#Rugby – Nationale / D.Vicente (Chambéry) : «Nous sommes en Savoie, on va savoir les recevoir!»

Le capitaine du SO Chambéry pour ce come-back dans l’élite du rugby semi-pro / semi-amateur de Chambéry, nous a accordé un entretien. Après une victoire de prestige face à Massy lors de son premier match à domicile, les éléphants chambériens vont ardemment protéger leur invincibilité à la piole, ce dimanche face à Bourgoin. Pour ce derby alpin, face à un CSBJ qui a fait grosse impression le week-end dernier, Damien Vicente et ses « potos » vont mener une âpre bataille avec une idée derrière la tête : équilibrée la balance victoire/défaite lors de ce premier bloc de la Division Nationale. Un match qui est très attendu par les afficionados savoyard et dont les joueurs du SOC Rugby veulent faire un match référence de ce début de saison .

Damien, comment se sont passés ces premiers pas en Nationale ? 

On va attaquer le dernier match du bloc de 4 que nous avons eu en Septembre. Nous avons commencé par un match à l’extérieur Aubenas d’où on aurait pu, je pense, ramener un résultat. C’était un match assez moyen de notre part et de la leur aussi, on perd le match à la dernière minute sur une dernière mêlée qui peut être en notre faveur comme en la leur, on perd la mêlée et fin de match. Après, nous avons un gros match à la maison contre Massy où, pareil, on gagne de trois points à l’arraché. Ce fut un match très difficile, très engagé, où nous avons réussi à prendre le dessus, notamment devant en mêlée. Après, un match à Nice la semaine dernière d’où l’on revient bredouille avec 0 point au compteur. Ce fut aussi un match engagé mais, malgré cela, nous avons réussi à mettre plus de jeu que d’habitude. Maintenant, c’est à nous de travailler et de nous améliorer encore pour faire un résultat contre Bourgoin ce week-end. 
Des échos que j’en ai eus, il y a des regrets par rapport à Aubenas parce-que vous vous êtes un peu laissés endormir dans un faux rythme ? 
Oui, c’était un match pendant lequel il faisait très, très chaud et où il n’y a pas eu beaucoup de jeu. On voyait que c’était vraiment un match de reprise pour les deux équipes, on a réussi à prendre le dessus notamment devant en mêlée ce qui a fait qu’on a pu remonter au score en 2e mi-temps. A la fin, on a trois mêlées sur leur ligne d’en-but, trois pénalités pour nous, à la 4e, l’arbitre la retourne et ils vont en touche, fin du match. Ca se joue à 3 points, c’était un match de reprise pour les deux équipes, on voyait qu’il y avait eu cinq mois d’arrêt avec le Covid. 
Par contre, on avait eu Yves Garçon juste après la victoire à la piaule face à Massy. C’est quand même une fierté d’avoir accroché le scalp de Massy qui, l’année dernière, était un prétendant à la Pro D2 ? 
Exactement, c’était une fierté mais aussi une nécessité pour nous parce qu’on sait que si on veut exister dans cette poule Nationale, il faut être invaincus à la maison. Ca a commencé par la réception de Massy qui est arrivé avec des prétentions, ce qui est normal vu le niveau de jeu qu’ils ont affiché la saison passée. On s’est battu contre eux avec toutes nos forces, notamment en mêlée mais aussi en défense où nous avons été irréprochables ce qui nous a permis d’avoir la victoire à la fin. C’est pour nous une grosse satisfaction et une grosse fierté de les avoir battus. 
Cette équipe du Stade Nicois que vous avez rencontrée le week-end dernier, est un émergent du rugby français, qui fait un come-back parce-que Nice a une belle histoire avec le rugby, mais c’est un émergent dans le rugby moderne. Comment tu les assimilerais ? C’est une équipe qui sera sûrement dans les 4 premiers de cette poule ? 
Par rapport à leur effectif, bien sûr qu’ils peuvent avoir les prétentions de finir dans la tête de cette poule Nationale. J’étais de repos la semaine dernière donc, je n’ai pas fait le déplacement à Nice mais par contre, j’ai vu des vidéos du match que nous avons fait là-bas. C’est une équipe qui, physiquement, est très solide et très lourde, qui s’appuie sur un jeu simple mais qui maîtrise vraiment fort. On voit qu’ils sont très réalistes, ils nous marquent des essais où ils vont au bout dès qu’ils en ont la place. Par contre, on sent que c’est une équipe qui est encore en rodage. 
Par contre, un gros défi s’annonce ce dimanche, un derby alpestre entre Isérois et Savoyards ce qui pique déjà d’entrée. Et puis, cette équipe de Bourgoin a créée la grosse sensation de la 3e journée en atomisant Tarbes 52 à 5 ? 
Exactement, on avait vu que Tarbes avait une équipe très solide depuis le début de saison, avec deux gros matches. Je pense qu’ils sont allés à Bourgoin avec des prétentions de ramener quelque chose de là-bas, soit un bonus défensif soit pourquoi pas une victoire. Quand j’ai vu le score de 50 points après le match, ça m’a impressionné de la part de Bourgoin mais après, au vu de leur préparation et de leur match contre Bourg-en-Bresse et de leur victoire contre Massy en match amical, ils commencent très fort. Ils ont vraiment renforcé leur effectif par rapport à la saison passée donc, je pense qu’ils sont à leur niveau. Ils sont prêts à en découdre chaque week-end et maintenant, c’est à nous, Chambéry, de penser à notre jeu, au jeu qu’on va leur proposer et leur imposer à la maison. 
Et puis, le fait que Bourgoin arrive lancés comme des frelons permet de vraiment garder le groupe chambérien en éveil ? 
Ils arrivent fort et nous, encore une fois, on sait qu’on n’a pas le droit à l’erreur à la maison donc, nous allons répondre présents quoi qu’il arrive. Nous sommes en Savoie, on va savoir les recevoir et leur proposer le combat nécessaire pour les battre. 
Est-ce que tu as senti auprès du public une sorte de frémissement avant ce match parce-que ça va quand même être une très, très belle affiche ? J’imagine que le public savoyard doit être friand de ce genre de rencontre
Bien sûr, nous étions un peu en manque la saison passée d’avoir de grosses affiches comme ça à Chambéry. On a eu il y a 3/4 ans en Fédérale 1 Elite maintenant, c’est un match contre Bourgoin, c’est un derby. Je pense que les Berjalliens vont aussi se déplacer en nombre pour venir au stade. A Chambéry, il y a une grosse manifestation qui se prépare avec un grand repas d’avant-match avec les partenaires et les supporters. Je pense qu’il va y avoir du monde au stade malgré les restrictions dues au Covid, si je ne me trompe pas, les 1 000 places ont été vendues. Donc, on est en limite de place mais le stade va être au maximum de ces capacités en termes de droits et nous, nous allons avoir besoin du public pour nous aider, pour pousser derrière nous et battre cette équipe. 
Vous êtes conscients que vous êtes un peu des privilégiés en termes de convivialité et d’hospitalité ? Vous pouvez encore faire des repas alors que dans certains clubs, c’est quasiment le match presque à huis-clos et rien d’autre ? 
Ca, ce sont nos dirigeants qui gèrent mais, encore une fois, ils font cela dans les lois que le Covid nous impose. Par rapport au repas, ça va se faire dans notre grand chapiteau réceptif. 
Ce n’est pas un chapiteau, c’est pratiquement une boîte de nuit ? 
Pas encore (rires). En tous cas, je crois qu’ils ont limité le nombre de tables avec le nombre de personnes à table pour respecter les distances de sécurité entre chaque personne. C’est vrai que c’est une chance, c’est un derby et nous, joueurs, il faut qu’on réponde présent avant tout dans ces manifestations parce-que c’est fait pour nous et pour nous permettre de jouer à ce niveau-là. Ca, il faut que tout le monde en ait conscience et qu’on donne le meilleur de nous sur le terrain pour récompenser les bénévoles, les dirigeants et nos supporters. 
Si à la fin, vous restez invaincus, malgré les deux défaites à l’extérieur, ce sera un bloc productif et que vous estimerez positif ? 
Bien sûr parce-que nous étions un peu dans l’inconnue du niveau de cette poule Nationale, on ne savait pas où on allait. A Chambéry, nous sommes un peu les derniers invités de cette poule, on ne devait pas être dedans mais finalement, nous y sommes. On voulait prouver à tout le monde que nous avions notre place dans cette poule Nationale, nous avons ramené un point de bonus défensif d’Aubenas, nous avons battu Massy. Il y a un petit échec à Nice malgré cela, sur le terrain, quand on voit le compte-rendu du match qui est un peu sévère pour nous. Maintenant, il faut finir fort contre Bourgoin, vraiment avoir cette victoire et oui, bien sûr, ce sera un bloc satisfaisant. 
Question décalée Le Mag Sport Radio Albigès : on a une personne en commun, il a été coach adjoint à Albi et nous sommes un média albigeois, il a été coach à Chambéry, c’est Benjamin Bagate qui est en plus un auditeur assidu du Mag Sport. Tu as un petit message, un petit mot, un petit clin d’œil à envoyer à Benji ? 
J’espère qu’il va bien et qu’il est en pleine forme. On s’écrit parfois pour se donner des nouvelles donc, j’espère que tout va bien pour lui, je sais qu’il a eu un petit échec au niveau de son projet à Béziers. Je pensais que ça allait se faire et j’aurai été content pour lui mais je suis sûr qu’il va savoir rebondir comme il sait le faire et je lui dis à bientôt. 
Et à toi, on te dit bonne chance pour ce derby alpestre entre Isérois et Savoyards, on regardera qui en sortira vainqueur au bout de 80 minutes
Merci beaucoup

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-2-octobre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Damien Vicente, lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges » du 2 octobre 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s