir ouvrir nos buvettes avec un protocole sanitaire très strict, on peut également organiser des repas. Bien sûr, cette période crée des inquiétudes et des craintes, ce que je peux tout à fait comprendre, donc, nous avons un petit peu moins de repas d’avant-matches, c’est en tous cas ce que nous avons pu voir sur le premier match.  La buvette fonctionne un petit peu différemment par contre, dans les gradins, aujourd’hui, en imposant un protocole assez strict, on arrive malgré tout à avoir encore du monde, nous avions du monde dans les tribunes pour ce premier match. Nous avons aussi la chance d’avoir un grand stade et, même si nous n’avons pas de main courante, nous avons quand même 1 500 places en tribunes donc ça permet d’accueillir les gens dans des conditions de sécurité. J’espère qu’on pourra continuer comme ça pour que le stade reste un lieu de fête, un lieu d’émotions, un lieu de vie où ça vibre même si on sait que ça sera bien différent et qu’il faut rester très vigilant. Mais je pense surtout que ça fait du bien aux gens, je crois qu’ils ont besoin aujourd’hui d’avoir des échappatoires et ce que l’on peut vivre aux Grangettes, c’est une bonne échappatoire en cette période. 

 

Il y a des discussions entre les dirigeants du club et les cadres des supporters, je pense à Cathy Bély où à d’autres, pour essayer de mettre en place un contexte convivial tout en respectant les conditions ? Il y a des échanges entre ces deux corporations du club ? 

 

Oui, nous échangeons avec nos supporters, avec la mairie aussi bien sûr pour être bien alignés sur le protocole que l’on met en place au sein du stade. On essaie de relativement bien communiquer et relayer ce protocole auprès des supporters et notamment de Cathy, qui gère le XV de la Pasnaille qui est, je le rappelle, le club des supporters. On essaye effectivement de répondre aux obligations, qu’elles viennent de la Préfecture ou de la Mairie, et de les appliquer et de les communiquer au mieux pour que chacun puisse participer aux matches de nos rouges et noirs dans les meilleures conditions. 

 

Quand arrivera la trêve de Décembre, à quel rang occupé au classement serez-vous un président heureux ? Je pense déjà au cadeau de Noël

 

(rires). Nous avons déjà une première phase qui est assez compliquée puisque nous allons plus nous déplacer que recevoir. Jusqu’au mois de Décembre, nous allons recevoir Beaune au mois d’Octobre, Mâcon au mois de Novembre et Drancy au mois de Décembre, on a un peu près un match par mois et tout le reste, ce sont des déplacements à Châteaurenard, à Issoire, à Bédarrides. C’est donc une première phase qui n’est quand même pas simple et c’est vrai qu’aujourd’hui, l’objectif du club est d’être dans les six premiers à la fin de cette saison pour aller chercher les qualifications et vivre les phases finales. Je pense qu’aujourd’hui, les phases finales sont ce qui font vibrer les joueurs, les supporters, ce qui fait rayonner le club.  Je pense que nous avons l’équipe pour aller les chercher et c’est pourquoi nous avons mis cet objectif donc, nous pouvons nous dire que si nous sommes dans les six premiers à Noël et que s’il n’y a pas de défaillance majeure sur la phase retour, on devrait pouvoir conserver cette 6e place. Mais vous comme mois savons que le sport n’est pas une science exacte et qu’il peut toujours se produire des choses imprévues (rires). Mais en tous cas, l’objectif au mois de Décembre serait d’être dans les six premiers, ça voudrait dire qu’on serait en ordre de marche avec l’objectif final. 

 

On vous souhaite que les étrennes sportives soient celles que vous souhaitez comme cela, vous pourrez aller skier au Grand-Bornand, votre partenaire du club, avec la conscience tranquille

 

Exactement et d’ailleurs, c’est prévu puisqu’au mois de Janvier, nous avons convié tous nos partenaires à venir skier au Grand-Bornand, toujours un peu justement dans la même dynamique. Il y a un écosystème autour du club et il faut que les sociétés puissent partager entre elles et travailler ensemble et l’animation est sur les supporters, sur les jeunes et les partenaires. Donc, dès le mois de Janvier, nous aurons une journée RCSR rouge et noire au Grand-Bornand. 

 

On vous souhaite le meilleur pour cette saison et, comme vous avez dû le voir, ce coup-ci, nous n’avons pas parlé du Mont-Blanc

 

Non, on n’en a pas parlé (rires). Mais je crois que Chambéry en parle donc, je vais leur laisser la primeur tout en faisant un petit clin d’œil à notre voisin qui, d’ailleurs, a plutôt bien commencé sa saison en Nationale et je leur souhaite une bonne saison également dans cette nouvelle division qui semble assez intéressante, notamment quand on voit les résultats parfois assez serrés. 

 

Tout à fait. On vous remercie et on vous dit à très bientôt

 

Merci beaucoup 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-2-octobre-2020/

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-2-octobre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Frédéric Moine, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges du 2 octobre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s