#Rugby- Féd1 / (F.Tauzin) Anglet : « Le premier objectif sera de prendre du plaisir!»

Le nouvel homme fort d’Anglet est revenu sur la préparation des Bleus et Blancs Angloys, ce natif du Pays Basque, plus que jamais amoureux de sa région, compte bien ramener l’AORC dans le giron des qualifiables dans cette poule 4 de Fédérale 1 .Accompagné d’Anthony Biscay pour les avants et Sébastien Fauqué pour les trois-quarts, celui qui en tant qu’entraineur n’a jamais quitté le pays « basco-landais » veut que ses joueurs prennent d’abord du plaisir !!

Crédit Photo Sud-Ouest

Frédéric Tauzin, vous êtes le nouvel entraîneur d’Anglet, enfin quand je dis nouveau, ce n’est pas tout à fait vrai. Vous aviez déjà débuté en 2007 à l’AORC ? 

 

Oui, j’avais déjà fait deux ans à l’AORC avant d’intégrer le centre de formation de l’Aviron Bayonnais en 2009. J’y suis ensuite revenu il y a quatre ans de ça pour deux ans, avant de partir à Dax. 

 

Dans votre carrière d’entraîneur, vous étiez plutôt sur le centre de formation de Bayonne ? 

 

Le centre de formation puis j’étais aussi passé par le Top 14 pendant deux saisons avant un retour à la formation. En tout, je suis resté à peu près 4 ans 1/2 à l’Aviron Bayonnais. 

 

Depuis que vous êtes entraîneur, vous êtes plutôt régional ? En tant que joueur, vous avez fait une petite incartade à Vannes mais après, vous êtes resté dans la région ? 

 

Je suis né dans la région, c’est une région que j’apprécie énormément et qui est jolie, puisque les gens y viennent en vacances. Quand je suis parti à Vannes, j’ai découvert une région sympa aussi mais je me suis aperçu que la mienne me manquait. Donc, c’est pour cela que je reste dans le coin. 

 

En termes de progression dans votre carrière, vous étiez à Dax, la Nationale pointait le bout de son nez. Pourquoi n’y êtes-vous pas resté, le nouveau projet d’Anglet était plus intéressant ? 

 

Je pense que c’est plus une question d’envie aussi, je n’avais pas forcément envie de travailler dans l’urgence. Du côté des Dacquois, on se posait beaucoup de questions mais la Nationale n’était pas encore d’actualité lorsque j’ai pris ma décision, pour moi, c’était la Fédérale 1 ou à Dax ou à Anglet. Mais j’ai senti qu’à Anglet, on avait vraiment envie de me donner des responsabilités donc, pour moi, c’était en tous cas une progression personnelle. 

 

Pour rester sur le sportif en résumant un peu rapidement, vous avez fait deux matches de préparation avec deux défaites, l’une devant Tarbes et l’autre devant Mauléon

 

On a en a également fait un 3e contre les espoirs de Mont-de-Marsan. 

 

Vous avez largement gagné celui-là mais les résultats sont anecdotiques lors des matches de préparation ? 

 

Tout à fait. Nous avons perdu le premier à Mauléon mais je crois que les deux équipes ont beaucoup mixé, on aurait pu le gagner comme on aurait pu prendre 20 points de plus. Ce n’était pas important, le plus important était de se remettre en activité. Le 2e contre Tarbes était un petit peu plus organisé, nous avions un petit peu resserré le groupe. A la mi-temps, on vire en tête, on décide de tourner alors qu’eux ont fait tourner l’effectif un peu plus tard. Nous avons eu un gros trou d’air en début de seconde période mais en tous cas, le contenu était bien et on a pu travailler sur certains secteurs. Sur le dernier match contre Mont-de-Marsan, on a pu mettre du volume de jeu et beaucoup courir donc, c’était plutôt une bonne préparation. 

 

Il y avait une grosse équipe à Tarbes ? 

 

Oui, une belle équipe à Tarbes. 

 

On voit la différence de niveau ou pas complètement par rapport aux saisons passées ? 

 

On voit le côté un petit peu plus organisé mais nous aussi nous avons progressé donc, nous ne nous sommes pas sentis si inférieurs que cela. Je crois même que, sur les phases de conquête et notamment la mêlée, nous avons chacun eu nos temps forts. Donc, en tous cas pour nous, c’était quelque chose de positif mais maintenant, on peut difficilement se comparer à cette équipe-là dans la mesure où c’était amical et que les deux équipes étaient mixées. C’est difficile d’avoir des repères de niveau sur des matches de préparation comme ça. 

 

Vous avez évoqué une bonne préparation pour vous. Ça s’est très enchaîné puisque vous avez rencontré Mauléon pour la journée inaugurale, après les avoir joués en match amical, et vous faîtes un bon match nul. Je dirais une mi-temps chacun ? 

 

Je ne sais pas si c’est une mi-temps chacun parce-que j’ai l’impression que la première mi-temps est un peu à notre avantage, notamment au niveau de la possession et de l’occupation. Après, nous avons un trou d’air où ils ont une ou deux occasions d’essai qu’ils ne mettent pas. Donc, ils auraient pu nous distancer là et finalement, j’ai l’impression que la fin de match est à notre avantage mais on n’arrive pas à tuer le match et nous sommes contents que la dernière pénalité ne passe pas. C’est un match avec beaucoup, beaucoup d’erreurs mais avec aussi beaucoup de caractère, ce qui nous a aussi permis d’accrocher ce match nul. 

 

Finalement, ce fut un match pas trop fermé puisqu’il n’y a qu’un essai de chaque côté. C’était serré en 2e mi-temps mais c’était quand même un match de reprise ? 

 

Oui, c’était un match de reprise où les deux équipes se sont testées pendant une bonne heure et ont profité des ballons de récupération, il n’y a pas eu beaucoup de lancements de jeu. Donc, un match de début de saison où il fallait montrer du caractère pour s’en sortir. 

 

Vous deviez partir à Fleurance mais on a appris via le Facebook du club qu’il y avait un cas de Covid à Mauléon. Est-ce que ça tergiverse un peu pour la tenue de ce match ou est-ce carrément annulé ? 

 

Non, le match est annulé. Nous avons appris depuis mardi qu’il y avait un cas positif à Mauléon donc, les 23 joueurs de l’équipe deviennent cas contacts et sont isolés pendant 7 jours. Vous vous doutez bien que le match sera annulé à Fleurance et que l’on met toute la semaine entre parenthèses. 

 

Vous n’aurez pas de préparation avant de pouvoir repartir la semaine d’après. C’est un petit coup d’arrêt avant de recevoir Auch qui monte de Fédérale 2 mais qui se propose déjà comme un prétendant vu son résultat lors de la première journée ? 

 

Oui, c’est tout à fait ça. Je crois qu’aujourd’hui, toutes les équipes veulent enchaîner. Nous avions justement analysé pas mal de points de progrès dans le contenu sur le match de Mauléon et nous avions programmé une semaine de travail pour améliorer ces points-là. Finalement, tout est remis entre parenthèses et nous aurions bien voulu enchaîner pour essayer de gommer et de progresser au niveau du contenu. Ce n’est que partie remise contre Auch mais ce sera difficile, ces semaines à vide comme ça ne nous permettent pas de régler les problèmes en suivant et c’est toujours compliqué. Ca va encore être un match de reprise contre Auch. 

 

D’autant plus qu’il va encore y avoir une petite coupure entre la réception d’Auch et le déplacement à Castelsarrasin puisqu’il y a un week-end off

 

C’est ça, ça ne permet pas d’enchaîner et c’est ça qui est préjudiciable. 

 

Au niveau de l’effectif, il y a 15 départs pour 10 arrivées. Est-ce la volonté de réduire un peu les coûts, car cette crise du Covid laisse des traces pour tout le monde, ou est-ce plutôt un rajeunissement de l’effectif puisqu’il y a 4 retraités dans les départs ?

 

Je crois que c’est un peu des deux. Nous avions des joueurs espoirs que l’on avait aussi envie d’intéresser un peu et c’est vrai que pour compenser ces départs, on compte sur les jeunes du club. Nous avions ciblé quelques postes prioritaires, notamment sur la 1ère et la 2e lignes ainsi que la charnière et un peu de vitesse derrière. Après, on compte sur les jeunes du club pour venir alimenter l’effectif senior. 

 

Un mot sur Sébastien Fauqué qui vous rejoint sur le banc ? A 43 / 44 ans, c’est fini pour lui, il raccroche les crampons au moins en tant que joueur ? 

 

Tout à fait, il ne reste pas loin du terrain, je suis très content qu’il rejoigne le staff avec Anthony Biscay. Ce sont deux joueurs sur lesquels moi je m’appuyais quand j’entraînais Anglet il y a deux saisons. Donc, je suis ravi de pouvoir partager ce projet avec eux. 

 

On va un petit peu se projeter sur la saison même si elle va être un petit peu clairsemée en ce début de septembre. Quelles sont vos ambitions dans cette poule 4 ? Même si les  » grosses  » équipes comme Tarbes ou Dax ont été enlevées, il reste quand même de belles formations. Est-ce que vous visez vraiment le haut du tableau ou la qualif pour commencer ? 

 

Je pense qu’il faut savoir d’où l’on vient. L’année dernière, Anglet finit à la 8e position lorsque cela s’arrête. Dans la poule, nous avons deux clubs qui étaient invités pour la Nationale, Mauléon et Saint-Jean-de-Luz donc, on sait où on met les pieds. Forcément, par le passé, Anglet était un habitué des phases finales et on a envie de les connaître à nouveau. Le premier objectif sera de prendre du plaisir et bien sûr de gagner des matches mais, on ne va pas se le cacher, nous avons la qualification dans un coin de la tête. 

 

Avec ce brassage, il y a maintenant beaucoup plus de formations qui viennent de Fédérale 2 et ce sera peut-être un peu plus facile, si l’on peut dire ? 

 

Sur le papier, c’est toujours plus facile mais après, sur le terrain, vous savez, il n’y a rien de facile. Je crois que le déplacement à Fleurance s’annonçait aussi compliqué quand on voit le résultat qu’ils ont fait contre Oloron. Je ne sais pas s’il y aura des matches faciles, il faut les jouer pour pouvoir en parler après. 

 

Hors du registre sportif, je pensais à la catastrophe qui est arrivée avec le feu de forêt qui a failli vous touchez. Au-delà du stade et des bâtiments qui auraient pu être atteints, ça a quand même dû être difficile pour la ville d’Anglet et le rugby angloy ? 

 

C’est certain, cette forêt de Chiberta fait partie du patrimoine angloy, comme le dit Mr le Maire, je crois que c’est un peu  » le poumon de la ville « . Nous avions notre terrain qui était juste à côté de la forêt et du coup, c’est vrai que nous profitions aussi de ces espaces-là pour quitter le terrain de temps, aller s’aérer de temps en temps et faire un peu de footing ou autres activités physiques dans la forêt. Derrière la forêt, nous avons la plage et ce jour-là, nous y faisions un entraînement délocalisé. C’est vrai que ça nous a fait mal au cœur de voir partir ce morceau de forêt en fumée, c’est quelque chose qui nous touche et encore aujourd’hui, quand on prend le chemin de l’entraînement, on voit le résultat de ce feu au quotidien et ce n’est pas sans regret de le voir. Donc, nous sommes toujours un petit peu émus de voir cette forêt qui est parti en fumée. 

 

C’est certain. On m’a susurré à l’oreille que Sébastien, en plus de vous rejoindre et de vous donner un coup de main sur le banc, allait faire à manger à toute l’équipe ? 

 

Ça, c’est possible, on va négocier avec lui, ça fait aussi partie de ses qualités (rires). 

Propos recueillis par Didier Revellat

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-22-septembre-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Fred Tauzin lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 22 septembre 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s