#Football – Ligue 1 / O.Lagarde (Lorient) « Très content de retrouver la Ligue 1 en affrontant Strasbourg. »

Ce dimanche, le FC Lorient retrouve officiellement la Ligue 1 avec la réception de RC Strasbourg. Si le Stade du Moustoir sonnera vide avec les mesures actuelles, l’enthousiasme et la fureur seront au rendez-vous pour les Bretons. Le coach des gardiens, Olivier Lagarde, très connu en Occitanie, notamment pour sa contribution à la montée avortée de Luzenac en 2014, nous livre son sentiment sur ce début de saison.

Les Merlus ont montré des choses encourageantes durant leur préparation – Crédit FCL

Ça y est on est dans le vif du sujet. Avec votre coach Christophe Pélissier, la lutte pour le maintien vous avez connu avec Amiens. Dans quel état d’esprit avez-vous préparé ce premier match ?

Avec le coach nous connaissons ça et n’allons pas la découvrir comme nous l’avions fait avec Amiens. Mais nous sommes contents de retrouver la Ligue 1. L’an dernier, nous étions attendus en Ligue 2 avec l’étiquette de favoris. C’est une chose qui nous était pas arrivé à Luzenac ou Amiens. Nous attaquons cette saison avec beaucoup d’enthousiasme, de sérieux et d’envie. Les joueurs ont été très sérieux pendant le confinement et la trêve. Nous avons retrouvé un groupe qui avait bien bossé. Sur les matchs de préparation il y a eu de très bonnes choses, nous sommes montés en puissance. Je suis enthousiaste de retrouver la Ligue 1. Ça a mis un boost au club qui attendait ça depuis trois ans. Nous avons tous envie de bien faire et savons que nous viserons le maintien. Le but du jeu est de pérenniser le club à ce niveau-là, tout en restant ambitieux dans le jeu comme l’a demandé le coach. L’objectif premier sera tout de même de garder le club en Ligue 1. Y rester permet de structurer le club à tous les étages. Même si Lorient a su le faire pendant ces longues années de Ligue 1 avec un centre de formation haut de gamme, et un centre technique haut de gamme, le but du jeu est de continuer à faire grandir le club en lui donnant les moyens via une place gardée en Ligue 1.

Les reports de ce côté-là semblent risquer de perturber le championnat. Ne craignez-vous pas que la pandémie actuelle fasse revenir des soucis comme la saison dernière et vous nuire ?

On le sait tous que nous aurons une saison particulière. Pour l’instant nous croisons les doigts, tous nos tests sont négatifs, ce qui nous permet de travailler plus sereinement avec les joueurs que certains clubs qui ont de nombreux cas. Tous les clubs sont logés à la même enseigne. Il ne faut pas se cacher que ça sera particulier tant que nous n’aurons pas de vaccin trouvé. Nous faisons attention. Les joueurs sont très sérieux et rigoureux. Nous avons un service médical de très haut niveau qui a bien fait comprendre à tous que le but du jeu était de ne pas avoir de cas pour pouvoir travailler le plus sereinement possible. Tous les sports collectif et individuels peuvent être touchés. Ça sera au cas par cas et journée par journée.

Vous affrontez donc demain Strasbourg, une équipe qui elle aussi a su relever la tête après de sérieuses difficultés. A quoi vous attendez-vous pour cette rencontre ?

Nous nous attendons à un gros match. Strasbourg est une très belle équipe de Ligue 1. Depuis leur retour en L1, ils passent des paliers chaque année avec cette victoire en Coupe, un classement qui augmente chaque année, à chaque fois des certitudes. Nous savons que nous affronterons une belle équipe qui a de l’ambiance et est dirigée par un staff technique très compétent. Ils n’ont pas fait beaucoup de changements. Les seuls réalisés amènent un plus à un effectif déjà bien rôdé.

N’est-ce pas un peu symbolique de revenir via un match à domicile et qui plus est contre Strasbourg après leur propre retour des enfers ?

C’est symbolique oui. Pour nous avec le staff et le coach Pélissier c’est également symbolique. Nous les avions connus avec Luzenac mais surtout avec Amiens car nous sommes montés en L2 avec eux en 2016 et encore avec eux nous montons en L1 en 2017. C’est un club et un staff que nous connaissons très bien et que nous apprécions beaucoup. Notre retour est un peu symbolique et je trouve que c’est un club que Lorient peut prendre en exemple. Ils ont une forte affluence de supporters. Ils ont su grandir et passer chaque année des paliers. Le président Marc Keller connaît le football et fait tout pour faire grandir son club chaque saison en lui faisant passer des étapes. Nous l’avons vu : ils vont restructurer La Meinau, refaire le centre d’entraînement. Ils ont mis des moyens pour aussi leur centre de formation. C’est un club que j’apprécie énormément donc je suis très content de retrouver la Ligue 1 en affrontant Strasbourg.

De votre côté vous êtes le coach des gardiens. On a souvent vu des portiers sauver des points précieux pour l’objectif maintien. Comment l’avez-vous préparé à affronter une sollicitation sûrement plus importante que l’année précédente ?

Paul (Nardi) va découvrir la Ligue 1 Française. Il appartenait à Monaco et a joué les deux dernières saisons et demi en D1 Belge. Il la découvre avec enthousiasme comme à l’époque je l’avais fais avec Régis Gurtner. Je n’ai aucun doute qu’il sera à la hauteur de la saison. Nous en avons longuement parlé durant le confinement. Je lui ai envoyé des vidéos de ce qui s’était fait l’an dernier en Ligue 1. Il sait que ça ne sera pas la même saison que l’année dernière où nous avons été dominateurs. Mais l’année dernière, ce n’était pas non plus un rôle parfait. Il n’avait souvent que deux/trois arrêts à faire par match, il les a fait et nous a permis de garder le score sur certains matchs. Cette année il sera sûrement plus sollicité même si nous n’en avons pas la certitude. Mais c’est un gardien très fort mentalement et qui saura répondre aux exigences de la Ligue 1 sans aucun soucis. Il a connu le très haut niveau avec Monaco, et aussi un peu la même formule que Lorient en jouant à Bruges pour le maintien. Il sait à quoi s’attendre et sait que tout va plus vite en Ligue 1. Il l’a vu lors du premier match de préparation contre Brest. En Ligue 1, nous n’avons pas le droit d’être inattentif, tout va plus vite les centres, les frappes. Mais il le sait et il est préparé. Je n’ai aucun doute qu’il soit à la hauteur de l’événement.

Et pour le groupe en général, quels seront ses atouts pour réussir cet objectif maintien ?

C’est déjà l’état d’esprit. L’enthousiasme qu’ils ont à découvrir la Ligue 1 et après ce sont les qualités individuelles qu’ils vont mettre au service du groupe et au projet mis en place par le staff et le coach Pélissier. Moi je n’interviens pas trop là-dessus c’est le travail du coach et de son adjoint. Nous avons un groupe et des recrues qui adhèrent au projet sportif présenté par le coach. Les joueurs ont de belles qualités individuelles. Notre force cette année sera une nouvelle fois le groupe comme l’année dernière. C’est un groupe qui vit très bien avec de bonnes qualités de footballeurs et de très bonnes qualités humaines. Lors des semaines de préparation, nous l’avons vu contre Rennes et Angers où nous montons en puissance par rapport à Brest et Concarneau. Je n’ai aucune inquiétude par rapport à l’envie, l’enthousiasme et l’état d’esprit du groupe pour découvrir la Ligue 1 et à faire en sorte de répondre à ce que va demander le coach.

Quels pièges faudra-t-il prévoir pour les joueurs pour réussir à passer ce nouveau palier sans encombres ?

Les pièges de la Ligue 1, c’est la médiatisation. Tout est plus gros en Ligue 1. Nous l’avions vu avec Amiens il faut être honnête. Nous avions passé un palier médiatique. Les joueurs sont plus sollicités, leur entourage est plus demandeur. Le staff les a prévenus. Il faut savoir calmer ces sollicitations, rester concentré sur sa passion, le jeu, le groupe et ne pas se laisser endormir par toutes les sirènes médiatiques qu’amène la Ligue 1. D’autant que cette année nous aurons la nouvelle chaîne Médiapro qui aura besoin de meubler et sera d’autant plus présent dans les clubs avec plus de reportage. Ça amènera plus d’engouement médiatique et donc aussi plus de sollicitations extérieures. Mine de rien, les Français ont été sevrés de football pendant quatre/cinq mois. Il risque d’y avoir un fort engouement à la reprise et certainement encore plus à Lorient qui attendait ça depuis trois ans, comme chez l’autre promu Lens.

La culture de la montée c’est un peu votre pain quotidien avec le coach Pélissier avec quatre montées en sept ans, même si celle de Luzenac n’a pas aboutit. Qu’est-ce qui entraîne de si belles performances ?

Christophe Pélissier est un coach qui sait où il va. Il a cette faculté à sublimer son groupe et son staff. J’ai moi-même beaucoup progressé avec lui. Partout où nous sommes allés, nous passons un cap. C’est quelqu’un qui cerne rapidement le lieu et le championnat où il évolue. A Luzenac, on nous avait annoncé que nous ne resterions qu’une année en National, nous nous sommes maintenus. Lors de l’intersaison, il a tout fait pour monter le curseur à l’étage au-dessus et chaque année pareil. A l’arrivée quand nous montons, il avait déjà constitué un groupe pour jouer le haut du tableau avec des Boutaïb, des Dieuze etc. A Amiens, il a fait pareil. Nous sommes arrivés en National. Nous montons. En L2, il a fait un groupe pour se maintenir et la mayo a pris plus rapidement. Chaque année il nous fait passer un cap. L’année dernière avec Lorient, nous étions attendus au tournant et tout le monde pensait qu’il allait avoir du mal avec cette étiquette de favori. Il a su mettre les règles et le cadre au groupe. Derrière c’était aux joueurs d’ajouter leur pierre à ce cadre, ses qualités et ses compétences. Il n’a pas brimé les joueurs là-dessus. Que ça soit dans son staff et ses joueurs, c’est ça sa force. C’est quelqu’un de très humain qui sait où il va mais qui a un respect énorme pour ses joueurs, son staff et le club où il évolue. Il sait tirer 120% de ses joueurs et ça fait souvent de belles choses. On a pu voir que quand les joueurs ne sont plus sous son égide car partis, on les voit moins en lumière et ont des performances en deça de celles qu’ils avaient avec lui.

Propos recueillis par N.Portillo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s