#Rugby – Fed1 / C.Schneider (CAL) : «Rester invaincus à François Sarrat, c’est l’objectif de la saison»

Nous avons réalisé un petit tour d’horizon sur « le plateau » avec le manager du Cercle Amical Lannemezannais, Christophe Schneider. Ce passionné de rugby, qui œuvre bénévolement pour le CAL depuis de nombreuses saisons, nous a fixé la feuille de route pour cette 3eme saison consécutive en Fédérale 1. Dans une poule 4 qui aura des saveurs de feu le comité Armagnac-Bigorre, Christophe Schneider ne souhaite pas fixer d’objectifs outranciers, mais faire de l’antre de Sarrat une citadelle inébranlable. Entretien avec un coach qui a l’image de son club, cultive humilité et labeur, l’ADN de ce territoire Rugbytique.

 

 

Le week-end dernier a repris la grande transhumance du rugby sur le plateau de Lannemezan avec un match de choix puisque Lannemezan affrontait Saint-Sulpice. Ce sont deux équipes qui sont maintenant deux valeurs très, très sûres de la Fédérale 1 ? 

 

Oui, nos copains de Saint-Sulpice que l’on avait l’année dernière en poule, qui nous avaient battus deux fois et qui, effectivement, ont de grosses valeurs. On les connaît bien, autant que sur le plateau et nous avions hâte de les retrouver et de jouer ce match amical après une longue trêve. Ça s’est très, très bien passé, les deux équipes étaient contentes du match amical donc c’était une bonne remise en jambes. 

 

Après autant d’arrêt, il n’y avait pas une crainte qu’il y ait de la casse sur ce premier match amical ? 

 

Sincèrement non, il n’y a pas eu de crainte. Je pense que nous avions fait une très, très bonne préparation depuis le mois de Juin, on s’était entraîné pratiquement deux mois et demi. Nous avions aussi fait des oppositions entre nous donc pas plus de crainte que ça et on a eu raison de ne pas en avoir puisqu’il n’y a pas eu de blessé, juste des courbatures le lendemain mais pas de blessé à noter. 

 

Et il n’a pas fallu un peu canaliser les joueurs ? Parce-que j’imagine que, pour les passionnés et les compétiteurs que sont les joueurs de rugby, il a fallu un peu retenir les chevaux au moment de retrouver le pré ? 

 

Nous étions sur un match amical, ça aurait été d’entrée un match de championnat, oui, ça serait peut-être monté un peu en puissance. Mais c’était surtout un peu sur la fatigue où il y a eu des réflexes qui sont un peu revenus et qu’il a fallu un peu contenir. Mais non, dans l’ensemble, il y a certes eu de l’engagement comme dans un match de rugby mais pas non plus de surplus par rapport à la trêve que l’on a connue et à l’impatience que l’on avait de retrouver la pelouse. 

 

La fatigue a du vite s’évaporer parce qu’avec la victoire, on récupère toujours mieux ? 

 

La victoire était anecdotique puisque nous avions un groupe élargi où tout le monde a eu son temps de jeu. Donc, c’était surtout pour justement se retrouver sur le pré et répéter un peu ce que nous avions fait depuis le début de la saison. Nous n’avions pas spécialement noté et demandé la victoire même si, pour le moral et la confiance des joueurs, c’est toujours mieux. 

 

Et puis, ça valide tout le travail qui a été fait en amont pendant la préparation ? 

 

Oui, exactement, c’est surtout ça que nous voulions voir au niveau de la conquête, de nos déplacements, de notre jeu. Et surtout, savoir si le projet au niveau des nouvelles recrues avait été bien absorbé et ça a été le cas. 

 

J’imagine que les acteurs du terrain ainsi que vous, le staff, étiez très heureux de retrouver la pelouse et le pré. Mais, il devait aussi y avoir une ribambelle de supporters du Stade Sarat qui devaient aussi être impatients de revoir  » ses petiots  » ? 

 

Ah oui, sur le plateau, c’est comme ça ! Ca vit autour du rugby donc, on a revu des têtes qu’on n’avait pas vues depuis un petit moment. Tout le monde était impatient, même malgré toutes les sécurités sanitaires que nous avons dû prendre. Il y avait une belle petite chambrée et il y a eu en plus un grand beau temps qui a aussi permis à la buvette de marcher un petit peu. Tout le monde était effectivement content de se retrouver mais aussi de voir les nouveaux et les anciens joueurs. Il y a eu une grosse communion à la fin du match, c’était bien. 

 

Quel est le prochain match amical ? 

 

C’est celui contre Dax le 29 Août qui va nous faire passer un cap dans le rythme et l’engagement, je pense. On a hâte, on va avoir le groupe au complet et on hâte de retrouver les Dacquois. (Défaite 19-28).

 

Quand tu vois tous les jours des matches amicaux qui sont annulés, que ce soit en Fédérale 1, en Nationale, en Pro D2 et en Top 14, tu n’as pas un peur qu’au dernier moment, comme c’est arrivé à Albi contre Narbonne, vous soyez obligés de revoir vos plans et que cela mette un peu en l’air toute la préparation et le planning que vous avez ? 

 

Bien sûr, c’est notre crainte. Après, quand on voit ce qui se passe autour, on se demande  » pourquoi pas nous ?  » donc, on sait que ça va nous tomber dessus. Après, on essaie de faire attention le plus possible mais c’est compliqué. Si ça nous tombe dessus, on fera comme tous les autres clubs, on s’adaptera, c’est comme ça et il faut vivre avec. On le fait tous les jours au niveau professionnel et familial donc, si ça nous arrive, nous sommes prêts. Nous avons des procédures en interne pour faire tester les joueurs et prendre les décisions qu’il faut en espérant que ça ne nous arrive pas. On va croiser les doigts mais nous ne sommes pas dupes, on sait très bien qu’à tout moment, ça peut nous tomber dessus. 

 

Pour l’instant, que ce soit en Fédérale 1 ou en Nationale, il y a deux écoles. Il y a les clubs qui suivent à la lettre les protocoles FFR et il y a ceux qui vont un peu plus loin en testant toutes les semaines les joueurs, chose qui n’est pas encore obligatoire de la part de la FFR. Vous, à Lannemezan, vous êtes de quelle école ? 

 

On est de l’école qui suit les protocoles de la FFR. Au niveau du club et des dirigeants, ça a été un peu plus poussé notamment en termes de sécurité et de respect des règles dans l’enceinte de François Sarrat. On n’est pas encore au stade de tester les joueurs toutes les semaines, on n’a pas la logistique pour ni spécialement de gens sur le plateau qui nous aident, même si on a fait des demandes. On ne désespère pas que peut-être, sur le mois de Septembre de faire tester régulièrement les joueurs mais c’est vrai que, sur un petit village comme le nôtre, c’est quand même compliqué. 

 

Peut-être que pour vous aider à mettre en place ces tests chaque semaine, il faudrait qu’il y ait la Fédé ou les pouvoirs publics qui légifèrent ou qui donnent des recommandations ? Ca aiderait peut-être les laboratoires ou les centres de dépistage à accueillir plus facilement les rugbymen ? 

 

Oui, accueillir plus facilement les rugbymen ou alors, peut-être quelque chose de plus facile au niveau du stade car c’est difficile de faire se déplacer 60 gars où des laboratoires ou des gens désignés pour cela puissent venir faire les tests. Après oui, on peut aussi dire aux joueurs d’aller se faire tester tout seuls chez leurs médecins mais tout le monde se fait tester, ça prend du temps. C’est quand même compliqué à mettre en place chez nous. 

 

Est-ce que tu as une crainte que ce championnat 2020 / 2021 ne reprenne pas normalement ou qu’il y ait des soubresauts dans le calendrier du fait du Covid ? Comme je le disais avec un président de Fédérale 1, il y d’habitude la notion sportive, la notion économique dans le rugby mais maintenant, il va aussi y avoir la notion médicale qui va être un paramètre capable de faire basculer une saison ? 

 

Oui, on y pense mais, malheureusement, on ne peut rien maîtriser. On va faire avec ce qui arrive et comment ça arrive, personne ne sait comment ça va se passer. On prend les mesures nécessaires mais on ne sait pas si ça marchera. Après, il faudra gérer le championnat, s’il commence à y avoir des cas en Septembre ou Octobre et des matches reportés, je ne sais pas du tout comment ça va se passer. On n’a pas plus d’éléments que ça sur les dates de repli ou pas donc, je pense que ça va être un casse-tête et pour les présidents et pour les entraîneurs et pour les joueurs si, effectivement, ça s’amplifie. Vu ce que l’on voit de la part de nos politiques ou sur les journaux télévisés, 

il y a des cas qui augmentent de plus en plus en France donc, nous allons nous adapter mais, malheureusement, on ne maîtrise rien du tout. 

 

Pour revenir sur le credo sportif, quelle est la feuille de route qui t’a été fixée par les deux présidents Duclos et Dastugue cette saison ? Aller accrocher les play-offs ? 

 

Nous sommes ambitieux parce-que cela fait deux ans que nous faisons deux bonnes saisons et que l’on se qualifie. Même si la saison a été tronquée, puisqu’il restait 4 matches, on avait quand même 10 points d’avance sur le 7e. Notre feuille de route est simple : on ne se prend pas pour d’autres, on sait où on en est. On a baissé notre budget de pratiquement 70 000€ cette année donc, nous n’avons pas pu recruter comme on aurait voulu. Oui, la qualification est en tête, c’est l’objectif que les présidents nous ont donné. Nous sommes des compétiteurs, nous sommes ambitieux tout en restant humbles, on essaiera, si on peut, de finir le plus haut possible. Mais la poule est compliquée, il va y avoir de jolis matches, c’est une poule intéressante donc, nous verrons comment on commence l’année et comment ça se poursuit. Avec l’effectif que l’on a, si n’on a pas trop de blessés, on peut accrocher quelque chose d’intéressant. 

 

On le sait, sur le Plateau, tout est dans le labeur et dans le côté humble comme tu le mets en exergue. Mais il y a aussi une part d’orgueil et je pense qu’inconsciemment, l’objectif va aussi d’être de garder Sarrat inviolé ? 

 

Ça, c’est l’objectif de tous les ans. Après, quand on a des gens comme Albi qui viennent, c’est un peu plus difficile (rires). Mais cette année, on se retrouve avec de gros clubs comme Saint-Jean-de-Luz, Anglet ou Mauléon qui sont quand même des anciens de la Fédérale 1, Auch monte donc, ça ne va pas être facile. Mais oui, l’objectif est de rendre nos supporters et nos joueurs heureux et de rester invaincus à François Sarrat. C’est l’objectif de la saison, c’est obligatoire. 

 

Tu nous parles d’Albi quand le SCA venait à Sarrat, ils ne sont venus qu’une fois puisqu’ils n’ont pas eu l’occasion de revenir la saison dernière puisque la saison a été arrêtée. Je me souviens quand même que ça n’avait pas été une partie de plaisir pour Albi ? Ils avaient gagné mais vous les aviez bien secoués ? 

 

Oui, mais c’était un peu comme partout, c’est pareil quand ils vont dans les autres clubs. C’est un peu l’équipe à battre absolument, c’est un gros donc, on a un supplément d’âme, on a le public qui pousse derrière, il y avait beaucoup de monde ce jour-là. On est à 200% pour des matches comme ça, Albi ne l’avait pas eu facile mais, sur le Plateau, ça n’est jamais facile. Mais, on perd des matches aussi, je me souviens que nous avions perdu contre Blagnac, contre Saint-Sulpice. Dans les matches de rugby, il faut toujours se remettre en question donc, c’est pour cela que je dis qu’il faut beaucoup d’humilité, beaucoup de travail pour arriver à faire de grosses saisons. 

 

Le côté  » Coupe de France  » qu’il y avait quand Albi ou d’autres gros clubs venaient à Sarrat, ça ne va pas te manquer ? 

 

Ça va manquer mais je suis content que cette poule ait été mise en place parce-que nous n’étions quand même pas dans le même monde. Même si ça nous faisait du monde au stade et que c’était un joli challenge, je pense que ce n’est pas rendre service à des clubs comme Albi, comme Tarbes ou autres et que c’est bien qu’ils se retrouvent dans un championnat entre eux pour vraiment être compétitifs pour monter après sur la Pro D2. Nous, nous avons une poule très régionale, avec des derbys, avec le Pays Basque que c’est toujours un plaisir de rencontrer. Pour nous, c’est très, très bien donc, il n’y a pas spécialement de regret. 

 

Et puis, on vous a laissé Bagnères dans la poule donc, il y a encore un derby bigourdan même s’il n’y a plus le fameux derby avec le Stado ? 

 

Oui, c’est bien, nous avons nos voisins de Bagnères qui sera le gros derby. Mais, nous avons Auch, Fleurance, Lombez-Samatan donc, il y a de jolis matches à venir et il va y avoir de bonnes chambrées sur les stades, c’est certain. J’espère que le rugby en sortira vainqueur parce-que les derbys restent toujours plus ou moins accrochés mais il n’y a pas de raison. 

 

Comme le dit Henry Broncan, cette poule 4 de Fédérale 1 est quasiment le retour de l’ancien comité Armagnac-Bigorre ? 

 

C’est ça. On a mis longtemps à vouloir que tous les clubs se retrouvent ensemble et là, c’est fait. Il ne manque que nos amis lourdais donc, la coupe serait pleine (rires). C’est très, très bien pour la région et pour le département. 

 

Tu me parles de Lourdes. Pour toi, si Lourdes accédait à la Fédérale 1, ce serait encore un plus pour le rugby bigourdan ? 

 

Oui, bien sûr que ce serait un plus. Après, ça ne serait pas facile pour le recrutement parce-que tout le monde serait sur les mêmes joueurs ce qui est déjà le cas (rires). Mais oui, Lourdes est un club emblématique, moi, j’y ai joué 7 ans, ça fait mal de les voir en Fédérale 2. Lourdes, c’est Lourdes et ça restera Lourdes donc oui, ça serait bien d’avoir des Lourdes / Lannemezan ou des Lourdes / Bagnères à Béguère ou à François Sarrat. C’est sûr que ce serait un plus. 

 

Tu parlais de recrutement. J’imagine qu’à Lannemezan, on s’est outillé pour cette nouvelle saison ? 

 

Je ne vais pas être meilleur que les autres mais, notre meilleur recrutement, c’est déjà de garder ceux qu’on avait parce qu’on avait une équipe compétitive. Nous avons eu trois départs cette année donc, nous sommes très contents d’avoir gardé l’ossature. Nous nous sommes renforcés, surtout devant, on a aussi pris des joueurs de qualité derrière donc nous avons 7 ou 8 recrues qui sont arrivées. J’espère qu’ils vont se fondre dans le collectif de l’année dernière et nous amener une plus-value. Donc oui, je pense que, malgré notre baisse de budget, nous avons fait un recrutement intelligent mais maintenant, tout le monde sait que de nouveaux entraîneurs, de nouvelles recrues, un nouveau groupe, il faut que la mayonnaise prenne donc, on verra bien. Nous avons tout ce travail du premier bloc à faire pour savoir si ça va marcher ou pas. 

 

Et puis, si j’ai de bons échos, quand on recrute à Lannemezan, il y a bien sûr l’aspect physique et technique du joueur qui rentre en ligne de compte mais il y a aussi beaucoup l’état d’esprit ? 

 

Nous, c’est ce que nous recherchons en premier. J’ai toujours dit que je préférais prendre un joueur avec moins de qualités mais qui a un état d’esprit irréprochable, qui est avenant avec les supporters, qui se bat sur un terrain pour un maillot et non pas un mec qui est meilleur mais où tout tourne autour de lui. Moi, c’est le recrutement que je fais depuis six ans, nous avons une très grosse ambiance sur et en-dehors du terrain, c’est aussi la convivialité que l’on cherche autour du stade. Et franchement, je crois que dans des clubs comme les nôtres, il faut privilégier cela, déjà parce-que nous n’avons pas l’argent pour recruter des stars et moi, je trouve que sur le terrain, les valeurs sont importantes. Quand, sur le terrain, on joue pour le copain d’à côté, c’est quand même beaucoup plus facile à driver que d’avoir une somme d’individualités. 

 

On dit souvent que, dans un groupe, il suffit d’un ou deux moutons noirs pour complètement  » flinguer  » la dynamique de groupe ? 

 

Oui mais, si les moutons noirs sont bons, ça peut aussi amener une plus-value. Après, c’est du management, il faut aussi savoir gérer les joueurs parce-que, bien sûr que nous avons un bon groupe mais, chez nous comme ailleurs, tout n’est pas rose non plus. Nous avons aussi des interventions extra-sportives à faire pour remettre tout le monde à l’endroit mais, c’est plus facile quand on a moins d’individualités qu’un gros groupe. 

 

On va te demander de faire un peu le petit jeu des pronostics, même si on sait que vous, les coaches, vous n’aimez pas trop ça. Pour toi, en Fédérale 1, qui pourra aller décrocher le Jean-Prat, quelles sont les 2 / 3 équipes favorites pour ce titre ? Et même question pour la Nationale, puisque Lannemezan a évolué pendant deux ans avec les écuries de cette nouvelle poule avec notamment Tarbes, Blagnac, Albi. Qui vois-tu en Nationale aller décrocher le Graal de la Pro D2 ? 

 

Si je ne mets pas Albi en Nationale avec notre ami lannemezannais Arnaud Méla, je vais me faire taper dessus (rires). 

 

Tu es libre de tes propos ! 

 

En Nationale, bien sûr que je pense qu’Albi sera dans les premiers prétendants. Il y a aussi Massy qui va être revanchard et on peut avoir une ou deux surprises dans le lot. Il y aura Bourg qui ne sera pas très loin, il y a des clubs qui ont bien recruté comme Narbonne, Bourgoin. C’est ouvert mais, pour moi, il y a un petit avantage pour Albi quand même. 

 

Et en Fédérale ? 

 

En Fédérale, c’est compliqué, il y a tellement de clubs et je ne connais pas le recrutement de tous les clubs. Mais, on va retrouver les mêmes : dans notre poule, il est sûr qu’il y aura Saint-Jean-de-Luz qui ne sera pas loin du bout. Je pense aussi à Mâcon après, il y aura certainement aussi des surprises mais je pense que Saint-Jean-de-Luz part avec une longueur d’avance. 

 

Et pour terminer, quel sera le mot d’ordre pour cette saison 2020 / 2021 à Sarrat ? 

 

C’est prendre du plaisir, donner du plaisir aux gens et surtout, qu’on soit très rapidement débarrassé de ce Covid et qu’on puisse profiter tous ensemble de moments de convivialité autour du rugby. 

 

Comme on dit, une bonne 3e mi-temps à l’ancienne ? 

 

Exactement

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-25-aout-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Christophe Schneider lors de l’émission « Le #MagSport – RadioAlbiges  » du 25 août 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s