#Rugby – Fed1 / D.Carpentey (RCBA) : «La richesse que nous avons, c’est le Bassin et pas le pognon!»

Du côté de la Gironde le co-président du RCBA, Didier Carpentey, s’évertue à maintenir son club à flot, malgré le coronavirus qui est venu impacté durement « les gars du bassin ». Pour ce dirigeant dont la gouaille transpire de ses propos, la convivialité et la solidarité qui sont l’apanage de son club, seront un levier pour vaincre l’adversité qu’a connu le Rugby Club Bassin d’Arcachon durant le début de saison. Focus sur un club et un co-President qui dès ce week-end vont tenter de définitivement lancer leur saison, en portant haut les couleurs de leur territoire.

 

 

J’espère que vous avez de bonnes nouvelles à nous annoncer parce qu’on sait que, malheureusement, le RCBA a été grandement touché par cette vague de Covid-19, un peu comme tous les clubs à tour de rôle. Mais, chez vous, on va dire que ça a été assez virulent ? 

 

Exactement, puisque nous avons eu mon co-président qui a été touché ainsi que trois membres du bureau mais ça, y est, tout est réglé. Tout le monde a repassé les tests, puisque je fais passer des tests à tout le monde tous les lundis, et tout le monde a été testé négatif, donc, je croise les doigts pour que nous puissions repartir. 

 

On parlait de ce contexte actuel, qui a vous a un peu fait prendre du retard au démarrage et avec votre co-président qui a grandement été impacté par le coronavirus. Mais, heureusement, le sportif a pu reprendre ses droits et vous avez pu jouer contre Rennes ? 

 

Oui, nous avons pu jouer contre Rennes et c’était assez délicat. Nous avions pu faire un match amical trois semaines avant cette rencontre mais depuis, nous n’avions rien fait d’autre au niveau amical pour pouvoir voir les nouvelles recrues et ce qu’il se passait. Donc, nous sommes un peu partis dans l’inconnu à Rennes. 

 

En plus, vous avez commencé par du lourd parce-que cette équipe de Rennes est quasiment l’un des favoris aux play-offs. C’est une équipe  » épaisse  » comme on dit ? 

 

Une très belle équipe, ils ont vraiment fait le nécessaire ! Nous les avions rencontrés l’année dernière et nous avions perdu deux fois contre eux. Cette année, c’est vrai qu’ils se sont bien renforcés mais nous n’avons pas été ridicules parce-que, pour un premier match de championnat, nous n’avons perdu que 19 à 9. Donc, ce n’est pas une grosse fessée, il va falloir s’améliorer et avoir un meilleur réglage par la suite parce-que je me dis qu’avec simplement deux matches depuis le temps, ça n’est pas évident. 

 

Vous avez de plus un calendrier qui est quand même assez costaud puisque vous allez recevoir Périgueux. Ce sont certes des promus mais de  » faux promus  » parce qu’ils ont une armada ? (Itw réalisé avant l’annulation du match)

 

Oui, ils ont fait un gros, gros recrutement, on avait envoyé des personnes voir le match et ils ont fait un très beau recrutement. La poule va être très, très, très compliquée avec en plus les gros déplacements que nous avons à faire. On nous dit qu’il y a 6 promus dans la poule mais tous les promus se sont bien renforcés et ça sera une poule compliquée. 

 

Les promus seront compliqués et, comme vous le dites, il y aura des voyages à Marcq-en-Barœul et à Beauvais. Pour un club comme le vôtre, ce n’est quand même pas neutre comme déplacements ? 

 

Déjà, pour aller à Rennes, nous sommes partis samedi matin à 7h et nous sommes rentrés à 9h le dimanche. En plus, il faut deux bus parce qu’il y a les deux équipes et qu’il faut un joueur par siège, ça devient très, très compliqué. 

 

Quel va être l’objectif du RCBA pour cette saison ? On sait que ça a été un peu difficile pendant deux saisons, vous avez joué le maintien, particulièrement la saison dernière où vous étiez à fleur de la descente. On va dire que le point positif du Coronavirus, c’est que ça vous a un peu  » sauvé les miches « . 

 

Ça nous a sauvés. C’est la 3e année que nous sommes en Fédérale 1 et nous avons essayé de nous renforcer donc, pour l’objectif, on voudrait au moins être dans les six premiers pour essayer de jouer des phases finales. On les avait connues en Fédérale 2 et Fédérale 3 mais pas encore en Fédérale 1 et on aimerait bien les jouer mais, ça ne va pas être évident. 

 

Vous vous êtes équipés en conséquence ? 

 

Oui, nous avons fait un recrutement très jeune puisque nous avons des jeunes qui sont arrivés de Vannes, de Nevers, de Narbonne … La moyenne d’âge derrière est de 22 ans donc, aujourd’hui, nous essayons vraiment de faire courir le ballon, de s’amuser et c’est intéressant. Sur les deux matches que j’ai vus, c’était intéressant. 

 

Le RCBA  a aussi une formation qui est intéressante car vous avez une équipe espoirs qui a de très bons résultats ? 

 

Les espoirs ont justement gagné à Rennes, 20 à 3. Nous avons de très, très bons jeunes et j’espère qu’eux-aussi feront un bon parcours, ils sont bien partis. 

 

On va également revenir sur l’historique de votre club, club qui est la fusion entre La Teste de Buch et le Bassin d’Arcachon. Cela fait maintenant quelques années que vous avez fait cela, depuis 2008 pour être précis. Comment a pris cette greffe ? 

 

Ça a été compliqué au départ mais étant donné qu’à l’époque, les deux équipes étaient en Fédérale 3, ce sont les élus qui ont demandé à faire ce regroupement. C’est pour cela que nous y avons fortement participé avec mon ami Charbonnier, avec qui je suis co-président depuis 13 ans. Aujourd’hui, ça a bien pris et Bassin d’Arcachon passe bien. 

 

Dans la région bordelaise et en Gironde, il y a quand même pas mal de rugby. Comment fait-on pour exister et arriver à tirer son épingle du jeu ? 

 

Ce qu’il y a de bien, c’est que nous avons aujourd’hui un manager général qui s’appelle Vincent Manta, qui est directeur du Pôle Espoir de Talence. Il y a beaucoup de joueurs qui viennent dans son pôle, ce qui nous permet de recruter et il y a en plus, l’image du Bassin. On oublie toujours que nous sommes un club riche mais la richesse que nous avons, c’est le Bassin et pas le pognon. L’avantage que nous avons, pour les gens qui viennent chez nous, c’est que quand il y a un tour à faire en ville ou autres, c’est quand même vachement agréable. 

 

A Bassin d’Arcachon, vous avez quand même un cadre pour recruter qui est idyllique pour recruter des joueurs extérieurs, et je pense à un joueur en particulier ? Ça fait quand même plus rêver de venir à Bassin d’Arcachon que dans certaines villes où c’est un peu plus  » morose  » ? 

 

Exactement (rires). C’est pour ça que, quand les gens viennent, qu’ils ne connaissent pas trop le Bassin et qu’on leur fait faire un tour, ils en tombent de suite vite fait amoureux (rires). Et puis, il faut être honnête, il y a quand même un climat qui n’est pas frigorifique. C’est vrai que quand les joueurs ont fait un tour avec nous et qu’on les a emmenés dans certains petits restaurants du coin, ils s’y habituent et ils ne veulent plus repartir. 

 

Je me souviens de quelques présidents qui m’ont dit en off, après être venus à Bassin d’Arcachon, qu’ils se régalaient à chaque fois aux réceptions d’avant-matches ou d’après-matches avec des mets culinaires dont vous avez le secret

 

Tout à fait (rires). Ça, on y tient et on confirme pour recevoir les gens, qu’ils en aient un bon souvenir. Le rugby, c’est une chose mais heureusement qu’il reste encore des moments comme cela, les repas d’avant-matches avec les autres présidents où l’on peut discuter. C’est quand même très agréable, il faut le conserver et nous, nous souhaitons le conserver. 

 

Et puis, l’art de la table fait partie du rugby, c’est quelque chose qui est prégnant dans ce sport ? 

 

Absolument, le jour où il n’y a plus ça, c’est fini, le rugby est mort. 

 

Quelles sont les problématiques premières qu’il y actuellement pour le président du Bassin d’Arcachon que vous êtes ? Quelles sont les inquiétudes que vous avez ? 

 

Au jour d’aujourd’hui, il faut être clair, c’est le budget. Aujourd’hui, nous n’avons plus de recette, les partenaires, car nous avons beaucoup de petits partenaires, 120 en tout, qui lâchent un peu. Parce-que, vu ce qui s’est passé pendant six mois, on ne peut pas aller frapper à toutes les portes et leur demander encore de l’argent parce-que, soit ils ne peuvent pas travailler soit ils ferment leurs portes Donc, c’est compliqué et ce qui va être très compliqué, ça va être de finaliser le budget. 

 

Et la peur de ne pas pouvoir finir la saison parce qu’il y aura trop de matches reportés ou un nouveau confinement, cela fait partie de vos inquiétudes ? 

 

C’est sûr parce-que si l’on recommence comme l’année dernière et que l’on passe dans les péréquations du championnat et tout ça, ça va être catastrophique. Donc, j’espère que tout cela va se calmer et que nous allons pouvoir repartir sur de bonnes bases. 

 

Vous nous avez un peu répondu en parlant de l’art de la table mais, si on devait qualifier ce club du RCBA, quel sont l’ADN et les tripes de ce club ? 

 

Les tripes, c’est un cadre magnifique au milieu des pins, avec le stade et tout le reste plus la table et des gens qui savent recevoir. Ça, c’est quelque chose auquel on tient et que nous avons à cœur avec mon co-président Bruno Charbonnier, que les équipes qui viennent repartent avec un bon souvenir. 

 

Vous m’avez convaincu, je prépare les valises et j’arrive en Gironde ! 

 

Ce n’est pas un problème, on vous recevra avec plaisir, ne vous inquiétez pas (rires). Quand vous aurez l’occasion, on vous recevra et on vous fera un bon petit repas

 

C’est gentil et on vous remercie d’être venu nous parler de votre club. On souhaite surtout un prompt rétablissement à votre co-président qui a été impacté par le coronavirus en espérant que les jours heureux reviennent au RCBA

 

Je l’espère et je vous remercie encore fortement de votre gentillesse

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-22-septembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Didier Carpentey lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 22 septembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s